Fantasy & Science-fiction

  • Une épopée au coeur du royaume d'Occitania, qui résonne des bruits de la guerre médiévale et des cris des mourants. Dans le royaume de France ravagé par la guerre contre les légions catharis d'Occitania, Cristo, un soldat prisonnier, échappe à ses geôliers enchaîné à trois compagnons d'infortune. Les quatre fuyards que tout oppose doivent s'entraider pour survivre, contraints de se cacher puis d'emprunter les chemins de traverse. Commence alors pour eux une haletante course-poursuite à travers un pays ennemi dominé par des démons et vivant sous le joug d'une Église catharis fanatisée. Ici, dans les vestiges d'un antique Empire disparu, une magie ancienne continue de survivre dans des talismans et d'immenses tours-statues. Au coeur des forêts profondes et des montagnes déchiquetées des terres occitanes, pris dans le fracas des combats, Cristo et ses compagnons prendront conscience de porter en eux un pouvoir insoupçonné. Ils verront leur destin basculer et le monde trembler sous leurs pas.
    Paul Beorn nous propose un roman de Fantasy sombre et sans retour, aux références dantesques et boschiennes, tant les visions horrifiques qu'il crée nous rappellent certaines des figures de ces deux artistes du Moyen Âge.

  • Jéhanne est une Rouge, un soldat du Bailli, et ses origines plutôt modestes lui valent de s'appuyer sur un solide bon sens. C'est peut-être ce même bon sens qui la rend si peu sensible à la magie, alors que celle-ci semble envahir le Royaume. Tout le monde veut aller à Diable-Vert, cette cité pauvre des confins destinée il y a peu à un oubli complet. Lorsqu'on lui demande d'aller enquêter sur la nature du mystérieux phénomène, Jehanne se retrouve plongée au coeur d'une situation qui la dépasse. Dans un monde en guerre où les hommes semblent devenus fous, elle n'a pour garder les pieds sur terre que sa morale simple, une perle aussi bavarde qu'impertinente à son oreille et un bébé dans les langes qui attire d'étranges convoitises.
    La Perle et l'enfant, le premier livre du diptyque de la Pucelle de Diable-Vert, appartient à cette Fantasy qui mêle à un récit haletant la densité de personnages auxquels le lecteur s'attache profondément. Porté par une belle écriture, simple et lumineuse, Paul Beorn atteint dans son premier roman une maîtrise rare qui séduira tout autant les amateurs que les lecteurs occasionnels du genre.

  • Pour retrouver son Baba enlevé par la Sylve renégate, Jéhanne est prête à tout : affronter la mort, son passé tragique, l'opprobre et même le ridicule s'il le faut. Au coeur d'un royaume qui sombre dans la guerre et la Grande Ruine, elle tente vaillamment de résister et d'offrir un peu d'espérance à ceux qui acceptent de l'écouter. Il y a l'aide d'Abel de Royale-Terre et celle de la voix mystérieuse qui la soutient lorsque tout semble perdu, mais sauver Baba ne suffira peut-être pas ; les Hommes-pourris envahissent le monde de leur puant désespoir, et la race des humains risque de disparaître à jamais.
    Second et dernier livre de La Pucelle de Diable-Vert, Le Hussard amoureux conclut les aventures de Jéhanne la Rouge comme elles avaient commencé : entre tendresse et dévouement, dans la simplicité d'une histoire humaine dépassée par une magie trop lourde à porter pour ses héros. Paul Beorn donne à ses personnages une profondeur qui les attache à leurs lecteurs jusqu'au bout du récit. Paul Beorn a su créer une galerie de personnages qui ne cherchent guère le flamboyant, mais se tiennent presque toujours à hauteur d'homme, et c'est tout son talent.

empty