• Un couple modèle de Montréal, jeune et cultivé, qui assiste à des pièces d'avant-garde et à des happenings. Derrière cette apparence de couple branché, mais ordinaire et raisonnable, se dissimule une fracture : une longue période de délire, une plongée dans l'alcool et la drogue. Depuis, Anne ne porte que des tailleurs stricts, car il y a «un lien entre la rigidité des tenues et la protection nécessaire pour affronter le quotidien».

    Michael Delisle sait combien les mots ne sont jamais innocents, que, une fois qu'on les a prononcées, il faut aller «au coeur des phrases».
    Alain Salles, Le Monde

  • Quand Michael Delisle était enfant, ses « oncles », cest-à-dire les amis de son père, ne disaient pas « arme » mais morceau ou de façon plus métonymique, feu. « Javais mis mon feu dans le coffre à gant. » « Il sest débarrassé de son feu. » « Oublie pas ton feu. » Dans ce poignant récit, le poète se remémore son père, le bandit devenu chrétien charismatique, lhomme violent qui ne parlait plus que de Jésus, lhomme détesté quon ne peut faire autrement quaimer, en dépit de tout. « La question qui revient éternellement est celle-ci : où va le feu ? »« Et la question me revient au chevet de mon père. Je passe mon doigt sur son vieux tatouage de marin (une ancre avec les lettres MN pour merchant navy) qui nest plus quune pastille noire et floue. Ces cellules sont aussi les miennes. Je reconnais la parenté organique et lodeur qui monte de son corps : un parfum de vieux drap gorgé de phéromones. Cet encens sébacé est mon seul lien avec cet homme, le seul que je reconnaisse. »« Cet animal ma donné la vie. »

  • Gisement : quelque chose est enfoui et peut ne pas le rester. Quelque chose est là bien avant nous, comme indifférent à notre présence et à notre absence. Un gisement est une accumulation, une source. Est-ce un trésor ou une malédiction? Nous guettons les signes à la surface. Bientôt, il n'y a plus qu'eux. Le reste du monde s'estompe, les êtres s'éloignent. Selon les jours ou les années, c'est un dram ou un miracle. Cette oscillation traverse de part en part l'oeuvre de Michael Delisle, qui en est une de solitude et de détermination. Ce n'est pas une question d'héroïsme, ni de survie. Plus simplement, c'est que l'auteur, ainsi qu'il l'écrit en 1996 dans Long glissement, sait que «toute rencontre / comme la voix / se déchire». (Michaël Trahan)

  • À propos de MÉLANCOLIE:

    «Mélancolie est un des plus forts textes de la nouvelle poésie québécoise. Cette «mélancolie de fin du monde» et de fin de soi qu'il faut écrire pour l'oublier, Michael Delisle nous en donne le sentiment exact. Mieux que tous les poètes de sa génération réunis, Delisle réussit à investir la forme du journal jusqu'à la poésie.» - Jean Royer, Le Devoir

    À propos de CHOSE VOCALE :

    «Les émotions éclatent à chaque page au milieu de ces phrases saccadées et courtes.

    Delisle trouve une sorte d'équilibre entre la tragédie de vivre et le bonheur d'être, bonheur qui semble trouver son apogée dans le travail d'écriture. Il y a des passages splendides qui rendent à merveille cette tension: Alors, je pense que les mots sont des bulles. / Je pense que ces bulles sont molles. / Que souvent, elles forment des globes. / Que souvent, au-dessus de petits lions enjoués, / Elles frissonnent devant la mort.» - Gilles Toupin, La Presse

  • Pourquoi l'ont-ils choisi, lui ? Peut-être parce qu'il aime chanter, mais certainement pas à cause de sa tignasse rousse, qui brille comme du cuivre quand soeur Dionne l'enduit de lotion. Il était le « Tiroir numéro 24 » de l'Orphelinat catholique. Il sera désormais le gars des Cyr. Il a six ans. C'est juste avant l'Expo 67. Pendant douze ans, il travaille à la Boulange, l'entreprise familiale, où on vend du pain et des gâteaux. Mais les temps changent et la Boulange ferme ses portes. Les bourgeois du quartier délaissent les mokas, les pains Weston et les pâtés au saumon et préfèrent désormais le lapin aux pruneaux, le céleri rémoulade et les nouilles d'Alsace. Il va travailler pour l'Européen qui vient d'ouvrir boutique de l'autre côté de la rue. Pour les Cyr, c'est une trahison. Mais pouvait-on attendre autre chose d'une engeance comme lui. Après tout, ce n'est pas leur sang qui coule dans ses veines. Michael Delisle sait évoquer toute la part de mystère qui se cache dans chaque destin. À travers l'errance du gars des Cyr, c'est une étape charnière de la conscience québécoise qu'il nous fait revivre. Le passage de la tradition à la modernité, qui cache bien des périls.

  • Un garçon et son frère habitant la banlieue adoptent un ours à la patte coupée. Un jeune homme qui rêve de poésie fait son entrée dans les cercles littéraires guidé par son mentor. Un homme d'âge mûr va camper avec son frère et son neveu et raconte à ce dernier l'histoire de leurs ancêtres gallois. Un écrivain est bouleversé de voir un de ses amis, photographe de grand talent, tout simplement décider de mettre un terme à son oeuvre. Comment naissent les récits ? Comment se transmettent-ils au sein de la famille, de la fratrie ? Comment modèlent-ils nos vies, souvent à notre insu ? Pourquoi décide-t-on un jour de les écrire pour que des étrangers les lisent ? Pourquoi pourrait-on également un jour décider de se taire et de les garder pour soi ? «Voir un homme abandonner son oeuvre me fait de la peine. C'est pour ça que je persiste, même si le terme se dessine. Mon ami Jogues a achevé sa carrière pour ne pas se taper son agonie. Cette superbe m'est étrangère. Je travaille avec une ambition de plus en plus élémentaire. J'écris pour voir à quoi la vie ressemble, une fois écrite.»

empty