• Arthur déteste Charville, cette ville de province grise et triste où il est né un jour de 1854, et où il vit avec sa mère et ses deux soeurs. Alors, pour tromper la monotonie des jours, Arthur dévore livre après livre. Et puis il rêve d'un oiseau multicolore, bleu, vert, rouge, qu'il appelle Baou et qui lui inspire des poèmes. Car Arthur se fiche d'être un élève modèle. Il veut être poète, même si c'est être voyou...

  • "19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler!" Max est le prototype parfait du programme "Lebensborn" initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich.

  • Une photo. Une simple photo d'identité pour son futur passeport et le cauchemar de Karim, douze ans, commence.
    Piégé à l'intérieur de la cabine Photomaton, Karim est contraint, pour s'en échapper, d'accepter une mission qui le dépasse, une sorte de pacte avec le Diable. Et alors qu'il se retrouve seul chez lui, de nuit, son appartement est le siège de phénomènes étranges et effrayants. Sa vie est en jeu, mais pas uniquement. Il doit venir en aide à quelqu'un d'autre. Et le Mal n'est pas forcément là où on le croit.

  • Août 61

    Sarah Cohen-Scali

    Ben ne sait plus qui il est, il ne reconnaît plus ses proches. Alzheimer ?
    Il va devoir revisiter un passé douloureux dans l'Allemagne en guerre et celle de la libération, puis dans l'Angleterre et la France des années cinquante. Son fil rouge, fil d'Ariane dans le labyrinthe d'une mémoire traumatique : son amour d'enfance, Tuva, née dans un Lebensborn norvégien, qu'il rejoint à Berlin, un soir d'août 1961, alors que le Mur va scinder la ville en deux.
    À partir de 15 ans

  • Munich, juillet 1945. Un garçon erre parmi les décombres...Qui est-il ? Quel âge a-t-il ? D'où vient-il ? Il n'en sait rien. Il a oublié jusqu'à son nom. Les Alliés le baptisent " Josh " et l'envoient dans un orphelinat où Ida, directrice dévouée, et Wally, jeune soldat noir américain en butte au racisme de ses supérieurs, vont l'aider à lever le voile de son amnésie. Dans une Europe libérée mais toujours à feu et à sang, Josh et les nombreux autres orphelins de la guerre devront panser leurs blessures tout en empruntant le douloureux chemin des migrants. Si ces adolescents sont des survivants, ils sont avant tout vivants, animés d'un espoir farouche et d'une intense rage de vivre.Un roman saisissant qui éclaire un pan méconnu de l'après- Seconde Guerre mondiale et les drames liés au programme eugéniste des nazis, le Lebensborn.

  • • Deuxième roman très attendu de Sarah Cohen-Scali après le succès de Phobie dans la collection "Electrogène".
    • Un questionnement profond sur ce qui fait l'humanité en chaque être vivant

    Le mur. Il sépare la Cité Bleue de la Cité Blanche, Smartcity à la pointe de la technologie. Jade vit du côté bleu, là où le travail manque, où la vie est rude. Là où ses ancêtres ont un jour décidé de se déconnecter pour échapper à l'œil inquisiteur du Net. Elle doit ainsi se soumettre aux lois imposées par la Cité Blanche. Lui accordera-t-on ce qu'elle désire par dessus tout ? Le droit d'avoir un enfant ? Accord refusé. Jade doit adopter. Or les Adoptés ne sont pas des enfants comme les autres. Ils sont difficiles à élever, à aimer. Ils servent avant tout d'objets d'étude pour les scientifiques de la Cité Blanche. Mais Jade parviendra à aimer Gingo comme son propre fils et de ce fait, elle conduira la Cité Bleue à la rébellion. À travers le combat d'une mère pour son fils, se dessine le portrait angoissant d'une société hyper connectée, assujettie à la suprématie des algorithmes et de l'Intelligence artificielle. Celle de demain ?

  • Un matin de janvier, la classe de 6e 3, médusée, ne voit pas arriver la vieille Dubour avec son cours d'anglais, ses bas varices et ses chaussures orthopédiques, mais la trop ravissante miss Murphy... Pour les 8-12 ans. « Copyright Electre »

  • Une odeur de moisi. Une cave. L'obscurité totale. Et la peur. La peur qui prend aux tripes. Cauchemar... ou réalité ? Anna ouvre les yeux et prend peu à peu conscience qu'elle n'est pas en train de faire le cauchemar récurrent qui la tourmente depuis son enfance, mais qu'elle est bel et bien séquestrée. Qui l'a enlevée ? Le croque-mitaine qui la terrorise depuis qu'elle a cinq ans, ou un homme de chair et d'os ? Chargé d'enquêter sur l'enlèvement de la jeune fille, le commandant Ferreira doit collaborer avec un psychiatre, le docteur Fournier. Son enquête est vite reliée à une autre, celle de la disparition du père d'Anna, onze ans auparavant. Onze années de silence et d'oubli à parcourir. Un voyage à rebours, au cour d'une mémoire secrète. Anticipation, horreur, thriller, conte de fée... Les genres se mêlent pour explorer toutes les facettes de l'angoisse. Sarah Cohen-Scali est née en 1958 et vit à Paris. Elle a suivi des études de lettres, d'art dramatique et de philosophie. De son apprentissage de comédienne, il lui reste un appétit insatiable pour le cinéma, essentiel pour nourrir l'écriture à laquelle elle se consacre à plein temps depuis 1989. Elle a écrit une quarantaine de romans et nouvelles, pour tous les âges, depuis l'album illustré destiné aux tout jeunes lecteurs, jusqu'au roman policier pour adultes. La majorité de ses titres s'adressent aux adolescents et aux jeunes adultes. Son dernier roman, Max, publié aux éditions Gallimard, a remporté le prix Sorcières 2013.

  • Vanessa serre la main de l'épicier. Très fort. Comme pour un adieu. Comme s'ils n'allaient plus jamais se revoir. Son sourire lui fait chaud au coeur. Mais il lui faut s'arracher à la petite boutique. Elle fonce droit devant, sans regarder autour d'elle. Le silence est total. On n'entend rien, c'est terrible. Ne me dites pas qu'à dix ans on n'est pas capable d'aller tout seul acheter une baguette de pain à deux pas de chez soi ! Et pourtant, Vanessa n'a pas tort de s'inquiéter, car rôde dans la ville un sinistre individu, aux desseins si tortueux que même La Puce et Gros Blair auront du mal à en venir à bout.

  • On saccage les ours en peluche, les poupées Barbie et autres jouets affectionnés des petits. Le commissaire Nullos fait appel à la Puce et à son célèbre chien, Gros Blair. Pour les 9-13 ans.

  • N'approchez pas ! - Pourquoi donc ? demanda La Puce. - Le brigadier et moi sommes affreusement enrhumés, expliqua le commissaire Nullos. Il serait dommage que vous tombiez malade, vous aussi, car vous aurez besoin d'être en forme, La Puce, croyez-moi ! La mystérieuse affaire du géant s'embrouille de plus en plus... Comme d'habitude, le commissaire Nullos s'est laissé dépasser par les événements. Pourtant, en analysant avec soin les agressions qui se multiplient dans la ville depuis quelques jours, il est possible de leur trouver un point commun, un gigantesque point commun... En route La Puce, en route Gros Blair, un adversaire de taille vous attend !

  • Dix contes tendres et poétiques pour conjurer la peur du noir, apprivoiser les mystères de la nuit et s'émerveiller devant l'étrange alchimie de l'aube et du crépuscule.

  • Neuf contes de ville, poétiques, philosophiques et écologiques. L'homme construira-t-il un jour des villes à visage humain ? La ville révèlera-t-elle son âme à ses habitants ?

  • L'étrange correspondance entre un policier et la mystérieuse Agathe, signature derrière laquelle se cache une main criminelle.

  • Huit contes aux couleurs des petites et grandes peurs de tous les jours.

  • « Pour moi, jusque-là, la vie était belle. Mes affaires marchaient bien. Les échanges allaient bon train. J'abandonnais sans scrupule la médaille de baptême de ma petite soeur contre une Ferrari F 50 Hard-Top de chez Burago... Du côté des filles, pas de problèmes non plus. Toutes, elles louchaient d'envie en me voyant. » Mais tout a une fin, cher Chris... Un matin de janvier, ce n'est pas la vieille mère Dubour qui vient faire le cours d'anglais à la sixième 3, mais la trop ravissante Miss Murphy... Coeur touché, coeur ravi, Chris ne va pas s'en relever tout de suite.

empty