• On ne cesse d'entendre leurs noms. Uber, Airbnb, Lyft et tant d'autres jeunes pousses devenues grandes seraient en passe de redéfinir le capitalisme. Pourtant, si l'on gratte le vernis d'innovation, cette vague de sociétés high-tech, pour la plupart américaines, est financée par des fonds de capital-risque sur un mode on ne peut plus traditionnel. Et derrière des promesses alléchantes dignes des mouvements sociaux les plus vertueux se dissimule une réalité bien plus glauque : l'économie du partage est en train de faire pénétrer dans des domaines auparavant protégés de nos vies un marché toujours plus avide et déréglementé. Tom Slee offre ici une synthèse lucide et documentée des enjeux liés à ce qu'on appelle l'économie du partage ou collaborative. Tranchant comme un rasoir, Ce qui est à toi est à moi montre que parce que ce modèle offre à quelques-uns la possibilité de gagner des fortunes aux dépens des collectivités, il est rien moins que délétère sur le plan social, urbain et économique.

  • We live in a culture of choice. But, in an age of corporate dominance, our freedom to choose has taken on new meaning. Upset with your local big box store? Object to unfair hiring practices at your neighbourhood fast food restaurant? Want to protest the opening of that new multinational coffeeshop? Vote with your feet!
    What if it’s not that simple? In No One Makes You Shop at Wal-Mart, Tom Slee unpacks the implications of our fervent belief in the power of choice. Pointing out that individual choice has become the lynchpin of a neoconservative corporate ideology he calls MarketThink, he urges us to re-examine our assumptions. Slee makes use of game theory to argue that individual choice is not inherently bad. Nor is it the societal fix-all that our corporations and governments claim it is. A spirited treatise, this book will make you think about choice in a whole new way.

empty