• Devenir mère

    Monique Bydlowski

    Comment devient-on mère ? À quoi rêve la femme qui attend cet événement banal, mais pour elle tellement extraordinaire : la naissance de son enfant ? Comment s'y prépare-t-elle psychiquement ? Comment expliquer le blues ou la dépression postnatale ? Que sait-on aujourd'hui des causes psychiques de l'infertilité ? Comment comprendre les dénis de grossesse ou les infanticides ? Comment faire le deuil d'un enfant à peine né ? Sur toutes ces questions, et sur beaucoup d'autres encore, Monique Bydlowski, grande pionnière en France de la dimension psychique de la maternité, répond avec finesse et précision, en puisant dans sa très longue pratique auprès des femmes qu'elle a suivies à la maternité ou accompagnées en thérapie. Réunis en un seul livre, tous les grands thèmes qui sont au coeur du travail de Monique Bydlowski depuis plus de quarante ans, de la dette de vie à la transparence psychique si caractéristique de la grossesse. Monique Bydlowski est psychiatre, psychanalyste et directrice de recherche honoraire à l'Inserm. Elle a été la première chercheuse française à s'intéresser à la dimension inconsciente de la grossesse et à alerter le corps médical sur le nécessaire accompagnement psychologique de certaines femmes enceintes. Témoin privilégié des premières PMA à l'hôpital Antoine-Béclère de Clamart, elle a consacré toute sa carrière à l'exploration psychique de la fertilité et de la maternité. Elle a notamment publié Je rêve un enfant et Les Enfants du désir. 

  • Un ouvrage désormais classique sur les questions psychanalytiques de la maternité. En matière de filiation humaine, une "dette de vie" inconciente lie les sujets à leurs parents et leurs ascendants. La reconnaissance de cette dette d'existence serait l'une des conditions de l'aptitude à transmettre la vie.

  • Dans le domaine de la psychopathologie, comme dans les autres champs scientifiques, cliniciens et chercheurs partagent implicitement le postulat d'Einstein concernant l'intelligibilité de leurs objets d'investigation.

    Si le clinicien accumule des observations aléatoires et tente d'en donner sens, voire causalité, le chercheur grâce à un « filet d'hypothèses » va à la pêche des faits afin d'en confronter les invariants et de développer une pensée théorique toujours provisoire et révisable.

    Entreprendre une recherche, c'est chercher à apporter un supplément de connaissance à l'intérieur d'un champ scientifique choisi. Dans ce champ, le chercheur va naviguer, au cours de sa pratique quotidienne, entre son terrain de recherche et ses premières hypothèses. Développer une recherche, c'est aussi transformer ce qui pourrait ne rester qu'une intuition personnelle en un énoncé porteur d'une visée générale grâce à une démonstration de validation bien choisie et aboutie.

    Il existe souvent un lien profond (et le plus souvent non conscient) qui unit le sujet de la recherche clinique à son objet choisi. Quel que soit ce lien, le déroulement processuel suppose certaines étapes rigoureuses et incontournables.

    Enfin tout spécialement dans le domaine de l'enfance, la recherche en psychopathologie poursuit un but implicite : « issue du terrain clinique, elle a vocation idéalement d'y retourner » et d'y permettre la mise en place d'outils de prévention et de soins.

  • Pourquoi certaines femmes désirent-elles depuis toujours un enfant ? Pourquoi d'autres deviennent-elles mères par surprise, en croyant ne pas le vouloir ? Pourquoi d'autres encore restent-elles infertiles ? À quoi rêvent les futures mères pendant les neuf mois de la grossesse ? À l'enfant qui va naître ? À l'enfant qu'elles ont été ? Comment expliquer que le jour de la naissance corresponde souvent avec la date anniversaire d'un proche ? Et que l'expérience de l'accouchement, à peine terminée, soit aussitôt oubliée ? De quel rêve maternel, singulier pour chacune, le nouveau-né âgé de quelques heures est-il déjà le dépositaire ? Quelle mémoire familiale se poursuivra à travers lui ? Un voyage au pays des mères qui montre combien la création d'un enfant demeure, en dépit de tous les progrès scientifiques, une aventure hors norme, tissée dans l'étoffe de la vie de chaque femme. Médecin, psychiatre, psychanalyste, Monique Bydlowski est directeur de recherche à l'INSERM et pratique depuis plus de vingt ans dans une maternité hospitalière.

  • Comment se fait-il que des femmes ne parviennent pas toujours à concevoir un enfant alors que leur corps fonctionne normalement ? Comment expliquer que d'autres devinent leur grossesse débutante ? D'où leur vient cette intuition ?Quelle est la part d'inconscient dans la conception ? Comment expliquer les cas d'infertilité temporaire ou durable ?Fruit d'une longue expérience, ce livre montre, au moyen d'histoires de vie qui défient la nature, la logique et même la technique, combien la dynamique psychique et la contrainte sociale habitent la biologie. Ce faisant, il met aussi au jour les limites des traitements que la médecine bio-technologique propose aujourd'hui contre l'infertilité. Psychiatre, directeur de recherche honoraire à l'Inserm, Monique Bydlowski a consacré sa carrière de chercheur à l'exploration psychique de la fertilité et de la maternité en terrain hospitalier. Elle a été témoin et acteur de l'aventure des premières procréations médicalement assistées en France. Elle a notamment publié Je rêve un enfant. L'Expérience intérieure de la maternité.

  • Willy Pasini est professeur associé du département de psychiastrie de la Faculté de médecine de Genève, médecin-chef de l'unité de gynécologie psychosomatique et de sexologie. Monique Bydlowski est neuropsychiatre et psychanalyste, chargée de recherche à l'INSERM/U.187 (physiologie et psychologie de la reproduction humaine). Émile Papiernik est directeur de l'unité INSERM 187, professeur agrégé de la Faculté de médecine, Paris Sud, chef du service de gynécologie obstétrique de l'hôpital Antoine Béclère de Clamart (France). François Béguin est professeur ordinaire à la Faculté de médecine de Genève, médecin-chef de la clinique d'obstétrique de l'hôpital cantonal universitaire de Genève.

empty