• « Qui n'a pas eu la chance de suivre les enseignements d'Olivier Grignon pourra découvrir, en lisant les textes de ses conférences ici réunies, le travail d'un psychanalyste soucieux de transmettre à ses auditoires une psychanalyse vivante, en mouvement, forgeant sa recherche en l'inscrivant systématiquement dans un permanent dialogue avec ses maîtres - Freud, Dolto, Lacan - et ses pairs.

    Son incontestable talent réside en grande partie dans son effort permanent pour déplier ce qui, dans la théorie analytique, a tendance à s'ombiliquer pour devenir d'abord doctrine puis lettre morte. Olivier Grignon n'est pas en quête d'une théorie idéale et sophistiquée mais à la recherche de ce qui s'arrache de la clinique pour s'écrire et se dire conceptuellement. Il lit Lacan avec enthousiasme et s'émeut à chacune des trouvailles de ce dernier, ce qui contribue à nous le rendre à la fois proche et héroïque. Ce que dit Lacan, ça le secoue et il tente de nous transmettre cette émotion en cernant dans ce discours un Lacan tourmenté par les impasses et les apories, notamment freudiennes.

    Olivier Grignon part de l'idée que le savoir psychanalytique n'est pas le référentiel de l'acte analytique. Du coup, le psychanalyste apparaît comme un être divisé entre sa tâche et son acte qui consiste à essayer de rendre compte de ce qu'il fait quand il se commet à apprendre de ses patients (Dolto). C'est pourquoi, Olivier Grignon a de bonnes raisons  de se demander si "vouloir enseigner ce qui ne se transmet pas" ne serait pas un symptôme.» Jean-Pierre Winter

  • Ce livre veut donner raison à la folie, autrement dit fonder en raison la confiance que chacun doit pouvoir faire à sa sensibilité thérapeutique, mais aussi accepter cette voix de la folie présente en chacun de nous et dont l'apprivoisement, la découverte, mènent toujours à un accroissement d'être.
    Si la psychanalyse nous aide à faire face à l'irréconcilié, elle le fait dans l'espace restitué au témoin d'une parole originaire. Olivier Grignon, dans ce livre à l'amplitude remarquable, s'attache à nous rendre présent ce " corps des larmes " qui est aussi le corps du délit. Corps dont la psychanalyse n'arrive pas au bout, et qui vient infiltrer les mots depuis la terreur, la mélancolie, l'égarement. Dans quelle sorte de corps naissent les larmes ? Elles ne naissent pas au coeur du désert, mais dans ce no man's land entre l'humain et l'inhumain, dans cet espace innommé où s'originent à la fois la création et la folie. Ce livre fait aussi le périple de la psychanalyse, partout où elle se heurte à sa propre folie, et à ce qui en fait un chemin et instrument de passage, sinon de passe, du côté de ce qu'on appelle : guérir et aimer.

empty