• Mado et Virginie se retrouvent après quatre années de séparation. Commence alors une phase de séduction suivie de gestes sensuels, qui s'apparente à un jeu frivole et enfantin engagé par une Mado devenue plus provocante et plus libre. Mais peu à peu cette légèreté cédera la place à la convoitise amoureuse. Virginie, moins délurée que son amie, se laisse abuser par les apparences.
    Une histoire sombre et lumineuse entre deux jeunes filles qui, adolescentes encore, vont découvrir ce qui irrigue la passion : le plaisir, l'envie et la frustration.

  • « Parmi les noms d'oiseaux dont on m'affuble, innombrables et souvent peu imaginatifs, l'un revient avec l'obstination des vagues sur la baie d'Étretat au plus haut de la tempête : vieux con. Je ne disconviens certes pas de la logique persuasive et constante de la chose, ayant passé le plus clair de ma jeunesse à me faire traiter de jeune con. Disons qu'aux yeux du monde, j'aurai évolué, très tranquillement et en quatre-vingts années, d'une connerie aggravée d'immaturité à une autre lestée de gâtisme. » Un homme va mourir. Et il y trouve son compte. Marc Villemain est né en 1968. Il est notamment l'auteur de Et que morts s'ensuivent (Grand prix SGDL de la nouvelle 2009).

  • Un premier regard échangé derrière une haie, un premier baiser volé parmi les fleurs d'une clairière, une première étreinte maladroite dans un lit trop petit. Dans un recueil de nouvelles porté par une langue précise et évocatrice, Marc Villemain met en scène la naissance du sentiment amoureux, l'hésitation initiale de jeunes gens qui, en découvrant l'autre, se révèlent à eux-mêmes. Les détails - un morceau de chocolat pour le goûter, une chanson dans une salle de fête communale, une balade à vélo sous le soleil d'été, la sensualité d'un sein aperçu - nous emportent dans un voyage tendre et bienveillant, brutal parfois, celui d'un homme qui explore les vertiges et vestiges de ses amours passées.

    On pense à Dominique Mainard, à son art d'aborder avec délicatesse les sujets les plus intimes, passant de la noirceur à la légèreté avec une élégance infinie.

  • Une rhinite allergique qui déclenche l'irréparable.
    Une critique littéraire victime du jeune écrivain qu'elle avait éreinté.
    Un jeune homme hospitalisé qui révèle à son infirmière le sens de la vie.
    Un père accusé du pire par sa fille et objet d'un procès pas tout à fait comme les autres. Une cantatrice de réputation mondiale qui prend la défense d'une civilisation cannibale.
    Tous ces personnages, et tant d'autres, courent vers un même destin, souvent drolatique, toujours tragique.
    Dans ce recueil où chaque nouvelle donne lieu à une satire sociale parfois impitoyable, Marc Villemain, avec une cruelle élégance qui n'est pas sans rappeler l'esprit fin de siècle d'un Barbey d'Aurevilly ou d'un Léon Bloy, et avec une audace moderne que ne renierait pas un J.G. Ballard, dessine les contours d'univers grinçants, aussi cocasses que diaboliques.
    Marc Villemain est né en 1968. Il est critique littéraire au Magazine des livres.Et que morts s'ensuivent est son troisième livre.

empty