• Dorlange est un village du centre de la France. Il est aussi le dernier bastion d'un âge révolu, celui d'avant la voiture et la télévision et où les travaux de la belle saison se font collectivement. Mais tout change depuis quelques années, avec le retour à la terre de nombreux citadins. La coexistence de ces néo-ruraux avec les agriculteurs d'origine n'est pas toujours facile. Un évènement met le feu aux poudres : l'obligation d'accueillir des réfugiés syriens dans le village.
    Antoine, reporter pour L'Écho du Temps, se fait le chroniqueur des luttes entre les deux partis. D'un côté, le maire et ses guerriers en charentaises et pulls tricotés maison, qui crient à la colonisation de leur territoire. De l'autre, les anciens urbains, bobobéats parfois, qui brandissent leur idéal de solidarité.
    Stéphane Fière nous offre un roman hilarant et corrosif sur une France divisée jusque dans ses campagnes.


  • Wang Desheng, vice-Ministre du Commerce de la République populaire de Chine, est en visite en France. Sa garde rapprochée ? Huit collaborateurs et six très jolies camarades de lit. Son objectif ? Faire ses courses dans le pays, comme dans un vaste discount center. Rien ne l'arrête, et surtout pas les scrupules. Ni le peu de résistance de ses interlocuteurs français. La délégation profite allègrement de leur cupidité pour acheter entreprises, hôtels, terres agricoles...
    Jusqu'à ce qu'une belle universitaire croise la joyeuse équipe. Elle rêvait d'être interprète, juste le temps d'une cérémonie. Mais quand les raviolis à la chair de crabe sont délectables, on n'hésite pas à se resservir.
    /> Après vingt ans dans le monde chinois, Stéphane Fière nous offre une satire experte. De quoi rire à gorge déployée mais aussi frémir. Et si c'était là notre réalité ?

  • Une voix forte, vibrante et pleine de vie porte ce roman : celle d'Ai Guo, une jeune Shanghaienne prête à tout pour se frayer un chemin au milieu des bouleversements de la société chinoise.
    Issue d'un milieu prolétaire, Ai Guo vend ses charmes au plus offrant. Qu'importent les moyens : devenir riche est glorieux. Ses clients, qu'elle appelle ses "patients", sont des expatriés occidentaux.
    À Shanghai, puis à Pékin, elle amasse une petite fortune et se fait une jolie réputation. L'argent, le luxe, les satisfactions ne manquent pas à cette femme d'affaires avisée, que les scrupules n'étouffent guère.
    Derrière les paillettes, le vide se profile. Celui de ses "patients", lancés sans bouée dans un pays qu'ils ne comprennent pas. Celui, surtout, d'un monde chinois sans repères, consumé par l'avidité.
    Un univers cynique et brutal où chacun navigue à vue entre des injonctions contradictoires. Les certitudes d'Ai Guo se fissurent. Peut-on se contenter de la réussite financière quand on est jeune et pas tout à fait aussi insouciant qu'on aimerait le croire ?
    Il faudra qu'un voisin très inattendu s'installe en face de chez elle pour que son existence change de direction.

    À travers Ai Guo, ce sont les ambivalences de la Chine contemporaine qui s'expriment, mais aussi les élans de la jeunesse, et l'amour de la vie.

    Tour à tour drôle ou cruel, sensible ou choquant, méditatif ou enlevé, ce roman fait entendre une voix singulière et inoubliable.


  • Peut-on changer d'identité en même temps que de pays ?

    Quand il se retrouve à Shanghai François Lizeaux a vingt-quatre ans et des rêves plein la tête. Fort de sa seule connaissance de la langue chinoise, il arrive dans un monde dont il a beaucoup rêvé, mais dont il ne sait à peu près rien. Qu'importe !
    Le jeune homme a bien l'intention de se faire une place au sein de cette ville gargantuesque et fébrile, où il se sent étrangement chez lui. Au consulat de France, où il exerce la fonction d'interprète, sa bonne volonté lui vaut pourtant très vite quelques déconvenues. Taillable et corvéable à merci, il découvre, au fil de ses missions, l'univers sans gloire des expatriés.
    Peu à peu, l'écart se creuse avec ses compatriotes. Si bien que l'interprète, qui s'est familiarisé avec les modes de vie locaux, se rapproche insensiblement de ses interlocuteurs chinois.
    Ingénu et roublard, il va se lancer dans des activités louches mais lucratives qui ne tarderont pas à le dépasser.
    Jusqu'au jour où son amour pour la belle An Lili le fera basculer du côté chinois, du moins le croira-t-il. Car il n'est pas si facile de se défaire de ses origines, pas plus qu'il n'est aisé de se fondre dans la culture de l'autre, au risque de se perdre.

    Un grand danger dont le héros de cette histoire à la fois cocasse, cruelle et troublante fera les frais.

    Inventif, plein d'ironie, le style de Stéphane Fière rend compte avec brio des métamorphoses de son personnage. Son récit tour à tour drôle et féroce, nous entraîne dans une Chine parfaitement vraisemblable, où se joue un épisode de la mondialisation.

empty