• Le Débarquement du 6 juin 1944 sur les côtes normandes est le départ de 100 jours de longs et sanglants affrontements. Jusqu'à la reddition du Havre, le 12 septembre, les Alliés piétinent, s'enlisent et subissent d'effroyables pertes.

    Sur les plages, dans les haies du bocage et dans la plaine de Caen, deux millions de combattants s'affrontent et 20 000 Normands, pris au milieu des combats, périssent. Près de 100 000 hommes, femmes et enfants se réfugient dans les granges et les étables autour des villes anéanties par les bombes.

    Jean Quellien nous offre une synthèse magistrale à l'appui des derniers travaux, des archives inédites et des récits des témoins. Il suit ainsi au plus près la libération chèrement payée de la Normandie et de la France.

  • Le Havre/Australie

    Collectif

    Le 19 octobre 1800, Nicolas Baudin et son équipage embarquent du Havre pour une expédition hors du commun à la découverte des Terres Australes. A bord, des scientifiques, mais aussi des dessinateurs dont Charles-Alexandre Lesueur ou Nicolas-Martin Petit. Ils sont parmi les premiers Européens à dessiner et décrire les animaux, les paysages et surtout les populations rencontrés. Dans l'esprit de ce Voyage aux Terres Australes à la croisée des sciences, des arts et de l'aventure, le Muséum du Havre tire le fil d'une intimité rare et toujours vive entre la ville normande et l'Australie. Les dessins de Lesueur et Petit dialoguent ici avec les oeuvres d'artistes aborigènes et l'éclairage de scientifiques français et australiens.

  • La Normandie a enfin son ouvrage pour les Nuls ! A 12,95€ seulement, un ouvrage de référence, historique et culturel, sur la région.Vous êtes normand de coeur, d'origine ou d'adoption ? Vous pouvez déjà bien connaître cette région à l'identité forte, ou vous voulez la découvrir ? Alors ce livre est fait pour vous !
    Qu'était la Normandie d'avant l'arrivée des Vikings ? Comment le duché s'est-il constitué ? D'où vient cette tradition de l'élevage équin ? Quels sont les grands peintres impressionnistes qui y ont élu domicile et quels écrivains célèbres furent normands ? Quels sonts les lieux à ne pas manquer, ceux que l'on gagnerait à découvrir ? Quelles spécialités fromagères font la renommée de la région ?
    Histoire, richesse géographique - depuis le Vexin normand jusqu'à La Hague, des collines du Perche jusqu'à la baie du Mont Saint-Michel, sans oublier les îles anglo-normandes -, curiosités patrimoniales, langue, tradition et économie, ce livre vous invite à un voyage inédit.
    Loin des clichés, avec
    La Normandie pour les Nuls, la Normandie n'aura bientôt (presque) plus de secrets pour vous !
    Dans ce livre :
    L'Histoire de la Normandie, des origines à nos jours
    La géographie de la région : relief, climat, population, découvertes des différents pays qui la constituent
    L'économie, depuis l'image de l'agriculture, originelle, à la réalité d'aujourd'hui (industrie, transports, énergie et tourisme)
    La culture normande : parlers, symboles et traditions
    La Normandie, terre des arts, depuis les premiers bâtisseurs aux festivals d'aujourd'hui

  • Plongez dans les coulisses d'un monument à nul autre pareil !
    Avec une fréquentation de plus d'un million de touristes, le Mont Saint-Michel figure parmi les 15 monuments les plus visités en France. Que cache ce site unique, perdu entre terre et mer ? Pourquoi fascine-t-il autant ? Comment vit le village lorsque les derniers autocars quittent la baie ?
    Lomig Guillo retrace l'incroyable histoire de ce lieu de pèlerinage, qui fut aussi une prison et un lieu de torture. Il explique comment ce rocher pas comme les autres est devenu au fil des siècles, un véritable mythe, avec ses trésors, ses légendes et ses mystères, ses pèlerins et ses sorcières... Sans oublier ses hordes de touristes qui permettent aujourd'hui à quelques entreprises de décrocher le jackpot dans un business où tous les coups sont permis.
    Des sables mouvants de la baie jusqu'à la statue dorée de l'archange au sommet de l'abbaye, en passant par l'incontournable omelette de la Mère Poulard, découvrez les mille et une facettes de ce monument emblématique.
    Ce récit grand public est divisé en plusieurs chapitres qui s'articulent autour de différents thèmes: la naissance du village, l'histoire de l'abbaye, les dessous des activités touristiques... Chacun renferme une mine d'anecdotes et d'informations qui permettent au lecteur de jeter un autre regard sur ce monument et les légendes qui l'entourent.

  • La Normandie vient d'être réunie administrativement. Mais la Normandie historique avait-elle besoin d'une loi pour prouver son existence propre ? L'unité normande réalisée autour du Viking Rollon en 911, a traversé les siècles. En 1911, on fêtait le Millénaire normand en grande pompe, mais cette fête populaire n'a pas su changer un état d'esprit en une volonté politique. Dans cet essai, des poètes, des hommes politiques, des personnalités normandes, nous prouveront la perennité de la Normandie.

  • En 100 pages, voici une défense et illustration du Pays cauchois, terre normande, triangle marqué à ses extrémités par les villes de Dieppe, de Rouen et du Havre, et sinueusement bordé par la Seine. De ses origines, de ses limites et de son histoire, vous aurez là l'essentiel qu'il vous faut savoir de cette partie si pittoresque de la Haute-Normandie.
    Devenu introuvable, en voici une nouvelle édition entièrement recomposée.
    Raymond Mensire, né à Doudeville (Seine-Maritime) (1889-1964), écrivain régionaliste auquel on doit notamment cet ouvrage (paru initialement en 1946) ainsi qu'un Patois cauchois (1939).

  • L'Histoire de la ville de Cherbourg, par Voisin-la-Hougue, fut composée dans l'intervalle de 1720 à 1740. Elle a été copiée et falsifiée par Mme Retau-Dufresne, qui la fit imprimer sous son nom en 1760 ; mais elle n'a jamais été publiée par son véritable auteur. Nous nous sommes servis du manuscrit autographe. Voisin-La Hougue est le plus ancien historien de Cherbourg ; à ce titre on doit respecter sa mémoire, et ce motif seul nous eût décidé à la publication textuelle de son manuscrit. Mais un mérite qu'on ne contestera pas à Voisin-La Hougue, c'est celui des recherches et de l'exactitude dans les faits et les détails, qualité si précieuse dans celui qui écrit l'histoire (extrait de l'Avant-propos de 1835).
    Jean-Thomas Voisin-La-Hougue né à Cherbourg (1717-1773), historien, membre de la Société académique de Cherbourg. Son histoire de la ville de Cherbourg ne sera intégralement publiée qu'en 1835 par Vérusmor et complétée depuis 1728 jusqu'à 1835.
    Vérusmor (Alexis Gehyn), né à Ventron (Vosges) (1806-1873), journaliste et historien. Son engagement dans l'artillerie de marine l'amène à Cherbourg en 1825. On lui doit en particulier sa continuation de l'oeuvre de Voisin-La Hougue. Il est également un des fondateurs des Journal de Cherbourg et du département de la Manche, et du Phare de la Manche.
    Rééditée sans interruption depuis lors, en voici une nouvelle édition, enfin entièrement recomposée et illustrée, qui ne pourra qu'intéresser tous les passionnés d'histoire régionale.

  • Edité en 1842, les Nouveaux essais historiques sur la ville de Caen, oeuvre posthume de l'abbé De La Rue, sont « une riche suite de Mémoires d'Antiquités locales, dont l'ensemble compose, non pas une histoire détaillée, mais comme une galerie de grands tableaux de faits principaux, où se développent successivement la marche et les vicissitudes de l'organisation sociale du pays, sous les différents pouvoirs qui l'ont dominé, depuis les Romains jusqu'à nos temps modernes ».
    Au sommaire de ce second tome : les annales militaires, politiques et religieuses de la ville de Caen et de la basse-Normandie, de 258 à 1791.
    Né à Caen en 1751, ordonné prêtre en 1775, l'abbé De La Rue est doyen de la faculté de Caen en 1786. Exilé en Angleterre, il met à profit son séjour forcé pour étudier et recopier les archives de la Tour de Londres. Il devient doyen de la faculté des lettres de Caen en 1821. Par ses recherches sur les archives anciennes, il fut l'archétype du grand érudit en histoire moyenâgeuse du XIXe siècle. Son oeuvre majeure reste les Essais historiques sur les bardes, jongleurs et trouvères normands et anglo-normands (1834). Il décède en 1835 sans avoir pu achever ses divers Essais historiques sur la ville de Caen, mine formidable d'informations pour la connaissance de l'histoire de la Normandie.

  • J'ai désiré simplement rappeler aux lecteurs que les souvenirs de notre ancienne province intéressent, ceux de ces souvenirs qui se rattachent, d'une manière plus spéciale, à cette région, - autrefois si bien nommée le Clos du Cotentin, - que son isolement topographique et sa physionomie particulière permettent d'étudier à part. Nous ne sommes plus, en effet, au temps où l'on se contentait du récit rapide et superficiel des événements ; nous voulons les voir de plus près et en comprendre la signification, l'enchaînement et la portée. Les documents originaux sont devenus la base nécessaire de tout travail consciencieux. La perspective, en se rapprochant, a dû, dès lors, rétrécir son cercle ; les monographies ont remplacé les vues d'ensemble et ont mis en relief des détails qui, auparavant, malgré leur importance relative, étaient restés dans l'ombre... » (extrait de l'Avant-propos).
    De la tortueuse politique de Louis XI envers la Normandie et l'Angleterre, en passant par le face-à-face François Ier-Henri VIII, les dévastatrices guerres de religion, jusqu'au règne de Henri IV qui s'achève en 1610, voici le troisième tome de cette imposante fresque de l'histoire du Cotentin.
    Gustave Dupont, conseiller à la cour d'appel de Caen, membre de la Société des Antiquaires de Normandie, historien normand, a publié cette monumentale histoire du Cotentin entre 1870 et 1885. En voici, toujours en 4 tomes, une nouvelle édition entièrement recomposée.

  • J'ai désiré simplement rappeler aux lecteurs que les souvenirs de notre ancienne province intéressent, ceux de ces souvenirs qui se rattachent, d'une manière plus spéciale, à cette région, - autrefois si bien nommée le Clos du Cotentin, - que son isolement topographique et sa physionomie particulière permettent d'étudier à part.
    Nous ne sommes plus, en effet, au temps où l'on se contentait du récit rapide et superficiel des événements ; nous voulons les voir de plus près et en comprendre la signification, l'enchaînement et la portée. Les documents originaux sont devenus la base nécessaire de tout travail consciencieux. La perspective, en se rapprochant, a dû, dès lors, rétrécir son cercle ; les monographies ont remplacé les vues d'ensemble et ont mis en relief des détails qui, auparavant, malgré leur importance relative, étaient restés dans l'ombre... » (extrait de l'avant-propos).
    De l'avènement de Louis XIII à la Révolution de 1789, en passant par les révoltes protestantes ou des Nus-Pieds, les relations compliquées avec les îles et toujours l'antagonisme avec l'Angleterre et ses changements de régime, voici le quatrième et dernier tome de cette imposante fresque de l'histoire du Cotentin.
    Gustave Dupont, conseiller à la cour d'appel de Caen, membre de la Société des Antiquaires de Normandie, historien normand, a publié cette monumentale histoire du Cotentin entre 1870 et 1885. En voici, toujours en 4 tomes, une nouvelle édition entièrement recomposée.

  • Saviez-vous que : o Au plus fort du débarquement à Omaha Beach, le général Eisenhower rédigea un message de défaite ? o Les Anglais quelques mois au préalable y avaient envoyé deux sous-marins de poche ? o Une armée fantôme était stationnée face au Pas-de-Calais pour accréditer l'idée que les troupes y débarqueraient. o Un espion international informa Hitler du débarquement en Normandie, mais il refusa de le croire. - Un agent secret allemand, envoyé à Londres, travaillait en fait pour l'espionnage anglais. o De Gaulle avait chargé une star d'Hollywood d'être son ambassadeur auprès de Roosevelt. - De Gaulle offrit les cigares de Churchill au chauffeur du général Leclerc. o Les déportés du camp de Dora sabotaient les VI et les V2 destinés à bombarder l'Angleterre. - Les STO belges avaient saboté les mines anti-personnelles allemandes qui protégeaient les plages normandes. o C'est Rommel qui inventa l'appellation « Le jour le plus long ». o Un pigeon déclencha le débarquement. - Un parachute du débarquement devint une robe de mariée. - Les photos du débarquement de Robert Capa étaient floues. - Hemingway correspondant de guerre fut éconduit par Leclerc. o Sur la route de la Normandie, la division das Reich extermina un village entier. o Le gouvernement américain était contre les mariages binationaux. - Les GI's furent aussi des VRP des produits américains. Etc.
    Autant d'anecdotes et de petites histoires, qui font la grande Histoire du 6 juin 1944. L'auteur les présente de façon chronologique et les a réunies au long d'une patiente enquête sur les lieux mêmes de cette grande page de la seconde Guerre mondiale au terme de laquelle la paix fut ramenée en Europe. Un livre qui se lit comme un roman d'aventures et comme un thriller d'espionnage.
    Après avoir débuté à La-Voix-du-Nord, Jean-Louis Guidez a exercé comme journaliste à La-Dépêche-du-Midi. Déterminé peut-être par un père déporté en Allemagne après avoir tenté de rejoindre les Forces françaises libres, il a toujours été passionné par la Deuxième guerre mondiale et le Débarquement de Normandie. Il n'a cessé d'enquêter sur place et de rencontrer des témoins comme cet ancien de la 2e DB, chauffeur de Leclerc. Il a ainsi accumulé des anecdotes et des éclats d'Histoire qu'il restitue dans ce livre consacré au 6 juin 1944 et raconté de façon inédite.

  • « ...C'est ce qui m'engage à publier ce livre, pour rappeler surtout aux jeunes marins du pays les hauts faits de leurs aînés, la splendeur et les beautés de leur contrée, l'agrément et la situation pittoresque des côtes qui bordent la Manche, si féconde en faits historiques... » (extrait de l'avant-propos de l'édition originale de 1897.
    Cette monographie historique, un classique du genre constamment réédité depuis plus de cent ans, permet de mieux connaître et comprendre l'histoire de Saint-Vaast-la-Hougue mais également des îles qui s'y trouvent à proximité : l'île Tatihou, bien sûr, et les îles Saint-Marcouf. Saint-Vaast-La-Hougue fut un des lieux de débarquement des rois d'Angleterre au Moyen Âge quand ils rejoignaient leurs territoires continentaux. Elle fut aussi le théâtre de la terrible bataille navale, en juin 1692, au cours de laquelle la flotte française de l'amiral Tourville fut dramatiquement mise en déroute par la marine anglaise.
    Jules Leroux, né en 1854, receveur des douanes, a publié cet ouvrage dès 1892, avec le sous-titre « pendant les mille dernières années », puis une nouvelle édition en est proposée en 1897 sous-titrée : « ancien fief de l'abbaye de Fécamp ».
    Une monographie d'histoire régionale de Basse-Normandie, dans une nouvelle édition, entièrement recomposée et agrémentée de nombreuses illustrations.

  • La Société normande d'Ethnographie et d'Art populaire, fondée à Honfleur ouvre sa carrière en publiant une série de biographies locales et maritimes... Le titre de ce livre a une saveur de terroir qui indique de quels hommes il s'agit. Cependant il ne faudrait pas croire que nous aurons à présenter quelques-uns de ces illustres marins qui ont laissé dans les événements de leur temps et de leur pays une trace profonde et ineffaçable : notre galerie honfleuraise sera composée de figures secondaires. Mais ces figures ont eu leur importance ; les pilotes de la « noble ville de Honnefleur » sont nommés en première ligne dans le Routier de la Mer, publié en 1483. Ils ont été mêlés à de grands événements ; leurs navires ont abordé des premiers sur les rivages inconnus des deux Amériques. Nous n'avons pas le droit de revendiquer de grands hommes, mais des marins hardis, des pilotes audacieux, de vaillants officiers. Avec eux, on alla visiter le Brésil et peut-être le cap de Bonne-Espérance, pêcher sur le banc de Terre-Neuve, explorer l'Amérique septentrionale, le golfe et les bouches du Saint-Laurent, fonder Québec... Nos compatriotes se montrent des capitaines très appréciés et très utiles dans les guerres d'escadre et de course. C'est donc un dessein tout naturel que d'en raviver les souvenirs éteints (extrait de l'Avant-propos de l'édition originale de 1897.
    Charles Bréard (1839-1913), archéologue, historien. On lui doit divers études historiques, notamment sur les marins normands et sur Honfleur en particulier (Vieilles rues et vieilles maisons de Honfleur du XVe siècle à nos jours ; Notes historiques sur Honfleur).
    Nouvelle édition entièrement recomposée de ce classique du prestigieux passé maritime de Honfleur.

empty