• La pomme, le péché originel, la tentation, le Mal... Et puisque depuis l'humanité n'a, semble-t-il, pour unique volonté que d'aller droit dans le mur, ce recueil va y apporter sa modeste contribution : Dépravation, échec, paranoïa, haine, folie, mensonges, renoncement, névroses, violence, dépression, mysticisme, chute, obscénité, misère, déviance, nihilisme, souffrance, refus, pouvoir, chaos, solitude, psychotropes, ennui, dégoût, frustration, dépendance, colère, pessimisme, perversion, phobies, lâcheté... Genèse ou géhenne ? Choisissez, mais ne blâmez pas l'engeance: car elle est vôtre! Las d'évoluer dans un monde perdu, S. Korr a trouvé sa place dans la société en restant couché. « Je me réveille triste et m'endors furieux » résume assez bien les idées que l'auteur rumine entre Paris, Kyoto et la presqu'île de Crozon. Mille serpents sur l'Éden est son troisième livre.

  • Le Boycott du bonheur

    S. Korr

    "Quand un chiot fait sur le tapis, on le prend par la peau du cou pour lui plonger la truffe dans son méfait ; afin qu'il constate, culpabilise et se souvienne." S'inspirant de cette Théorie du chien oublieux, S.Korr tente de faire de même avec l'humanité tout entière... Mais par la peau du cul cette fois, tant elle plus embouchée encore que le jeune chien. Ce recueil rassemble une belle brochette de bras cassés, de paumés et laissés-pour-compte de tous poils confrontés aux situations les plus étonnantes. C'est féroce, social et grinçant avec, de temps à autre, une touche plus sereine comme pour mieux en souligner l'impact. Un livre comme un café au lait : un nuage d'espoir dans une grande tasse de cruauté... Mais bon sang ce que ça réveille ! Las d'évoluer dans un monde perdu, S.Korr a trouvé sa place dans la société en restant couché. "Je me réveille triste et m'e,dors furieux", résume assez bien les idées que l'auteur rumine depuis longtemps.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    "Le Christ une dernière fois apparaut aux hommes et leur délivra ceci : démerdez-vous !" Précarité, solitude, inculture et désoeuvrement. Tels sont les thèmes abordés dans ces nouvelles, telles sont les causes. Via des personnages aussi bigarrés que dissemblables, mais qui au banquet des losers ont tous leurs ronds de serviette. Leurs mésaventures sont pourtant liées par ce fléaux que sont le désert affectif ou la misère sexuelle. Malheurs qui tisonnent les ventres et déforment la logique, jusqu'à commettre les pires aberrations. Et puisqu'il faut des conséquences, en voici : la merde, la mort, le sexe, la pourriture. Beau constat pour une chouette époque... Las d'évoluer dans un monde perdu, S.Korr a trouvé sa place dans la société en restant couché. "Je me réveille triste et m'e,dors furieux", résume assez bien les idées que l'auteur rumine entre Paris, Kyoto et la presqu'île de Crozon.

empty