• Le mot de «  psychiatrie  », la «  médecine de l'âme  », ne date que du début du xixe  siècle. Il recouvre toutefois un ensemble d'observations et de pratiques remontant à la plus haute Antiquité, dont Hippocrate et Gallien ont réalisé une vaste synthèse en fondant la théorie des humeurs, base d'une approche nouvelle, prescrivant aux médecins de rétablir un équilibre corrompu chez leurs malades.Aux traitements médicaux, exercices physiques, diète, bains, purgations a longtemps été associé le recours à Dieu et à ses saints, dans le cadre de pèlerinages et de séances d'exorcisme. Et si la médecine reconnaît ensuite que la folie est curable, elle recourt à des traitements d'immersion, de secousse, d'électrisation, à des prescriptions visant à remplacer le mal par le mal, à des machines rotatoires qui, pour avoir souvent été expérimentés par les praticiens eux-mêmes, n'ont souvent rien à envier aux méthodes des périodes antérieures. À cette époque aussi, la sexualité peut constituer un dérèglement psychiatrique... comme un traitement.Après la période des traitements de choc et de la chirurgie du cerveau, ce n'est qu'au milieu du xxe  siècle qu'apparaissent les psychothérapies, les physiothérapies et les médicaments psychotropes efficaces... bien qu'ils ne soient pas tous sans dangers  !Des remèdes ancestraux les plus insolites aux médications récentes, l'auteur nous offre un panorama inédit et fascinant de la psychiatrie à travers l'Histoire.  Psychiatre hospitalier à Paris et ancien président de la Société médicale des psychiatres des hôpitaux, Michel Caire est également docteur en histoire à l'École pratique des hautes études. 

empty