• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En Provence, on aime toutes les bonnes choses. On apprécie en particulier le sourire contenu de l'humour mais on le pratique assez peu car il s'accommode mal du climat méridional et de sa lumière triomphante. En revanche, la raillerie à coeur ouvert, la gaudriole débordante de santé, l'humeur joyeuse et pétillante font bon ménage avec le ciel bleu. Le geste large et vif, la voix aux sonorités généreuses extériorisent des pensées et des sentiments en accord avec l'exubérante beauté de la nature, restituent en permanence la part de chaleur et de lumière que les êtres reçoivent du soleil. Cette restitution ne s'effectue pas sans un bouillonnement caractéristique, la verve dont nous savons qu'elle est aussi le verbe, c'est-à-dire l'essence même de la vie. Cela, Louis Ardissone ne l'oublie jamais. Ses personnages ont leurs racines dans la vie. Ils ont attendu cent ans le miracle, le coup de baguette magique, l'alchimiste talentueux qui ferait de nouveau palpiter leur coeur et... le bout de leur langue. Aujourd'hui, ça y est, ils vivent !

  • Quand on connaît un peu Louis Ardissone qui nous présente aujourd'hui « Rue des moulins », il est facile de deviner que c'est d'une rue et des moulins d'Allauch qu'il s'agit. Allauch ce village qui, peut-être à cause de sa situation géographique et la proximité de la très grande ville ne vit pas tout à fait comme les autres villages de Provence. L'auteur en connaît bien l'histoire qu'il a écrite plusieurs fois, mais il préfère certainement ses « bonnes histoires », sources d'inspiration de la plupart de ses contes, comédies ou revues. Cette fois c'est la chronique d'une humble famille allaudienne qu'il nous propose, presque un roman, avec des héros tout à fait imaginaires mais vivant au coeur d'évènements vrais et au milieu de personnages ayant réellement existé dans la période qui s'étend de 1918 à 1945. La fin de la guerre de 1914, la fondation du Syndicat d'Initiative d'Allauch, les premières Messes de Minuit, les grandes fêtes provençales, la guerre de 1939, l'occupation, la libération d'Allauch sont quelques-uns des faits vus par les allaudiens et vécus par l'auteur, qui jalonnent cette longue page d'histoire à peine un peu arrangée et enjolivée. Les anciens se retrouveront avec une joie nostalgique dans leur village d'autrefois, et les jeunes découvriront avec émotion comment réagissaient leurs pères au fil des jours heureux ou malheureux d'avant la civilisation de « L'autotélé ». C'est à coup sûr un passionnant roman documentaire plein d'intérêt non seulement pour les allaudiens, mais aussi pour les Marseillais et tous les Provençaux.

empty