• - 47%

    Si tu découvres ces mots – ce qui est improbable compte tenu de leur provenance –, ne les lis pas.
    Mon nom est xxx xxx et jusqu'à aujourd'hui, j'opérais dans la grandeur de l'ombre, derrière mon écran, avec mes guerriers du clavier.
    En l'espace de quelques années, j'ai gagné plus de xxxxxx euros, j'ai réussi à hacker toutes les écoles qui m'avaient recalé lorsque j'essayais encore de m'intégrer dans ton monde.
    Tandis que mon monde rayonne, le tien est mourant. Sache que je suis désolé.
    J'ai peur qu'il ne soit trop tard pour sauver le tien.

  • Fuite de données personnelles, piratage massif, espionnage économique, infection de systèmes informatiques sensibles, propagation de " rançongiciels ", usurpation d'identité, craintes vis-à-vis des paiements par carte bancaire : les questions relatives à la cybersécurité hantent l'actualité. Il est cependant difficile d'appréhender sereinement, à travers ce flux d'information continu et massif, la portée des problèmes et de leurs solutions.

    Car la question est difficile, hautement technique, à la croisée des mathématiques, de l'informatique et de l'électronique, ce qui la rend mystérieuse pour qui n'est pas spécialiste. Or, l'omniprésence des outils informatiques dans la vie quotidienne comme professionnelle, tous secteurs d'activités confondus, fait aujourd'hui de la cybersécurité un enjeu majeur qui nous concerne tous.

    La recherche vise à résoudre les défis qui permettront demain de garantir un monde plus sûr. Cet ouvrage fait le point sur treize d'entre eux et permet de dépister les fantasmes qui entourent la cybersécurité, en apportant un éclairage scientifique à destination des ingénieurs, chercheurs, décideurs et plus généralement de toute personne désireuse d'en apprendre davantage.

  • Ordinateurs, tablettes et Smartphones ont radicalement changé nos modes de vie. Ultra connectés, nous sommes devenus, sans nous en apercevoir, dépendants et fragiles. Nous ignorons tout de la réalité des risques numériques. Personne ne nous a prévenus de la nature du danger. Nous ne savons pas que nous sommes menacés quand on effectue un achat sur Internet, quand on consulte une banque en ligne ou même quand on cherche l'âme soeur sur un site de rencontres.
    Vous êtes fous d'aller sur Internet ! tire la sonnette d'alarme et passe en revue tout ce qu'il faut savoir en matière de sécurité numérique (piratage de données, divulgation de la vie privée, harcèlement, vol d'identité, etc.), à travers près de cent pièges recensés, et autant de solutions pour se prémunir et réagir efficacement.
    Pour ne pas devenir une cyber-victime malgré nous et rester sans défense contre les intrusions, voici le premier kit de survie numérique.

  • Comment éduquer au numérique ? En France notamment, les acteurs du monde éducatif se sont massivement saisis de ces questions. Pour autant, la réponse éducative à la « révolution numérique » est encore loin d'être univoque. Elle a même suscité durant les dernières années des débats passionnés.
    Deux grands courants s'affrontent. D'une part, le paradigme français, qui repose sur la construction d'une distance critique aux technologies et sur une intégration de ces questions dans des programmes planifiés. En face, le paradigme anglo-saxon des EdTech, se voulant « disruptif », affiche un rapport décomplexé à des technologies considérées en elles-mêmes comme éducatives.
    Entre ces deux pôles, des alternatives multiples peuvent être inventées. Mais il ne faut pas se tromper : la place croissante occupée par le numérique dans les écoles et les universités ne doit pas seulement être envisagée comme un simple changement de support (papier Vs numérique). Il s'agit d'un changement profond dans le fonctionnement même du système éducatif. Enseignants, chercheurs, formateurs, apprenants, mais aussi parents d'élèves doivent en saisir les enjeux, afin d'élaborer leur propre positionnement et leurs propres stratégies. C'est ce à quoi nous invite à réfléchir Laurent Tessier.

  • " Es-tu humain ? / Voilà une question plutôt personnelle. " / " Qui es-tu ? / Je suis votre assistant virtuel, vos désirs sont des ordres. " Le journaliste Nicolas Santolaria explore depuis des années l'interaction homme-objet-machine. Fin observateur des nouvelles technologies et de leurs usages qui, progressivement, s'inscrivent dans nos quotidiens, il livre ici la première enquête philosophique et anthropologique sur ce que Siri dit de nous et du " moment robotique " en train d'advenir.
    Intégré aux iPhones à partir d'octobre 2011, le logiciel Siri, propriété d'Apple, marque l'ouverture au grand public de l'ère des assistants personnels intelligents, à savoir la possibilité de dialoguer avec une machine sur un mode conversationnel presque aussi naturel et intuitif que celui que l'on pourrait adopter avec un ami ou un proche. Retraçant l'histoire des machines parlantes de l'Antiquité jusqu'aux premiers
    chatterbots (robots parlants) dans le courant des années 1960, puis explorant les origines militaires de Siri, Nicolas Santolaria interroge notre rapport à la technologie. Simplement activé par la voix, Siri, en sa qualité de
    " do engine ", permet un accès facilité aux réseaux informatiques. Prenant des décisions à votre place, il se trouve au coeur d'une phénoménologie techno-induite qui bouleverse en profondeur notre rapport à l'expérience. Ayant également pour ambition de compléter, d'" augmenter " son utilisateur, cette étrange altérité cybernétique qui s'exprime sur un mode émotionnel nous bouleverse en profondeur. Qui est vraiment cet Autre ? Rythmée par des extraits de conversation avec Siri et nourrie par des entretiens avec des usagers réguliers de l'assistant virtuel, l'enquête, la première dans son genre, en explore tous les paramètres : projection de sentiments sur Siri ; dysfonctionnements fonctionnels permettant d' " humaniser " l'intelligence artificielle ; problématiques liées au genre en fonction du choix de la voix de Siri ; effets induits sur le langage humain par ce nouveau mode d'interaction ; instrumentalisation de Siri à des fins commerciales ; fantasmes entourant le dispositif ; croyances techno-magiques... Dans la tradition de Barthes qui prenait les objets au sérieux, le livre vous plonge au coeur de cette nouvelle mythologie aussi fascinante qu'inquiétante.

  • Qui aurait cru qu'une poignée de hackers binoclards seraient à l'origine de la plus grande révolution du xxe siècle? Le livre culte de Steven Levy, histoire vraie de l'équipe de geeks qui ont changé le monde.

    Précision: un «hacker» n'est pas un vulgaire «pirate informatique». Un hacker est un «bricoleur de code». Son truc: plonger dans les entrailles de la machine.
    Bill Gates, Steve Jobs, Steve Wozniak, Mark Zuckerberg ont commencé leurs brillantes carrières comme hackers
    La plupart ne paient pas de mine mais tous partagent une même philosophie, une idée simple et élégante comme la logique qui gouverne l'informatique: l'ouverture, le partage, le refus de l'autorité et la nécessité d'agir par soi-même, quoi qu'il en coûte, pour changer le monde.
    C'est ce que Steven Levy appelle l'Éthique des hackers, une morale qui ne s'est pas exprimée dans un pesant manifeste, mais que les hackers authentiques ont mise en pratique dans leur vie quotidienne. Ce sont eux qui ont oeuvré, dans l'obscurité, à la mise en marche de la révolution informatique.
    Depuis les laboratoires d'intelligence artificielle du MIT dans les années 1950 jusqu'aux gamers des années 1980, en passant par toutes les chambres de bonne où de jeunes surdoués ont consacré leurs nuits blanches à l'informatique, Steven Levy les a presque tous rencontrés. Voici leur histoire.

  • Dès que nous ouvrons les boîtes mails de nos ordinateurs, nous sommes assaillis de messages et de propositions qui peuvent paraître alléchantes au premier regard mais qui, dans les faits, s'avèrent être de véritables pièges.


    Beaucoup sont tombés dans le panneau et l'ont payé souvent très cher. Avec l'évolution du digital et la prolifération des outils connectés, la cybercriminalité s'est intensifiée au point de se professionnaliser et de s'industrialiser.


    Le phénomène touche autant le citoyen lambda que les entreprises et les institutions d'État.


    La lutte contre cette forme moderne de délinquance remonte à de nombreuses années. Pourtant, de nombreuses questions demeurent toujours sans réponses. Le constat est accablant. Il aboutit à la prise de conscience ahurissante que l'humain passe au second plan, bien loin derrière les solutions techniques. Qui sont les cybercriminels ?


    Où oeuvrent-ils ?


    Quelles sont leurs cibles ?


    Comment les repérer ?


    Quel est leur profil, et, à partir de ce profil, peut-on faire du prédictif ?


    Les travaux de Nadine Touzeau abordent ces questions avec un maximum de détails. Le cerveau et son fonctionnement, l'humain et ses failles, les « Hats » avec leur habileté sont décryptés dans leur comportement et jusque dans leur intimité. Bienvenue dans l'univers du net-profiling !

  • Dans les pays industrialisés, le réseau Internet est devenu un des espaces privilégiés de rencontre de partenaires. Cet ouvrage vise à rendre compte des modifications induites par le recours à Internet dans la sphère de l'intime. Dans une perspective inte

  • Cet ouvrage s'articule autour de trois thèmes : " perspectives théoriques" : les réseaux emportent-ils une stratégie particulière ? La stratégie doit-elle intégrer les réseaux ? Ne l'a-t-elle pas déjà fait dans le passé ? ; " perspectives militaires et géopolitiques" et "les points de vue techno-économique" : celui du cyberespace proprement dit, mais aussi celui d'autres réseaux, comme les réseaux électriques ou les réseaux d'énergie.

  • "La cybercriminalité n'épargne plus personne. Les acteurs publics et privés considèrent cette menace comme la plus importante à venir. Protéiforme et imprévisible, elle semble insaisissable...". C'est sur ce postulat que le Club des Directeurs de la Sécurité des Entreprises organisait son colloque annuel le 6 décembre 2012, en partenariat avec l'agence européenne de police (Europol) et sous les auspices de l'OCDE.


  • Une lecture indispensable pour mieux comprendre l'histoire et l'avenir de l'informatique et les origines du mouvement du logiciel libre

    Cette biographie autorisée de Richard Stallman éclaire sans complaisance la vie de ce personnage autant déc

  • La figure de Steve Jobs (1955-2011) et l'histoire d'Apple à la lumière des grands mythes modernes et antiques et à l'aune de la mythologie populaire américaine. Ce livre est le premier ouvrage français sur Steve Jobs.

    Explorer le mythe Steve Jobs, comprendre et décrypter comment un gamin génial de la Silicon Valley devient en quelques années un modèle, une source d'inspiration pour les entrepreneurs du monde entier, tel est l'angle d'approche de cette première biographie française du mythe contemporain.
    Les biographies se multiplient, le sujet a été traité au cinéma, on parle même d'un opéra. Steve Jobs s'est employé tout au long de sa vie à mettre en scène sa marque et à forger sa propre légende avec une réussite insolente. Il a su innover, renaître après avoir connu l'échec, devenir l'objet d'une fascination presque religieuse, modeler l'univers des nouvelles technologies et créer une communauté planétaire d'utilisateurs et de fans. D'où provient cette énergie, cette vision, cette capacité à anticiper les envies des millions de consommateurs qui sont devenus adeptes de la marque à la pomme ?

    Les auteurs ont mobilisé autant les mythes anciens que les mythologies américaines. Ils se sont plongés au coeur de l'histoire d'une marque porteuse de symboles forts et incarnée comme rarement par son fondateur. Steve Jobs est mort il y a trois ans, en octobre 2011, son aura est intacte. Apple poursuit son développement dans le respect de la dynamique insufflée par son créateur, son ombre tutélaire. Qui sont ses héritiers ? Qui sont les entrepreneurs visionnaires d'aujourd'hui, mus par la même faim de conquête et la même « folie » innovatrice ? Très accessible, Steve Jobs, figure mythique apporte des réponses, ouvre des pistes. Une approche originale qui crée des ponts inédits entre la pop culture du XXIe siècle et les mythologies antiques.

  • Albert Tévoédjrè est un intellectuel, un homme politique et un syndicaliste averti, tant au plan national qu'international. Il représente, au-delà de son Bénin natal, "un réservoir" de connaissances et une source de sagesse pour la jeune génération d'Africains de ce siècle marqué par des turbulences de divers ordres. Homme accompli, il est un véritable "sujet" de recherche transversal pour le développement intégré de l'Afrique nouvelle.

  • Dans la seconde moitié du XIXe siècle, un Institut supérieur d'agriculture est créé à Beauvais. L'un de ses professeurs - le frère Eugène-Marie (Eugène Chanoine) - en sera le second directeur. Autodidacte passionné, entreprenant et visionnaire, il fera évoluer la structure en lui donnant une dimension de niveau international. Chercheur et expérimentateur de premier plan, il publiera beaucoup, dans les annales de l'Institut notamment. Cet ouvrage analyse son oeuvre écrite et la replace dans son époque et dans les connaissances actuelles afin de montrer sa qualité.

  • Souvent cantonnés aux jeux vidéo, les métavers, parfois appelés mondes virtuels numériques, ou mondes numériques persistants, constituent pourtant un noeud communicationnel, culturel, social de premier plan. L'ouvrage permet de naviguer des techniques de réalité virtuelle à l'expérience de la mort en ligne, des web-séries au cinéma, de l'histoire de l'informatique aux pratiques actuelles, qu'elles concernent les communautés "geeks" ou les utilisateurs de réseaux sociaux numériques.

  • Depuis 2006, la conférence « Document numérique et société » se donne pour mission d'apporter des éclairages sur les transformations des dispositifs d'information à l'ère numérique, en privilégiant la dimension sociale. Cet ouvrage rassemble les contributions de chercheur(e)s sélectionné(e)s pour la quatrième conférence qui s'est déroulée à l'Université de Zagreb (Croatie) les 29 et 30 avril 2013 et qui interrogeait la diversification actuelle des médiations de ressources numériques de plus en plus nombreuses et hétérogènes. Le recueil associe des études de cas dans des contextes variés (archive, entreprise, administration, enseignement, recherche) en prise, notamment, avec les paradigmes des réseaux sociaux, de l'open access, de la gamification, ainsi que des réflexions théoriques sur les transformations en cours. La question de l'évolution des savoir-faire et des métiers associés à la fonction documentaire est sous-jacente à l'ensemble des contributions. Les défis sont nombreux: surcharge informationnelle, filtrage, usabilité, architecture de l'information, performance des outils, croissance des contenus audiovisuels... Pour les professionnels de la documentation ; pour les chercheurs et enseignants en information et documentation.

  • «Les nouvelles technologies ont pris une place centrale dans nos sociétés. Les ordinateurs, seuls ou intégrés dans toutes sortes de machines et d'appareils (y compris notre corps), l'internet, les téléphones portables, les lecteurs de musique, etc., nous occupent certes quand on les fabrique et quand on les utilise, mais ils meublent aussi souvent l'essentiel de nos conversations. Ce ne sont plus seulement des créatures de la technologie et des biens disponibles sur le marché, mais aussi des pièces de notre culture et de notre imaginaire. Ces technologies ont transformé l'économie et le rapport au travail et reconfiguré nos relations, qui sont tour à tour et tout à la fois virtuelles, mondiales, instantanées, éphémères, superficielles, etc., pour le meilleur - affranchissement des tâches ingrates, circulation de l'information et des connaissances, aide à la pratique démocratique - et pour le pire - accroissement de la fracture technologique, individualisme et égoïsme, dépendance, consommation fébrile.
    Cet ouvrage n'est pas un simple bilan historique des différentes technologies. Il se propose plus généralement de faire apparaître les avantages de la technologie tout autant que les dérives qu'elle peut entraîner, de démontrer ses liens étroits avec la consommation et d'expliquer pourquoi hyperconsommation et hypertechnicisation de notre monde vont de pair.» (B. D.)

  • " Soyez insatiables, soyez fous ! "
    Ainsi s'adressait Steve Jobs aux étudiants de Harvard. Toute la philosophie du génial fondateur d'Apple est là : l'appétit pour la vie et l'exhortation à sortir des sentiers battus. L'esprit d'aventure de ce visionnaire exceptionnel a animé toutes ses déclarations, ses interviews et ses conférences passionnées pendant plus de trente ans. Ses " keynotes " au cours desquelles il présentait ses nouveaux produits étaient des événements planétaires, rassemblant des fidèles venus du monde entier écouter celui qu'ils considéraient comme un mentor, un quasi-gourou. Sa disparition brutale à l'âge de cinquante-six ans a bouleversé ses millions de fans, mais Steve Jobs nous laisse en héritage sa vision, ses pensées, ses propres mots collectés ici comme autant de chemins tracés vers l'avenir. La parole inspirée d'un sage du vingt et unième siècle.
    " Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n'est pas la vôtre. Ayez le courage d'écouter votre coeur et votre intuition.
    Tout le reste est secondaire "

  • En seulement cinquante ans, le jeu vidéo a imposé ses codes, ses héros, sa culture. Pourtant, malgré cette " gamification " de la société, il est encore accusé de tous les maux. Violence, addiction, désocialisation... Les clichés ont la vie dure. Pas de quoi empêcher le jeu vidéo de devenir la forme ultime de divertissement, nous raconte Blaise Mao.

  • Sociétés sympathiques, avec des dirigeants jeunes, avenants et zélés, les Google, Amazon, Facebook, Apple, Wikipedia et autre Twitter sont en train de dresser un nouvel ordre des choses qui se révèle insidieux et bouleverse un grand nombre des principes de nos démocraties.
    Les nouvelles superpuissances Google, Facebook, Twitter, Amazon, Wikipédia, Yahoo!, Apple... Ils font partie de notre vie quotidienne. Nous avons adopté ces services et ce faisant, nous leur avons donné un pouvoir démesuré, qui aujourd'hui, va jusqu'à dépasser celui de bien des gouvernements. Ce que nous n'avons pas réalisé, c'est qu'au passage, nous avons opéré un changement de civilisation. Internet a fait vaciller un grand nombre de valeurs de nos démocraties, des valeurs acquises au fil de l'histoire. Celles-ci ont été bafouées, dédaignées, foulées au pied : - Google, Facebook, Twitter, Yahoo! et autres étant des sociétés américaines, estiment que par principe, elles n'ont aucun compte à rendre en France, en Belgique ou en Suisse. - Elles ont acquis et stockent un volume d'informations sur les individus qui surpasse tout ce qui a jamais existé dans l'Histoire humaine. Et sont prêtes à les communiquer aux autorités le cas échéant. - Google, Facebook, et consort réalisent un chiffre d'affaires monumental en France comme en Suisse ou en Belgique mais font en sorte d'échapper à l'impôt. - Leur potentiel de nuisance est immense. Et lorsque la réputation d'une personne ou d'une entreprise est mise en cause par des détracteurs anonymes, elles refusent par principe d'agir. Bien d'autres principes que nous pensions acquis sont aujourd'hui bouleversés. Saviez-vous que les chansons et livres achetés en numérique ne nous appartiennent pas complètement ? Que de nombreuses sociétés du Net se refusent à accorder le légitime " droit à l'oubli " ? Que d'ici quelques années, avec l'avènement des objets " intelligents ", le moindre de vos faits et gestes pourrait être enregistré dans un ordinateur de Google, Microsoft, Apple, Facebook ou autre. Ce livre expose : Comment Bill Gates de Microsoft a créé le modèle du " revenu automatique " Comment Google a détrôné Microsoft en créant un modèle de revenu automatique sans commune mesure avec celui érigé par Gates Comment la richissime Google bafoue quotidiennement les droits individuels Comment les informations de Facebook ou Twitter sont exploités au détriment du citoyen Pourquoi nos biens numériques ne nous appartiennent pas réellement Comment de fausses informations peuvent demeurer durant des mois sur Wikipédia Et les moyens d'entrer en résistance. Ce livre sonne l'alarme et propose à chacun de nous de reprendre un peu du pouvoir que nous avons-nous-mêmes donné à ces nouvelles superpuissances. Car il n'est jamais trop tard...

  • « La mondialisation a dévasté nos classes populaires.
    L'Internet va dévorer nos classes moyennes.
     
    La grande dépression que nous connaissons depuis cinq ans
    n'est qu'un modeste épisode en comparaison du cataclysme qui s'annonce.
    La France et l'Europe n'ont aucune maîtrise sur cette révolution.
    L'Internet et ses services sont contrôlés par les Américains.
    L'Internet siphonne nos emplois, nos données, nos vies privées, notre propriété
    intellectuelle, notre prospérité, notre fiscalité, notre souveraineté.Nous allons donc subir ce bouleversement qui mettra un terme
    à notre modèle social et économique.Y a-t-il pour nous une alternative ?
    Oui.L'ambition de ce travail est de nous en donner la chance. »

  • Les technologies numériques de communication appartiennent à notre ordinaire depuis une bonne dizaine d'années, les êtres humains doivent s'adapter au cyberespace et apprendre de lui en permanence. Néanmoins, on connaît peu les modalités d'apprentissage des apprenants adultes en F.O.A.D. (Formation ouverte et à distance), cette modalité n'est pas adaptée à tous les apprenants. Cette étude tente donc d'éclairer quels sont les comportements, les stratégies des apprenants ayant terminé avec succès une F.O.A.D.

  • Gérer le temps et les événements est central dans des domaines variés de l'informatique, des circuits et logiciels embarqués dans des objets de toutes sortes à la création musicale, en passant par la simulation de phénomènes physiques. Ce sujet est pourtant peu traité par l'informatique classique. Cette leçon présente des modélisations du temps et des événements associées à de nouveaux langages de programmation. Elle traite des notions d'épaisseur de l'instant, de temps hiérarchique et multiforme créé par la répétition d'événements, et du rapport temps réel/temps continu.Polytechnicien, ingénieur des Mines, membre de l'Académie des sciences, G. Berry a travaillé conjointement dans la recherche et dans l'industrie. Depuis 2012, il est professeur titulaire de la chaire Algorithmes, machines et langages du Collège de France après avoir occupé les chaires annuelles d'Innovation technologique Liliane Bettencourt (Pourquoi et comment le monde devient numérique, Fayard, 2008) et d'Informatique et sciences numériques (Penser, modéliser et maîtriser le calcul informatique, Fayard, 2009).

  • Au sommaire de ce numéro double : Premier dossier : Enseignement, informatique, TIC et société - a) L'informatique comme science à l'école - b) L'informatique dans la réalité sociale de l'école et ailleurs. Deuxième dossier : L'industrie informatique dans la société de l'information.SSSSSSSS

empty