• La mondialisation dangereuse : vers le déclassement de l'occident ? Nouv.

    Après la chute de l'URSS, de nombreux stratèges ont annoncé le triomphede la démocratie libérale, sous l'égide de la puissance américaine,championne de la mondialisation. Trente ans plus tard et au beau milieud'une crise sanitaire qui a dévoilé la réalité concrète de l'hyperpuissancechinoise, les Européens pris au piège de leur supranationalisme sontcontraints d'ouvrir les yeux : la mondialisation anglosaxonne, cette ouverturerapide à tous les flux, humains, marchands et financiers, n'a entraîné ni ladisparition des nations ni la concorde planétaire. Au surplus, elle échappeaux Occidentaux contre lesquels s'affirment les puissances du mondemultipolaire hostiles à leur universalisme libéral, jugé déconstructeur.Alors que les zones de conflit s'élargissent, de la Turquie d'Erdogan, àl'Afghanistan des Talibans, du Sahel aux pays du Nil, de l'Ukraine à la Merde Chine, les crises éco-énergétiques, les menaces mafieuses et cyber, lanouvelle guerre froide opposant la Russie et la Chine aux États-Unis, ouencore les déstabilisations liées au terrorisme islamiste, sont le quotidiendes nations. Les pays émergents ou réémergents d'Eurasie et du Sudassument de nouveaux rapports de forces, et les rivalités territoriales ontpeu de chances d'être résolues par le multilatéralisme (OMS, ONU, etc...),largement démonétisé.Passant au crible, selon la méthode géopolitique, les tendances lourdes(géographie, histoire, religion) et les variables contemporaines (Covid,énergies, économie, crime organisé) de l'échiquier mondial, Alexandre DelValle et Jacques Soppelsa offrent ici le premier guide géopolitique completdes nouveaux dangers du monde globalisé.

  • Lorsque deux bombes nucléaires sont tombées sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945, le monde entier a réalisé que l'humanité avait atteint un point de non-retour dans sa capacité d'autodestruction. Aujourd'hui, l'Anthropocène est en train de provoquer la sixième extinction de masse et tous les signaux sont au rouge: hausse des émissions de GES, fonte des glaciers, feux de forêt, inondations, réfugiés climatiques...
    Pour Chomsky, ces deux menaces exigent une réponse qui ne peut être que de portée mondiale. Dans un contexte de montée en puissance des grandes entreprises mondialisées qui ont privé les États de leur capacité de façonner l'avenir, il plaide pour la signature urgente de traités internationaux contraignants sur le climat et l'armement, et lance un appel à une mobilisation populaire sans précédent.
    «Seul Noam Chomsky a su communiquer avec une telle passion les liens qui unissent les deux catastrophes d'origine humaine auxquelles fait face la civilisation, soit le bouleversement du climat et l'apocalypse nucléaire, et jamais n'a-t-il lancé ses mises en garde et ses appels à l'action de façon aussi impressionnante.»
    - Daniel Ellsberg, lanceur d'alerte des Pentagon Papers

  • RAMSES, l'ouvrage prospectif de référence, propose chaque année à un large public (étudiant, enseignant, manager, journaliste, diplomate...) les clés et repères indispensables pour décrypter les évolutions du monde, selon un credo simple : "Éclairer, ne rien imposer".
    RAMSES 2022  interroge le monde "d'après" autour de trois thématiques fortes :
    SORTIR DU COVID : La pandémie du Covid-19 a plaqué sur la scène mondiale un éclairage brutal qui l'a contrainte à considérer différemment priorités internes et rapports de forces. Quelles leçons géopolitiques et géo-économiques peut-on tirer de la crise ? Vers quelles sorties de crise de long terme nous orientent-elles ? En bref comment le monde sortira-t-il du Covid ?
    PANDEMIE ET REDISTRIBUTION DE LA PUISSANCE : La puissance se redistribue, et la course se déploie sur plusieurs lignes : 2020 et 2021 ont positionné les compétiteurs de manière nouvelle autour d'enjeux qui apparaissent plus clairement - technologiques, informationnels, économiques... Comment se profile la hiérarchie future des puissances ? Comment se réorganisent les grands espaces stratégiques ?
    30 ANS APRES LA CHUTE : L'ESPACE SOVIETIQUE : Moscou, que l'Occident a longtemps cru sortie du jeu de la puissance, pèse à nouveau : au Moyen-Orient, en Europe, et jusque dans la course aux vaccins. La stabilité de sa gouvernance autoritaire est-elle un avantage ou un danger ? Hors Russie, les crises de l'Europe post-soviétique annoncent-elles une plus grande anarchie ou une nouvelle architecture politico-diplomatique ?
    Assorti d'un riche appareil documentaire (annexes statistiques, chronologie, cartographie originale) et de vidéos des auteurs venant compléter et approfondir  les analyses de l'ouvrage.

  • États-Unis, Europe, Chine, Russie, mais aussi firmes multinationales ou opinions publiques : quel est le poids des différents acteurs internationaux ? Réchauffement climatique, migration, terrorisme... Quels défis globaux se dressent devant nous ? À quelles menaces devons-nous faire face ? Comment penser les débats sur les valeurs (démocratie, morale politique, souveraineté, ingérence) ?
    Dans un style accessible et pédagogique, Pascal Boniface fournit les clés de compréhension des enjeux majeurs du monde contemporain, pour tous ceux qui souhaitent s'y retrouver dans le flux continu d'informations, situer les événements dans un contexte plus large, comprendre la vie internationale et les rapports de force qui la structurent.
    Cette 6e édition est à jour des événements récents qui ont bousculé l'ordre planétaire : pandémie du Covid-19, élections américaines, terrorisme...

  • Les GAFAM dominent la nouvelle économie mondiale du numérique. Ces firmes se complètent plus qu'elles ne sont en concurrence entre elles. Possédant un pouvoir économique et financier considérable, parfois supérieur à celui des États, elles sont régulièrement la cible de critiques et de procédures judiciaires en raison de leur position monopolistique, de l'utilisation qu'elles font des données personnelles ou de l'optimisation fiscale qu'elles pratiquent à grande échelle.

  • Généalogie d'un monde multipolaire

    De 1945 à nos jours, Pascal Boniface retrace de façon directe, claire et vivante 75 ans de relations internationales. Il met ainsi en lumière les précédents, les choix et les biais géopolitiques qui permettent de décrypter l'actualité et de percevoir le monde dans sa globalité.
    Foisonnante et explosive, la période contemporaine ne cesse de nous surprendre : cet essai didactique - mis à jour à l'aune des récents événements (élection de Jair Bolsonaro, dernières décisions radicales de Donald Trump, crise du Covid-19...) - constitue la référence indispensable des lecteurs désireux de prendre du recul pour aborder la mondialisation de façon éclairée et le présent en connaissance de cause.
    Pascal Boniface est directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et enseignant à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris VIII. Il a écrit plus de 60 ouvrages sur les questions géopolitiques dont certains ont donné lieu à de multiples traductions ou rééditions. Il a créé la chaîne Youtube « Comprendre le monde ». Retrouvez-le sur son blog www.pascalboniface.com et sur Twitter @PascalBoniface.

  • « Comment la France et l'Europe, menacées par le déclin économique et démographique sur toile de fond de crise politique et morale, peuvent-elles se défendre face à ces nouveaux prédateurs que sont la Chine - désormais superpuissance consciente de son rang historique -, la Russie - insatisfaite de l'ordre postsoviétique sur notre continent -, voire les États-Unis ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut d'abord reconnaître les terrains de chasse de la prédation moderne. C'est à partir de là que nous pourrons apprécier les logiques de comportement des fauves avant d'analyser les options stratégiques qui s'offrent à nous, Européens, si nous ne voulons pas être leur proie. » F. H. François Heisbourg analyse les différentes formes de prédation - commerciale, industrielle, financière, bien sûr, mais aussi idéologique et politique -, souligne les retournements de l'Histoire - comment les pays européens sont passés de prédateurs à proies - et appelle nos pays à rassembler leurs forces pour résister à la prédation. Un livre écrit de main de maître, un appel urgent à penser la stratégie. François Heisbourg est conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique et a présidé l'International Institute for Strategic Studies de Londres et le Centre de politique de sécurité de Genève. 

  • Travailleuse d'usine mexicaine, cultivateur de riz indien, ménagère ougandaise, fermière aymara: ces personnes ont en commun d'être nées dans des nations exploitées ou opprimées. C'est le résultat de l'ordre mondial institutionnalisé : la prospérité de l'Occident vient en grande partie de l'appauvrissement du reste du globe. Pourtant, les positions antimondialisation actuelles sont trop souvent synonymes de fermeture des frontières et de repli sur soi. Pour faire contrepoids, Maïka Sondarjee développe une position internationale pour la gauche qui est réellement solidaire avec les nations du Sud: l'internationalisme radical. Avec cette vision anticapitaliste, décoloniale et féministe de la coopération internationale, elle souhaite intégrer l'Autre au coeur de nos préoccupations. Une invitation à décoloniser la solidarité internationale et à envisager une transition globale juste, seule façon de ne pas perdre le Sud.

  • Historien et consultant, Jean-Louis Dufour analyse les grandes crises de l'ère moderne. Un nouveau titre de la collection " Archidoc ", essais abordables au format pratique pour rendre intelligibles les plus grandes questions de l'Histoire. Révolte des Boxers (1900), attentat de Sarajevo (1914), génocide arménien (1915-1917), occupation franco-belge de la Ruhr (1925), remilitarisation de la Rhénanie (1936), accords de Munich (1938), missiles de Cuba (1962), guerre des Six Jours (1967), intervention soviétique en Afghanistan (1979), guerre des Malouines (1982), intervention francaise au Tchad (1986), crise yougoslave (1991), guerre russo-géorgienne (2008)...
    En principe brèves, à l'occasion dangereuses et donc redoutées, les crises sont susceptibles de modifier le cours de l'Histoire.
    Analysant soixante crises internationales, les unes fameuses, d'autres oubliées, Jean-Louis Dufour éclaire quelques-uns des événements qui ont rythmé le siècle passé et faconné le monde d'aujourd'hui.
    Une fiche résume le déclenchement de chacune de ces crises, son déroulement, les forces en présence et sa conclusion.

  • Les espaces maritimes sont au coeur de la mondialisation et de la compétition stratégique entre États pour trois raisons principales: économiques, démographiques (65% de la population mondiale vit dans des zones portuaires et côtières) et géopolitiques (détroits, canaux et nombre d'îles représentent des enjeux au point de susciter des tensions entre certains pays).
    Ce numéro de Questions internationales met en lumière, à l'aide d'exemples précis, l'unité des problèmes internationaux soulevés par des espaces maritimes fragmentés et l'universalité des principes qui s'y appliquent.

  • Edition revue et augmentée.Cet ouvrage répond, par des chapitres courts, clairs, synthétiques et largement illustrés, à toutes les questions dont l’actualité géopolitique foisonne.Destiné aux étudiants souhaitant acquérir de solides connaissances en vue des concours et examens, cet ouvrage permettra de faire un tour d’horizon rapide et complet des thèmes essentiels des relations internationales.

  • De toutes les émotions, la colère est l'une des plus puissantes. Elle s'accompagne de bien d'autres affects - indignation, culpabilité, amertume, ressentiment, haine, désir de vengeance - dénominateurs communs d'une actualité bouillonnante mais particulièrement confuse. Violences politiques et terrorismes transnationaux, soulèvements populaires et protestations « indignées » à travers le monde, insurrections armées au long cours, montée des populismes et reflux des nationalismes, regains et consolidations autoritaires, haine de l'« autre », interminables guerres civiles et conflits gelés, rancoeurs sociétales nouvelles comme plus anciennes, belligérances numériques inédites... Inexorablement, sous nos yeux, c'est bien la colère qui semble dévorer une globalisation que d'aucuns qualifiaient autrefois d'« heureuse ». Se plaçant sur le terrain singulier de la géopolitique, Myriam Benraad analyse ce qu'« être en colère » signifie, comment cette émotion se manifeste à l'échelle planétaire, quels en sont les protagonistes, dynamiques et enjeux. Assistons-nous à un phénomène passager ou cet emportement général, visible partout, a-t-il déjà mué en logique durable laissant craindre un XXIe siècle particulièrement brutal et instable ?

  • « Le mot "international", j'en conviens, est nouveau ; bien que, j'espère, clair et explicite. » Ainsi s'exprimait le philosophe Jeremy Bentham en 1781 lorsqu'il conçut ce néologisme.Si le terme est passé dans le langage courant au XVIIIe siècle, avec la prise de conscience de l'essor des États-nations et de la multiplication des transactions entre eux, la discipline des Relations internationales a tardé à s'imposer dans le champ des sciences sociales, en France particulièrement. Pourtant, l'étude savante de ce qui se passe sur la scène internationale aide à comprendre le monde.Pédagogique et exhaustif, cet ouvrage destiné aux étudiants, enseignants, diplomates et journalistes, s'y emploie. Il présente l'environnement intellectuel et historique de la discipline, ses paradigmes, ses concepts et débats structurants, et s'interroge sur les liens entre théorie et pratique. Il propose un état de l'art en ce début de XXIe siècle, en France et dans le monde.Cette sixième édition, augmentée de deux chapitres sur l'apport des études féministes et sur la diplomatie, met à jour l'ensemble des analyses et des bibliographies de ce vaste champ d'étude.

  • Fétichisme des équilibres budgétaires, fanatisme du libre-échange, mépris de la préférence communautaire, subversion du politique par l'économie, des États par les marchés, du public par le privé...
    Comment peut-on être européen  ?
    L'Europe est aujourd'hui engluée dans un triple échec. Échec de l'union monétaire alors que ne cesse de se creuser la divergence entre Nord et Sud. Échec de l'union économique, pendant que la compétition entre pays membres se poursuit. Échec d'une union politique quand l'Europe préfère abandonner sa gouvernance à des autorités indépendantes plutôt que de privilégier la concertation entre les États.
    Au-delà de l'affrontement stérile entre souverainisme et fédéralisme, Jean-Marc Ferry suggère d'explorer une troisième voie, la co-souveraineté  : la possibilité de se coordonner afin de conduire ensemble des politiques publiques définies sous l'autorité d'une institution légitime, associant les parlements nationaux aux processus de décision.
     
    Jean-Marc Ferry plaide aussi pour l'instauration d'un socle social européen, reposant sur le double dispositif d'un revenu de base universel et du développement d'un nouveau secteur d'activité personnelle et autonome. Enfin, il revient, en philosophe, sur le sens même de la construction européenne face aux menaces toujours présentes de la misère, de la guerre et de la barbarie.

  • Les conflits enchevêtrés du Moyen-Orient paraissent insolubles. Au coeur de la tragédie, et comme dans un puzzle absurde, les frontières entre territoires se
    heurtent aux frontières entre identités :comment être arabe dans un État juif, juif dans un État arabe, sunnite dans un État chiite, chiite dans un État sunnite, chrétien dans un État musulman, kurde dans un État arabe, arabe dans un État kurde, kurde dans un État turc... ? Les peuples sans nations (comme les Kurdes ou les Palestiniens) se juxtaposent aux nations sans peuple comme en Irak ou en Syrie.
    Comment dépasser les appartenances identitaires ? De nouvelles frontières verront-elles le jour ? Comment repenser la carte du Moyen-Orient ?
    Entre expertise et révolte, Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud posent l'équation. Un essai acéré illustré de 20 cartes.

  • Depuis une dizaine d'années, les États-Unis mobilisent une arme économique dont les élites européennes sont en train d'évaluer les dégâts et que l'opinion publique ne soupçonne pas : leur droit, leurs lois, qu'ils appliquent au-delà de leurs frontières et qui leur permettent de s'ingérer dans la politique étrangère et commerciale de leurs ennemis comme de leurs alliés. Cibles prioritaires : les entreprises européennes en général, et françaises en particulier. Méthode : sanctionner en infligeant de lourdes amendes, fragiliser, racheter. Washington joue au shérif économique pour préserver et enrichir ses intérêts nationaux.



  • « Dans la nuit, plusieurs dizaines de milliers de manifestants descendent dans les rues à l'appel de Charles Blé Goudé, leader des "jeunes patriotes", et se dirigent vers l'aéroport et la base militaire française. Les Ivoiriens se heurtent rapidement aux hélicoptères et aux chars des soldats français, qui tirent à balles réelles et à la grenade offensive, faisant une trentaine de morts. Le lendemain, l'état-major français ne reconnaît pourtant que "des tirs d'intimidation". Le soir, le général Bentégeat admet qu'ils ont "peut-être blessé ou même tué quelques personnes", mais ne parle que de "pillards" et se déclare "très fier de la réaction qu'a eue le détachement Licorne. Ils ont montré qu'on ne tue pas impunément les soldats français". La suite des événements confirmera qu'on peut en revanche tuer impunément des civils ivoiriens.»
    Derrière une neutralité affichée, la France n'a cessé d'intervenir dans la vie politique ivoirienne, défendant âprement ses intérêts économiques et son influence régionale. De la mort d'Houphouët-Boigny à la chute de Gbagbo, tout l'arsenal de la Françafrique s'est déployé en Côte d'Ivoire : diplomatie parallèle, réseaux officieux, affaires troubles, coups tordus et crimes de guerre.
    Membres de l'association Survie, Raphaël Granvaud et David Mauger sont tous deux rédacteurs pour Billets d'Afrique. Le premier est également l'auteur de Que fait l'armée française en Afrique ? et de Areva en Afrique (Agone, 2009 et 2012).

  • Nouvelles relations internationales
    Cette édition prend le relais de Relations internationales (2 vol.) qui a constitué un classique depuis vingt-cinq ans. Elle a été repensée en rassemblant les questions régionales et mondiales en un seul volume pour mieux l'articuler autour des grandes mutations de ce dernier quart de siècle : nouvelles technologies de l'information, révolution numérique ; globalisation de l'économie ; entrée en scène des puissances du Sud ; repli ou recomposition de l'ordre américain ; chaos du Moyen-Orient et nouvel âge du terrorisme... Ces évolutions imposent une approche nouvelle qui intègre les rapports géopolitiques dans les mouvements de fond de l'histoire : transformations de l'État souverain, migrations des individus et des groupes, émergence chaotique d'une société planétaire, enjeux écologiques, quête d'une sécurité globale. Un nouveau classique !
    Philippe Moreau Defarges
    Chercheur et co-directeur du RAMSES à l'Institut français des relations internationales (IFRI), il enseigne à Sciences Po Paris. Il est l'auteur de très nombreux ouvrages sur les questions internationales, la mondialisation et la construction européenne.

  • Plus de quarante ans après la Révolution islamique de 1979, la question de l'intégration de l'Iran dans son environnement régional et de sa place au sein de la communauté internationale n'est toujours pas réglée. Pour le président Trump, la République islamique reste un « État voyou ». Certains rivaux de l'Iran, comme Israël ou l'Arabie saoudite, alimentent le discours américain d'une anormalité de la République islamique. Vue de la rive arabe du golfe Persique, la problématique se pose de manière différente : il s'agit de contester l'ambition de l'Iran de parler au nom de l'ensemble des musulmans. Plus récemment, Téhéran est égale-ment devenu un partenaire de la Russie dans la lutte contre le djihadisme ; sans oublier que Paris et Ankara jouent leur propre partition.

    La nature de la politique de Téhéran n'a donc cessé de questionner les chercheurs. Ce livre collectif, dirigé par Clément Therme, entend dès lors présenter, dans toutes leurs nuances, les relations internationales de l'Iran depuis 1941, et notamment la priorité donnée par Téhéran à son opposition à Washington.

  • Bien qu'âgé, Joe Biden a su s'imposer lors des primaires démocrates : il affrontera Donald Trump à la présidence des États-Unis, en novembre prochain. Jean-Bernard Cadier, correspondant à Washington, nous raconte le parcours et la campagne électorale, des premiers caucus à la convention démocrate de juillet 2020, de celui qui sera peut-être le prochain président américain.
    Comme la tortue de la fable, Joe Biden a fini par supplanter tous ses concurrents lors de la primaire démocrate. Nonchalant, gaffeur, il a amorcé un spectaculaire redressement lors du Super Tuesday du 3 mars 2020. Au terme d'une campagne fantôme, marquée par la pandémie, il affrontera donc Donald Trump, qui ne le désigne que par " Sleepy Joe ", à la présidentielle de novembre. L'enquête de Jean-Bernard Cadier retrace le parcours de Joe Biden, de son enfance typique de l'Amérique d'avant, en Pennsylvanie, jusqu'à ses huit années de vice-présidence dans l'ombre de Barack Obama. Une vie ponctuée de drames (la mort de sa femme et de sa fille dans un accident de voiture, celle de son fils aîné emporté par le cancer), de casseroles (le vote de la guerre en Irak, ses tergiversations sur la question raciale) et de scandales - les affaires de son fils Hunter en Ukraine. À 77 ans, Joe Biden se dit prêt à rejoindre une dernière fois la Maison Blanche, persuadé que son âge est un atout pour apaiser une Amérique traumatisée par le chaos de l'ère Trump. Et, à défaut de l'enthousiasmer, la rassurer. Le voici au pied du mur...

  • Cet ouvrage, conçu comme un manuel, s’adresse en priorité aux étudiants (IEP, Droit, AES, Sciences économiques, licence d’Administration publique) et à tous ceux qui préparent les concours administratifs. Mais il est également destiné à tous les citoyens qui souhaitent mieux comprendre les questions internationales.Quelles sont les grandes conceptions des relations internationales ?Quelles sont les caractéristiques du monde de l’après-guerre froide ?Quelles sont les grandes conférences des Nations unies consacrées au développement ?Quel est le rôle des institutions internationales en matière de protection de l’environnement ?Quelles sont les étapes de la lutte internationale contre la prolifération des armes de destruction massive ?Toutes ces questions, et bien d’autres, sont étudiées par l’auteur dans cet ouvrage qui présente de manière synthétique les différents thèmes abordés par l’étude des relations internationales (évolution des relations internationales depuis 1945, principes politicojuridiques régissant les relations internationales, acteurs des relations internationales, grands enjeux internationaux).

  • La troisième édition de cet ouvrage vise à faire le point sur :l’histoire des relations internationales depuis la fin de la Première Guerre mondiale ;les questions régionales, tant dans leurs problématiques structurelles que dans leurs développements les plus actuels ;les grands thèmes qui traversent la matière : droit, questions de défense, économie, enjeux globaux (environnement, matières premières, criminalité, etc.).

  • L'humiliation est devenue l'ordinaire des relations internationales. Rabaisser un État, le mettre sous tutelle, le tenir à l'écart des lieux de décision, stigmatiser ses dirigeants : autant de pratiques diplomatiques qui se sont banalisées au fil du temps. De quoi ces diplomaties de l'humiliation sont-elles révélatrices ? Les réactions des humiliés - de la conférence de Bandung en 1955 aux Printemps arabes - n'invitent-elles pas à une autre gouvernance ? Convoquant l'histoire et la sociologie politique, Bertrand Badie remonte aux sources de l'humiliation : les conquêtes occidentales du xixe siècle, la montée des revanchismes dans l'entre-deux-guerres, une décolonisation mal maîtrisée. Il montre que sa banalisation consacre l'émergence dramatique des opinions publiques et des sociétés sur la scène internationale, mais qu'elle trahit aussi l'inadaptation des vieilles puissances et de leurs diplomaties à un monde de plus en plus globalisé. Dès lors, il devient urgent de reconstruire un ordre international dans lequel les humiliés et leurs sociétés trouveront toute leur place. La montée des populismes et l'élection de Trump en 2016, le durcissement des gouvernements autoritaires d'Erdogan et de Poutine ou les provocations de la Corée du Nord confirment le rôle structurel de l'humiliation dans les relations internationales, avec cette inversion inquiétante : l'humilié d'hier devient aussi l'humiliateur d'aujourd'hui. Professeur des universités à Sciences Po Paris, Bertrand Badie s'est imposé comme l'un des meilleurs experts en relations internationales. Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages qui font référence, dont La Diplomatie de connivence, L'Impuissance de la puissance et La Fin des territoires. Il codirige L'État du monde depuis douze ans. 

  • Crise sanitaire mondiale, multiplication des chocs climatiques, guerres commerciales, impuissance européenne, chaos moyen-oriental  : tout se passe comme si la planète mondialisée découvrait des défis inimaginables, la contraignant à des révisions déchirantes. L'heure des choix fondamentaux semble avoir sonné.
    L'édition 2021 du Ramsès interroge ce monde nouveau que les bouleversements de 2020 nous poussent à imaginer  :
    Face aux catastrophes sanitaires et climatiques, qui mettent durement en cause la désorganisation du monde, quelle gouvernance inventer pour demain  ?
    Quelle part l'expérience européenne peut-elle prendre à cette redéfinition des règles  ?
    Quant au monde arabe, dix ans après la fausse promesse des «  printemps  », est-il en train de sortir de l'histoire  ? Ou restera-t-il un perturbateur redoutable des années à venir  ?

empty