Philosophie postmoderne (XXe siècle)

  • Aux États-Unis, pour 20 000 dollars, il est possible d'augmenter de 5 cm la taille de son enfant à naître. Qu'y a-t-il de problématique à créer un bébé sur mesure ? Qu'est-ce qui dérange dans la manipulation de notre nature ?
    Pour répondre à ces questions, l'auteur part d'un constat simple : quand la science progresse plus vite que la morale, nous ressentons un certain malaise. Les concepts traditionnels de la philosophie, comme l'autonomie, la justice ou l'égalité, ne suffisent pas pour traiter des questions complexes et nouvelles que posent le clonage, les cellules souches ou les athlètes bioniques.
    En défendant une éthique du don contre une éthique de la « domination » et de l' « augmentation », le philosophe ouvre des pistes de réflexion, guidé par une idée forte : si les manipulations génétiques annulent notre capacité d'agir librement, elles altèrent aussi nos qualités naturelles et portent atteinte à notre humanité.

  • Les aventures de la marchandise ; pour une critique de la valeur

    Anselm Jappe

    • La découverte
    • 28 Septembre 2017

    Reprenant l'analyse de Marx sur le fétichisme de la valeur marchande, Anselm Jappe montre à quel point elle reste saillante pour appréhender notre époque, assez proche, en ce qui regarde son rapport à la valeur, des débuts du capitalisme.
    Initialement publié en 2003, ce livre présente de manière à la fois précise et tranchante le courant de critique sociale connu sous le nom de " critique de la valeur " et initié en Allemagne par Robert Kurz dans les années 1980. Procédant à une relecture de l'oeuvre de Marx bien différente de celle donnée par la quasi-totalité des marxismes historiques, ce courant propose des conceptions radicalement critiques de la société capitaliste, tout entière régie par la marchandise, l'argent et le travail.
    Anselm Jappe insiste notamment sur un aspect aussi central que contesté de la " critique de la valeur " : l'affirmation selon laquelle, depuis plusieurs décennies, le capitalisme est entré dans une crise qui n'est plus cyclique, mais terminale. Si la société fondée sur la marchandise et son fétichisme, sur la valeur créée par le côté abstrait du travail et représentée dans l'argent, touche maintenant à sa limite historique, cela est dû au fait que sa contradiction centrale - qu'elle porte en elle depuis ses origines - est arrivée à un point de non-retour : le remplacement du travail vivant, seule source de la " valeur ", par des outils technologiques de plus en plus sophistiqués.

  • Bergson : une philosophie de la nouveauté

    Arnaud Bouaniche

    • Editions ellipses
    • 8 Mars 2022

    S’il n’y avait qu’une seule chose à dire de Bergson, ce serait celle-ci : l’expérience du temps, qu’il appelle la « durée », est le cœur de toute son œuvre, ce dont il est parti, ce à quoi il est inlassablement revenu et qu’il invitait à toujours retrouver sous peine de manquer l’essentiel de sa pensée comme de notre vie. Mais de cette intuition centrale du philosophe on a fini par faire une antienne, et presque une banalité, en oubliant qu’elle fut, d’un bout à l’autre de son parcours, une source d’étonnement continue. Car ce fut par hasard, et à la faveur d’un véritable choc, que Bergson découvrit la durée. Ce fut aussi sans l’avoir voulu, et même à contrecœur, que, d’abord séduit par le mécanisme, il se trouva contraint de reconnaître la contingence et l’imprévisible impliqués dans la compréhension rigoureuse du temps. Et ce fut encore sans s’y attendre, sous le coup d’une surprise, qu’en 1907, dans L’Évolution créatrice, à l’occasion d’une critique de la biologie de son époque, Bergson vit surgir la nouveauté comme cet aspect ultime de la durée qui enflamma littéralement les enjeux critiques et métaphysiques de sa pensée. Philosopher « en durée », ce fut toujours pour lui avancer de manière expérimentale, en se mettant à l’écoute du réel, sans jamais rien considérer comme acquis. Aimer Bergson, ce serait aller en le lisant, comme il a pensé, de surprise en surprise. Arnaud Bouaniche est docteur en philosophie et professeur en CPGE. Il a participé à la première édition critique des œuvres complètes de Bergson parue aux Presses Universitaires de France. Il est également secrétaire de la Société des amis de Bergson.

  • Le cas Wagner ; Nietzsche contre Wagner

    Friedrich Nietzsche

    • République des lettres
    • 25 Février 2016

    Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Friedrich Nietzsche. Ce volume contient "Le Cas Wagner, un problème musical" et "Nietzsche contre Wagner, pièces justificatives d'un psychologue". Seul pamphlet de Nietzsche, "Le Cas Wagner" transpose sur le mode comique et satirique le problème esthétique que le musicien pose au philosophe. Ce qui est attaqué est d'ailleurs moins le compositeur de "Parsifal" que la "névrose" de l'Allemagne wagnérienne de la fin du XIXe siècle, soit une idéologie riche d'obscurantismes, de nationalisme, d'antisémitisme et de mépris de l'intelligence que Nietzsche résume sous l'expression de "crétinisme de Bayreuth". C'est le "wagnérisme" qui l'éloigne de Richard Wagner, pour qui il éprouve un mélange d'admiration et de répulsion. Le second texte du volume, "Nietzsche contre Wagner", écrit quelques jours avant son premier accès de folie, consiste en un réarrangement d'aphorismes sur la musique de Wagner déjà publiés dans ses précédents ouvrages, notamment "La Volonté de puissance" et "Ainsi parlait Zarathoustra".




  • Dictionnaire Marx

    ,

    • Editions ellipses
    • 9 Juin 2020

    Destiné aux étudiants du Supérieur, cet ouvrage a pour but de présenter l'essentiel des termes dans lesquels s'exprime Marx. Lexique où chaque terme est abordé par ordre alphabétique.

  • Jacques Rancière ; pratiquer l'égalité

    Anders Fjeld

    • Michalon éditeur
    • 8 Février 2018

    Se démarquant des projets d'émancipation des Lumières, du marxisme et de la sociologie critique, le philosophe français Jacques Rancière affirme que nous n'avons pas à devenir égaux. Nous devons nous présupposer égaux hic et nunc et créer et explorer les conséquences de cette présupposition. Ainsi, plutôt que de fournir le principe d'un ordre meilleur à construire, la présupposition de l'égalité suspend l'ordre institué et ouvre, ce faisant, d'autres « paysages du possible » : des espaces d'expérimentation des savoirs, des perceptions et des capacités qui constituent nos communs.
    Jacques Rancière, pratiquer l'égalité entend reconstituer les moments forts du cheminement intellectuel multiple menant à ces idées : sa rupture avec le marxisme althussérien et son exploration des archives ouvrières du 19e siècle ; sa fascination pour le projet de l'émancipation intellectuelle du « maître ignorant » Joseph Jacotot ; la constitution de sa pensée politique centrée sur l'égalité et la démocratie ; et, finalement, l'élaboration de sa pensée esthétique. Ce cheminement n'aboutit pas à un seul concept d'égalité, mais oscille entre trois conceptions de l'égalité - égalités intellectuelle, politique et sensible -, lesquelles impliquent de réévaluer la pensée ranciérienne de la démocratie moderne, ouvrant sur de nouveaux potentiels conceptuels.

  • « Le séminaire sur Nietzsche résulte de ce qu'on peut appeler une décision pure, dont le résultat ne s'est pas inscrit dans les grandes scansions livresques de mon entreprise. Il est même resté à part de ses compagnons, les antiphilosophes modernes et antiques. Mais n'est-ce pas son destin, en vérité ? Je l'aime dans la solitude où tout le monde, sectateurs et calomniateurs, suiveurs et hurleurs, interprètes et propagandistes, l'ont toujours laissé. On verra comment, gouverné par cette profonde sympathie, le commentant en détail et l'admirant sans avoir pour autant à lui concéder quoi que ce soit, j'ai pu décerner à Nietzsche, en mon seul nom, le titre suivant : prince pauvre et définitif de l'antiphilosophie. »A. B. 
     Depuis 1966, une part importante de l'enseignement du philosophe Alain Badiou, aujourd'hui professeur émérite à l'École normale supérieure, a pris la forme d'un séminaire, lieu de libre parole et laboratoire de pensée. Les éditions Fayard publient l'ensemble de ces Séminaires de 1983 à aujourd'hui, période où la documentation est abondante et continue. Ce volume est le sixième de la série.

  • La fin du monde ; pandemie, politique, desertion

    ,

    • Editions l'harmattan
    • 22 Novembre 2021

    Cet ouvrage cherche à dégager un horizon de pensée, de pratiques, d'expériences, visant à ce que la pandémie du Covid19, avec la suspension du fonctionnement ordinaire de la société et de l'économie, n'enchaîne pas sur un triste retour « à la normale ». Il s'agirait, au fond, d'opérer une destitution des pouvoirs, par désertion : au mieux, ce pourrait être une forme de suspension d'existence, expérimentant de nouvelles manières d'être, ou, au moins, une attention portée au fait de ne pas donner d'armes au capitalisme, en vue de sa régénérescence. Peut-être serait-il possible d'inscrire cette démarche existentielle et politique dans le cadre d'une opération mimétique à l'égard du virus : reprendre sa capacité de blocage pour libérer des formes inédites d'existence individuelle et collective. Le Covid19 livrerait serait alors un pharmakon, à la fois poison et remède.

  • Habermas et la question de l'éducation

    Arianne Robichaud

    • Presses de l'université laval
    • 12 Septembre 2018

    La pensée du théoricien allemand Jürgen Habermas figure parmi les plus importantes théories sociales issues du xxe siècle : toutefois, à ce jour, elle n'a inspiré qu'un nombre restreint d'études portant spécifiquement sur leur articulation à l'éducation moderne et contemporaine. Cet ouvrage présente ainsi une analyse critique de la façon dont la théorie de l'agir communicationnel développée par Habermas s'arrime à une étude macro et microsociologique de l'éducation, soit une analyse de l'organisation politique, économique et idéologique des systèmes éducatifs occidentaux depuis la modernité, puis une analyse intime et située des rouages de l'activité éducative entre l'enseignant et l'élève. Dès lors, comment réfléchir l'éducation passée et actuelle à l'aune de la pensée habermassienne, en profitant de ses apports tout en mettant en lumière les impasses qu'elle représente, notamment pour le développement du potentiel critique et communicationnel de l'enfant?? Autrement dit, comment penser l'éducation contemporaine avec et contre Habermas??

  • Jacques Chevalier et Emmanuel Mounier : deux philosophes, le maître et l'élève, engagés dans la vie de leur pays. Leurs liens d'amitié, noués dès 1924, se relâchent progressivement, sans pour autant disparaître, dès lors que le nazisme dévoile sa vraie nature, que l'Allemagne rompt le traité de Versailles, que la guerre civile espagnole fait rage, que le Front populaire s'effondre, que l'État français est institué et met fin à la démocratie et à la République. En 1932, Mounier crée, avec l'appui de Chevalier, la revue Esprit. Celle-ci, d'abord tolérée par les autorités de Vichy, sera interdite, mais elle réapparaîtra à la Libération. Chevalier, engagé depuis toujours contre le "laïcisme", deviendra ministre du Maréchal Pétain. En charge de l'Instruction publique, il réintroduira Dieu à l'école et sera condamné en 1946, en Haute Cour de justice. Cet ouvrage prend appui sur leurs correspondances et sur les verbatims de leurs entretiens, pour la plupart inédits.

  • Pour une écologie de la nature à l'homme

    Jean D Alancon

    • Editions l'harmattan
    • 1 Décembre 2021

    L'écologie est progressivement devenue un mot à la mode, créé par un souci existentiel sur l'homme dans l'univers, puis pour protéger notre planète, et aujourd'hui davantage employé pour tenter de la sauver des dérèglements humains. L'homme par son corps est la parcelle par excellence de cet univers qui lui donne la vie, au risque de la lui retirer s'il ne le respecte pas comme tel, s'il ne le comprend pas pour lui-même en s'arrogeant des droits inconsidérés sans les devoirs inhérents à sa propre nature. De la nature à l'homme, cet ouvrage propose une recherche, au bon sens réaliste, d'une « écologie fondatrice » sur le monde physique jusqu'à l'homme lui-même, corps et esprit, dans un mouvement partant des fondements vers les finalités.

  • Cahiers de l'IREA ; philosophie, santé et société

    Cahiers De L'Irea

    • Editions l'harmattan
    • 7 Janvier 2022

    Ce numéro 45 est riche de dix contributions circonscrites à la philosophie, à la santé et aux phénomènes de société : L'éducation chez Emmanuel Kant entre culture, citoyenneté et liberté (Minimalo Alice SOME/SOMDA) ; Un pan névralgique de la politique de gratuité des soins au Burkina Faso oublié : la disponibilité des médicaments et des consommables médicaux (Maurice SARIGDA et Yisso Fidèle BACYE) ; Le Covid-19 en zone d'endémie palustre : état des lieux (Jérémi ROUAMBA) ; La réhabilitation paysanne de personnes vivant avec un handicap visuel au Burkina Faso (Salfo LINGAN) etc

  • Robert Boyce Brandom, penser le pragmatisme analytique

    Marcel Nguimbi

    • Editions l'harmattan
    • 1 Septembre 2015

    Cet ouvrage présente les conditions essentielles d'émergence du pragmatisme analytique de Robert Boyce Brandom, et dresse un registre critique d'incidences méta-théoriques qui en découlent.

  • La haine du monde ; totalitarismes et post modernité

    Chantal Delsol

    • Editions du cerf
    • 5 Février 2016

    Le XXe siècle a été dévasté par la démiurgie des totalitarismes qui, espérant transfigurer le monde, n'ont abouti qu'à le défigurer. Mais il serait faux de croire que ces illusions totalitaires nous ont quittés. Car nous avons rejeté avec force

  • Jacques Derrida et le problème de la technique

    Tacettin Ertugrul

    • Editions l'harmattan
    • 11 Décembre 2020

    Un grand corpus sur l'oeuvre de Derrida s'est accumulé depuis la parution de ses trois grands livres en 1967. Aujourd'hui, des ouvrages et des articles se focalisent sur des aspects différents de son oeuvre. Néanmoins, les recherches sur la question de la technique chez Derrida sont encore rares. Cet ouvrage vise à penser la question de la technique dans son rapport profond avec l'écriture. La pensée de Derrida ne permet pas la secondarisation de la technique par rapport à une prétendue originarité pré-technique. Elle ouvre une voie à repenser la technique au-delà de l'opposition nature/technique qui s'accompagne des oppositions telles que présence/non-présence, propre/impropre ou original/copie. Il s'agit d'une nouvelle pensée de la technique.

    « C'est un travail inaugural sur cette question et il ouvre des pistes à suivre ! » - Jean-Luc Nancy

  • Penser avec Hannah Arendt

    Ternisien D'Ouv

    • Chronique sociale
    • 11 Octobre 2017

    Depuis 2012, nous disposons enfin en français d'une traduction satisfaisante des livres publiés par Hannah Arendt aux États-Unis de 1951 à 1972. Il est ainsi possible à tout citoyen francophone curieux de cette pensée d'accéder directement à l'une des oeuvres politiques les plus originales du XXe?siècle. Pensée toujours vivante et qui, dans un moment de changement d'époque, peut nous aider non à trouver les solutions, mais, ce qui est plus essentiel, à nous poser des questions pertinentes.
    Les commentaires sur l'oeuvre d'Arendt se sont tellement multipliés depuis trente ans que le travail critique a peut-être fini par empêcher l'accès direct à sa pensée. Cet ouvrage poursuit donc un objectif?: fournir un guide de voyage à travers l'oeuvre politique d'Arendt.
    La première partie est consacrée à la genèse, comme penseur politique, de Hannah Arendt depuis sa naissance en Allemagne en 1906 jusqu'à la publication aux États-Unis des Origines du totalitarisme en 1951.
    La deuxième partie constitue le coeur du livre. Le premier chapitre propose une vision d'ensemble des oeuvres en naviguant d'un ouvrage à l'autre et en saisissant le développement d'une pensée s'élaborant à partir des événements. Les sept chapitres suivants permettent au lecteur de s'orienter dans chacun des sept livres. Le dernier chapitre propose un glossaire, le lecteur voyageant, à nouveau, à travers les sept livres avec, pour fil directeur, un choix des notions et distinctions qu'ils abordent.
    La troisième et dernière partie ouvre une réflexion sous forme de questionnement. En quoi la matière apportée par l'oeuvre de Hannah Arendt peut-elle nous aider à penser nos choix et nos actions??

  • Fiche philosophe ; Sartre

    Marie-France Battisti

    • Lepetitphilosophe.fr
    • 15 Novembre 2013

    Devenez incollable sur Jean-Paul Sartre et sa pensée avec lePetitPhilosophe.fr !
    Cette fiche propose une analyse approfondie de la philosophie de Sartre, avec sa biographie, le contexte philosophique dans lequel il s'inscrit, l'analyse détaillée de sa pensée et une synthèse de ce qu'il faut en retenir. La fiche est complétée par une liste de citations clés du philosophe.
    o Après la biographie, la mise en contexte aborde les courants de pensée existentialiste, idéaliste et rationaliste, et les influences heideggérienne et husserlienne qui ont marqué Sartre.
    o Ensuite, l'analyse se penche sur les principales caractéristiques de son système philosophique : l'ontologie sartrienne, dont l'en-soi, le pour-soi et le pour-autrui, et l'action humaine collective.
    o Enfin, après un bref résumé de l'analyse dans lequel on se focalise sur l'essentiel, on trouve des citations assorties d'explications.
    À propos de la collection LePetitPhilosophe.fr :
    Destinée avant tout à un public de néophytes et aux lycéens qui préparent le bac de philo, LePetitPhilosophe.fr propose des analyses d'oeuvres philosophiques classiques et contemporaines. Nos analyses, disponibles aux formats papier et numérique, ont été conçues pour guider les lecteurs à travers toute la philosophie. Nos auteurs combinent théories, citations, anecdotes et commentaires pour vous faire découvrir les plus grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui.

  • Husserl et M. Proust ; à la recherche du moi perdu

    Monica M. Jaramillo-Mahut

    • Editions l'harmattan
    • 9 Octobre 1997

    La philosophie génétique de Husserl cherche à ressaisir l'énigme du monde comme évènement du logos. Il semble que Husserl ait trouvé l'inspiration par l'intermédiaire de Schelling, car, pour ce dernier, « tout ce qui ne peut disjoindre commencement et fin se trouve en rotation ». Cette démarche circulaire correspond aussi à la structure d'A la recherche du temps perdu de Proust, dont le rapport genèse/narration pose le problème de l'origine de l'oeuvre d'art comme histoire de son engendrement dans l'expérience voilée du narrateur. Seul un apprentissage initiatique du regard peut le transformer en moi créateur. La présente réflexion contribue donc à l'éclaircissement d'une esthétique du point de vue de l'expérience du sujet créateur.

empty