Librairie Droz

  • Le tome V nous entraîne dans la Chine du Sud, récemment conquise par l'empereur mongol. Mêlant divers déplacements effectués au cours de son long séjour au service du Grand Khan, le voyageur vénitien présente l'ex-empire des Song selon un itinéraire qui mène de la ville de Huaian, sise à l'époque sur le Fleuve Jaune, au grand port méridional de Quanzhou, lieu d'embarquement pour le retour des Polo vers l'Europe en 1291. Chemin faisant, le lecteur suit le Grand Canal et fait étape dans les cités célèbres de Yanzhou, puis de Suzhou, la Venise chinoise, avant de parvenir à Hangzhou, la grande métropole méridionale, et d'atteindre enfin les ports animés de Fuzhou et de Quanzhou. Une digression vers l'intérieur des terres permet d'évoquer le long siège de Xiangyang et de présenter rapidement Kaifeng, ancienne ville impériale. Marco Polo porte toujours un regard curieux sur les paysages, les édifices, les produits et les coutumes remarquables. Hangzhou retient particulièrement son attention. L'ancienne capitale des Song, image vivante d'une civilisation raffinée, le séduit par son magnifique urbanisme, sa foisonnante richesse et son fourmillement de vie. Grâce à elle la merveille devient réalité.

  • Dans le deuxième tome du Devisement du monde, Marco Polo parcourt le nord de l'Afghanistan et traverse ensuite la Chine septentrionale, en suivant longtemps le chemin des caravanes (route du sud). Les villes citées dans le Xinjiang et dans le Gansu (Kashgar, Yarkant, Khotan, Tcherchen, puis Dunhuang, Jiuquan, Zhangye, Wuwei) sont des étapes obligées de cette antique voie, dite aujourd'hui route de la soie, qui longe ou franchit le désert du Taklamakan, allant d'oasis en oasis à travers maints espaces désolés. Au-delà de Wuwei, Marco Polo semble avoir emprunté un chemin direct par le Ningxia et par le sud de la Mongolie, aux confins du désert de Gobi, sans doute le long du Huang He (Fleuve Jaune), pour atteindre Xanadu, palais d'été du Grand Khan, situé à trois cents kilomètres au nord de Pékin.,Malgré les déserts redoutables, les étendues prodigieuses - cette traversée de la Chine s'étend sur près de six mille kilomètres -, malgré les innombrables périls de cette expédition aventureuse, le voyageur vénitien a atteint son but. Premier explorateur occidental à pénétrer profondément par cette route dans le vaste empire de Khoubilai Khan, il découvre le monde immense et mystérieux de l'Asie.

  • Si le nom de Marco Polo est universellement connu, on sait moins que Le devisement du monde - tel est le titre original de l'oeuvre présentant ses voyages -, autrement dit « la description du monde » est le fruit d'une collaboration entre le célèbre voyageur vénitien et un écrivain de métier, Rustichello da Pisa, qui avait choisi le français comme langue d'écriture, à l'instar de nombre d'écrivains italiens de son temps. L'oeuvre a connu rapidement le succès, elle a été adaptée ou traduite en plusieurs langues, de sorte qu'elle nous a été transmise dans diverses « versions » ou « rédactions », française, toscanes, vénitiennes, latines, catalane, franco-italienne. C'est cette dernière, souvent considérée comme la rédaction de référence et la plus proche de l'original, que propose le présent ouvrage, pour la première fois sous la forme d'une édition bilingue, édition critique du seul manuscrit sous lequel elle nous est parvenue (BN fr. 1116), traduction en français contemporain. On découvre une langue déroutante et chatoyante, un français coloré de nombreux italianismes. Cet ouvrage bénéficie d'une traduction fidèle et élégante, d'une introduction et de notes substantielles. ,

empty