• En France, la politique n'a pas forcément bonne presse. C'est que sa vraie finalité est souvent méconnue : elle est un moyen de servir la personne et le bien commun. Les dérives qui apparaissent dans l'exercice du pouvoir ternissent son image et éloignent les citoyens d'un engagement au service de la vie collective. Pour l'Église spécifiquement, la politique est une façon de pratiquer la charité, coeur de notre foi chrétienne. Tout en restant vigilante sur le respect des valeurs démocratiques, l'Église invite les croyants à oser entrer en politique. Elle leur donne des repères aussi bien évangéliques que sociaux.
    Le chrétien qui s'interroge sur un tel engagement doit d'abord prendre conscience des images qu'il a de la politique : sans un effort de réhabilitation de l'action politique, ses motivations ne seront pas bien ajustées. Son discernement doit aussi prendre en considération les différentes attitudes possibles (la passivité, la colère, l'indignation...), cerner les pièges qui menacent l'engagement (l'idéologie, le goût du pouvoir...) et s'appuyer sur des critères objectifs solides (par exemple la priorité aux pauvres et à la sauvegarde de la planète ou le sens de la loi).
    Au coeur de l'actualité, avec pédagogie et grande clarté, Pierre de Charentenay conduit pas à pas le lecteur de la vision d'un monde politique abîmé et vain à la perspective d'une participation active à la conduite des affaires publiques, dans un esprit d'amour du prochain. Il lui propose des temps de réflexion au long des chapitres de cet ouvrage afin de mûrir son discernement.

  • Depuis le pape Léon XIII et la grande encyclique Rerum novarum qui dénonçait les dérives du capitalisme, l'Eglise s'intéresse à la question sociale. En témoignent de nombreux textes des papes ainsi que les prises de position des évêques ou des laïcs engagés. Mais comment expliquer cet intérêt de l'Eglise pour ce qui relève du politique ou de la société ? Est-ce une volonté de se mêler de ce qui ne la regarde pas, voire de peser sur la sphère temporelle ? Présentée ici par Pierre de Charentenay, cette pensée sociale vise davantage à promouvoir la dignité de l'homme, le sens du bien commun, de la liberté et de l'épanouissement de la personne. Et s'ouvre aussi à des problématiques nouvelles comme la mondialisation ou l'écologie.

  • Comme il paraît loin le temps où l'Église catholique en France était une puissance sociale incontournable, capable de tenir tête à l'État, alors que les autres religions ne tenaient qu'une place anecdotique... Aujourd'hui, le contexte a profondément changé : sécularisation accrue, affaiblissement de l'influence de l'Église, évolution des mentalités individuelles, émergence d'autres traditions religieuses dans la société, en particulier l'islam, le judaïsme et le bouddhisme.Quelle peut être alors la place originale des religions dans l'espace public ? Comment peuvent-elles s'exprimer sans volonté hégémonique dans un paysage recomposé ? Ce livre redessine avec clarté les nouvelles frontières de la laïcité.

empty