Technologies de l'information et de la communication (TIC)

  • La régulation du débat public sur Internet est devenue un impératif pour les démocraties européennes, compte tenu du pouvoir exercé par les grandes plateformes numériques. Mais comment la discussion en ligne peut-elle devenir propice à l'exercice de la rationalité critique ? Le dossier, coordonné par Romain Badouard et Charles Girard, examine la propagation des fausses nouvelles, la mobilisation de nouveaux publics, les pouvoirs de régulations privés et la déstabilisation des cadres juridiques. À lire aussi dans ce numéro : le naufrage moral de l'Église, qui sont les talibans ?, gouverner la pandémie, la question woke, et une rencontre avec Pierre Bergounioux.

  • Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon Nouv.

    Le dernier empire de la presse

    Une sociologie du journalisme au Japon

    À l'heure où la transition numérique paraît achevée dans les pays occidentaux (baisse des tirages, digitalisation, concurrence des médias gratuits en ligne), la presse japonaise affiche une santé à faire pâlir ses homologues de jalousie. Les quotidiens au plus fort tirage dans le monde, le
    Yomiuri Shinbun (autour de 8 millions d'exemplaires par jour) et l'
    Asahi Shinbun (6 millions), sont tous deux édités dans l'archipel. Longtemps perçu comme le pays de la modernité électronique et informatique, le Japon paraît présenter dans ce domaine une capacité de résistance inattendue aux nouvelles technologies.

    À cette singularité s'en ajoute une autre : on n'y trouve ni école de journalisme, ni association ou syndicat représentatif de la profession. Autrement dit, la résilience de la presse se double d'une sous-institutionnalisation du métier de journaliste.

    Pour éclairer ce paradoxe, César Castellvi s'est immergé pendant plusieurs années dans la rédaction d'un des plus grands journaux du pays. Il s'attache à mettre en lumière le fonctionnement d'un modèle singulier et néanmoins typique de l'organisation du travail au sein du capitalisme nippon du XXe siècle. Un modèle aujourd'hui bousculé par une crise des vocations, une nette féminisation du métier et la fin de l'anonymat des journalistes, sur fond d'érosion des tirages. Le dernier empire de la presse serait-il, à son tour, en train de s'éteindre ?

  • Les médias

    Francis Balle

    En pleine mutation technologique, les médias jouent un rôle chaque jour plus important tant en matière d'information et de communication que de loisir et d'éducation. Presse, cinéma, radio, télévision, Internet : tous ces moyens d'échange multiplient les passerelles entre les personnes, les peuples, les cultures. Francis Balle propose un panorama historique des différents médias. Il examine leurs objectifs ou leurs finalités pour mieux souligner les enjeux majeurs dont ils sont aujourd'hui porteurs : les médias sont-ils en passe de devenir le « quatrième pouvoir » dénoncé par certains ? Soumis aux lois de l'économie marchande, mettent-ils la culture en péril ? L'essor des médias favorise-t-il, à l'ère de la mondialisation de l'économie, l'avènement du village planétaire ?

  • Nous le constatons tous les jours: la nouvelle économie numérique qui carbure aux algorithmes et aux mégadonnées (Big Data) pose des défis de plus en plus préoccupants à nos sociétés, surtout en ce qui a trait à la protection de la vie privée, au travail ou au vivre-ensemble. Au-delà des promesses de progrès et de liberté que nous chantent ses principaux laudateurs, dont Google, Amazon et Facebook, quelles logiques, quels intérêts se cachent dans la lumière de nos écrans? Qui possède nos donnée? Quels dangers recèle la rencontre de l'automatisation du travail, de la cybernétique, de la quantification et du néolibéralisme à travers le Big Data?
    Ces logiques numériques capitalistes participent à l'amenuisement, voire à la suppression de l'espace politique, à l'érosion de la pertinence économique et sociale du travail humain et à la destruction de la société comme lieu de mutualisation des activités, des projets et des risques. Les moindres aspects de nos existences sont paramétrés en données, c'est-à-dire en marchandises ou en outils de surveillance. Il s'agit de tout mesurer, de numériser le réel et de réduire la vie à des indicateurs: seul ce qui est compté compte. Qui plus est, ces dynamiques accélèrent la mise en place d'oligopoles de la donnée d'une puissance financière et technologique sans précédent. En un mot, elles menacent ni plus ni moins nos sociétés de dissolution.
    Pierre Henrichon déploie une analyse percutante des dynamiques sous-jacentes à ce véritable complexe sociotechnique et financier qu'est le phénomène du Big Data, mais offre également un vibrant plaidoyer contre cette tendance à réduire l'humain à une forme de capital dont il faut uniquement mesurer le rendement.

  • François Dufour a choisi 100 mots pour défendre et illustrer un journalisme pur et dur : 100 % de faits, 0 % d'opinions, guerre contre le « conditionnel de précaution », respect de la vie privée et de la présomption d'innocence... De A comme Affaire Grégory (symbole de très mauvais journalisme) à W comme Wikipédia (encyclopédie bourrée d'infos à ne pas recopier bêtement) en passant par C comme Capa et K comme Kessel (ses héros), il rappelle quelques règles indépassables de ce beau métier.
    Au risque de ne pas se faire que des amis parmi ses confrères, François Dufour livre un plaidoyer qui sera utile aussi bien à l'étudiant de Sciences Po qu'au journaliste en herbe, à l'attaché de presse comme au citoyen soucieux de s'informer correctement.
    Une lecture indispensable à l'époque de l'invasion mondiale des fake news sur Facebook et de l'autre invasion, celle des médias par les éditorialistes et des réseaux sociaux par les non-journalistes. En fermant ce livre, vous n'écouterez plus les infos, à la radio ou la télé, comme avant...

  • Nouveau défi pour l'entreprise après les réseaux sociaux et les big data, l'intelligence artificielle et l'Internet des objets révolutionnent le monde numérique. Pour évoluer dans ce nouvel environnement de travail, les professionnels doivent pouvoir rechercher, surveiller et analyser efficacement l'information.
    Rédigé par une experte en veille stratégique, cet ouvrage actualise les connaissances dans les domaines de la recherche d'information et de la veille sur Internet. Il permet de comprendre le fonctionnement actuel des moteurs de recherche, d'optimiser les recherches web, d'identifier des sources d'information méconnues, de mettre en place différents types de veille stratégique et de découvrir un éventail de méthodes d'analyse automatisée de l'information.
    Pratique et opérationnel grâce à ses exemples concrets, cet ouvrage permet à tout internaute de trouver, collecter, qualifier et analyser l'information réellement utile : un véritable guide de survie dans la jungle de l'information numérique.

  • En quelques années, les actifs numériques tels que le bitcoin sont passés de l'anonymat le plus total aux feux de l'actualité. Leur succès repose principalement sur la technologie sous-jacente à leur fonctionnement : la blockchain.
    Appliquée aux problématiques d'une entreprise, la blockchain est un outil formidable pour stocker et partager de l'information de manière décentralisée, sécurisée et transparente. Récente, innovante, c'est une technologie qui est pourtant encore méconnue.
    Accessible à tous, ce livre explique dans un langage non technique ce que sont les blockchains, leurs grands principes de fonctionnement, leurs marchés et leurs principaux cas d'usage.
    Il se focalisera en particulier sur la mise en oeuvre concrète de cette technologie dans un contexte professionnel. Le lecteur découvrira notamment les nombreuses spécificités d'un projet blockchain et sera capable, après sa lecture, d'évaluer par lui-même la pertinence et la faisabilité de ses idées au sein de son organisation.
    Pour les professionnels en entreprise (cadres et dirigeants, techniciens et ingénieurs IT, marketing) ; pour les professionnels de l'information et de la documentation ; pour les enseignants et étudiants en information, communication, documentation et humanités numériques.

  • Jaron Lanier, pionnier de la réalité virtuelle et scientifique mondialement connu de la Silicon Valley, nous alerte sur les dangers des réseaux sociaux et nous explique en quoi leurs effets toxiques sont au coeur même de leur conception. En dix arguments simples, il nous encourage à nous libérer de leur emprise pour améliorer notre vie et le monde qui nous entoure.

    Les réseaux sociaux ont tendance à faire ressortir le pire en nous : ils nous rendent tristes, craintifs, égoïstes et moins empathiques. Ils nous bercent d'illusions de popularité et de succès. Ils nous font croire que nous sommes plus connectés que jamais alors qu'ils nous isolent. Jaron Lanier s'appuie sur son expertise pour nous expliquer comment, en nous surveillant constamment et en nous manipulant sans que nous en soyons conscients, ils ont des effets dangereux sur nous. Loin de s'en tenir à la critique, l'auteur nous propose une vision alternative mettant en avant les avantages des réseaux sociaux sans leurs inconvénients.
    Si vous aspirez à une vie plus heureuse, à un monde plus juste et plus pacifique, ou simplement à retrouver votre liberté de penser, arrêtez les réseaux sociaux. Tout de suite!

  • Comment les pratiques de communication au travail évoluent-elles avec l'usage - devenu massif - des outils de communication numériques ? Comment les salariés vivent-ils la numérisation croissante des échanges ? Quels bouleversements et phénomènes nouveaux autour de la civilité ou de l'incivilité organisationnelles peut-on observer ? Avec quelles conséquences sur l'environnement organisationnel et la santé au travail ?
    À travers 7 chapitres signés par des chercheurs en communication, en gestion, en psychologie sociale et en droit social, ce recueil pluridisciplinaire dessine les contours de phénomènes d'incivilités numériques au travail tels qu'ils se développent dans les organisations contemporaines, qu'il s'agisse de mail lapidaire, d'absence de réponse persistante ou de mise en copie abusive.
    Les transformations des pratiques de civilité sont analysées comme les symptômes d'évolutions organisationnelles et technologiques, qui révèlent souvent un travail « en souffrance ».
    Ce livre s'adresse aux chercheurs et aux étudiants, mais également aux professionnels intéressés par les nouveaux enjeux organisationnels et de santé au travail liés à l'usage des technologies de communication, et notamment du travail à distance.

  • « Il ne s'agit pas d'une révolution numérique, mais d'une civilisation numérique ». Cette phrase prononcée par Irina Bokova, directrice de l'Unesco, résume à elle seule l'importance des humanités numériques. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, celles-ci ne sont pas l'affaire de quelques geeks lettreux, mais, traitant de notre patrimoine et de nos identités, elles nous concernent tous et nous accompagnent déjà au quotidien.
    Dématérialisation du savoir, démocratisation de la culture, mais aussi mort du livre et création de nouvelles inégalités, les humanités numériques font débat : quelles limites fixer à la collecte et l'exploitation des données ? Quel rapport voulons-nous entretenir avec notre passé et les autres communautés ? Comment réguler les usages délictueux ?
    Au travers d'une analyse précise et d'exemples concrets, Dominique Vinck montre que les humanités numériques vont bien au-delà de la bonne maîtrise de l'informatique. Elles sont un défi posé à notre société pour la nouvelle humanité que nous voulons construire.

  • Le XXIe siècle a vu les pratiques numériques intégrer notre quotidien, tant dans la sphère personnelle que dans l'univers professionnel. Les médias sociaux en sont l'une des manifestations les plus évidentes. Que ce soit pour le partage ou la recherche d'informations, la génération Y a grandi avec eux, mais ils ont également conquis les générations précédentes. Sont-ils porteurs de liens sociaux ou, au contraire, ont-ils un caractère dissociant ? Provoquent-ils une forme de délitement de la relation au bénéfice de l'interface ?
    La génération née avec ces modes de connexion généralisés adopte désormais d'autres usages, voire détournements, qui sont analysés ici (fake news, dark web, etc.). Le développement des moyens de communication mobiles et autres systèmes embarqués s'inscrit dans des logiques d'instantanéité, de reconfiguration de l'espace-temps et de la relation interpersonnelle, contribuant à leur avènement irréversible.
    Ce livre traite de cette forme de communication, qui oscille entre virtualité et réalité, et explique ce qui rend le phénomène si complexe.

  • Ce manuel, qui se veut devenir le manuel de référence des étudiants en Communication, est coordonné par Thierry Libaert, notamment auteur du Communicator, longseller chez Dunod, accompagné des meilleurs spécialistes du sujet, experts terrain et enseignants. Il détaille les théories, présente les métiers, les tendances et les campagnes récentes. Il constitue une aide pour les étudiants pour leurs travaux tout au long de l'année (mémoires, travaux de groupe, oral, fiches de lectures...). Il propose dans chaque chapitre : Un focus sur l'enjeu du chapitre - Les principes - Une étude de cas, parfois accompagnée de photos - Les chiffres clés - Un témoignage d'un expert - Une bibliographie - Des questions d'examen types.
    Des quiz seront proposés en ligne, ainsi que des ressources complémentaires.

  • En France, les SIC sont enseignées dans toutes les spécialités des IUT. Ce manuel a pour objectif d’accompagner les étudiants dans la construction de leur parcours universitaire, personnel et professionnel, en les invitant à réfléchir à l’importance que revêt le couple information et communication tout au long de leur formation. Cet ouvrage s’adresse également a` tous les enseignants et intervenants professionnels soucieux d’intégrer des notions propres aux SIC dans leurs pratiques pédagogiques. Théories de l’information et de la communication, Médias, Communication interpersonnelle et médiation, Communication organisationnelle, Information-documentation, Culture numérique, Culture visuelle et audiovisuelle : 7 domaines essentiels en SIC abordés à travers 35 fiches synthétiques.  Ouvrage incontournable pour les IUT : chaque fiche thématique pose une problématique, présente les auteurs, théories, méthodes et notions clés en SIC ; donne des exemples significatifs, des références bibliographiques pour mieux comprendre et approfondir les questions soulevées.

  • Depuis 2006, la conférence « Document numérique et société » se donne pour mission d'apporter des éclairages sur les transformations des dispositifs d'information à l'ère numérique, en privilégiant la dimension sociale.
    La 7e édition s'est tenue à l'Université de Lorraine (site de Nancy) en septembre 2020 et a été co-organisée par le laboratoire Dicen-Idf du Cnam et le Centre de recherche sur les médiations (Crem, UR 3476).
    Dans un contexte d'inflation grandissante des données, la conférence s'est donné pour objectif d'étudier les relations entre humains et données. Les actes se structurent selon trois dimensions abordées par les intervenants : les services numériques innovants, les différentes médiations en jeu et l'émergence de créations narratives.
    Pour les professionnels de l'information ; pour les chercheurs, enseignants et étudiants en information, communication, documentation et humanités numériques.

  • Avec le smartphone, que devient la communication ? Entre pharmakon (qui désigne à la fois le poison et le remède) et pharmaphone (quand on s'intéresse de plus près à son impact sur la voix), l'objet emblématique du XXIe siècle a transformé en profondeur la communication entre les humains et peut aussi nous renseigner sur elle. Dix-sept spécialistes se penchent sur la question et sur le ressenti des adolescents.
    L'objectif de l'ouvrage est d'offrir aux professionnels de l'éducation et de la communication et aux enseignants un bagage conceptuel et bibliographique pour explorer la problématique de l'impact du smartphone sur les relations humaines à travers la réalisation d'un récit. Il encourage, après avoir pris appui sur les concepts, à créer des histoires qui les mettent en scène et à organiser une pièce de théâtre ou tourner un court-métrage grâce à l'oeil « intelligent » du smartphone.
    Avec les contributions de : Serge Tisseron, Pascal Lardellier, Jean Abitbol, Clotilde Chevet, Xavier Pommereau, Philippe Gutton, Anne Cordier, Daniel Marcelli, Olivier Duris, Fabienne Martin-Juchat, Daniel Bougnoux, Feirouz Boudokhane-Lima, Cindy Felio, Hélène Jeannin et Nadja Monnet.

  • Le mobile et les réseaux sociaux ont profondément transformé notre consommation d'information, impactant également la manière dont elle est produite et diffusée. Ce manuel retrace cette évolution et donne des pistes concrètes aux (futurs) journalistes pour intégrer au mieux le mobile dans leurs pratiques, en répondant aux questions suivantes :

    comment le mobile accompagne-t-il de nouvelles pratiques informationnelles dans un contexte de multiplication des espaces de diffusion et d'importance croissante des plateformes ?
    comment les médias et les journalistes font-ils évoluer leurs offres éditoriales, leurs stratégies et leurs pratiques pour s'y adapter ?
    comment penser des formats qui correspondent aux nouveaux modes de diffusion et de consommation de l'information ? Et comment favoriser l'innovation en intégrant les codes et les spécificités du mobile ?
    comment réaliser, structurer et diffuser des contenus journalistiques de qualité avec un smartphone (mojo) ?
    Des éclairages de professionnels et de chercheurs belges, français et suisses complètent et mettent en perspective le propos.
    Cet ouvrage s'adresse aux étudiants et enseignants en journalisme ainsi qu'aux journalistes professionnels.
    Avec les contributions de Laurence Allard, Nicolas Becquet, Barbara Chazelle, Philippe Couve, Guillaume Kuster, John Mills, Titus Plattner, Brigitte Sebbah, Thomas Seymat et Virginie Sonet.
    Compte Twitter : @journalismobile

  • Qu'est-ce que le Stack ? Une autre façon de concevoir et d'imaginer cette nouvelle réalité qu'est l'Internet. En moins de trois décennies, nos modes de vie et nos rapports de pouvoir ont été bouleversés. Or le réseau des réseaux est encore pensé comme un vaste filet recouvrant la surface de notre planète et nivelant les hiérarchies anciennes.Benjamin H. Bratton propose de prendre le contre-pied de cette vision trompeuse d'un monde devenu plat. Il réintroduit la verticalité des rapports de domination et de souveraineté dans l'immanence des relations en réseaux. Le Stack propose la cartographie verticale d'un « empilement » en six strates, dont les régimes de souveraineté se superposent tout en s'imbriquant les uns dans les autres : Terre, Cloud, Ville, Adresse, Interface, Utilisateur. Le Stack invente ainsi le modèle d'une « méga-structure accidentelle », qui ne relève d'aucune nécessité supérieure, mais qui n'en impose pas moins ses conditions draconiennes à notre XXIe siècle.Ce volume présente la partie programmatique de l'ouvrage américain. Entre logiciels, plateformes, crises écologiques et politiques, notre avenir se programme dans le Stack. Grâce à cet ouvrage essentiel, audacieux, visionnaire et controversé, Benjamin H. Bratton nous aide à le lire et à l'écrire.

  • Juger de l'efficacité d'un site web, d'un blog ou d'une page Facebook, comprendre ses forces et ses faiblesses, décider d'une stratégie de communication numérique cohérente : une nécessité pour toute organisation, qu'il s'agisse d'une entreprise, d'une association sportive ou d'une mairie. Outil méthodologique détaillé et illustré, cet ouvrage pose les questions fondamentales permettant d'évaluer la performance d'un site web : quel est le discours implicite de la page d'accueil ? Comment déterminer les stratégies de fidélisation et de rentabilisation des contenus mis en ligne ? Comment analyser l'interactivité du site, son architecture, son graphisme, son énonciation, sa stratégie éditoriale ?... Rédigé par des spécialistes universitaires reconnus de l'analyse de sites web, il propose sept méthodologies complémentaires (communicationnelle, stratégique, informatique, éditoriale, sémiotique, sociologique et économique) et les illustre sur des terrains divers, allant de sites touristiques internationaux à ceux de grands médias français, en passant par des sites d'institutions publiques, d'entreprises commerciales ou encore d'associations environnementales. Un guide pratique pour améliorer rapidement sa communication web !

  • Ce livre vise à donner aux étudiants en journalisme et aux journalistes professionnels à la fois une présentation générale de l'évolution du journalisme international et des outils concrets, assortis de renseignements pratiques et de centaines de sources d'informations.
    L'auteur décrit les enjeux et les risques du journalisme international aujourd'hui. Il aborde en particulier les questions posées par la globalisation, la violence contre la presse, la désinformation, les nouvelles technologies et les réseaux sociaux.
    L'ouvrage couvre les sujets internationaux (diplomatie, guerre, société, économie, culture) dans une approche transversale de la gestion rédactionnelle et approfondit les techniques et pratiques plus spécialisées comme celles d'envoyé spécial, de correspondant de guerre, de journaliste humanitaire, de commentateur diplomatique, etc.
    Très concret, il se fonde sur l'expérience de dizaines de journalistes, la lecture de nombreux livres académiques, de témoignages, d'études et de rapports d'instituts spécialisés.
    Cette nouvelle édition actualisée tire les leçons des dernières évolutions qui influencent la pratique du journalisme international comme les « citoyens-rapporteurs », le rôle croissant d'Internet et du journalisme en ligne, l'impact de Facebook ou de Wikileaks.

  • Les derniers dialogues de l'émission radiodiffusée de 1987 à 1991, l'histoire de la capitale du Togo à travers les souvenirs croisés de ses habitants : Un village dans la ville: Bè et ses traditions (Député E. Amèdon); La police autrefois (M.E. Blucktor); L'architecture et la construction (MM A. et S. Da Silva); Les photographes et la photographie (M.J. Badohu); Les revndeuses de tissus (Mme L. Do-Bruce); Le métier de cuisinier (M.D. Douti) etc

  • Dès qu'il s'agit d'histoire de la création à la télévision, on évoque l'oeuvre de Jean-Christophe Averty (1928-2017), considéré comme le meilleur « metteur en scène » ou « metteur en page » de toute l'histoire de la télévision. Mais comment Averty pense-t-il - dès la fin des années 1950 - la question de l'image électronique et des codes visuels, en rupture avec le principe du direct ? Comment envisage-t-il la question esthétique ? Quelle est son originalité ? Quelle idée se fait-il de ses obligations envers le public ? Ce livre propose aux téléspectateurs aussi bien qu'aux professionnels et étudiants une réflexion sur les multiples dimensions de cette oeuvre télévisuelle originale, et sur la manière dont Averty a exploré « l'effet télé ».

  • Communication, aptitude linguistique en langue étrangère, sens de créativité, écoute active, leadership, gestion du projet, entrepreneuriat, esprit d'équipe, intelligence émotionnelle, ces compétences clés, appelées désormais Soft Skills, n'ont pas la place qu'elles méritent dans le descriptif des formations pédagogiques au Maroc. Cette recherche collective apporte un éclairage nouveau sur la problématique de l'intégration des Soft Skills dans le système éducatif marocain : quels avantages, quelles contraintes, quels enjeux et quelles recommandations à mettre en place pour booster l'employabilité des jeunes diplômés.

  • Figure vilipendée du XXe siècle, symbole de la dimension honteuse des années d'Occupation, le collaborateur incarne l'une des blessures mémorielles de la Seconde Guerre mondiale. Son intervention dans les fictions du petit écran est multiforme : hauts fonctionnaires et grands noms de la collaboration, miliciens ou petites mains de l'administration, femme tondue à la Libération pour s'être compromise avec l'ennemi... Les " collabos " télévisuels endossent une palette de comportements reflétant l'étendue des modes de compromission sous l'Occupation, de la collaboration d'Etat jusqu'aux formes plus individuelles d'accommodation. Si les stéréotypes collent à la peau de ces personnages, les scénaristes, réalisateurs et producteurs ont aussi à coeur de proposer des lectures nuancées et parfois renouvelées de la collaboration.

  • L'attention que nous sommes conduits à porter aux divers objets constituant notre monde conditionne la façon dont nous nous comportons envers eux. Si les problèmes d'économie de l'attention sont aujourd'hui à la mode, il reste à comprendre l'immense diversité des multiples écologies attentionnelles développées par les sociétés humaines, celles que nous héritons du passé, celles qui coexistent dans notre présent et celles qui s'esquissent pour l'avenir. Or un nouveau champ de recherche émerge depuis une vingtaine d'années sous le titre d'« archéologie des media » : son ambition est d'apporter une lumière nouvelle sur les transformations les plus récentes (entraînées par la numérisation) de nos formes de médialités et de nos régimes attentionnels, en les éclairant par ce que nous apprennent des couches oubliées des pratiques matérielles, des appareillages et des imaginaires médiatiques du passé plus ou moins lointain. Par les va-et-vient déroutants qu'elle propose entre un passé enfoui et un futur émergent, ainsi qu'à travers l'interaction constante qu'elle opère entre la recherche savante et l'expérimentation artistique, l'archéologie des media est aujourd'hui l'approche la plus prometteuse pour trouver de nouveaux repères dans l'exploration de nos écologies attentionnelles. En croisant les problématiques de l'archéologie des media et de l'écologie de l'attention, ce volume collectif issu d'une semaine de discussions menées dans le château de Cerisy fraie des pistes inédites pour aider à nous situer dans les nouveaux environnements de médialité instaurés par des technologies numériques devenues ubiquitaires.

empty