• Les manuels de « l'art d'écrire » sont légion. Et de qualités diverses. Un point leur est généralement commun : le lecteur en est le grand absent. Comme si le beau style était une fin en soi. Comme si le langage - et l'écriture - avaient été donnés à l'homme pour une autre fonction que celle de communiquer avec ses semblables. Le parti pris de ce livre est rigoureusement inverse. À chaque chapitre on s'interroge sur les processus de lecture, afin d'y adapter son écriture. Le style, c'est ici la faculté de subordonner son langage à sa fin, c'est-à-dire à la transmission d'informations précises pour un public donné. Voilà un parti pris certes restrictif. Mais utile. Entre l'abstraction des grandes théories et les limites des petites recettes, Écrire pour son lecteur présente et concrétise les principes d'une écriture efficace. Puisse-t-il répondre à l'attente de ceux dont le premier souci est de perfectionner une écriture fonctionnelle, une écriture de communication véritable. Le talent leur sera donné par surcroît.

  • « Ce livre fait l'historique d'une vie, mais pas d'une vie de chien. Il est fondé sur un vécu personnel ou familial avec des points forts, avec de l'humour, un peu de gravité, de l'humour dans certains passages. Certains se reconnaîtront dans le vécu professionnel ou personnel. Des moments forts lorsque je fais parler ma mémoire en appelant ma conscience qui me suit partout.
    Sur le plan familial, ce sont des faits vrais qui m'ont été remis en mémoire et d'autres que j'ai couchés sur ce papier pour les avoir vécus soit douloureusement ou au second degré. J'en ris encore ! »

empty