• Janvier 1954 : la parution du texte-manifeste de François Truffaut « Une certaine tendance du cinéma français » dans Les Cahiers du cinéma fait l'effet d'une bombe. Il y fustige la « qualité française », et fulmine contre ce cinéma fait d'adaptations littéraires et de mots d'auteur.
    Rupture dans le scénario, rupture dans le dialogue, dans le son, dans l'éclairage, dans la direction des acteurs, rupture totale avec la tradition de la « qualité française », avec le tournage en studio, avec la pudeur et le bon goût... Les cinéastes de la Nouvelle Vague tournent en extérieur avec du matériel léger autant par goût que par manque de moyens financiers.
    Jean-Luc Godard ne cessera jamais de rappeler l'importance de la synchronicité entre l'aspiration de sa génération de cinéastes et l'apparition de moyens techniques adéquats...
    Le Beau Serge et Les Cousins de Claude Chabrol, Les 400 coups de François Truffaut, ou À bout de souffle de Jean-Luc Godard... imposent la « Nouvelle Vague » du cinéma français.
    Une génération entière - plus d'une centaine - de réalisateurs, de scénaristes, de comédiens de techniciens... sera à l'origine du plus important mouvement artistique de l'histoire du cinéma.

  • « La vieille carcasse du clown supportait mal l'émotion qu'il vivait en examinant l'inconnu. Vania devinait cette souffrance. L'appréhension d'un malheur l'enveloppa. » Un clown, blanc - triste - aux cheveux blancs. Vania, la jeune Noire, au masque blanc, nuptial (e). Un clone, à la mémoire blanchie. Un flic, des stups - encore du blanc. Un chirurgien, aux gants blancs. Et la face cachée de ces vies, noires, hantées de fantômes désarticulés, personnels ; trop humains. Peut-on retrouver le sourire perdu des enfants. Un clown, au nez rouge. Vania, la jeune Noire, au sang rouge, nuptial (e). Un clone, aux sourires rouges. Un flic, amputé, qui voit rouge. Un chirurgien à la mémoire étoilée de sang, rouge. Et la face cachée de ces vies, noires, hantées de fantômes désarticulés, personnels ; trop humains. Peut-on oublier le sourire volé des enfants. Entrez sur la piste...

  • « La vieille carcasse du clown supportait mal l'émotion qu'il vivait en examinant l'inconnu. Vania devinait cette souffrance. L'appréhension d'un malheur l'enveloppa. » Un clown, blanc - triste - aux cheveux blancs. Vania, la jeune Noire, au masque blanc, nuptial (e). Un clone, à la mémoire blanchie. Un flic, des stups - encore du blanc. Un chirurgien, aux gants blancs. Et la face cachée de ces vies, noires, hantées de fantômes désarticulés, personnels ; trop humains. Peut-on retrouver le sourire perdu des enfants. Un clown, au nez rouge. Vania, la jeune Noire, au sang rouge, nuptial (e). Un clone, aux sourires rouges. Un flic, amputé, qui voit rouge. Un chirurgien à la mémoire étoilée de sang, rouge. Et la face cachée de ces vies, noires, hantées de fantômes désarticulés, personnels ; trop humains. Peut-on oublier le sourire volé des enfants. Entrez sur la piste...

  • Dans la nuit du débarquement des alliés en Normandie (5 à 6 juin 1944), Jean Leblanc, illusionniste et pickpocket, guette l'officier allemand Friedrich Wolf à la sortie d'un cabaret de Pigalle pour lui dérober une enveloppe. Mais celui-ci est abattu sous ses yeux par un homme qui s'enfuit en vélo. Sortant alors d'une porte cochère, le jeune résistant, Paul Saltion, fait les poches de la victime et emporte l'enveloppe que Leblanc convoitait.Quel est ce butin ? De l'argent, la photo d'un tableau de Velasquez, des documents stratégiques et la liste des conspirateurs préparant un attentat contre Adolf Hitler.Le voleur est alors traqué par la Gestapo, la police française, la pègre et la Résistance.Leblanc travaille pour le compte d'un collectionneur allemand au service de Goering. Il reconnaît enfin son voleur parmi les figurants des Visiteurs du soir de Carné...

  • Le roi d'Hollywood est un Anglais.En 1960, le film Psychose traumatise des spectateurs du monde entier. Jamais l'angoisse ni le suspense n'avaient été aussi bien mis en scène au cinéma. Mais d'où vient le talent de cet Alfred Hitchcock, celui que l'on surnomme désormais le « cinéaste de la peur » ? Après la jeunesse en Angleterre, vient la période américaine. Lorsqu'en 1940, Alfred Hitchcock débarque aux États-Unis, il a plus de 40 ans, c'est un cinéaste aguerri et il a déjà réalisé plus de la moitié de sa filmographie. À peine arrivé sur le sol américain, il réalise le sublime et angoissant Rebecca, seule de toutes ses oeuvres qui recevra l'Oscar du meilleur film. Par la suite, il offre au public un déluge de chefs-d'oeuvre, avec un total de 33 longs-métrages parmi lesquels on trouve Fenêtre sur cour, Sueurs froides ou Les Oiseaux. Grâce à un savant mélange entre expérimentation et accessibilité, il parvient à renouveler les codes du suspense, à s'établir comme un véritable artiste du cinéma et à conquérir les spectateurs du monde entier.Deuxième partie du diptyque consacré à la vie d'un artiste truculent, exigeant et tout simplement hors du commun, Alfred Hitchcock : le Maitre d'Hollywood nous raconte autant l'existence du maître du suspense qu'un pan essentiel de l'histoire du cinéma hollywoodien des années 40 à 70.

  • Docteur Radar t.3 ; morts à Venise Nouv.

    L'insaisissable génie du mal.Il veut conquérir la lune pour bombarder la terre et devenir le maître du monde. Alors, pour obtenir les plans d'une fusée intersidérale, il sèmera la terreur à Venise.  Il l'a annoncé : il tuera à tour de bras tant que ses exigences ne seront pas satisfaites et plongera la ville dans la peur. Le gouvernement et la police s'inclineront devant son pouvoir.  Et cette fois, il sait qu'il va gagner. Il sera Docteur Radar, Maître du monde ! Mais dans la nuit vénitienne, ses éternels adversaires Ferdinand Straub et Pascin s'évertuent à perturber les plans délirants d'un Radar plus savant fou que jamais !
    Noël Simsolo et Bézian nous replongent dans les aventures délicieusement feuilletonesques du Docteur Radar. Un récit enlevé au dessin virtuose qui rend autant hommage au cinéma expressionniste allemand qu'à Fantômas et aux romans de gare du début du XXe siècle.

  • « La vie, ce n'est pas seulement respirer. C'est aussi avoir le souffle coupé. »En 1960, le film Psychose traumatise des spectateurs du monde entier. Jamais l'angoisse ni le suspense n'avaient été aussi bien mis en scène au cinéma. Mais d'où vient le talent de cet Alfred Hitchcock, celui que l'on surnomme désormais le « cinéaste de la peur » ? Pour le savoir, il faut d'abord remonter à sa jeunesse, en Angleterre, pendant la première moitié du XXe siècle. Ayant grandi dans une famille catholique - une originalité religieuse qui se ressentira dans une grande partie de son cinéma -, « Hitch » est un anglais atypique qui, très tôt, a le goût de raconter des histoires. La tentation de travailler pour le cinéma ne se fera pas attendre, d'abord comme graphiste aux studios Islington de Londres où son talent visuel l'amènera à faire ses débuts derrière la caméra, comme assistant puis comme metteur en scène complet. C'est également ici qu'il fera la rencontre d'Alma Reville, son assistante et épouse qui l'accompagnera toute sa carrière.Avec « 9 ½ », découvrez la vie du maître du suspense Alfred Hitchcock, sans conteste l'un des plus grands cinéastes du 7e Art. L'histoire d'un artiste truculent, exigeant et tout simplement hors du commun, auteur d'une filmographie si riche qu'elle nécessitait deux volumes (tome 1 pour la période anglaise ; tome 2 pour la période américaine) pour la raconter.

  • « L'imagination gouverne le monde. »Le petit caporal, l'Ogre Corse, L'usurpateur... bien des noms ont servi à désigner Napoléon Bonaparte, pour le fustiger comme pour lui rendre hommage. Aujourd'hui encore, sa personne et l'impact de son règne font débat. Mais tous s'accordent pour dire que la marque qu'il a laissée sur son époque et sur les générations futures est prégnante. Napoléon est sans aucun doute l'archétype du grand homme ayant bouleversé le monde. Un homme à l'ambition et au charisme démesurés. Un homme qui deviendra tour à tour général, consul et empereur. Son héritage, territorial, politique, législatif, institutionnel, sur la société française et sur le monde entier est inégalé.Puisqu'un si grand destin n'aurait pu être traité en seulement 46 planches, Napoléon est la première série en plusieurs albums de la collection « Ils ont fait l'Histoire ». Ce premier volume centré sur la période 1793-1799, scénarisé par le grand Noël Simsolo et sous le regard de Jean Tulard (l'historien de référence sur Napoléon), nous narre les premières campagnes militaires du futur Empereur : de la prise de Toulon à son retour d'Égypte.

  • Prends garde à toi, docteur Radar !Paris, gare de l'Est, 1920. Gontran Saint-Clair, savant reconnu, est retrouvé mort empoisonné au curare dans un train de la ligne Paris-Berlin. Ce meurtre survient peu après le décès suspect de deux autres savants : Aristide Vernon et Bruno Vaillant. Plus tard, c'est le professeur Émile Lenoir qui succombe d'une piqûre de scorpion, en plein Paris... Or ces savants avaient un point commun : ils travaillaient tous sur la conquête spatiale ! Ferdinand Straub, ancien as de l'aviation française reconverti en détective, mène l'enquête et découvre que le responsable de ces crimes serait un certain docteur Radar, un mystérieux et dangereux individu passé maître dans l'art du déguisement. Entre le talent de son adversaire et l'incompétence de la police parisienne, Straub va devoir redoubler d'ingéniosité et de vigilance pour capturer le redoutable docteur Radar...Docteur Radar nous replonge dans le surréalisme français de la première moitié du XXe siècle, où science, progrès et méchants machiavéliques rythmaient les grands feuilletons policiers de l'époque comme Fantômas. Après Ne touchez à rien, le dessin expressif et virtuose de Bézian s'associe une nouvelle fois, mais dans un tout autre registre, au talent narratif et au scénario millimétré de son complice Simsolo.

  • Terreur en Italie !Sur le point d'être menée à l'échafaud, Mariana, la maîtresse et complice du docteur Radar, s'est évadée. Bilan de l'opération : 3 morts. Pour le détective Ferdinand Straub, aucun doute : son ennemi juré a refait surface, et pas question qu'il lui échappe une fois de plus ! Il suit sa trace jusqu'à Rome, où un éminent scientifique a récemment été enlevé. Le tueur de savants aurait donc trouvé refuge dans l'Italie fasciste de Mussolini. Ce qui veut dire qu'en plus des sbires peu scrupuleux de son adversaire, Straub va devoir se frotter aux Chemises noires du Duce... La tâche risque d'être ardue.Après un premier tome remarqué, Noël Simsolo et Bézian nous replongent dans les aventures délicieusement feuilletonnantes de Docteur Radar ! Un récit enlevé au dessin virtuose qui rend autant hommage au cinéma expressionniste allemand qu'à Fantômas et aux romans de gare du début du XXe siècle.

  • L'homme qui aimait les films.Paris, 31 janvier 1981, 6e cérémonie des César. François Truffaut rafle la quasi-totalité des trophées de la soirée pour son chef-d'oeuvre Le Dernier métro. Comme un symbole, le film qui se déroule pendant l'Occupation renvoie à cette période tourmentée pendant laquelle le jeune Truffaut s'est justement pris de passion pour le cinéma, passion qui le fera progressivement entrer dans ce monde... Protégé d'Henri Langlois puis secrétaire particulier d'André Bazin, il entre en effet dès le début des années 1950 comme critique aux Cahiers du cinéma où ses textes pamphlétaires font grand bruit. C'est ici, aux côtés de Claude Chabrol, Jacques Rivette, Jacques Demy, Éric Rohmer et Jean-Luc Godard, qu'il lancera la Nouvelle Vague, ce genre cinématographique français par excellence qui continue de faire rêver les cinéastes du monde entier.Après Lino Ventura, Sergio Leone et Alfred Hitchcock, la collection « 9 ½ » se consacre un autre monstre du cinéma français et international, l'un des seuls à avoir à ce point concilié succès critique et public durant toute sa carrière. L'histoire d'un homme qui aimait le cinéma... et les femmes.

  • La Chute1811. À la naissance de son fils, Napoléon déclare qu'il sera son successeur à la tête du grand empire qui va des Pays-Bas à Rome. Mais plusieurs obstacles entravent de plus en plus ses ambitions impériales : le règne de l'Angleterre sur mer, la guérilla en Espagne ou la désastreuse campagne de Russie. Les ennemis de Napoléon le surnomment « boucher », tant ses soldats meurent en nombre dans des combats de moins en moins victorieux. Ses propres ministres ou généraux, tels que Talleyrand ou Bernadotte, se retournent contre lui et rejoignent en 1814 une coalition européenne qui force l'empereur à abandonner le pouvoir. Exilé sur l'île d'Elbe, Napoléon prépare son retour. Mais il est déjà trop tard.Découvrez la fin de la série la plus ambitieuse de la collection « Ils ont fait l'Histoire ». Ce troisième et ultime volume nous conte la fin tragique du règne de l'empereur jusqu'au retour de ses cendres de l'île de Sainte-Hélène...

  • « Ce que je cherche avant tout, c'est la grandeur : ce qui est grand est toujours beau. »Revenu victorieux de ses campagnes en Égypte, Napoléon Bonaparte est accueilli en France comme « le sauveur de la République ». Se positionnant en héros du peuple, il prépare sur les bons conseils de Talleyrand un coup d'état visant à l'introniser Premier consul. Fort de ce nouveau statut, il réforme le pays et ses institutions en profondeur, établissant la Banque de France et les préfets, créant la Légion d'honneur et rédigeant un tout nouveau Code civil. Poursuivant ses conquêtes militaires, il réussit à faire adopter une nouvelle constitution le proclamant consul à vie. La route qui le mènera au titre d'empereur n'est plus très longue...Prévue en 3 tomes, Napoléon est probablement la série la plus ambitieuse de la collection « Ils ont fait l'Histoire ». Ce second volume, de 1800 à 1810, nous conte le destin de l'Empereur de son retour d'Égypte à l'apogée de son règne.

  • Sergio Leone

    ,

    Il était une fois une légende du cinémaEspagne, 1965. Sur le plateau de Et pour quelques dollars de plus, Sergio Leone, qui signe désormais ses films de son vrai nom, s'entretient avec un journaliste pour évoquer son parcours... Fils de l'un des pionniers du cinéma italien, Sergio grandit dans l'Italie fasciste de Mussolini. C'est dans ce contexte trouble qu'il se passionne pour la littérature et le cinéma américains. Au sortir de la guerre, il fait ses premières armes, devenant l'assistant des plus grands réalisateurs de son époque comme Orson Welles ou William Wyler (pour qui il réalise la mythique scène de course de chars dans Ben Hur). Lassé du péplum, il inaugurera malgré tout sa carrière de réalisateur avec Le Colosse de Rhodes : film qui lui permet de se moquer insidieusement des codes d'un genre qu'il dénigre. Mais en déconstruisant ce genre, il lui donne une nouvelle naissance. À l'instar du western, à qui il offrira des années plus tard un nouveau souffle... et quelques-uns de ses plus grands chefs-d'oeuvre.Déjà auteur d'un livre d'entretien de référence avec le cinéaste, Noël Simsolo nous raconte par le détail la vie et la carrière du mythique Sergio Leone, inventeur du western spaghetti et probablement l'un des cinéastes les plus cultes de tous les temps.

  • « - C'est donc une révolte ? - Non sire, c'est une Révolution. »14 juillet 1789. Depuis plusieurs jours, de violentes émeutes ébranlent le royaume de France suite au renvoi de Necker, ministre du roi jugé trop libéral. En quête de poudre et d'armement, les milices bourgeoises marchent désormais vers la Bastille, qui tombe après de violents affrontements. Et ce qui n'était qu'une simple prise de guerre devient instantanément l'acte fondateur d'une nouvelle et grande révolte populaire. Le peuple, porté par un vent nouveau, devient chaque jour plus organisé et défend son destin dans la rue comme sur les bancs de l'Assemblée nationale. La noblesse, désemparée face aux déferlements de violence, assiste impuissante à son propre effondrement. Si le roi jouit encore d'une relative popularité, personne, dans les deux camps, n'est dupe : tôt ou tard, la monarchie sera abolie. Un monde est en train de mourir. Un autre s'apprête à naître.À travers deux albums de bande dessinée complémentaires, revivez l'acte fondateur de la Révolution française et les mois qui ont suivi, donnant naissance à la courte monarchie constitutionnelle de 1791 et aux prémices de la République française. Chacune, écrite et réalisée du point de vue des deux camps (Noblesse et Tiers État), nous offre une diversité de points de vue à même de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce moment essentiel de notre histoire contemporaine.

  • « - On ose parler d'émeute !- Alors c'est à une émeute que la nation doit sa liberté. Ne vous y trompez pas, le combat débuté le 14 juillet n'est pas terminé ! »14 juillet 1789. Depuis plusieurs jours, de violentes émeutes ébranlent le royaume de France suite au renvoi de Necker, ministre du roi jugé trop libéral. En quête de poudre et d'armement, les milices bourgeoises marchent désormais vers la Bastille, qui tombe après de violents affrontements. Et ce qui n'était qu'une simple prise de guerre devient instantanément l'acte fondateur d'une nouvelle et grande révolte populaire. Le peuple, porté par un vent nouveau, devient chaque jour plus organisé et défend son destin dans la rue comme sur les bancs de l'Assemblée nationale. La noblesse, désemparée face aux déferlements de violence, assiste impuissante à son propre effondrement. Si le roi jouit encore d'une relative popularité, personne, dans les deux camps, n'est dupe : tôt ou tard, la monarchie sera abolie. Un monde est en train de mourir. Un autre s'apprête à naître.À travers deux albums de bande dessinée complémentaires, revivez l'acte fondateur de la Révolution française et les mois qui ont suivi, donnant naissance à la courte monarchie constitutionnelle de 1791 et aux prémices de la République française. Chacune, écrite et réalisée du point de vue des deux camps (Noblesse et Tiers État), nous offre une diversité de points de vue à même de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce moment essentiel de notre histoire contemporaine.

  • Impitoyables, mais pour la bonne cause !Fin du XIXe siècle. Alors que Paris a encore du mal à cicatriser des plaies de la Commune, un attentat se prépare contre l'écrivain Émile Zola. Son crime ? Avoir osé défendre le capitaine Alfred Dreyfus dans son célèbre texte « J'accuse ». Heureusement pour lui, dans cette Europe secouée par le fascisme, l'antisémitisme et les débuts de l'anarchisme, un groupe secret de marginaux lutte pour défendre les victimes des persécuteurs. Elle est noire, ils sont juifs, métèques ou saltimbanques. Et pour punir les ennemis de la liberté, ils n'ont pas peur de se montrer aussi cruels qu'eux. Ensemble, ils ne font qu'un. Ils sont le groupe Prospero.Pour leur première collaboration, Noël Simsolo et Olivier Balez nous offrent une série d'action au rythme implacable portée par une troupe de héros charismatiques et loin des stéréotypes. Plus qu'un hommage, une véritable relecture post-moderne de la BD d'aventure sur le théâtre de la grande histoire, portée par une ligne claire d'une rare élégance. Un premier récit en deux tomes.

  • Les ennemis de la liberté ne se cachent plus...Bruxelles, le 20 février 1898. Alors que la grande cantatrice Maria Schitzberg chante Wagner au théâtre de la Monnaie, Dirk Vansaul, industriel financeur du Bund des socialistes juifs en Russie, est assassiné dans sa loge d'une aiguille dans la nuque. Le crime est signé : « avec les compliments du groupe Teufel ». Alors qu'en France, Zola encourt la prison pour avoir osé défendre Dreyfus, un militaire juif, les ennemis de la liberté, portés par le vent de l'Histoire, ne se cachent même plus... Beauté noire et Prospero savent désormais qui affronter. Reste à déterminer comment.Découvrez la conclusion du premier cycle de Beauté noire et le groupe Prospero, relecture post-moderne de la BD d'aventure sur le théâtre de la grande histoire, portée par une ligne claire d'une rare élégance.

  • Pigalle, la RougePigalle, novembre 1954. Le quartier entier est un repère de malfrats et maquereaux de la pire espèce. Guy, patron ambitieux et relativement intègre du club La Perle noire, s'apprête à acheter un nouveau cabaret. Sauf que la vente ne se conclut pas vraiment comme prévue... Lors d'une fusillade, Guy perd son frère, ne devant la vie sauve qu'à un clochard qui s'interpose entre lui et les balles. En homme d'honneur, il a maintenant une dette à payer. Mais d'abord, il doit trouver celui qui a essayé de l'assassiner...Après Pornhollywood, Noël Simsolo et Dominique Hé se retrouvent pour un récit noir digne d'un film de Melville, servi par une ligne claire très inspirée à la puissance cinématographique. Un polar ficelé et référencé qui, à l'instar des Nestor Burma du duo Malet/Tardi, nous replonge avec force dans l'ambiance des soirées de brume du Paname des années 1950.

  • Un monstre sacré du cinéma et du théâtre du XXe siècleAprès son divorce, le comédien Lucien Guitry enlève Sacha, son fils de cinq ans et l'emmène plusieurs mois à Saint-Pétersbourg où il se produit devant la cour impériale. C'est ainsi que l'enfant Sacha Guitry débute sur scène devant le Tsar Nicolas. Ces premiers pas sur les planches lui donnent le goût du théâtre. Très jeune, et malgré une scolarité désastreuse, il écrit et interprète ses propres pièces à Paris et connait ainsi la gloire. Ami de Sarah Bernhard, Colette, Alphonse Allais, Jean Cocteau, Georges Feydeau, il connait un destin fabuleux qui l'amène à être le roi de Paris...Avec Noël Simsolo et Paolo Martinello, découvrez la première biographie en bande dessinée de la légende Sacha Guitry. Un diptyque passionnant et documenté qui nous fait découvrir, au-delà de l'homme des bons mots, un artiste très en avance sur son temps, tour à tour auteur, acteur, metteur en scène ou cinéaste.

  • Pigalle, la RougePigalle, novembre 1954. Le quartier entier est un repère de malfrats et maquereaux de la pire espèce. Guy, patron ambitieux et relativement intègre du club La Perle noire, s'apprête à acheter un nouveau cabaret. Sauf que la vente ne se conclut pas vraiment comme prévue... Lors d'une fusillade, Guy perd son frère, ne devant la vie sauve qu'à un clochard qui s'interpose entre lui et les balles. En homme d'honneur, il a maintenant une dette à payer. Mais d'abord, il doit trouver celui qui a essayé de l'assassiner...Après Pornhollywood, Noël Simsolo et Dominique Hé se retrouvent pour un récit noir digne d'un film de Melville, servi par une ligne claire très inspirée à la puissance cinématographique. Un polar ficelé et référencé qui, à l'instar des Nestor Burma du duo Malet/Tardi, nous replonge avec force dans l'ambiance des soirées de brume du Paname des années 1950.

  • Un monstre sacré du cinéma et du théâtre du XXe siècleJanvier 1939. Sacha Guitry s'apprête à se marier pour la quatrième fois tout en préparant son prochain film : Ils étaient neuf célibataires. Élu à l'Académie Goncourt la même année, l'artiste connait une période bénie. Mais très vite, la guerre éclate et la France capitule. En traitement à Dax au moment de l'armistice, Guitry veut à tout prix remonter sur Paris pour « sauver la culture française »... Pour combattre les Nazis, il utilisera son art et son sens de la provocation légendaire. Mais entre le sous-texte antiallemand de ses pièces et les relations mondaines qu'il entretient avec l'occupant, Sacha joue à un jeu dangereux. Cette forme de connivence avec l'ennemi n'est pas du goût de tous. Et à la libération, beaucoup le lui reprocheront...Découvrez la biographie en bande dessinée de la légende Sacha Guitry dans un diptyque passionnant et documenté qui nous fait découvrir, au-delà de l'homme des bons mots, un artiste très en avance sur son temps.

  • Un portrait sans concession de la plus célèbre des reinesParis, le 13 août 1792. La monarchie est abolie. Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI, est internée à la Tour du Temple. Installée dans une cellule en attente de son procès, elle écrit ses mémoires... Du départ de son Autriche natale à ses noces avec le dauphin de France, en passant par le quotidien parfois impitoyable de la cour du roi et sa rencontre avec Axel de Fersen qui deviendra son amant et ami, celle qui passa des ors du Trianon à la puanteur des cachots s'y livre entièrement et sincèrement.En choisissant de raconter la vie de Marie-Antoinette comme si elle écrivait ses propres mémoires, Noël Simsolo trouve le ton juste pour brosser un portrait à la fois complet et touchant de la plus célèbre reine de France, auquel le trait léger et délicat d'Isa Python vient apporter un supplément d'élégance.

  • Un portrait sans concession de la plus célèbre des reinesEn choisissant de raconter la vie de Marie-Antoinette comme si elle écrivait ses propres mémoires, Noël Simsolo trouve le ton juste pour brosser un portrait à la fois complet et touchant de la plus célèbre reine de France, auquel le trait léger et délicat d'Isa Python vient apporter un supplément d'élégance.

empty