• " La question que nous posons est une question de principe. Est-il possible à l'homme d'entendre dans le langage qui est le sien une parole qui parlerait dans un autre langage, qui serait celle de Dieu, très exactement de son Verbe ? [...] Nous prendrons pour guide de notre réflexion les paroles même du Christ. Car ce sont elles sans aucun doute qui contiennent la réponse. De même en effet que toute assertion scientifique et au fond toute affirmation humaine portent en elles une prétention à la vérité, de même la parole du Christ se distingue par une prétention démesurée aux yeux et aux oreilles de beaucoup d'hommes de ce temps. Sa prétention n'est pas seulement de transmettre une révélation divine mais d'être en elle-même, purement et simplement, cette Révélation, la Parole de Dieu lui-même. En suivant pas à pas l'enchaînement de ces paroles nous nous efforcerons de voir si elles sont capables de légitimer une telle prétention : proférer la Parole de ce dieu que le Christ dit être lui-même. "
    M. H.

  • Identification de l'auteur ou des auteurs, contexte scripturaire, historique, culturel et rédactionnel, analyse littéraire, structure et résumé, examen détaillé des grands thèmes, étude de la réception, de l'influence et de l'actualité, lexique des lieux

  • Qui est Jésus ? Dieu ? Homme ? Messie ? Sauveur ? Sage ? La question a déchiré les premiers siècles. Entre dogmes et hérésies, en est sortie la foi de l'Église. Une épopée que raconte ici son meilleur spécialiste. Quel est le sens de la foi en Jésus Christ ? Le questionnement autour de l'identité du Jésus de la foi traverse l'histoire de l'Église et en dessine même le visage. Depuis les graves controverses du passé jusqu'aux grandes études christologiques de notre temps, la raison tente de percer un mystère divin. Ce livre dresse un panorama historique du cheminement des hommes qui cherchent à dire Dieu et récapitule les mille et une représentations de Jésus dans l'histoire. Des Pères de l'Église aux auteurs médiévaux, d'Irénée de Lyon à Nicolas de Cues en passant par Augustin et Thomas d'Aquin, ce sont les grandes intuitions de l'intelligence humaine qui sont ici présentées, ainsi que les nouvelles approches lors de la Réforme protestante ou dans le cadre des échanges avec la philosophie moderne. Une fresque monumentale qui fait aussi la part belle aux théologiens européens du xxe siècle comme aux penseurs contemporains d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie qui ouvrent la christologie à l'universalité.

  • Oui, mais d'où viennent ces histoires ? Quelles sont leurs significations ? Comment les comprendre aujourd'hui ? Typiques de l'enseignement du maître et prophète de Galilée, elles sont aussi un modèle du genre parmi les paraboles bibliques et rabbi- niques, et les plus célèbres de toutes. Comme celles du semeur, du bon Samaritain, du berger parti à la recherche de la brebis perdue. Le langage populaire a retenu certaines expressions fortes : «séparer le bon grain de l'ivraie», «beaucoup d'appelés mais peu d'élus...». Le bibliste Jean-Pierre Prévost nous propose la redécouverte d'un véritable trésor que la poussière des siècles a pu nous dissimuler, comme ce «trésor caché dans un champ», de la parabole évangélique

  • Par-delà l'accumulation des siècles et des doctrines, Jésus de Nazareth peut-il être notre contemporain ? Comment s'y retrouver parmi les divers portraits du Jésus de l'Histoire ? Y a-t-il un gouffre entre le Christ de Paul, le Jésus des Synoptiques et le

  • Pour découvrir la cathédrale qu'est la Somme de théologie de saint Thomas d'Aquin, rien ne vaut une visite en compagnie d'un guide passionné. Une telle promenade permet de mieux connaître Thomas, un théologien animé par la bienveillance, contemplant ce qu

  • Pour les grandes religions monothéistes, l'affirmation chrétienne de l'incarnation de Dieu est, au mieux une aberration, au pire un blasphème. La toute-puissance de Dieu coïncide mal avec ce qui apparaît comme son abaissement. Les contraires peuvent-ils c

  • Impassible, Dieu ? Lointain, distant, indifférent ? Ou, au contraire, le Dieu de la Bible serait-il celui qui sent et qui ressent ? Après le cerveau émotionnel, voici un traité du coeur intelligent.

    Dieu a choisi non seulement de parler la langue des hommes, mais aussi de se faire l'un d'entre eux. Pour s'adresser à l'humanité en sa condition réelle, Dieu a fait sienne la chair humaine, affectivité incluse. Le Dieu biblique est sujet d'émotions : jalousie, colère, regret, joie, etc. Pourtant, un Dieu incorporel paraît de soi inapte aux émotions. Ce Dieu émotif est-il simplement une projection humaine ? Le Dieu biblique tombe-t-il sous la critique ? Cet ouvrage trace un itinéraire anthropologique, littéraire et théologique. Pour interpréter les émotions de Dieu, il faut d'abord entrevoir la signification des émotions et des passions humaines. Il convient aussi d'explorer les scénarios bibliques dans lesquels interviennent les émotions de Dieu. Celles-ci deviennent alors les indices d'un engagement total. Amour, joie, espoir, colère, regret et tristesse sont ici envisagés de façon sémantique ou narrative, non seulement comme des notions à élucider, mais aussi comme les traits d'un Dieu en action.

  • Dans ce petit texte, Christoph Théobald répond de façon vivante et franche à la question : comment et pourquoi enseigner encore la théologie dans nos société dites « post-modernes » et sécularisées ? Qui cela peut-il bien intéresser encore ?
    Il faut prendre en compte les nouveaux profils des étudiants et des personnes en formation, mais aussi les critères radicalement nouveaux des sociétés mondialisées, métissées... Que peut alors apporter la théologie à nos contemporains ? « Une capacité critique non négligeable », répond l'auteur, et l'accès à une intelligence du monde et de la foi.

  • Pierre Claverie était l'évêque d'Oran. Bouleversé par la violence extrême qui rongeait l'Algérie en 1995, il plongea en lui-même pour exprimer devant tous le sens de sa vie, et sa présence obstinée en monde musulman. Au cours de cette retraite, à travers des pages magnifiques et pleines d'espoir, Pierre Claverie nous fait ainsi partager sa force, son espérance, et le courage qu'il puise quotidiennement dans les lettres de saint Paul. C'est en effet l'exemple de Paul de Tarse qui traverse cette profonde méditation ; parce que c'est alors qu'il est à terre, ébahi, incapable de bouger, que Paul découvre Jésus, le Messie crucifié, dans les croyants qu'il persécute... Quelle révélation ! Dieu nous fait confiance et veut donner à chacun son Esprit Saint pour vivre un amour plus fort que la mort ! À nous de nous laisser saisir par cet amour fou de Dieu, qui rend nos vies fécondes.

  • Qui a scellé la rencontre de la philosophie avec l'Évangile ? Qui a lu les leçons de Platon à la lumière de la Croix ? Qui a fondé l'hellénisme chrétien ? Clément d'Alexandrie ( 220) est celui qui a élevé l'héritage des Grecs au rang de testament naturel.

  • Nous disposons depuis 2013 de la traduction de la Théologie systématique de W. Pannenberg. Ces trois volumes restent d'un accès difficile. Il était donc utile d'offrir au public francophone les clefs permettant d'ouvrir à l'intelligence du texte. V

  • Le pape François a fait de l'oecuménisme un des thèmes majeurs de son pontificat. Sa conviction profonde est que l'unité des chrétiens se fera avant tout en empruntant un chemin commun : un synode. Pour lui, la synodalité est indissociablement une proprié



  • Nombreux sont les obstacles qui nous empêchent de collaborer à l'action du Saint-Esprit. L'auteur a choisi d'en étudier sept : les péchés capitaux. Nous pensons bien les connaître mais nous devrions davantage nous en méfier car ils peuvent, s'ils ne sont pas démasqués, stériliser notre vie spirituelle.
    La pédagogie du frère Emidio-Marie est éclairante : après une brève analyse du péché, il nous rappelle ce qu'en dit la Bible, en quoi il s'agit d'un péché capital et comment le combattre.
    L'enjeu est de taille : grandir dans la sainteté ou rester dans la médiocrité du péché, autrement dit choisir entre la lumière et les ténèbres. Ce livre nous aidera à mener le bon combat et à libérer l'agir du Saint-Esprit dans nos vies.

  • Le renouveau de la théologie trinitaire au XXe siècle est marqué par la tentative de dépasser l'idée d'un Dieu figé dans son immutabilité, au profit d'un Dieu en relation. Dans cette remarquable étude, Xavier Morales présente la
    Process Theology,


  • Le Christ devant la raison reprend la question du rapport entre théologie et philosophie sous l'angle inattendu de la christologie dans ses métamorphoses modernes et contemporaines. Le projet paraît ambitieux, mais il s'attache ici à un segment de

  • Et si la mystique, souvent considérée comme une expérience de l'inconnaissable, obéissait, au contraire, aux normes communes de toute expérience ? C'est la thèse que développe Frédéric Nef : appliquer à la mystique les normes de la connaissance en ce qui

  • Depuis plus d'un siècle, le mouvement oecuménique a remis en route les uns vers les autres les chrétiens séparés. Le chemin, malgré tout, reste long et l'urgence de l'unité
    se fait plus pressante.
    L'ouvrage de Pascal Nègre offre une synthèse théologique et une vision spirituelle qui ouvre d'authentiques perspectives. Il met en dialogue l'ecclésiologie de deux théologiens majeurs du XXe siècle, tous les deux acteurs de l'unité : le Métropolite Jean Zizioulas, figure de proue du travail oecuménique, et le cardinal Walter Kasper, longtemps engagé au Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens.
    Sous l'angle de la miséricorde, la question de la primauté de Rome est revisitée : le pouvoir dans l'Église ne peut se vivre qu'à genoux. Car, ainsi que le souligne le cardinal Schönborn dans sa préface, ce qui est en jeu, c'est le " primat de la charité ", le " primat de la miséricorde ", c'est-à-dire le primat de l'amour jusqu'à l'extrême, à la lumière duquel tout doit être éclairé.

  • Le souci de l'évangélisation suppose que l'on remette sans cesse l'ouvrage sur le métier. En effet, la mise en oeuvre de tout acte catéchétique nécessite une prise en compte de cinq champs en perpétuelle évolution et articulation entre eux : théologie, so

  • Le paradigme théologique du cri de l'homme de Jean-Marc Ela nous amène finalement à la conviction qu'un continent évangélisé se perçoit dans sa capacité d'écoute et d'accueil des plus fragiles. La vie sociale devient donc le baromètre qui donne un indice de perception de la foi des personnes vivant de cette société et l'existence sociale devient ainsi le reflet et le miroir du degré de foi individuelle. Une vie de foi librement et consciemment assumée se vérifie dans sa capacité à transformer l'existence sociale.

  • Ce livre participe résolument du débat anthropologique le plus contemporain. Pierre fondatrice de l'Institut de théologie du Corps, réunissant sur ce sujet les meilleurs spécialistes francophones, il a pour but de répondre aux exigences de la nouvelle éva

  • Cet ouvrage examine la réception controversée de la proposition théologique de J. Dupuis dans son oeuvre sous l'angle de la médiation unique et salvifi que de Jésus-Christ. Cette réflexion du théologien belge, qui est ici exposée et commentée, suggère que le modèle " pluralisme-inclusiviste " ou " inclusivisme-pluralisme " est une alternative au " christocentrisme étroit " et au " pluralisme relativiste " parfois exposés en théologie des religions. Cette étude s'inscrit dans une réception caractérisée par la vivacité des débats autour de sa christologie trinitaire, et elle explicite les notions de l'unicité et de l'universalité de la médiation salvifique du Christ. Elle examine également la médiation de l'Église comme sacrement du salut et de la valeur salvifique des religions. De ce point de vue, l'ouvrage entre dans le concert de la réception de l'oeuvre de J. Dupuis dont il manifeste la large et profonde connaissance qu'en a le théologien congolais Maurille Zola Toko. Le lecteur prend d'abord connaissance de cette controverse pour ensuite vérifier dans la lecture précise des oeuvres de J. Dupuis la pertinence des questions qui lui sont adressées. Dans ces pages, M. Zola Toko contribue à clarifier l'importance de la singularité de Jésus dans la christologie mise en oeuvre dans le dialogue interreligieux. Il mesure avec tact et finesse les apories de l'unique médiation salvifique du Christ dans les théologies du pluralisme religieux contemporaines.

  • En quoi l'Amour est-il mystique ? Au début des années 1940, alors que le monde sombrait dans la folie de la guerre, la ville de Bâle, en Suisse, fut le lieu d'une intervention remarquable du Ciel. Adrienne von Speyr et Hans Urs von Balthasar, dont les chemins venaient de se croiser, reçurent de Dieu, dans une discrétion totale, d'être introduits surnaturellement par Lui dans de nouvelles profondeurs de sa Révélation. Cette grâce leur fut dispensée pendant vingt-sept ans. Entre autres résultats, elle devait conduire, avec leur collaboration, à un fruit théologique étonnant, destiné à l'Église, et qui se présente aujourd'hui sous la forme d'une oeuvre " une et double " de tout premier plan.
    Cette oeuvre théologique est présentée ici pour la première fois en son origine précise et dans le processus de son élaboration. En tenant compte non seulement de sa position propre dans l'histoire de la théologie, mais surtout de son contexte natif surnaturel et de sa structuration spécifique liée à une mission double, le coeur de l'oeuvre est ensuite soigneusement exposé : ce qu'elle apporte de totalement nouveau sur Dieu, les avancées dans la compréhension et l'énonciation théologique de Son Mystère trinitaire. À partir d'en haut, et d'une manière remarquablement objective (biblique), brille alors l'inouï du don éternel fait à l'homme : l'Amour s'offrant lui-même en partage, allant jusqu'à faire de la créature un partenaire. Dieu faisant surgir, à partir de lui-même, et conformément à Ses lois trinitaires les plus intimes, la mystique de l'Amour.

  • Voici le récit vivant du concile Vatican II mené à travers sa plus vive actualité. Portraiturant Congar, de Lubac, Suenens, J. Ratzinger ou encore Lefebvre, analysant les Constitutions et les décrets, restituant les oppositions et les clivages, les débats

empty