• Deux chapitres des Essais de Montaigne ont été traduits en français moderne par Bénédicte Boudou :
    De l'oisiveté et De l'art de conférer




    Une nouvelle civilisation est en train de naître sur le Web, en voici le b. a. ba :
    a. Blog, b. Blogosphère, c. Pseudo, d. Fil, e. Troll, f. Trollisme, g. Conférence, h. Wannabe, i. Modération, j. Harcèlement, k. Billet, l. Communauté, m. Commentaire, n. Copinage, o. Loi de Godwin, p. E-réputation, q. Extime, r. Communauté virtuelle, s. Hypertexte, t. Flooding, u. Diffamation, v. Serendipity, w. Micro-blogging, x. Identité, y. Buzz, z. Intime.

    En vingt-six brefs chapitres où chacun des mots-clefs du e-vocabulaire est analysé, Léo Scheer explore les pistes de l'art de vivre sur le Net, en se fondant aussi bien sur son expérience que sur les analyses sociologiques ou neurologiques les plus récentes, ou encore sur les règles de l'art de conférer, telles que Montaigne les découvrait il y a six siècles.

  • La folle invention de Canal + Il y a trente ans, un ovni débarquait dans le paisible paysage audiovisuel français : Canal +. On connaît ses figures emblématiques et le fameux " esprit Canal " qui avait pour mots d'ordre impertinence et liberté. Mais sait-on qui est à l'origine de ce projet fou ? Quel petit malin parvint à développer et imposer, en pleine ère socialiste, la première chaîne cryptée à péage ? Nombreux sont ceux qui s'en attribuent la paternité, mais de vrai créateur il n'y en a qu'un.
    Léo Scheer, l'éditeur aux mille vies, sort pour la première fois de sa réserve et nous révèle son secret : Canal +, c'est lui ! Revenant sur cette aventure rocambolesque, il nous offre une plongée fascinante dans les coulisses du pouvoir, de la toute-puissante Havas et de son univers impitoyable. Il fallait bien l'audace et la fougue d'un jeune homme de la génération des " Bronzés " pour défier celle des " Tontons flingueurs " de la politique, arrivés enfin aux commandes d'un monde qui déjà ne leur appartenait plus. Un monde connecté qui préparait la révolution numérique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Pour le trentième anniversaire de la 6e chaîne de télévision française, Léo Scheer nous raconte l'aventure échevelée de sa création, et les raisons pour lesquelles le secret entourant cette naissance a été aussi bien gardé. Du 1er mars 1986 au 1er mars 1987, Léo Scheer conçoit et dirige TV6, qui sera bientôt rebaptisée M6. Au même moment, Jacques Chirac devient Premier ministre, inaugurant la première cohabitation avec François Mitterrand. La « plus jeune des télés » incarne le tournant que représente cette année 1986, où l'on assiste à l'extension du domaine de la lutte des tontons flingueurs, Berlusconi, Murdoch, Maxwell et cie, confrontés à l'irruption des enfants de la télé sur leur territoire. La moyenne d'âge à TV6 est de 25 ans. Des figures, en décalage avec l'antique ORTF, tel Jean-Luc Delarue, y font leurs débuts. S'adressant à la jeunesse, elle modifie en profondeur le rapport d'une génération aux médias, et permet, grâce à la production de clips, l'émergence de chanteurs qui sont toujours « culte » aujourd'hui. Tout le monde a voulu effacer TV6 de l'histoire de la télévision, ce livre est là pour lui redonner sa place. » Extrait de: Léo Scheer. « TV6, La plus jeune des télés. » iBooks.

  • « Le 21 septembre 1998, le monde assista au télescopage surréaliste de deux images d'une même personne. D'un côté, le président Bill Clinton à l'ONU dans le rôle du « gendarme du monde », de l'autre, le même Bill Clinton soumis durant plus de quatre heures à l'interrogatoire inquisitorial de l'équipe du juge Starr sur la nature exacte de ses relations avec Monica Lewinski. S'ils s'entendaient à souligner l'extravagance de ce qui se passait sous les yeux de toute la planète, les journalistes et les observateurs semblaient incapables d'expliquer leur propre étonnement. Dans l'amoncellement d'articles et de propos relatifs à ce qu'il est convenu d'appeler le « Monicagate », personne ne semble en mesure d'indiquer en quoi ce qui ébranle les marchés financiers et mobilise la totalité des « médias » serait le symptôme d'un mal profond qui affecterait le monde dans lequel nous vivons...» L.S.

empty