• Un an après, pourquoi Hollande est-il au plus bas ?Thierry Saussez a appliqué à François Hollande la théorie de l'historien Ernst Kantorowicz concernant les deux corps du roi. Le roi a deux corps. Le premier est humain et éphémère. Le second, dépositaire de la fonction de souveraineté, est l´incarnation de la collectivité. L'auteur explique comment vivent et cohabitent les deux fonctions chez le Président de la République. Il met en lumière le piège de la « normalitude », cette notion assez vague qui correspond à tout ce qui est conforme à la norme, à ce qui ne surprend ni ne dérange, la négation même de l´exception d´une vie, d´une fonction, d´un destin.

    Il analyse l´obsession phobique du Président qui consiste à faire le contraire de Nicolas Sarkozy, cette ombre tutélaire qui, pour la première fois dans l´histoire de la Ve République, pèse sur lui. Pour tout ce qu´il fait, défait ou ne fait pas et à cause de son obsession, on le compare à son prédécesseur qui habite encore le second corps du roi.

    Il décrit une communication improbable, le louvoiement, les hésitations, les revirements, un président qui n´aime ni monter au filet, ni descendre tout schuss mais plutôt godiller. C´est toute la chaîne de décision du pouvoir qui est grippée, et la « couacophonie » qui en découle devient un sport gouvernemental. Plus encore que le mécontentement, c´est l´incertitude qui fait s´effondrer la confiance populaire à un rythme que l´on n´avait jamais connu auparavant.

    Il dénonce le déni de la réalité, le refus d´introspection de François Hollande, premier responsable de cette déroute, son incapacité à s´élever de sa dimension humaine à celle d´une fonction d´exception.

    Dans ces conditions, l´auteur démontre que François Hollande ne tiendra pas jusqu´à la fin du quinquennat et imagine la solution la plus plausible que le Président va choisir.

  • Un budget pas comme les autres, celui d'un célèbre candidat aux élections présidentielles. Les plus grandes agences de publicité en compétition pour l'obtenir. Dans un climat troublé où l'on craint des élections anticipées, elles ont dix jours, pas un de plus, pour inventer de toutes pièces une campagne adaptée aux besoins de ce ministre influent. Chez "Challenges" quatre personnages sont prêts à tout pour vaincre. Jean-Pierre Delamarre, le patron, est un stratège qui réfléchit et qui suppute. On l'a surnommé l'Éminence. Guillaume Morland, son associé, est un fonceur, un battant et il a autant d'idées que Delamarre. A leurs côtés, Cécile de Mornay, belle et ambitieuse, fait ses premières armes en politique. Valérie Perrier est une célèbre journaliste de télévision. Elle aime Guillaume jusqu'à devenir son alliée. Ils misent tout pour réussir : savoir-faire, nom, entreprise. Qui va emporter le budget le plus envié des sept prochaines années ?

  • Un budget pas comme les autres, celui d'un célèbre candidat aux élections présidentielles. Les plus grandes agences de publicité en compétition pour l'obtenir. Dans un climat troublé où l'on craint des élections anticipées, elles ont dix jours, pas un de plus, pour inventer de toutes pièces une campagne adaptée aux besoins de ce ministre influent. Chez "Challenges" quatre personnages sont prêts à tout pour vaincre. Jean-Pierre Delamarre, le patron, est un stratège qui réfléchit et qui suppute. On l'a surnommé l'Éminence. Guillaume Morland, son associé, est un fonceur, un battant et il a autant d'idées que Delamarre. A leurs côtés, Cécile de Mornay, belle et ambitieuse, fait ses premières armes en politique. Valérie Perrier est une célèbre journaliste de télévision. Elle aime Guillaume jusqu'à devenir son alliée. Ils misent tout pour réussir : savoir-faire, nom, entreprise. Qui va emporter le budget le plus envié des sept prochaines années ?

  • Quand la classe politique s'use, quand les citoyens désacralisent l'État et les institutions, quand la société se cherche de nouveaux modèles, la voie s'ouvre, royale, aux champions du populisme. Bernard Tapie et Jean-Marie Le Pen l'ont compris l'un et l'autre. Si leurs discours diffèrent, jusqu'à paraître les opposer, ils occupent pourtant la même scène, utilisent les mêmes effets, jouent des mêmes crédulités. Ils affichent leurs origines, se proclament marginaux, vilipendent l'establishment, s'installent au coeur de l'actualité et réduisent, finalement, le débat de fond au face-à-face de leurs images. Comment ont-ils réussi à se faire passer pour les représentants des sans-voix ? Sur quelles failles de notre société ont-ils édifié leurs châteaux de cartes idéologiques ? Jusqu'où se partageront-ils le marché des faux espoirs et des grandes peurs ? S'imposeront-ils en épuisant les formes traditionnelles de la démocratie ? Thierry Saussez répond à ces questions qu'il est impossible désormais d'éluder, en osant un parallèle paradoxal mais fondamental.

  • Nous, Français, sommes les champions du monde du pessimisme. Cette défiance est héritée de notre histoire religieuse et politique. Elle est entretenue par un système médiatique anxiogène.Dans ce manifeste pour l'optimisme, Thierry Saussez ne songe nullement à nier les difficultés ni les injustices. Mais il décrit ce monde virtuel dans lequel nous exagérons nos souffrances, nous recourons à la victimisation, nous cherchons des boucs émissaires. Il nous invite à choisir la vraie vie, celle dans laquelle 90 % des Français sont heureux, celle d'un pays qui a de formidables atouts, celle d'une France qui crée, innove, agit sur la scène internationale.Le temps est venu de briser le cercle délétère de la défiance, de dire stop aux prophètes de malheur, à ces pseudo-experts qui prédisent l'apocalypse.Ne vous indignez pas. C'est sans espoir.Positivez. C'est contagieux.Thierry Saussez est l'un des leaders de la communication institutionnelle et politique en France. Il a dirigé, pendant deux ans et demi, en tant que délégué interministériel, la communication du gouvernement. Il a coécrit avec Jacques Séguéla, en 2007 chez Plon,La Prise de l'Elysée.

  • Pour l'auteur, la démocratie française s'installe dans le jeu des apparences. Il explique et dénonce cette dérive qui fait le jeu des politiques extrémistes.

  • Une réflexion de fond sur la place de la communication dans le monde politique d'aujourd'hui. L'auteur est spécialiste de la stratégie de communication institutionnelle et a participé à des centaines de campagnes électorales (Chirac, Balladur, Juppé, Sarkozy...). Il les analyse et éclaire la personnalité d'hommes politiques célèbres.

empty