• De 1957 à 1974, quelque 900 000 Portugais émigrent en France, dont plus de la moitié irrégulièrement. En 1975, la population portugaise de l'Hexagone atteint 750 000 personnes, formant la première communauté étrangère en France.

    Plus vieille dictature de droite en Europe, le Portugal de Salazar redoute les effets de la modernité, protège le pays des influences étrangères, résiste aux « vents du changement » qui se lèvent en Afrique et se referme sur lui-même. L'émigration, par son ampleur (10% de la population), va devenir un défi pour la dictature.

    Pour se maintenir au pouvoir, la dictature portugaise organise une politique d'émigration duplice et inefficace qui sert ses intérêts politiques, économiques, financiers et militaires. Elle empêche la population d'émigrer légalement et la contraint à la clandestinité en France.

    Pourtant, c'est en contournant l'État que les migrants pourront s'offrir de meilleures conditions de vie, contribuant activement à la modernisation, à la démocratisation et à l'européanisation « par le bas » du Portugal, à rebours d'une vision élitiste.

    Une histoire inédite et très documentée des migrants et des politiques de migrations portugaises.



  • Cet ouvrage réunit neuf textes de chercheurs français et espagnols qui portent sur les migrations entre la péninsule Ibérique et la France, à l'époque moderne et contemporaine. Loin de constituer une frontière infranchissable, les Pyrénées ont été continuellement, depuis l'Antiquité, le lieu de passage d'hommes, de marchandises et d'idées. Et les directions de ces passages ont beaucoup varié. En effet, étudier les migrations depuis l'époque moderne permet d'échapper à une vision convenue et présentiste des migrations entre la péninsule Ibérique et la France. Les hommes ne se sont pas toujours déplacés du sud vers le nord. À l'époque moderne, d'imposantes communautés de Béarnais, et plus largement de Français du Sud-Ouest, s'étaient installés à Saragosse. À partir de sources riches, et parfois inédites, ces textes retracent donc les mouvements de populations qui ont traversé les frontières, parfois dans des conditions dramatiques (comme lors de la Retirada), parfois pour rechercher ailleurs une vie meilleure.

empty