• 4 juin 1968, Ambassador Hotel, Los Angeles. RIGHT, un nouveau band rock britannique, y débarque pour enregistrer un album. La nuit même, Bob Kennedy est assassiné dans les cuisines de l'hôtel. Un meurtre inspirant : «Shooting at the Hotel» devient aussitôt un hit et propulse le leader du groupe, Roman Rowan, au rang de rock star.
    Quelque cinquante ans plus tard, RIGHT fait sa dernière tournée mondiale. Occasion d'un bilan pour Roman Rowan, d'un immense retour sur le passé, d'une réflexion torturée sur les tristes circonstances d'un succès planétaire.
    Dans ce roman, Marie Desjardins décrit brillamment l'archétype de la rock star britannique des années 1960 continuant de performer sur les scènes mondiales. Un texte très bien ficelé tenant du thriller psychologique et de la biographie foisonnante de détails, sur fond d'Histoire rigoureusement documentée. Les pistes y sont savamment brouillées - plus réelles que le réel. Un page turner littéraire, troublant et remarquablement écrit. Un éclairage profond et décapant sur le chanteur d'un band légendaire.
    Au fil des pages, c'est toute la vie de Roman Rowan que le lecteur découvre - enfance, famille, ascension vers le succès, rivalités et querelles, femmes, luxure, tours du monde, et surtout, une profonde introspection du personnage. Peu à peu, les vérités se révèlent, mais aussi cette femme, la déroute d'un amour avorté, le secret d'une vie.
    Un éblouissant portrait du rock, d'une époque, d'un chanteur en fin de parcours.

  • En 1945, Réal Benoit, trente ans, débarque sur la scène littéraire avec Nézon, un bien étrange recueil. Du jamais vu. Lyriques, caustiques, loufoques, profonds, modernes, quatorze contes consacrent cet écrivain d'avant-garde et ouvert sur le monde.
    Jusqu'à sa mort, en 1972, au fil des épreuves et des joies de son existence aussi dure que palpitante, que Marie Desjardins décrit dans les détails, Réal Benoit tracera son chemin dans la culture du Québec. Personne ne lui ressemble. Journaliste, écrivain, il signe un roman, une biographie, des critiques, des récits, des nouvelles et les premières dramatiques diffusées à la télévision. Ses sujets sont à la fois confidentiels et d'une universalité flamboyante. Il obtient des prix, déclenche admiration et polémique. Cinéaste et producteur, il tourne un film plein d'esprit et d'invention sur un héros populaire du Québec, et de nombreux documentaires sur l'architecture et la société. Sa facture, effervescente et originale, est chaque fois reconnaissable.
    Amateur d'art, surtout moderne, il rencontre Pellan, Chagall, Lemieux, fréquente Mousseau et Daudelin. Passionné de cinéma, il tient une rubrique dans le Devoir, dirige le service des émissions sur film à Radio-Canada pendant douze ans, de même qu'un ciné-club privé, projetant en primeur des films de la Nouvelle Vague, et soutenant de jeunes cinéastes doués tels que Jutra, Brault ou Labrecque.
    Réal Benoit était un esprit brillant, rêvant du meilleur pour sa société et se battant en ce sens. Ce chef de file de l'avènement de la modernité culturelle au Québec est tombé dans l'oubli. Le chaînon manquant de l'avant-garde.
    Ce portrait lui rend vie.

  • L'île la plus au nord de l'Arctique. Le théâtre d'une tragédie humaine. Au cours des années 1950, le gouvernement canadien y a sauvagement déporté une centaine d'Inuits pour assurer la souveraineté territoriale du pays.
    Bien plus tard, mon frère Jess - sombre héros de mon histoire et de celle de ma soeur - s'y est réfugié pour échapper aux conséquences de ses crimes.
    Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres... Je suis artiste. Peindre l'horreur d'Ellesmere, l'hostile terre des sacrifiés, m'a propulsé sur la scène du monde... Je suis connu, encensé. Mais personne ne connaît mon histoire. Ni celle de mon frère, ni celle de ma soeur. Aurais-je quelque secret à livrer maintenant que ce goulag de glace a englouti ceux que cachait ma famille? Ellesmere est mon aveu.

  • L'un et l'autre se disaient qu'ils se ressemblaient. Leur univers c'était eux. Ils apprenaient à se connaître en bénissant le ciel de s'être rencontrés. Malgré leur passé, ils se découvraient tous aussi ingénus l'un que l'autre. Comment aurait-il pu en être autrement? Johnny avait trouvé sa reine, Sylvie, contrée lointaine, forêt sombre et lumineuse, seule elle aussi, et aussi belle que lui.
    Du reste, les histoires d'amour ressemblent toujours un peu à des courses contre la montre. Pas question de regarder la réalité en face en début de parcours, surtout quand les histoires d'amour sont des passions intenses et inévitables. Les obstacles finissent toujours par prendre le dessus, et bien vite - de toute façon.

  • Hongrois d'origine, fils d'un violoniste éleveur de chevaux, Vic est l'enfant doué du jazz. Musicien, arrangeur, chef d'orchestre et compositeur, il a joué aux côtés de Miles Davis, d'Oscar Peterson, de Sammy Davis, de Michel Legrand. A accompagné Barbara, Eddie Constantine, Alys Robi, Véronique Sanson. La liste est longue. Figure célèbre du Festival de Jazz de Montréal, Vogel est une institution. Rebelle, rigoureux, flamboyant, il est le premier à avoir redonné un souffle aux créations du grand compositeur André Mathieu. Vic a été le « son » d'une kyrielle d'émissions à Radio-Canada, l'âme chérie de centaines de cabarets de Montréal, l'intouchable des nuits interlopes, séduisant par sa personnalité et son inimitable talent. Ce Lion, marginal et rompu aux principes d'une bonne éducation, a la classe des êtres uniques et incorruptibles.
    Ce livre est un portrait hors du commun, dense, riche et rempli de curiosités - un regard unique sur une star sans prétention. Étayé de photographies, Vic Vogel Histoires de jazz survole toute la vie du musicien pour, parfois, s'attarder sur quelques épisodes marquants. Enfance, conquête du piano, découverte de la rue et du monde, coups de coeur et déceptions. Mais aussi les bars et les amitiés, la rencontre exaltante de Lennie Tristano, l'aventure des Jeux olympiques, la descente aux enfers - la famille - et la vision du jazz de Vogel.

  • BEAU-BON-PAS-CHER
    Voici 60 recettes économiques, simples et savoureuses présentées de manière originale et sur un ton qui libère de tous les complexes. La croûte cassée contient également une foule de conseils judicieux pour apprivoiser cet espace sacré qu'est la cuisine.
    LES AUTEURES
    Cuisinières débrouillardes et passionnées, elles ne sont pourtant ni chefs, ni nutritionnistes et ne sont pas même de parfaites hôtesses. Marie-Michelle Garon est l'animatrice de Solutions gourmandes à moins de 5 $ sur Canal Vie et Mariève Desjardins est professeure de littérature. Avec cet ouvrage, elles partagent leurs délires culinaires, ainsi que leur penchant pour le beau-bon-pas cher.
    La croûte cassée : 30 000 exemplaires vendus!

  • Séquences s'en est fait un devoir : la couverture du dernier numéro de l'année se doit de mettre à l'honneur un film québécois. Ici, une tendre histoire de famille racontée avec une finesse rare, menée par des comédiens irréprochables : Les être chers d'Anne Émond, son deuxième long métrage. Le rédacteur en chef de la revue, Élie Castel, a rencontré la cinéaste de Nuit #1 pour discuter des thèmes de la famille, de la nostalgie du temps qui passe et des choix de procédés filmiques pour les mettre en images. En gros plan, Anna de Charles-Olivier Michaud, Anton Tchekhov - 1890 de René Féret et les critiques de La terre et l'ombre de César Acevedo, de Mistress America, le nouveau film de Noah Baumbach coscénarisé encore une fois avec Greta Gerwig, et du fort remarqué The Diary of a Teenage Girl de Marielle Heller.

  • Édition d'avril 2016 du magazine École branchée. 18e année, numéro 3.

    Il comprend une foule d'articles et dossiers pertinents pour les enseignants :
    - La « gamification » : pourquoi et comment l'intégrer peu à peu à sa pratique
    - Ludifier sa classe en 3 étapes
    - Minecraft : un jeu de création qui séduit partout dans le monde
    - Mille et un usages de la vidéo en classe
    - Soutenir et valoriser le développement des compétences grâce aux badges numériques
    - L'App Speed Dating
    - 8 billets de sortie avec Skitch
    - et plus encore!

    Édité par l'organisme sans but lucratif du même nom, l'École branchée propose des témoignages d'enseignants qui osent de nouvelles approches grâce à la technologie, ainsi que des répertoires pratiques d'outils adaptés aux besoins du milieu, visant à varier l'enseignement pour rejoindre les apprenants selon leur propre style.

  • Le milieu associatif étant le meilleur garant de la sauvegarde de notre patrimoine, il faut lui donner les moyens de jouer pleinement le rôle qu'on lui attribue dans la sauvegarde du patrimoine bâti, d'où la parution annuelle d'un numéro de la revue Histoire Québec dévoué à ce thème. Cette édition printanière s'ouvre avec le résumé des interventions du comité du patrimoine de la Fédération Histoire Québec, puis présente des exemples de préservation réussie dont la maison Jobin-Bédard, en page couverture. La Société d'histoire de Charlevoix relate pour sa part le sauvetage de la Maison Lapointe de Clermont. Deux articles traitent de la sauvegarde du patrimoine religieux à travers l'histoire de l'église Notre-Dame-des-Anges de Québec et la conservation des archives religieuses. Lisez ensuite sur le fief d'Argentenay à l'île d'Orléans et la chapelle anglicane St. Mary, aussi sise sur l'île. Il est également question du cinquantième anniversaire du parc Forillon, et d'un hommage à feu Jules Bélanger, homme important pour la conservation de l'histoire de la Gaspésie.

empty