• Un paysan vous parle. Il ne vous dira pas la beauté des matins d'automne, même s'il aime la nature ; il ne vous chantera pas les joies du travail de la terre, même s'il aime son métier. Michel Debatisse raconte simplement les luttes et les espoirs des paysans d'aujourd'hui tels qu'ils se sont manifestés dans le jeune syndicalisme agricole dont il a été l'un des promoteurs. Et ce n'est pas l'un des moindres intérêts de ce livre que d'avoir largement laissé la parole à ceux qui ont quitté la terre, souvent malgré eux, à ceux qui s'y accrochent, avec ou sans raison, avec ou sans avenir... Les barrages sur les routes, les manifestations dans les villes, les revendications auprès des pouvoirs publics, l'affaire Gabin : autant d'événements qui ont placé les paysans sous les feux de l'actualité. Pourquoi cette levée de boucliers contre un acteur qui investit ses cachets dans l'agriculture ? Michel Debatisse répond à ces questions en les prenant, si l'on peut dire, à leur source. En effet, ce n'est pas par hasard, sous l'influence de quelque organisation politique ou syndicale que les paysans sont sortis de leur torpeur. L'auteur retrace les étapes, inconnues ou mal connues, qui ont conduit ceux qui travaillent la terre sur la place publique. La tradition veut que les paysans soient silencieux. Dans ce livre, les jeunes s'expliquent et disent ce qu'ils veulent. Alors... écoutez-les.

  • J'ai en mémoire ce que de bons auteurs ont écrit sur le syndicalisme paysan et la "révolution silencieuse". Je lisais leurs textes au fil des années avec étonnement d'abord, irritation ensuite, indifférence les années passant. Le vent emporte davantage les sottises que les efforts vrais. Pourtant, j'ai peur aujourd'hui de la présentation caricaturale, voire orientée, de ce travail de trente ans. D'où ce livre qui veut raconter une histoire, établir un bilan et montrer aux gens des villes et des bourgs qu'il y a un trésor national caché derrière ces haies, ces champs désormais larges ; bref, que ce jardin - la "campagne française" - qu'ils regardent à peine est devenu une carte économique maîtresse pour la France menacée par la crise. Mais d'où viennent-ils, ces quelque deux millions de paysans ? Directement du Moyen Age. La plupart y vivaient encore il y a trente ans. A l'époque où Charlot faisait rire le monde en décrivant les Temps modernes, nous travaillions encore avec nos bras. Le blé coupé avec la faucille, les charrues traînées : par les chevaux et les boeufs ; la venue de la batteuse était l'un des grands événements annuels. Nous étions en retard d'un siècle ou de dix, va savoir. Aujourd'hui, le dernier carré des paysans français semble une tout autre race : montés sur leurs énormes machines, ils inquiètent les gouvernements aujourd'hui socialistes, intéressent les spécialistes américains, suivent dans les journaux le cours des matières premières et constituent sans doute pour le Tiers Monde le seul modèle de développement que l'Occident puisse lui offrir. Il était temps de s'expliquer clairement sur notre "projet paysan". Chaque Français est plus concerné par lui qu'il ne le croit. Michel Debatisse

  • Un paysan vous parle. Il ne vous dira pas la beauté des matins d'automne, même s'il aime la nature ; il ne vous chantera pas les joies du travail de la terre, même s'il aime son métier. Michel Debatisse raconte simplement les luttes et les espoirs des paysans d'aujourd'hui tels qu'ils se sont manifestés dans le jeune syndicalisme agricole dont il a été l'un des promoteurs. Et ce n'est pas l'un des moindres intérêts de ce livre que d'avoir largement laissé la parole à ceux qui ont quitté la terre, souvent malgré eux, à ceux qui s'y accrochent, avec ou sans raison, avec ou sans avenir... Les barrages sur les routes, les manifestations dans les villes, les revendications auprès des pouvoirs publics, l'affaire Gabin : autant d'événements qui ont placé les paysans sous les feux de l'actualité. Pourquoi cette levée de boucliers contre un acteur qui investit ses cachets dans l'agriculture ? Michel Debatisse répond à ces questions en les prenant, si l'on peut dire, à leur source. En effet, ce n'est pas par hasard, sous l'influence de quelque organisation politique ou syndicale que les paysans sont sortis de leur torpeur. L'auteur retrace les étapes, inconnues ou mal connues, qui ont conduit ceux qui travaillent la terre sur la place publique. La tradition veut que les paysans soient silencieux. Dans ce livre, les jeunes s'expliquent et disent ce qu'ils veulent. Alors... écoutez-les.

empty