• Leurs ennemis sont célèbres : Staline, Hitler, Mussolini, Mao. Elles n'avaient qu'un objectif : dénoncer le totalitarisme. Elles n'avaient qu'une arme : leur stylo. Qui sont-elles ? Des femmes soldats, héroïnes de la liberté. Résistantes au communisme, au

  • Cette petite anthologie, qui restitue dans leur contexte les écrits des propagandistes antijuifs s'inscrivant à gauche, bouscule les idées reçues en démontrant que les grands ancêtres du socialisme, de Fourier à Tridon, en passant par Proudhon, ont largement contribué à la naissance de l'antisémitisme moderne.

  • Depuis la fin du XIXe siècle en France, l'immobilisme est paradoxalement le grand vainqueur des luttes vives qui ont marqué l'histoire de notre pays. Entre opposition de doctrines, combats de personnes mais aussi subversion des mots et captatio

  • La gauche réactionnaire

    Marc Crapez

    • 12-21
    • 28 Août 2014

    Athéisme, communisme et racisme réunis dans une même doctrine? cela peut surprendre. Il existe bien pourtant une tradition antichrétienne et antisémite révolutionnaire dont Louis-Ferdinand Céline fut l'illustre, mais non le dernier, épigone.
    Dès 1864 se précisait cette nouvelle configuration idéologique s'articulant autour de deux tendances : d'une part un social-chauvinisme porté par les héritiers des sans-culottes de 1793, d'autre part un communisme d'ultra-droite initié par de singuliers disciples de Voltaire.
    La devise des premiers - en écho direct à l'un des mythes fondateurs de la gauche affirmant que "la plèbe porte dans ses entrailles comme un dépôt sacré" - pourrait se résumer en un Patrie-Egalité-Travail; celle des seconds, nourris d'une athéisme intégral, d'une répudiation violente du monothéisme et d'une théorie "scientifique" de l'hérédité raciale, serait assimilable à un Race-Egalité-Science.
    Un siècle après la Révolution française, l'essence du boulangisme parisien est à rechercher dans une dérive du sans-cullotisme qui s'obstinait à voir des "fripouilles" partout. Lors de l'affaire Dreyfus finalement, la propagande antisémite mobilisera - outre la droite cléricale - ces deux mouvances de la "gauche réactionnaire".
    Cet ouvrage repose sur une vaste documentation inédite. Après l'avoir réexaminée, l'auteur repense la famille de "droite révolutionnaire" issue du social chauvinisme de gauche. Cette catégorie politique serait conséquente à un processus de corruption du matérialisme scientiste. Une dérive qui ne serait pas intervenue en dépit d'un ancrage égalitariste, mais en raison de ce détonateur étroitement chevillé alors à l'athéisme et au racisme.

  • "Oui, je suis un contrariant. Je prends le contre-pied des idées reçues. Par principe. Tel un coléoptère critique. Toujours a contrario." (M.C.)


    Qui c'est celui-là ? Pour qui se prend-il ? Pour qui roule-t-il ? Pourquoi s'obstine-t-il à ne pas rentrer dans le rang ?
    Jeune auteur remarqué, Marc Crapez a rencontré tout le monde sans jamais être le poulain de personne. N'ayant su faire acte d'allégeance, il n'est soutenu par aucune institution, défendu par aucun journal, protégé par aucun parti.
    Avec audace et non sans humour, il se jette à l'eau et livre un essai décapant où il tente d'utiliser sa subjectivité à bon escient. De ses premiers travaux - l'antisémitisme de gauche ou la controverse autour du bon sens - à ses nouvelles découvertes - la littérature anti-totalitaire ou la critique des intellectuels -, il dresse un authentique portrait du chercheur en Contrariant.
    Lui qui avait annoncé un terrorisme islamiste qui "ne disparaîtra pas" décrypte aujourd'hui ce qu'il nomme le Terrorism Next Door, ce nouveau "terrorisme de proximité". Surnagera-t-il dans le microcosme parisien avec un tel esprit de contradiction ?

empty