• Pour agrémenter leurs plaisirs, François, le jeune époux de Colette, lui fait lire des romans cochons et lui achète à Pigalle de la lingerie coquine. Il aime qu'elle ait l'air pute. Ils s'amusent beaucoup à deux, mais bientôt ça ne suffit plus. Dans la journée, l'épouse délurée, quand elle monte les escaliers du métro, s'exhibe de plus en plus complaisamment... et en tire des plaisirs de plus en plus pervers qu'elle garde pour elle... Autre manie du mari : il la prend en photo nue dans les postures les plus obscènes. Elle pense au photographe qui va développer les pellicules et ça la met dans tous ses états... Un soir, son mari lui apporte un vibro. Il lui suggère aussi certains jeux d'eau. Enfin, il franchit une dernière frontière en l'invitant à partir en week-end avec un autre couple... Comment, à l'insu de son mari, Colette partira en quête des plaisirs les plus sordides, au point de servir de jouet maso à des pervers dans un sex-shop... vous le découvrirez en lisant ce roman.

  • Yvette n'a jamais su dire non aux messieurs qui lui deman daient de soulever sa jupe. En servante docile, elle était toujours prête à laisser le maître s'amuser avec elle. Si ça peut leur faire plaisir, après tout, se disait-elle, pourquoi les en priver ? Naturellement, autour d'elle, on jase. On la traite de fille de rien. De Marie-couche-toi-là. Aussi, change-t-elle souvent de place... et de maître. Les uns sévères, grossiers, les autres, attentifs, caressants. Il n'y a pas que les messieurs, d'ailleurs, pour s'intéresser aux charmes de cette bonne si docile. Quelques dames délurées auront aussi recours à ses services...

  • La double vie d'une femme mariée
    Une fois de plus, on nous sert la fable de l'apprenti sorcier. Pour agrémenter leurs plaisirs, François, le jeune époux de Colette, lui fait lire des romans cochons et lui achète à Pigalle de la lingerie coquine. Il aime qu'elle ait l'air pute. Ils s'amusent beaucoup à deux, mais bientôt ça ne suffit plus. Dans la journée, l'épouse délurée, quand elle monte les escaliers du métro, s'exhibe de plus en plus complaisamment... et en tire des plaisirs de plus en plus pervers qu'elle garde pour elle... Autre manie du mari : il la prend en photo nue dans les postures les plus obscènes. Elle pense au photographe qui va développer les pellicules et ça la met dans tous ses états... Un soir, son mari lui apporte un vibro. Il lui suggère aussi certains jeux d'eau. Enfin, il franchit une dernière frontière en l'invitant à partir en week-end avec un autre couple... Comment, à l'insu de son mari, Colette partira en quête des plaisirs les plus sordides, au point de servir de jouet maso à des pervers dans un sex-shop... vous le découvrirez en lisant ce livre.

  • " Tout ce qui touchait à la femme provoquait chez moi une intense émotion. Il me suffisait de voir une paire de seins gonflant le tissu d'un corsage, les fesses arrondies sous la jupe, les genoux luisants sous le nylon des bas, l'espace entre les cuisses légèrement écartées, et aussitôt, mes mains tremblaient, mon souffle se faisait court, mon coeur se mettait à cogner dans ma poitrine. Très tôt, j'ai suivi les femmes dans la rue, rien que pour contempler le dessin que leur culotte faisait sous leurs jupes... " Devenu grand, cet adolescent se marie. Il dispose maintenant d'un jouet grandeur nature... À vous de découvrir ce qu'il en fait. Et si ça lui suffit...

empty