• L'Europe, l'Europe, l'Europe !

    " L'Europe ? Trop compliqué ! ", " C'est la faute à Bruxelles ! ", "L'Europe, ce sont des technocrates qui décident pour nous"... Voici quelques uns des jugements que l'on entend fréquemment au sujet de l'Europe. Idées reçues ou idées fixes, ces idées finissent par ternir l'image de l'Europe, et par éloigner les citoyens de l'Union d'un sujet qui les concerne au plus haut point. Certes, l'Union européenne n'est pas parfaite - mais quel gouvernement peut prétendre l'être ? - mais à force de ne parler que de ses supposés défauts, on en oublie ses bienfaits : la paix entre les peuples, l'abondance alimentaire, l'euro, une politique environnementale exigeante. Et surtout, un apprentissage mutuel permanent. L'Europe, c'est un travail d'équipe, une école de respect et d'ouverture. Dans bien des domaines, il faudrait davantage d'Europe : pour éviter que les Russes coupent le gaz ou que les mafias prolifèrent au sein de cette zone économique. Autant de bonnes raisons de réviser votre opinion sur le sujet. Histoire, institutions, politiques, lacunes et espoirs... Ce livre fait le pari qu'il est possible de parler clairement de l'Europe. Dans l'espoir de donner un nouvel élan à cette aventure extraordinaire.

  • Aimer l'Europe mais honnir Bruxelles. Rêver d'une ' Europe puissante ' en la bridant. Invoquer l'amitié avec l'Allemagne avec l'Allemagne tout en la redoutant. À force de contradictions et d'incohérence, de supériorité affichée et de complexes inavoués, la France s'est détournée de l'Europe qu'avaient voulue les pères fondateurs. Au pays de Jean Monnet et de Robert Schuman, rares sont les hommes politiques français qui pensent et agissent en Européens. Plus personne ne se sent responsable de l'intérêt commun. Depuis les débuts de l'aventure communautaire, les Français ont parfois été des meneurs engagés et de formidables ' inspirateurs ' capables d'inventer une méthode révolutionnaire de coopération entre peuples. À plusieurs reprises, ils se sont aussi révélés être des lâcheurs, intéressés, arrogants, violant les principes que le génie propre des meilleurs d'entre eux a légués à l'Europe. Le coq gaulois a gaspillé la perle.
    Pourtant, rien dans ce constat ne doit nous désespérer : l'Union européenne telle qu'elle se fait n'est pas l'Europe ; c'est au mieux un ersatz. Les difficultés actuelles sont passagères et réversibles : que l'on se remette enfin à faire l'Europe sérieusement, dans l'esprit communautaire, et l'élan reviendra.

  • L'Europe se meurt ? À qui la faute ? Au fil des ans, les dirigeants nationaux détruisent ce qu'ils prétendent construire, ils séparent ce qu'ils prétendent unir. Autant vanter l'amour en faisant chambre à part...

  • Les Français, dans leur grande majorité, n´aiment pas la mondialisation.Ils voient en elle une menace pour leur mode de vie plutôt qu´un espoir d´ouverture et de changement.



    Encourageant les délocalisations, la mondialisation serait source de chômage. Elle contribuerait à la dégradation de l´environnement, à laprolifération du terrorisme, à la propagation des épidémies, à la dissolution des identités nationales...



    Quoi qu´il en soit, les échanges internationaux sont aujourd´hui une réalité incontournable. Autant s´y intéresser de près, en corriger les méfaits et s´efforcer d´en tirer avantage.



    Cet ouvrage aborde le phénomène de la mondialisation de manière claire et raisonnée. Exemples et chiffres à l´appui, il vous permettra de comprendre la mondialisation, son fonctionnement, ses enjeux, d´en peser le pour et le contre et d´identifier les forces et les faiblesses de notre pays dans un environnement de plus en plus globalisé.



    Découvrez :

    L´extension des échangesinternationaux Les caractéristiques de l´« exception française » Les rouages de la machine économique et financière mondiale Les dispositifs de régulation mis en place à l´échelle planétaire Les défis économiques,sociaux et environnementaux Les figures emblématiques de la globalisation

  • Les Français, dans leur grande majorité, n´aiment pas la mondialisation.Ils voient en elle une menace pour leur mode de vie plutôt qu´unespoir d´ouverture et de changement.


    Encourageant les délocalisations, la mondialisation serait source dechômage. Elle contribuerait à la dégradation de l´environnement, à laprolifération du terrorisme, à la propagation des épidémies, à ladissolution des identités nationales...


    Quoi qu´il en soit, les échanges internationaux sont aujourd´hui uneréalité incontournable. Autant s´y intéresser de près, en corriger lesméfaits et s´efforcer d´en tirer avantage.


    Cet ouvrage aborde le phénomène de la mondialisation de manièreclaire et raisonnée. Exemples et chiffres à l´appui, il vous permettra decomprendre la mondialisation, son fonctionnement, ses enjeux, d´enpeser le pour et le contre et d´identifier les forces et les faiblesses denotre pays dans un environnement de plus en plus globalisé.


    Découvrez :

    L´extension des échangesinternationaux Les caractéristiques del´« exception française » Les rouages de la machineéconomique et financièremondiale Les dispositifs derégulation mis en place àl´échelle planétaire Les défis économiques,sociaux etenvironnementaux Les figures emblématiquesde la globalisation

  • "Les Britanniques vont-ils décider seuls du destin de l'Europe ? Courons-nous le risque d'une dislocation sans prendre la moindre initiative pour préserver l'Union européenne et l'euro ?" Députée européenne (commission des Affaires économiques et monétaires), Sylvie Goulard a travaillé au ministère français des Affaires étrangères et auprès de Romano Prodi quand il était président de la Commission européenne. Elle a cosigné avec Mario Monti "De la démocratie" en Europe et est l'auteur de "Europe : amour ou chambre à part ?" (Café Voltaire)

  • 50 notions clés pour comprendre l'Europe L'Europe a bon dos ! Elle est devenue le bouc-émissaire idéal, car facile à désigner comme cause de tous nos problèmes. Le rêve d'un destin commun a cédé la place à un rejet de l'Europe. Pourtant, grâce à elle, nous vivons en paix dans un monde en proie à la violence. Pourtant, l'Europe est une zone économique propère où l'on vit plutôt mieux qu'ailleurs... C'est pour combattre les idées reçues que Sylvie Goulard, députée européenne, nous explique dans ce livre les 50 notions clés de l'Europe, des pères fondateurs jusqu'à nos jours. Institutions, Parlement, économie, politique, union économique et monétaire, ce sont tous les aspects de l'Europe qui sont exposés ici, avec la plus grande clarté. Un livre qui fera de nous tous, pour les meilleures raisons, des européens convaincus.

  • Les gouvernements de l'Union européenne ont ouvert avec la Turquie des négociations ayant pour but son adhésion. Faute de débat public sur le principe de cette adhésion, la démocratie a été bafouée. De plus un risque majeur a été pris : faire aux Turcs des promesses que les populations n'ont guère envie de tenir. Les Français, en majorité défavorables à cette perspective, s'interrogent. Où seront en définitive les frontières de VUE ? Quelle Union européenne bâtissons-nous ? Une entité forte, intégrée, capable de se faire respecter dans le monde ? Ou l'Europe minimaliste chère aux Britanniques ?
    Restera-t-il demain dans l'Union des politiques communes, porteuses de solidarité, ou auront-elles été bradées en raison de l'entrée d'un pays immense, très peuplé et - pour longtemps encore - fort pauvre ? Tout se passe comme si les gouvernants et la Commission n'avaient pas compris le message des deux référendums négatifs du printemps 2005 en France et aux Pays-Bas. Leur attitude défie le bon sens. Surtout lorsque les Turcs refusent de reconnaître l'un des vingt-cinq États de la famille européenne, Chypre, et bâillonnent ceux qui osent dire la vérité sur le génocide arménien. C'est à la France de susciter une prise de conscience pendant les négociations d'adhésion. Pour respecter la démocratie et rester fidèle à l'esprit européen, il n'est jamais trop tard.

    Sylvie Goulard enseigne à Sciences-Po (Paris) et au Collège d'Europe (Bruges) ;
    Elle est spécialiste de l'Allemagne et de l'Europe. Elle a passé trois ans à la Commission européenne entre 2001 et 2004. Pour cet ouvrage, elle a reçu le prix du Livre pour l'Europe 2005.

  • Les Européens voudraient être aussi forts que si l'Europe était unie, conserver autant de souveraineté nationale que si elle ne l'était pas.
    Cette contradiction est devenue intenable. Car, au-delà des dérives de la finance et de l'endettement, la crise a

empty