• Marthe jouait l'innocente... Marie toussota à nouveau.
    - Allons, allons, tu ne nous as pas tout dit.
    Marthe souriait, ménageant ses effets.
    - Oui, il y a quelque chose de spécial et d'assez rare... un tatouage sous l'aisselle gauche !
    - Tu es certaine ? fit Berthe qui en était bouche bée.
    - Absolument ! C'est très ancien mais c'est un tatouage caractéristique.
    Dans un silence devenu un peu oppressant, Émilienne dit tout haut ce qu'elles pensaient toutes tout bas.
    - Son groupe sanguin ?
    - Oui !

    À la tombée de la nuit, dans le bois des Corbeaux, Pierre et Anne, en pleine promenade romantique, assistent médusés à l'enterrement très discret d'un tapis pouvant contenir un corps.

    Il s'agit du cadavre d'un homme âgé qui apparemment s'est très bien entretenu physiquement et dont le décès n'a rien de naturel.
    À partir de ce cadavre mystérieux, Marthe, Berthe, Émilienne et Marie vont tenter de renouer les fils de son existence, ce qui les amènera à la découverte de toiles volées quelque cinquante ans plus tôt.

  • « Elle se glissa sur le siège avant, la clef de contact déjà en main. C'est à ce moment qu'elle sentit le lacet qui lui enserrait la gorge. Sa tête fut collée à l'appui-tête. Le choc fut rude. Elle laissa tomber les clefs et eut le réflexe de vouloir passer la main entre le lacet et le cou. L'homme qui l'avait attendue caché derrière son siège ne desserra pas son étreinte. C'était un professionnel. »

    De retour d'une paisible croisière sur le Rhin et la Moselle, Marthe, Berthe, Émilienne et Marie sont surprises par un fait divers. Un banal suicide ? Le lieu - la sacristie de la Collégiale - l'est moins. En bord de Meuse, les décès plus ou moins suspects se succèdent. À la recherche du mobile et du ou des coupables, nos amies entreprennent une nouvelle croisade...

empty