Littérature générale

  • La saga des Hachémites

    Rémi Kauffer

    • Stock
    • 22 Avril 2009

    Quatre frères de deux mères différentes. Trois seront rois, dont l´un à deux reprises. Le destin tumultueux de leur fratrie, celle des Béni Hachem, les Hachémites, traverse et résume un siècle d´histoire du Moyen-Orient. Rien n´y manque : les rivalités entre impérialismes ottoman, anglais et français, l´Arabie, l´Irak, la Syrie, le Liban, la Jordanie, le sionisme, la Première et la Seconde Guerre mondiales, la lutte contre les projets nazis à Bagdad, Glubb Pacha et sa " Légion arabe ", la fondation de l´État hébreu, le sort tragique des Palestiniens. Et, au milieu des guérillas et des révolutions, le pétrole.

    Winston Churchill, Lawrence d´Arabie, Ibn Séoud, le chef des terribles guerriers wahabbites, Ben-Gourion, le premier président israélien, Nasser l´Égyptien, le grand mufti de Jérusalem, implacable ennemi des Juifs et des Hachémites, Saint-John Philby, père du futur espion soviétique Kim Philby, Gertrude Bell...

    Avec leur père, le chérif de La Mecque, les Hachémites lancent, aux côtés de Lawrence d´Arabie, la guérilla de 1916-1918 contre les Turcs. Ils veulent un royaume arabe unifié sous la coupe de leur famille.

    L´aîné, Ali (1879-1935), dernier roi du Hedjaz - la partie occidentale de la péninsule arabique qui abrite les villes saintes de Médine et de La Mecque -, va en être banni par Ibn Séoud. Les Hachémites ont perdu la terre sacrée de l´islam. Favori de Lawrence d´Arabie, Fayçal (1885-1933) devient roi de Syrie.
    Mais l´armée française le chasse de Damas. br> >Spolié de sa couronne, Abdallah (1882-1951), le cadet, devra se contenter de la Jordanie. Assassiné devant la mosquée d´Omar, à Jérusalem, par un Palestinien pour sa modération envers Israël auquel il a pourtant livré une guerre, c´est son petit-fils, le roi Hussein, qui va lui succéder.

    L´héritier de Fayçal, Ghazi Ier, meurt dans accident d´automobile à la veille de la Seconde Guerre mondiale qui menace le trône et voit les nazis tendre la main aux nationalistes arabes.

    Seul échappe au massacre le petit dernier, Zaïed (1898-1972), ambassadeur d´Irak à Londres. La saga se conclut, en février 1999, avec la mort d´Hussein de Jordanie. Ç´en est fini du rêve hachémite, mais il aura beaucoup contribué à façonner le Moyen-Orient que nous connaissons aujourd´hui.

  • Archimède 1968

    Rémi Kauffer

    Ils avaient vingt ans en 1944.  Leur groupe de Résistance : le réseau « Archimède ».  Leur action d'éclat : détruire les fichiers qui livraient les jeunes Français au travail obligatoire en Allemagne.  Leur combat : les barricades du Quartier latin pour la Libération de Paris. Leur espoir : une France juste et fraternelle. Mais au printemps 1968, elle semble loin, cette France !  Vingt ans, c'est désormais l'âge de leurs enfants. Des adolescents en pleine fièvre contestataire d'anarchisme en trotskisme, de Nanterre à la Sorbonne, de manif en émeute. Le drapeau tricolore cède la place au drapeau rouge et la croix de Lorraine, hier symbole de liberté, devient celui du vieux monde à abattre.  Comment se dérober, toutefois, quand Jacques Foccart, l'éminence grise du général de Gaulle, fixe aux anciens du réseau Archimède cette mission très secrète : faciliter et protéger des négociations secrètes à Paris entre Américains et Nord-Vietnamiens pour mettre fin à la guerre qui ensanglante l'Indochine ? Un chassé-croisé infernal se met alors en marche : les ados de 1944, devenus des adultes, courent d'un bout à l'autre d'un Paris figé dans la grève générale tandis que les ados de 1968 dressent d'autres barricades, celles de la contestation, et mettent la capitale à feu et à sang au nom des mêmes idéaux qu'eux autrefois.
      L'auteur de ce roman « transgénérationnel » où août 1944 téléscope mai 1968 ne s'est accordé que quelques libertés mineures avec l'Histoire. La réalité est en effet si riche qu'elle donne toujours plus de puissance à la fiction.

empty