• Par delà les continents et les océans, l'Atlas des lieux maudits dresse un inventaire inédit des contrées les plus infréquentables de la planète. De la réserve naturelle de Kasanka en Zambie envahie par des nuées de chauves-souris, au ténébreux phare des disparus d'Eilean Mor perdu dans les îles Flannan, en passant par la sinistre forêt des suicidés d'Aokigahara au Japon ou la diabolique demeure coloniale du 112 Ocean Avenue à Amityville, chacun des quarante lieux recensés renferme une histoire aussi tourmentée que fascinante. Véritable manuel géographique de l'épouvante, cet atlas se feuillette d'une main fébrile, la peur au ventre..


  • Neuf aventuriers au départ de la plus formidable course à la voile de tous les temps. Un seul en reviendra....

    À la fin des années 1960, neuf aventuriers solitaires relèvent simultanément le même défi : accomplir le premier tour du monde à la voile sans escale. Ainsi commence la Sunday Times Around the World Race, la course la plus rocambolesque et la plus dramatique jamais disputée. Elle est servie par des protagonistes aux personnalités exceptionnelles, soldats de la Seconde Guerre mondiale, baroudeurs sans expérience nautique mais prêts à tout, citadin névrosé et avide de gloire, idéaliste en quête d'absolu... Un scénario digne des meilleurs thrillers : un affabulateur envoyant de fausses positions avant de disparaître en mer, un vainqueur potentiel qui fait naufrage à quelques jours de l'arrivée, un marin-philosophe tournant le dos à une civilisation qu'il ne supporte plus... Le tout en un temps où la mer savait garder ses secrets, faute de GPS et de communications par satellites. Un seul arrivera finalement au bout, écrivant avec panache l'une des plus belles pages de l'histoire maritime.
    Spectateur attentif hier, journaliste aujourd'hui, Olivier Le Carrer part à la recherche des héros de son adolescence, croisant souvenirs personnels et enquête sur le terrain pour raviver cette formidable épopée.

  • "Pour les marins curieux et les aspirants navigateurs, voici une fantaisie documentaire capable de faire comprendre la mer à tout un chacun ! Vous y trouverez autant d'informations indispensables à quiconque prétend monter sur un bateau, ou prend simplement du plaisir à regarder les autres naviguer. * les subtilités de l'environnement maritime, * les bonnes raisons pour prendre la mer, * les bonnes raisons pour ne surtout pas la prendre, * la physique élémentaire des corps flottants, * le plaisir que peut procurer la navigation, * le plan sommaire d'un bateau, avec le lexique ad hoc, * les différents types d'embarcations et leurs usages, * les us et coutumes des marines de plaisance, de pêche, de guerre ou de commerce, * la réglementation présidant aux déplacements sur l'eau, * le vocabulaire de la voile et celui du bateau à moteur, * les moeurs des coureurs d'océans, * les ports d'attache et les destinations de rêve, * les courses au large et les régates tout près des côtes, * les héros salés et autres figures océanes..."

  • Le nationalisme arabe

    Olivier Carré

    • Fayard
    • 20 Janvier 1993

    L'Orient arabe n'est plus celui du Nasser de Suez et de la guerre des Six Jours. La flamme panarabiste s'est éteinte. Les Etats et populations arabes, après l'échec global des expériences nassériennes ou baassistes, aspirent à une cohésion entre pays, sans hégémonie et sans conquérant. Un après-panarabisme se met en place. En ce sens, la dernière guerre de Saddam Hussein peut être considérée comme un soubresaut d'une utopie déjà morte.
    Prenant du recul sur les événements, c'est l'évolution de la pensée nationaliste arabe que retrace ce livre, depuis la naissance du Baas, à la fois philosophie et parti politique, jusqu'à l'effervescence de l'islamisme. Le nassérisme a marqué une époque et son retentissement perdure. Le nationalisme palestinien s'en est réclamé, tout en le contestant. Husri, Arsouzi, Aflaq, le poète Darwish et Qutb "le martyr", entre autres, ont illustré ces courants de pensée politique. Mais, après avoir subi une influence marxiste, un nouveau courant, depuis les années 1980, prend en compte les minorités, qu'elles soient ethniques ou confessionnelles, et dénonce les "Etats de terreur" panarabes.
    Olivier Carré, chercheur au Centre d'études et de recherches internationales (CERI) de la Fondation nationale des sciences politiques, sociologue et arabisant, est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'Orient arabe.

  • Comment la vue islamique du monde et de la société (telle qu'elle est reçue dans l'Orient arabe depuis le mouvement réformiste musulman, fin du XIXe - début du XXe siècle) réagit-elle aux orientations socialisantes nassériennes et baasistes dans l'Egypte, la Syrie, l'Irak des années soixante ? De cette réaction et des essais de synthèse qui en résultent se forme-t-il un courant islamique progressiste, ou bien doit-on dire qu'un Islam politique aujourd'hui est obligatoirement intégriste, entrave au progrès dans ses formes modernes ? Cette étude porte son intérêt sur une catégorie de textes idéologiques d'une assez grande importance : les manuels officiels d'enseignement islamique obligatoire. Là se rencontrent et se mélangent, non sans contradictions ou hésitations, trois acteurs politiques : les hommes du pouvoir « révolutionnaire », les hommes de religion, les jeunes citoyens enseignés et leur entourage familial. Une interrogation approfondie est adressée à ces textes (à l'aide d'un système assez simple d'analyse conceptuelle combinatoire) sur la famille et la femme, les communautés et la société, les appartenances nationales, le pouvoir politique idéal, la guerre et la paix, enfin la juste organisation sociale et économique. Voici donc une introduction à la pensée politique arabo-islamique socialisante telle qu'elle est aujourd'hui diffusée, vulgarisée, reçue.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le mouvement de résistance d''un grand nombre de Palestiniens pèsera-t-il réellement sur le destin du Proche-Orient et du monde ? Afin d''aider à mieux répondre à pareille interrogation, il est bon de commencer par le commencement, de lire les textes des Palestiniens eux-mêmes. Que pensent-ils des contraintes auxquelles ils sont soumis, depuis exactement un siècle ? Comme se représentent-ils leur riposte, dont le premier grand épisode a marqué les années 1936-1939, et dont l''épisode actuel, depuis 1965 et surtout 1967, semble à beaucoup une faillite ? Quelle idée se font-ils de la marche du monde, du socialisme, de la révolution ? Bref, y a-t-il une idéologie palestinienne de résistance ? Ne faut-il pas aussi interroger, en de de l''idéologie, la parole secrétée par l''expérience quotidienne de la perte et de la mort, que tout un peuple redit parce que des poètes l''ont chantée ?
    Voilà les questions que se pose, et vous pose, Olivier Carré, chercheur au Centre d''étude des relations internationales de la Fondation nationale des sciences politiques, sociologue et arabisant, après avoir travaillé plusieurs années au Caire, à Beyrouth et à Damas, ainsi que récemment à Nazareth (Israël). L''auteur a choisi de présenter un nombre restreint de documents fondamentaux, la plupart ignoré en France, et de les lire en profondeur soit par l''analyse structurale des textes potiques, soit par un système d'analyse conceptuelle combinatoire qu'il a déjà appliquée à des corpus de manuels scolaires arabes.

  • Sayyid Qutb fut condamné à mort en 1966 pour ses écrits politiques. Son commentaire coranique Fi zilâl al-qu'ran, qui comporte six volumes, est le livre de chevet d'un grand nombre de musulmans du monde arabe, militants ou non. L'actualité de ce penseur, dont se réclament les Frères musulmans radicaux, est évidente. Le mérite d'Olivier Carré est de dépasser des interprétations trop rapides, fondées sur quelques déclarations ou actions de «qutbistes», en utilisant une méthode de lecture rigoureuse qui met en lumière les grands thèmes du texte fondamental : l'émancipation coranique véritable des femmes et de la famille, l'intégration de non-musulmans dans la société islamique idéale, le «combat pour Dieu», les biens et la justice sociale, la «socialité» de la société islamique vraie, la notion d'Etat islamique.

empty