• Réunissant les contributions de personnalités aussi diverses que Paul Fournel, Nicolas Baverez, Guy Boley, Denis Jeambar, François-Guillaume Lorrain, Jean-Emmanuel Ducoin, Alain Gillot, Raymond Domenech ou Laurence Fischer, « Diego, l'enfant de la balle » propose un portrait, tour à tour, amoureux et mordant, de Diego Maradona. Des anecdotes, des chroniques et des micro-fictions qui éclairent la personnalité d'une des plus grandes stars du football mondial et racontent la place particulière que l'argentin occupait dans le coeur du public.

  • En cette période de tempête qu'est l'épidémie de coronavirus, l'écriture apparaît comme une bouée de sauvetage.
    À l'occasion du concours d'écriture Journal de bord du confinement organisé par Librinova en avril 2020, des centaines d'auteurs ont ainsi saisi l'occasion de partager leurs histoires, réelles ou imaginées.
    "Tous dans le même bateau" regroupe les plus surprenantes et émouvantes de ces histoires, qu'elles soient écrites à une ou plusieurs mains.
    Découvrez ici quatre nouvelles : Chère Mamie, Ceci n'est pas un journal de confinement, Le printemps n'avait pas été mis au parfum et @coro.narration, d'auteurs qui ont fait de leur traversée un moment d'humour, de poésie ou d'originalité !

  • En cette période de tempête qu'est l'épidémie de coronavirus, l'écriture apparaît comme une bouée de sauvetage.
    À l'occasion du concours d'écriture Journal de bord du confinement organisé par Librinova en avril 2020, des centaines d'auteurs ont ainsi saisi l'occasion de partager leurs histoires, réelles ou imaginées.
    "Tous dans le même bateau" regroupe les plus surprenantes, amusantes, ou émouvantes de ces histoires, qu'elles soient écrites à une ou plusieurs mains.
    Découvrez ici les nouvelles issues de l'imagination de trois collectifs d'auteurs : L'atelier "La véranda des écrivains", les élèves de 3e2 et 3e7 du collège A. Schweitzer de Créteil, et les Mes'Anges, collectif de professionnels d'un EPHAD du Grand Est. Bonne lecture !

  • Des androïdes dansants, des inventeurs géniaux, mais un peu dérangés, des aérostats et des machines gigantesques, des prouesses technologiques et industrielles, des machines inédites et des mécanismes superbement complexes... Ces textes ne sont pas du steampunk. Ils en sont les plus lointaines racines, plongées dans les profondeurs de notre imaginaire.
    Étienne Barillier
    Les textes de cette anthologie nous plongent au coeur des sources de l'imaginaire « steampunk ». Ils n'en sont pas pour autant des textes « steampunk » comme le rappelle Etienne Barillier dans sa préface.
    La posture des auteurs du XIXe siècle et du début du XXe siècle est évidemment différente de ceux qui se revendiquent ou qui sont étiquetés « steampunk ». Ils imaginaient des futurs qui ne sont pas arrivés alors que le « steampunk » recrée un passé dans lequel le futur est arrivé plus tôt que dans notre réalité : le proto-steampunk lance ses « Et si ?... » vers l'avenir alors que le « steampunk » interroge le passé. Dans ces aller-retours entre passé et futur, des figures majeures se détachent comme Edgar Allan Poe, Thomas Edison, Jules Verne ainsi que des lieux communs dont a hérité le mouvement « steampunk » : ballons, dirigeables, automates, machines gigantesques fonctionnant à la vapeur...
    Certains des textes rassemblés sont connus comme La Journée d'un journaliste américain signé Jules Verne ou Le Canard au ballon d'Edgar Allan Poe, d'autres sont de petites perles oubliées magnifiant la vapeur, relevant de l'edisonade humoristique, ou imaginant un monde dans lequel les automates côtoient les humains.
    Tous ces textes extrapolent sur des données scientifiques et techniques de leur temps. Ils inventent un avenir dont se nourrit notre imaginaire contemporain.

    Philippe Éthuin
    Disponible en papier > archeosf.publie.net/le-passe-a-vapeur-anthologie-proto-steampunk/

  • Fut un temps où la sauvegarde de nos vies (sauvegarde au sens informatique qu'on lui prête aujourd'hui) était l'apanage des artistes, et notamment des écrivains. Mais, à l'heure de la surveillance de masse, des réseaux sociaux et des algorithmes invasifs, si nos vies sont suivies en temps réel, serons-nous encore capables de les écrire ? Née dans un contexte sécuritaire particulier où, de New York à Paris, sous prétexte de lutter efficacement contre le terrorisme, l'état d'urgence est devenu la norme, cette question nous concerne tous.
    Parce que la pratique de l'écriture se heurte tout particulièrement à ces enjeux, et dans le prolongement d'un symposium organisé en novembre 2014 dans le cadre du Festival du Film de Lisbonne sur le thème « Créateurs et surveillance », Céline Curiol et Philippe Aigrain ont invité dix écrivains contemporains à donner corps à cette question.
    D'Orwell à Amazon en passant par les drones espions, Noémi Lefebvre, Christian Garcin, Marie Cosnay, Céline Curiol, Claro, Carole Zalberg, Bertrand Leclair, Miracle Jones, Cécile Portier, Isabelle Garron, Catherine Dufour et Philippe Aigrain s'en remettent à la fiction et au langage pour nous ouvrir les yeux.




  • Les pratiques de lecture évoluent. En matière de lecture numérique, les nouveaux outils induisent toujours de nouveaux usages et de nouvelles possibilités. En quoi lit-on différemment sur un outil nomade et connecté (smartphone, tablette, liseuse) ? Qu'y lit-on précisément ? Comment les auteurs, les éditeurs, les chercheurs, les lecteurs appréhendent-ils ces outils ? Quelles nouvelles formes sont développées sur ces supports et comment sont-elles reçues ?

    Rassemblées au sein de ce livre, chacune dans son domaine, arts ou recherche, dix contributions tentent d'explorer les champs ouverts par ces interrogations.



    Cet ouvrage est le résultat d'un travail pédagogique mené au sein du master « Livres et médiations » de l'Université de Poitiers ; Morgane Bellier, Mylène Contival, Alicia Ferjoux, Yang Dong, Allison Guignepain, François Martinez, Manon Picard, Célia Rivard et Barbora Rulakova ont ainsi participé à l'ensemble de l'organisation des journées d'études et professionnelles des 13 et 14 juin 2014, organisées en partenariat avec le Centre du Livre et de la Lecture en Poitou-Charentes, la médiathèque de Poitiers et avec le soutien du Laboratoire FoReLL, et de l'UFR Lettres et Langues de l'Université de Poitiers.

  • Certains des visiteurs de PAUMÉE [brigetoun.blogspot.com] prennent ses mots à coeur, à tel point qu'ils les ont pris au sens propre, comme on s'empare d'une matière fertile. Ainsi, dans ce qui suivra, vous ne lirez QUE les mots de BRIGITTE CÉLÉRIER, mais réagencés différemment, façon CUT-CUP. D'une certaine manière on pourra donc dire que DIXIT PAUMÉE est écrit par BRIGITTE CÉLÉRIER sans BRIGITTE CÉLÉRIER (un beau paradoxe pour celle qui se décrit comme étant une « vieille novice »). Si par hasard vous ne connaissiez pas son site, PAUMÉE, vous trouverez ici une entrée, et même plusieurs entrées, derrière les pas et le travail de coupes et de reconstructions amicales de (dans le désordre) : Marie-Christine Grimard, Lucien Suel, Élizabeth Legros-Chapuis, Anita Navarrete Berbel, Piero Cohen-Hadria, Luc Comeau-Montasse, Anna Jouy, Jan Doets, Marie Noëlle Bertrand, Christine Jeanney, Sabine Huynh, Anh Mat, Christine Zottele, Serge Marcel Roche, et les arbres de Claudine Sales peints spécialement pour DIXIT PAUMÉE.
    Christine Jeanney


  • Anthologie choisie et composée par ses lecteurs sur une proposition de François Rannou. De nombreux livres de poésie d'auteurs vivants sont proposés à la lecture et tous les courants poétiques actuels sont représentés. Les auteurs présents dans cette anthologie : Olivier Apert, Hervé Bougel, Lionel Bourg, Jean-Patrice Courtois, Samuel Dudouit, Sylvie Durbec, Mohammed El Amraoui, Antoine Emaz, Sylvie Fabre G., Petr Král, Marc le Gros, Camille Loivier, Sophie Loizeau, Christophe Marchand-Kiss, Emmanuel Moses, Gérard Noiret, Lionel Ray, Valérie Rouzeau, Jean-Luc Steinmetz, Franck Venaille et Jean-Jacques Viton.

    Plus de détails, et des vidéos, sur : http://www.publie.net/livre/voix-intermediaires-une-anthologie-de-poesie-contemporaine/
    Ce livre est également disponible en papier : http://www.publie.net/livre/voix-intermediaires-une-anthologie-de-poesie-contemporaine/

  • Reposant sur une divergence de notre Histoire, l'uchronie nous raconte un autre passé, tel qu'il aurait pu être, tel qu'il n'a pas été. Que se serait-il passé si Alexandre le Grand avait affronté Rome ? Si les habitants d'Amérique avaient traversé l'Atlantique avant les Européens ? Si Louis XVI avait dominé la Révolution française ? Si Napoléon III était mort assassiné en 1858 ? Si l'Allemagne avait attaqué le France en 1905 ? Si le chemin de fer avait été inventé après l'automobile ?

    L'uchronie est devenue un genre majeur des littératures de l'imaginaire. Une autre histoire du monde explore les sources du genre uchronique, présentant treize textes couvrant 2500 ans d'uchronies de l'Antiquité jusqu'aux années 1930. Quatre de ces textes sont révélés pour la première fois.

  • Tiré à part actualisé de "Lettre à Anne Hidalgo, inspectrice du travail (et maire de Paris)", récit documenté de pratiques managériales de la capitale française, quand un énarque repenti se décide à envoyer une ancienne lettre... "la vie a cela d'extraordinaire qu'elle peut placer n'importe qui à n'importe quelle place".

  • Une illustration très contemporaine de l'opinion de Denis Diderot sur les avocats mais aussi de ce qu'écrivait Honoré de Balzac sur les notaires.


  • Hors de Paris pas d'avenir ?

    Futurs de province vous offre quatorze preuves du contraire. Se projetant dans l'avenir, cinquante ans en avant pour les plus ti- mides, mille ans pour les plus audacieux, ces textes rassemblés pour la première fois nous parlent d'urbanisme, d'économie, de démographie, d'industrie, de sport... Ils nous font entrer dans l'imaginaire de défricheurs provinciaux de l'avenir, par- fois célèbres tel Jules Verne, souvent oubliés pour les autres.
    Pour Amiens, Flers, Grenoble, Lyon, Marseille, Nantes, Poitiers, Rouen, Tarbes, Toulouse, Vienne - petites et grandes capitales régionales - c'est le rêve d'un futur radieux loin de la métropole parisienne.

    La province, doux lieu de l'utopie !

    À découvrir également : Paris Futurs !

  • Troisième tiré à part révisé de "Anne Hidalgo inspectrice du travail (et maire de Paris)... où l'on peut se demander si les énarques ne ressembleraient pas à des canidés, lâchant leurs petites idées partout où ils passent afin de montrer qu'ils existent en rêvant de faire oublier leurs origines provinciales.

  • Feuilleton d'une constitution de partie civile contre des "managers" de la Mairie de Paris pour mise en danger délibérée d'autrui et atteinte involontaire à l'intégrité physique, le tout s'ajoutant à des requêtes devant le juge administratif... ou quand un cadre n'a pas voulu être complice de dérives ; tous premiers épisodes : chroniques 2018. Tiré à part de la revue biennale "Singuliers" n° 17.

  • Second tiré à part révisé de "Lettre à Anne Hidalgo, inspectrice du travail (et maire de Paris)", récit documenté de pratiques managériales de la capitale française, quand un énarque repenti se décide à envoyer une ancienne lettre... "la vie a cela d'extraordinaire qu'elle peut placer n'importe qui à n'importe quelle place".



  • A

    ucune carte du monde n'est digne d'un regard si le pays de l'utopie n'y figure pas.
    -
    O
    scar
    W
    ilde

    1830, 1848, 1871, 1905, 1917... les révolutions et révoltes populaires se sont succédées pendant un siècle. Portés par une volonté de conquêtes sociales, d'une transformation profonde de la société et par l'espoir de voir leurs idées triompher, des auteurs engagés dans différents courants progressistes ont imaginé l'avenir des révolutions qu'ils vivaient ou qu'ils souhaitaient : à partir de théories ils projettent les lecteurs dans une ère nouvelle, un âge d'or à venir. Les sept textes réunis dans Demain, les Révolutions ! témoignent de la diversité des points de vue, des courants et des moyens de réaliser la révolution annoncée. Ces disciples de Saint-Simon et de Charles Fourier, socialistes et anarchistes, communards et anarcho-syndicalistes rêvent de voir le monde changer de base. Dans ces utopies et anticipations révolutionnaires, une nouvelle société se dessine : plus juste, plus fraternelle, plus égalitaire. Si ces espérances ne se sont pas toutes réalisées, elles contiennent des buts à atteindre qui sont toujours d'actualité, elles portent en germe l'émancipation du genre humain et le désir d'un avenir radieux. L'utopie n'est pas une illusion, elle est un idéal ; elle n'est pas une chimère, elle est un projet. Si, comme l'écrivait Victor Hugo, « l'utopie est la vérité de demain », hier comme aujourd'hui, avec tous les Jean Misère, continuons de bâtir des cités idéales, de chanter le temps des cerises et, demain, le soleil brillera toujours !
    Présentation de Philippe Éthuin.

  • Une autofiction singulièrement inconvenante, prélude à "La pédophilie de l'église romaine (entretien avec un ermite)", dédicacée à l'évêque français Pascal Roland, premier des clercs rencontrés par l'auteur, grâce auquel il comprit que "l'hypocrisie, le mensonge et la délation sont des modes de gouvernement ordinaire de l'église". Alors qu'un discrédit légitime entache le discours des prêtres, prélats ou pas, ceux-là n'en continuent pas moins impunément à parler de morale : il n'y a pas d'autre choix que de les contredire encore.

  • La femme, dans la société nouvelle, jouira d'une indépendance complète ; elle ne sera plus soumise même à un semblant de domination ou d'exploitation ; elle sera placée vis-à-vis de l'homme sur un pied de liberté et d'égalité absolues.
    La femme de l'avenir
    Auguste Bébel, 1891
    Au XIXe siècle, alors que les revendications féministes ne cessent de croître, que les femmes gagnent peu à peu des droits, des hommes écrivent des anticipations sur le rôle futur des femmes. L'anthologie Au Temps où les femmes régneront réunit un échantillon représentatif des fantasmes masculins de cette ère à venir à travers différentes formes : conte, théâtre, utopie... Un siècle après, ces textes continuent de nous interroger et révèlent leur modernité.
    Pour certains auteurs, ce sera une sombre époque de relégation des hommes, de remise en cause d'un supposé « ordre naturel », d'inversion des dominations et de tyrannie féminine. Pour les autres, ce sera le triomphe de l'égalité entre les sexes, de la déconstruction des genres et pourra alors naître une société utopique reposant sur des rapports femmes-hommes apaisés.
    Comme le dit le poète, la femme est l'avenir de l'homme.

  • Transporter, émouvoir, effrayer, révéler, faire sourire, indigner... les livres ont tous les pouvoirs !
    Qu'ils soient dévorés, censurés, mémorisés, ou rangés dans de petites ou grandes bibliothèques, ils ne laissent jamais indifférents.
    Avec un livre, tout peut arriver. Et s'il était le point de départ d'une nouvelle aventure ?

    Pendant trois mois, 590 participants ont relevé le défi lancé par l`écrivain Serge Joncour : écrire une nouvelle commençant par la phrase "C'est en ouvrant ce livre que tout commença...". Ce recueil compile les cinq nouvelles lauréates dans le cadre du concours d'écriture organisé par Librinova et le magazine LiRE.

  • Et si on lisait par solidarité ?
    Et si on se plongeait dans des histoires pour s'évader, oublier, rêver ?
    Lire pour soutenir les personnes qui chaque jour risquent leur vie pour sauver la nôtre, c'est toute l'idée de ce recueil.
    Découvrez vingt nouvelles tantôt sombres, tantôt porteuses d'espoir, mais toujours émouvantes, dans lesquelles les auteurs nous invitent à voir ce temps si particulier à travers leurs yeux.
    Pour aider nos soignants, les bénéfices de ce recueil sont intégralement reversés à la Fondation de France en faveur des personnels de soin, chercheurs, et des populations les plus vulnérables.

    Et si vous lisiez ?

  • Laissez-vous conter le mythe de l'engloutissement de Ker Is !
    Nombreuses sont les versions de la légendaire histoire de la ville d'Is. Collectées au XIXe siècle, qu'elles soient chrétiennes ou celtes, toutes nous racontent le mythe du roi Gradlon, de sa fille Dahut et de la submersion d'Is.
    Plus belle ville de son époque, affrontant la punition divine, elle n'a cessé de fasciner, d'Émile Souvestre à M. Reynes Monlaur, de Gabriel de la Landelle à Guy de Maupassant.
    Cette anthologie rassemble quelques-uns des plus beaux récits de la chute de Ker Is légués par le XIXe siècle. Plusieurs sont réédités pour la première fois.
    « En Bretagne, veut-on parler proverbialement d'une époque fort reculée, on dit "C'était du temps du roi Hérode" ou par variante : "du temps du roi Gradlon" - ce qui ne prouve en aucune façon que ces deux monarques fussent contemporains.
    Gradlon, d'après les chroniqueurs, est le moins ancien de quatre ou cinq siècles.
    Les poèmes, chants, contes et légendes populaires abondent sur son compte et sur celui de sa capitale, la ville d'Is ou Keris, submergée par la trahison de sa propre fille, la princesse Dahut ou Ahès, qui livra la clef des écluses protectrices à un amant bien cruellement digne d'elle. De nos jours encore les pêcheurs de la baie de Douarnenez, quand la mer est très limpide, prétendent apercevoir au fond les vestiges de l'antique cité rivale d'Occismor. »

  • Au XIXe siècle, la Révolution industrielle a profondément modifié le rapport de l'être humain à la nature. Dès cette époque, l'imaginaire littéraire s'est penché sur la question écologique et les textes d'anticipation réunis dans cette anthologie (datant de 1810 à 1920 et pour la plupart réédités pour la première fois) envisagent les atteintes à la nature, la destruction de l'environnement, voire la fin du monde. Devant les développements de la science et de l'emprise de l'humanité sur la Terre, certains imaginent une planète où la nature a disparu, où l'eau de source est une denrée plus rare qu'un vin millésimé, où les derniers oiseaux se trouvent en haut d'un Himalaya pris d'assaut par les villes, où l'on vit dans les égouts parisiens, d'autres font part de leurs craintes face à l'épuisement des ressources naturelles, tous lancent des avertissements qu'il faudra bien se résoudre un jour à écouter.

    « Alors commencera la redoutable période où l'excès de la production amènera l'excès de la consommation, l'excès de la chaleur, et la combustion spontanée de la Terre et de tous ses habitants.
    Il n'est pas difficile de prévoir la série des phénomènes qui conduiront le globe, de degrés en degrés, à cette catastrophe finale. Quelque navrant que puisse être le tableau de ces phénomènes, je n'hésiterai pas à le tracer, parce que la prévision de ces faits, en éclairant les générations futures sur le danger des excès de la civilisation, leur servira peut-être à modérer l'abus de la vie et à reculer de quelques milliers d'années, ou tout au moins de quelques mois, la fatale échéance. Voici donc ce qui va se passer. » (1872)


    Préface de Natacha Vas-Deyres.

  • S'appuyant sur plus de 15 ans d'expérience en groupe et en individuel avec plus de 1000 personnes accompagnées, les auteurs vous ont invité dans un premier tome à découvrir des repères de compréhension et des outils pratiques pour retrouver un nouvel équilibre après avoir vécu le décès d'un proche.
    Pour tous ceux qui sont concernés par des projets d'accompagnement, vous pourrez consulter dans ce tome 2 la présentation détaillée d'accompagnement du deuil en famille et du deuil du conjoint avec les spécificités du deuil chez l'enfant, l'adolescent et le conjoint.
    Vous trouverez des repères de connaissances et de compréhension, des outils corporels, graphiques et pédagogiques adaptés. Et vous découvrirez la place de l'art et de la créativité dans le réveil de l'élan vital.
    En annexe une bibliographie et une discographie circonstanciées, des adresses utiles.

  • « Nous sommes ingrats envers les penseurs et les artistes qui nous ont précédés. Que serions-nous sans eux ? Ils ont été les anneaux qui nous relient à la chaîne infinie. Comme dans un cerveau individuel une idée en amène une autre, leur oeuvre a suscité la nôtre. »
    Louise AckermAnn, Journal
    Ce livre s'ouvre comme une enquête sur Louise Ackermann (1813-1890). Qui était-elle ?
    L'Histoire - avec sa grande hache - l'a en partie effacée, son nom étant peu mentionné dans les anthologies, les encyclopédies qui touchent à la littérature du XIXe siècle. Sans doute qu'en plus d'avoir le défaut d'être une femme, elle n'avait pas le goût d'organiser elle-même sa propre publicité et ne cherchait pas la gloire.
    /> Penseuse, poétesse, sincère, enthousiaste, colé- rique aussi, et admirée par Tostoï, elle disait : « Je ne suis pas femme de lettres ; je n'écris pas, je chante. » Les fragments réunis ici - articles, écrits personnels, biographies, poèmes, lettres, journal intime, notices de ses contemporains et des lieux qu'elle a fréquentés -, constituent le matériau qui permettra de (re) découvrir son lyrisme, son insolence tranquille et la modernité de sa voix sans concession. En somme, ce qui reste dans son sillage.

    Textes réunis et présentés par C Jeanney.

empty