• Comme il est indiqué devant les passages à niveau « Un train peut en cacher un autre », il en est de même pour ce roman policier. Simon Dumoulin est un journaliste expérimenté, mais il ne s'attendait pas à découvrir, derrière les problèmes de délinquance que traitent quotidiennement gendarmes et policiers, des événements aussi violents que ceux qui le ramènent plusieurs années en arrière à Toulouse quand il enquêtait sur la dramatique explosion de l'usine AZF. Sa rencontre avec la capitaine Stéphanie Poucet va être l'occasion, pour lui, d'ajouter des éléments nouveaux à son enquête et, pour elle, de découvrir une affaire plus importante que ce qu'elle n'imaginait au départ. L'un et l'autre mènent une quête exigeante et absolue de la vérité. Y parviendront-ils ?

  • Les parents de Laura ont été assassinés sauvagement sous ses yeux alors qu'elle n'avait que cinq ans et les meurtriers sont restés impunis. Elle a échafaudé un plan diabolique pour les venger, quinze ans plus tard, en maquillant la mort de ces brutes en règlement de compte.
    Comment va-t-elle rebondir, maintenant que la tâche qu'elle s'était assignée est accomplie ? D'autant plus qu'elle est recherchée par la bande mafieuse, à laquelle appartenaient les assassins de ses parents, à qui elle a subtilisé des lingots d'or provenant d'un trafic entre l'Afrique et la Suisse.
    Comme dans le premier volume, la capitaine Stéphanie Poucet et le journaliste Simon Dumoulin sont concernés par cette enquête qui se déroule à dans le Sud-Ouest de la France et en Espagne. En toile de fond de celle-ci, ils continuent à se trouver confrontés à l'éternelle recherche de la vérité sur la tragédie de l'explosion de l'usine AZF de Toulouse.
    Ainsi que l'évoque le titre de cette suite romanesque Anamorphose « OEuvre dont les formes sont distordues de telle manière qu'elle ne reprenne sa configuration véritable qu'en étant regardée soit, directement, sous un angle particulier, selon le Larousse » ce nouvel opus offre aux lecteurs différents angles de lectures, imbriquant une fiction policière et des faits réels.

  • « Tempêtes sous les crânes » décrit les évènements qui se sont déroulés en France et dans le monde après la deuxième guerre mondiale et qui ont provoqué l'explosion de mai 68, suivie par le départ du général de Gaulle et son remplacement par Georges Pompidou, ce qui n'était sans doute pas l'objectif de la révolte de cette génération.
    Il ne s'agit pas précisément de la suite du récit « D'une guerre à l'autre », du même auteur, qui suivait l'évolution de deux familles dans les périodes douloureuses des deux guerres mondiales, mais il se situe dans sa continuité. Le lecteur rencontrera dans ce roman d'autres personnages imaginaires ou et réels, qui ont pour point commun d'avoir marqué chacune des époques évoquées.
    Celles-ci sont successivement décrites par deux témoins dont le lien est le milieu des variétés. Le premier rapporte l'expérience de sa soeur qui deviendra rapidement une idole des années yéyé, alors que le second mènera une carrière plus difficile, mais progressera dans ce métier grâce à son opiniâtreté.

  • Cet ouvrage retrace la vie de deux familles ayant traversé en Picardie, terre de toutes les invasions et de toutes les souffrances, la douloureuse période des deux grands conflits mondiaux du XXe siècle. Avec une approche humaine plus qu'historique, l'auteur s'interroge à travers ce nouveau roman sur l'espoir et la dignité des soldats qui avaient conscience d'être condamnés et des civils qui, vingt ans plus tard, ont réussi à survivre malgré les bombes, la peur, la faim et l'humiliation. Combattants, résistants, collaborateurs, passifs : ces hommes, animés par la passion et l'amour ou par la haine et les intérêts mercantiles, sont pourtant tous faits de chair et de sang.

  • Cet ouvrage est la suite de la chronique entreprise par un jeune journaliste, Pierre Paoletti, imaginé par l'auteur dans son précédent ouvrage : « Tempêtes sous les crânes » décrivant les événements qui se déroulèrent dans les années 60 et qui connurent leur apogée en mai 68. Cette fois, son récit retrace toute la période qui a commencé après l'élection de Georges Pompidou jusqu'à celle de François Mitterrand, tels qu'ils ont été vécus par des jeunes gens venus de milieux différents. Il relate les événements rencontrés sous les gouvernements de Jacques Chaban-Delmas, puis de Pierre Mesmer et l'épique double duel entre Chaban-Delmas, Mitterrand, Chirac et Giscard, qui a permis à ce dernier de devenir président de la République. Il se poursuit par le septennat de VGE, où se sont succédé deux premiers ministres qui ont dû affronter la contrainte des chocs pétroliers, des guerres au Moyen Orient et des scandales financiers. Il évoque également les nombreux décès suspects d'hommes politiques victimes de suicide, d'accident, ou d'assassinat dont les causes n'ont jamais été réellement établis et les commanditaires identifiés. Enfin, ce récit se termine par la victoire de François Mitterrand, homme politique persévérant et habile, face à une droite divisée dans un contexte économique et politique houleux.

empty