Langue française

  • Sixième jour de l'Armada 2008. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen ! Un meurtre... huit millions de témoins. Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ? Quel scandale dissimulent les autorités ? Une implacable machination... qui prend en otage huit millions de touristes. Une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine. L'histoire de la navigation en Seine, stupéfiante et pourtant bien réelle, livre la clé de l'énigme. Les quais de Rouen, le cimetière de Villequier, les rues médiévales de Rouen, le marais Vernier... deviennent autant de scènes de cette enquête défiant l'imagination. Un roman captivant vendu à 85000 exemplaires en 2015 ! EXTRAIT Le timide soleil du matin commençait à rougir l'horizon de la baie de Seine. Le jour se levait sur le Marais Vernier. Un mince brouillard s'échappait du fleuve vers les falaises de La Roque. La route ondulait comme un serpent d'argent dans ce paysage lunaire. Le 4 x 4, seul sur la route sinueuse, filait presque sans bruit sur la départementale. Quelques kilomètres avant le pont de Tancarville, il ralentit, puis tourna perpendiculairement, pour s'engager dans un étroit sentier de randonnée. Le chemin défoncé était bordé de chaque côté d'un large talus inondé, que ne parvenaient pas à drainer les rangées d'aulnes et de saules têtards. De part et d'autre du chemin s'étendaient d'étranges parcelles cultivées en lanières, planes et longues, de la route à la Seine. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE « Il n'y a pas que la trilogie Millénium dans le monde du suspense. Mourir sur seine est une sympathique révélation pour les amateurs d'intrigues à rebondissements, qui suivront avec gourmandise les aventures d'une journaliste futée sur les traces d'un serial killer. Le port de Rouen, au moment de la grande Armada, l'histoire des plus fameux pirates du XVIe siècle, les paysages romantiques des méandres de la Seine, contribuent à faire de ce polar un roman très complet. » - Anne Letouzé, L'Union. Journal l'Ardennais, Janvier 2009 A PROPOS DE L'AUTEUR Michel Bussi est l'un des auteurs de romans policiers les plus lus et les plus primés en France (il est notamment l'auteur de Un avion sans elle et Les nymphéas noirs). Ses romans, des page-turner sans surenchère de détails macabres, parviennent à faire la synthèse entre le meilleur de l'atmosphère des romans policiers populaires français et le rythme des romans à suspense américains. Et c'est ce que les lecteurs adorent...

  • L'achat d'un vieux document chez un antiquaire de Dieppe va déclencher une série d'évènements dont le premier est une mort suspecte : suicide, accident ou meurtre ? Ils sont liés à un épisode du règne d'Henri IV qui a mis en jeu de hauts personnages dotés d'ambitions élevées mais dénués de scrupules. Jonas Asselin, un jeune protestant, fils d'un marchand dieppois, se trouve impliqué bien malgré lui dans une affaire d'État. Il aura l'occasion de sauver le roi à plusieurs reprises et de rencontrer l'amour de sa vie qui est, par malheur, la fille de son pire ennemi. Il devra faire preuve de courage pour s'en sortir. De nos jours Lionel Darsan, un enquêteur indépendant, est sollicité pour tirer cette affaire au clair. Il va devoir s'intéresser à l'Histoire de France et échapper aux mani­gances de gens dangereux.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né dans la région lyonnaise, Marc Masse a passé de nom­breuses années dans des grandes sociétés d'ingénierie, fran­çaises et étrangères. Son métier l'a amené à voyager dans la plupart des continents. Ses pérégrinations ne lui ont pas fait oublier sa passion : l'écriture. Sa bibliographie compte à ce jour dix romans du genre « thriller » avec différents thèmes : historique, sociologique, psychologique ou atypique, s'inspirant de son expérience personnelle et pro­fessionnelle.

  • Adèle Parker assiste à la mort brutale de l'auteure bien connue, Emilie Botton, au salon du Livre de Paris. Cette dernière présentait une biographie de l'artiste peintre Marguerite Pernay. Entraînée à enquêter sur cette mort, Adèle retrouve le fantasque Jules Bernier. Ils découvriront ce qu'Emilie Botton n'aurait jamais dû apprendre sur la vie de l'illustre artiste. Du passé au présent, de Paris à la mystérieuse maison aux volets verts de l'île de Ré, en passant par la Normandie, le lecteur est entraîné, sans relâche, dans un suspens foisonnant de rebondissements.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après des études de lettres modernes à l'université de Rouen et une formation à l'école des Beaux-Arts, Martine Wattel a toujours partagé sa vie entre ses deux passions : la peinture et l'écriture. Décoratrice d'intérieur et rédactrice aux éditions normandes du journal Marie-Claire, elle peint et écrit aujourd'hui sur la côte normande, sa source d'inspiration.

  • Un serial killer poursuit son cycle macabre... Les enquêteurs pourront-ils l'arrêter ?
    Minuit. Quand le capitaine Dumoulin entre dans la petite villa d'un quartier paisible d'Orléans, il découvre une mise en scène macabre évoquant un meurtre rituel. Aucun doute, encore une victime de celui qu'on nomme déjà l'équarrisseur. Cette fois, les enquêteurs en ont la certitude, un fil ténu relie les assassinats : la Guyane. Appelée en renfort, l'offi cier de gendarmerie Adriana Wayakalin, amérindienne d'origine, s'envole pour Cayenne et la jungle des garimpeiros dans l'espoir d'empêcher d'autres crimes annoncés. Une enquête qui va la mener dans une spirale infernale.
    Ce thriller signé Yves-Marie et Nathalie Clément entraîne leur héroïne fétiche dans une nouvelle enquête sous le ciel de Guyane.
    /> EXTRAIT
    Déstabilisé, Jalabert jeta un coup d'oeil par-dessus la tête de l'Indien.
    L'autre restait impassible, les yeux dans les yeux de Jalabert, la main gauche fermement accrochée à la sangle d'un sac à dos bleu.
    Un éclat métallique le long de sa jambe attira son regard : une machette. Belkacem, Gauthier... lui, Lucas Jalabert, se trouvait aussi sur la liste...
    - Je tue, dit calmement l'Indien.
    Lucas Jalabert voulut refermer la porte. Trop tard. La foudre le transperça. Souffle coupé. Douleur fulgurante.
    Une violence sans égale.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Yves-Marie et Nathalie Clément connaissent la Guyane pour y avoir vécu une dizaine d'années. Dans ce polar, ils font vivre une deuxième aventure à leur héroïne déjà mise en scène dans Terminal 2A.

  • Une maison est retrouvée incendiée, des femmes sont enlevées et un fantôme trouble les pistes dégagées par le lieutenant Bauman et sa collègue Weber...
    Caen, la ville sombre, se blottit, séduite par les charmes de la nuit. Une nuit au cours de laquelle pourtant, on allume des bûchers ardents. Une maison est retrouvée incendiée. Des jeunes femmes enlevées subissent des autodafés.Qui est ce corbeau qui prévient les gendarmes par des courriers morbides ? Quel est ce fantôme que le lieutenant Bauman de la gendarmerie va chasser, secondé par Clémence Weber sa troublante collègue ? À moins que ce ne soit lui la proie. Les deux gendarmes vont affronter le passé pour faire la lumière, mais faire la lumière, ce n'est pas forcément rendre les choses lumineuses, et la recherche de la vérité est parfois un jeu de dupes.
    Découvez le premier polar de Guénaël Le Duc, professeur dans une école carcérale qui tire son inspiration dans les faits d'actualité et dans ce qu'il y a de pire chez l'être humain, en soupoudrant le tout d'une bonne dose d'ironie.
    EXTRAIT
    Sa jambe était définitivement mouillée et l'eau pénétrait dans sa botte. Il éructa encore quelques jurons pour se faire du bien puis il ôta sa botte et versa l'eau dans le ruisseau. Il étreignit sa chausette et remit le tout rapidement pour ne pas être surpris dans une position défavorable. A tâtons, il tenta de récupérer sa lampe, ce qui ne fut fait qu'au bout de quelques minutes. Elle avait glissé entre deux pierres qui la dérobaient au toucher. Bauman se releva. Son Sig n'avait pas bougé mais la lampe refusait de s'allumer. Il continua d'avancer dans l'obscurité avec peu d'assurance. Dans la situation présente, il fut tenté de rebrousser chemin mais il ne pouvait supporter d'avoir fait tout cela pour rien. Il ouvrit la lampe, sortir les piles, essuya le tout avec sa chemise et remit les piles dans le logement. L'odeur était plus prégnante encore et il put l'analyser comme une odeur de graisse brûlée.
    Quel étrange barbecue avait-on fait ici ? Il tapait sur la lampe dans l'espoir de faire renaître le rayon lumineux.
    Ses pieds faisaient un léger bruit de succion en avançàant sur le chemin totalement boueux maintenant. Il s'arrêta pour démonter la lampe une nouvelle fois. Avait-il rêvé ? IL lui semblait que le bruit de ses pas avait continué après son arrêt.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Guénaël Le Duc - L'auteur enseigne littérature et cinéma dans le milieu carcéral de Caen. La nuit des lavandières est son premier roman. Il prépare actuellement la suite des aventures du lieutenant Bauman et de Clémence Weber.

  • Plongez-vous dans cette nouvelle enquête du commissaire Henri Poirier, sur les traces d'un criminel nazi. Rachel, Paul et Jean, issus de familles ouvrières, vivent au Havre une jeunesse riche en amitié et proche de la délinquance. En 1935, non loin de leur quartier, une tentative d'assassinat à l'arme blanche est perpétrée dans l'escalier desservant la cité-jardin. Durant l'Occupation - où les convictions de chacun divergent - deux autres agressions, véritables massacres ritualisés, restent inexpliqués. Quelques années plus tard, en pleine reconstruction de la ville, le commissaire Henri Poirier de la brigade criminelle du Havre et ses deux acolytes, les inspecteurs Roussel et Porto reprennent l'enquête. Après GI's Blues, récompensé par le Prix National de Littérature du Lions Club, Jean-Paul Halnaut et son personnage fétiche, l'atypique commissaire Henri Poirier, nous entraînent dans un récit mêlant amitié, de soldats perdus, d'anges déchus et de trésor de guerre. Un thriller haletant teinté d'humour ! EXTRAIT L'assistante sociale Ernestine Melon conduisit Rachel Bronski chez son père Léon en 1927, l'année de ses neuf ans. À cette époque ses camarades de classe la surnommaient « la grande sauterelle » parce qu'elle dépassait tout le monde d'une bonne tête, parfois « la rouge » ou « face de craie » à cause de sa rousseur et de sa peau blanche. Les ouvriers venaient de terminer les travaux d'enrobage de la rue des Bleuets. Ils étaient occupés à ranger pelles et seaux. Rachel avançait à tout petits pas sur le trottoir, évitant les zones recouvertes de goudron encore fumant, ce qui n'empêchait pas les semelles de ses sandales de coller à la croûte noirâtre. La sueur coulait entre ses omoplates. Elle portait un pull en laine, trop volumineux pour être rangé dans son baluchon. Ernestine Melon la tenait fermement par la main, sans prendre la peine de lui jeter le moindre regard. A PROPOS DE L'AUTEUR Jean-Paul Halnaut, Havrais, est également l'auteur du roman Le Havre 41 ou les déboires d'un Sénégalais, publié en 2009 aux Editions Publibook. Pour son livre GI's Blues, il s'est vu remettre officiellement le Prix normand de littérature 2013 au Neubourg, décerné par le district Normandie du Lions Club international.

  • Le Havre 1944. Parcours d'un truand américain poursuivi par un commissaire avant-gardiste et haut en couleur. Dans une ville qui se remet à grand-peine des bombardements de septembre 1944, le truculent commissaire Henri Poirier, adepte des nouvelles méthodes d'investigations policières, enquête sur une série d'agressions criminelles commises à l'encontre de jeunes femmes. Le parcours chaotique de Tony, un truand américain maigre comme un clou mais non dénué de charme, fruit des amours entre une cauchoise et un ouvrier des abattoirs de Chicago vétéran de la Première Guerre mondiale, passe par les camps "cigarette" installés au pourtour du Havre. Les destins du flic atypique et du voyou devenu soldat d'élite par obligation se croisent au Havre. Un roman piquant qui nous plonge dans une enquête sur une série d'agressions commises à l'encontre de jeunes femmes dans les années d'après-guerre. EXTRAIT Au Havre, si l'on pousse la promenade jusqu'au bout de la digue du sémaphore, on découvre, face à l'entrée du port, une stèle en cuivre, noircie par les embruns, sur laquelle on peut lire. Cette stèle a été érigée pour rappeler que Le Havre fut le principal port de débarquement, puis de rapatriement des armées américaines de libération : entre septembre 1944 et août 1946, 3 675 000 Américains sont passés par ce port. En mars 1945, Henri Poirier, commissaire de police méthodique et pugnace enquêtait sur une série d'agressions perpétrées au Havre à l'encontre de jeunes et jolies femmes. C'est à cette occasion qu'il entendit parler pour la première fois du GI Tony Cascarino, un grand escogriffe sorti des bas-fonds de Chicago pour venir libérer la France. A PROPOS DE L'AUTEUR Jean-Paul Halnaut, Havrais, est également l'auteur du roman Le Havre 41 ou les déboires d'un Sénégalais, publié en 2009 aux Editions Publibook. Pour son livre GI's Blues, il s'est vu remettre officiellement le Prix normand de littérature 2013 au Neubourg, décerné par le district Normandie du Lions Club international.

  • Une jeune journaliste se penche sur une affaire vieille de 50 ans et fait ressurgir des fantômes bien enfouis dans le passé...
    À l'automne de sa vie, Jo Petrini convoque une jeune journaliste et l'incite à faire une nouvelle enquête sur un fait divers survenu en 1966, à l'issue d'une bagarre opposant sa bande, les Freaks, à un groupe de Maghrébins. Un mort, un accusé : Jérôme Lange, le doux de la bande de rockeurs, le sacrifié.
    Allant de petites gens à l'honneur impeccable à des familles de notables impitoyables, en passant par la famille de la victime du crime, avide de vengeance, l'enquête ravive des feux mal éteints. Personne ne souhaite réellement que son enquête aboutisse.
    De cette confrontation entre une jeune femme idéaliste et une génération désabusée, celle qui a vécu intensément les Trente Glorieuses, personne ne sortira indemne.
    Jean Cazalis, dans ce polar passionnant, nous fait voyager à travers la Normandie et à travers le temps, en explorant les envies de liberté et d'émancipation de la jeunesse des Trentes Glorieuses.
    EXTRAIT
    - Madame Barret, je sais pourquoi vous êtes ici. Ne me demandez pas comment je le sais, mais je le sais. Vous savez, ça fait cinquante ans qu'on a tué Larbi mon frère bien aimé, mais c'est comme si c'était hier. Il n'y a pas un jour sans que je prie pour lui. Il est mort, et nous tous ici, et nos parents quand ils étaient encore vivants, qu'Allah ait pitié d'eux, tout le monde pensait que l'assassin avait été mis en prison. Et quand il est mort Lange, qu'à Dieu ne plaise, on a pensé que justice avait été faite. Quand j'étais plus jeune, je voulais attendre Jérôme Lange à la sortie de la prison et le tuer de mes mains. J'avais un couteau prêt pour ça. Tout prévu. Mais ma mère est morte et elle m'a fait jurer, sur son lit de douleur, que je n'irais pas le tuer. Alors... Je ne suis pas allé à la prison le jour de sa sortie. Mais... quand il a été abattu par la police... j'étais heureux. Triste et heureux à la fois, vous comprenez
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean Cazalis a ressemblé des souvenirs professionnels effectués en Normandie. Un décor parfait pour un polar à la Siméon.

  • L'adoption d'un chien au SPA provoquera pour Georges Faidherbe une chaine improbable d'événements palpitants et désastreux.
    Rouen.
    Des fossoyeurs clandestins, accompagnés d'un chien, sont sortis du cimetière Monumental avec un trophée mystérieux, laissant derrière eux un cadavre tout frais.
    Le Havre, quelques jours plus tard.
    - Je veux un chien !
    Pour le commandant de police Faidherbe, tout part de ce cri du coeur de Séverine, sa compagne aveugle. Ce désir sonne comme une supplique. Le policier lui en déniche un, Hannibal, un cabot un peu spécial. Et Duclair, le bull terrier de l'ex-lieutenant et ami de Faidherbe, Victor Étrela, ne l'est pas moins.
    Les deux hommes ne vont pas tarder à mettre la patte dans une série d'emmerdements hors du commun.?
    Dans ce dixième roman, l'auteur à quatre mains livre à ses lecteurs un polar drôle, d'une écriture qui a toujours autant de chien. En supplément, les lecteurs avertis trouveront un clin d'oeil appuyé à Gustave Flaubert, invité à son corps défendant dans cette danse macabre.
    EXTRAIT
    Magnifique soirée d'automne en prévision. Belle lumière diffuse et douce, arbres incandescents, béton havrais aux reflets ocre, terre de Sienne. Boulevard de Strasbourg, au deuxième étage d'un immeuble sombre et anguleux, le commandant de police Georges Faidherbe a quitté son fauteuil. Il contemple le spectacle de la fenêtre du bureau en fredonnant mentalement une vieille chanson du chanteur Tété, À la faveur de l'automne. Tiens, avant son rendez-vous avec le contact de la SPA, au bout du boulevard, il va passer chez un luthier. Il a le temps. Le policier aussi est musicien à ses heures. Il a son instrument de compagnie, comme Séverine aura son animal.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Robert Vincent - Un duo atypique qui signe depuis 2007 une série de romans policiers autour de Georges Faidherbe, commandant de police au Havre.

  • "Cette fille a beaucoup d'adversaires, mais sa pire ennemie, c'est sans doute elle-même..."
    Disparition volontaire, suicide, meurtre : pourquoi Emma, 32 ans, ne donne-t-elle plus aucun signe de vie depuis une semaine ? Une situation d'autant plus inexplicable qu'elle menait jusqu'alors une existence sans histoire dans la magnifique station balnéaire de Deauville. Architecte d'intérieur et fille d'un célèbre propriétaire de chevaux de courses, mariée à l'historien américain Noha Clinton, elle venait de mettre au monde leur premier enfant.
    Et si l'enquête sur sa disparition révélait une personnalité bien plus complexe qu'il n'y paraît ?
    Secrets de famille, névroses, querelles intestines, la vérité est rarement là où on l'attend...
    EXTRAIT
    Se laisser bercer, oublier, s'endormir... Plongée dans l'obscurité de ce tout petit espace qui serait, elle le savait maintenant, sa dernière demeure, Emma commençait à lâcher prise... Son dos baignait dans une flaque d'eau glacée ; sa propre sueur peut-être, froide, mordante... Emma s'était résignée à mourir.
    La panique, qui l'avait d'abord tétanisée, commençait à s'estomper. Malgré ses efforts, elle l'avait compris, son corps ne répondait plus à son cerveau. Des gouttes tombaient, à intervalle régulier, le long de ses épaules, sur son visage, par l'interstice de sa bouche entrouverte... Elle avait soif, mais les perles d'eau qui gagnaient maintenant sa gorge ne parviendraient pas à l'étancher. Elles étaient légèrement salées ; une sensation que cette amatrice de sports nautiques connaissait bien, semblable à celle procurée par l'eau de mer qui pique la langue et sèche les muqueuses.
    Elle s'imaginait maintenant allongée sur une planche de surf, le corps abandonné aux rayons du soleil. Bercée par le roulis, elle se laissa happer par le sommeil. C'est alors qu'elle entendit une voix familière chantonner : Maman, les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes...
    Apaisée, dans un dernier souffle, elle tenta de crier, sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche : « Maman ! »
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Journaliste, productrice de télévision et coach, Anaïs Maquiné-Denecker est née à Rouen et partage sa vie entre Paris et Deauville. Auteur d'un premier roman Pour quelques minutes de célébrité aux Editions Anne Carrière, elle signe ici son premier polar.

  • Une série de meurtres mystérieux se produisent à Givery, le célèbre village historique du peintre Claude Monet.
    Une saison touristique s'achève à Giverny.
    Le village s'apprête à retrouver sa quiétude hivernale quand une jeune femme un peu paumée, est retrouvée morte sur le parking face à la maison de Claude Monet.
    Un rien désabusé, l'inspecteur Delâttre, assisté de Danièle Raoul, sa fidèle coéquipière, tente de reconstituer le puzzle, en s'imprégnant des lieux, au gré de ses humeurs cinématographiques... Ne pas effrayer les derniers touristes, mener l'enquête discrètement.
    Mais les soupçons se resserrent autour de certains jardiniers travaillant dans les jardins du maître de l'impressionnisme. Et bientôt, un second corps est découvert...
    Les déroutantes investigations des deux policiers révèlent, par petites touches, la part d'ombre de ce petit village normand devenu célèbre, où les touristes accostent et repartent, où les habitants restent à quai, sous l'ombre déterminante de la Fondation Monet.
    Explorez le village de l'impressionniste Claude Monet dans ses recoins les plus sombres en vous plongeant dans une enquête passionnante et pleine de péripéties !
    EXTRAIT
    Maingeard se pencha vers lui.
    - Eh bien moi, je vais te dire ce que je crois... Je crois qu'après la fermeture de ton foutu bar, tu as couru après Jeanne, car tu avais envie de la sauter. Cela fait longtemps que tu en as envie. Et puis t'as voulu la contraindre à venir avec toi, elle n'était pas d'accord, tu l'as frappée, elle est tombée, tu l'as encore frappée, parce que tu avais la rage, la rage au ventre depuis longtemps. Toi, là, derrière ton comptoir, à observer tous ces types qui la draguaient, qui partaient avec elle sous ton nez. Et elle qui ne te voyait même pas... Tu sais ce qui va se passer maintenant ? Tu vas rester avec nous, mon p'tit vieux, jusqu'à ce que tu craches le morceau.
    - Mais puisque je vous dis que ce n'est pas moi qui... La voix de Gora faiblit.
    - Allez, qu'on l'emmène. Demain, on reprendra.
    Maingeard se leva, remonta son pantalon d'un coup sec et sortit
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Christine Cloos vit depuis 30 ans à Giverny. Elle signe ici son premier roman policier.

  • Meurtres dans les vignes.
    Lorsque à l'occasion d'un reportage sur les vendanges à Chablis, Mathilde entraîne Lucien dans ce qu'elle pense être une escapade gastronomique, elle n'imagine pas dans quel guêpier ils vont se fourrer. Au coeur du vignoble bourguignon, une jeune fille disparaît, des gourous invoquent des druidesses et les esprits de la nature, et les vendanges deviennent plutôt sanglantes.
    Mathilde, la petite trentaine, est journaliste à Radio France. C'est une jeune femme qui n'a pas la langue dans sa poche, ni les deux pieds dans le même sabot. Ses reportages et sa fâcheuse manie de fourrer son nez là où elle ne devrait pas la plongent au coeur d'intrigues et d'affaires criminelles. Heureusement, son frère Lucien, esthète et spécialiste du peintre Crivelli, mais castagneur à l'occasion, est là pour lui prêter main-forte en cas de besoin. 
    D'un style enlevé et gouleyant, une belle intrigue policière dans les vignes. La première d'une série qui voit la journaliste Mathilde et son frère Lucien au coeur de meurtres et de situations risquées.
    Découvrez les aventures de Mathilde, la journaliste à la langue bien pendue, et de son frère Lucien, intellectuel et castagneur à ses heures perdues, au coeur d'une première enquête.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Christine Chaumartin est née dans l'Yonne et vit en Normandie. Elle enseigne les Lettres Classiques dans un collège près de Rouen. Elle garde de son enfance le goût de la vie à la campagne et ses romans s'inspirent pour beaucoup des lieux où elle a habité.

  • Découvrez un des premiers romans de Michel Bussi ! L'aiguille creuse d'Etretat, les tours blanches de l'abbaye de Jumièges, le vieux phare de Tancarville, le tombeau de Rollon sous les ruines de Thibermesnil, la valleuse déserte de Parfonval, les îles englouties de la Seine, les marées d'équinoxe de la Barre-y-va... Autant de lieux mystérieux dont les énigmes sont percées par Arsène Lupin, dans de fascinantes chasses aux trésors, au coeur du triangle d'or, le fameux triangle cauchois, imaginé par Maurice Leblanc. Imaginé ? Est-ce si sûr ? Et si les aventures d'Arsène Lupin dissimulaient un code ? Un sens secret ? La clé d'un trésor normand, bien réel celui-là ? Le professeur Roland Bergton en est convaincu. Il dispose d'une journée pour percer l'énigme, avec pour seuls indices une pièce d'or trouvée sous les falaises, une nouvelle inachevée de Maurice Leblanc... et l'aide d'une jeune étudiante en histoire, aussi brillante que séduisante. Code Lupin, une invitation au voyage et un jeu de piste à la recherche d'un trésor, dans les pas d'Arsène Lupin... EXTRAIT Gérard Meyer hésita quelques instants avant d'entrer dans l'office de tourisme de Saint-Valery-en-Caux, cette longue bâtisse à colombages, étrange et biscornue. Ce 11 juillet, un soleil de plomb s'était abattu toute la journée sur la petite station balnéaire. C'était comme cela depuis une semaine, et seuls de violents orages chaque soir venaient perturber la canicule. Mais en cette fin d'après-midi, pour l'instant, aucun vent ne soufflait et les drapeaux européen, français, normand, pendaient immobiles, paresseusement, devant la mairie. À quelques mètres, les bateaux multicolores du port de plaisance clapotaient doucement. Ils étaient piégés. C'était la marée basse. Ils devraient attendre plusieurs heures avant de pouvoir sortir en mer. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE o Code Lupin, une sorte de Da Vinci Code à la normande, sur fond de falaises crayeuses, à Etretat. - Anne Letouzé, L'Union o Etretat et son aiguille creuse, Jumièges et son abbaye, Tancarville et son vieux phare, la Barre-y-va et ses marées d'équinoxes, le château de Thibermesnil... Bref, que du plaisir ! - lesloisirsdebernie.over-blog.com o Un régal, j'ai adoré ce livre qui m'a donné envie de me replonger dans les aventures du gentleman cambrioleur. - jonatmeltom, Babelio A PROPOS DE L'AUTEUR Michel Bussi est l'un des auteurs de romans policiers les plus lus et les plus primés en France (il est notamment l'auteur de Un avion sans elle et Nymphéas noirs). Ses romans, des page-turner sans surenchère de détails macabres, parviennent à faire la synthèse entre le meilleur de l'atmosphère des romans policiers populaires français et le rythme des romans à suspense américains. Et c'est ce que les lecteurs adorent... Code Lupin est son premier livre de fiction publié. En 2015, Michel Bussi est le 3ème auteur le plus lu en France, et toujours dans le top 20 polars en début d'année 2016 avec Maman a tort !

  • Que feriez-vous si un homme vous approchait pour vous déclarer que ça fait longtemps qu'il vous cherche ?
    Lionel Darsan est un tranquille employé dans un cabinet d'affaires parisien, à un poste subalterne et tranquille où il s'ennuie jusqu'au jour où il rencontre un mystérieux personnage qui lui révèle qu'il a la capacité à lire sur les visages et de deviner les pensées les plus intimes.
    A partir de ce moment, sa vie bascule. Il va se trouver, bien malgré lui, plongé dans de sales affaires : détournement de fonds, délit d'initié, chantage, meurtre dont les auteurs cherchent à fuir la justice et aussi face à un tueur impitoyable, "le guetteur", chargé de "faire le ménage".
    S'introduire dans des têtes qui n'ont rien demandé n'apporte pas que des satisfactions. Il réalise enfin que récolter des secrets, démasquer des gens n'a rien de réjouissant et surtout ça peut attirer de gros ennuis. C'est ce que Darsan apprend quand il se trouve en bonne place sur le planning du Guetteur.
    Un polar que vous ne lâcherez pas.
    EXTRAIT
    Charles Novert posa sa serviette, ôta ses sandales, retira son tee-shirt et, marchant avec précaution sur les galets, se dirigea vers la mer. La marée n'avait pas encore atteint son niveau bas et les vagues d'un vert laiteux déroulaient avec calme leur ligne d'écume à une vingtaine de mètres de distance du rivage. Un soleil pâle avait attiré du monde sur la promenade et la plage faisait le plein en ce dimanche de printemps. A Dieppe, elle s'étend sur un kilomètre et demi et s'organise en gradins de cailloux pour mener à la mer.
    Grimaçant sur ses plantes de pied, il atteignit la bande de sable dégagée à marée descendante, sans perdre l'équilibre.
    Charles Novert continua d'avancer et entra lentement dans l'eau. Il dépassa la ligne d'enfants jouant à grands cris avec les vagues à proximité du bord sous la surveillance de parents attentifs.
    Même à cette époque, la Manche surprend par sa fraîcheur. La mer caressa ses chevilles, gagna ses genoux puis enveloppa sa taille, il serra les dents et d'un mouvement courageux, s'immergea jusqu'aux épaules. Avant que le froid ne le saisisse, il partit dans une brasse peu orthodoxe mais vigoureuse en direction du large.
    Charles Novert était un piètre nageur et n'avait pas pour habitude de s'éloigner du rivage, mais aujourd'hui c'était différent.
    Ceux qui le virent progresser dans son style peu efficace détachèrent le regard et l'oublièrent aussitôt. L'attention se fixe sur les athlètes fendant les vagues d'un crawl énergique, sur les véliplanchistes virtuoses en équilibre sur leur étroite surface de plastique, sur une naïade dont on devine entre deux vagues la plastique avantageuse dans un bikini fluo, pas sur un pratiquant de la brasse lent et anonyme.
    Sa tête se mêla à celles des rares baigneurs s'aventurant au-delà de la limite où l'on a pied. Il continua et elle se détacha des nageurs prudents.
    Son crâne dansait sur les flots comme une bouée, disparaissant par moments derrière l'ondulation de la houle. Il s'éloigna encore et bientôt on cessa de le distinguer depuis la plage
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Diplômé d'une business-school, Marc Masse a passé de nombreuses années dans des grandes sociétés d'ingénierie, françaises et étrangères. Son métier l'a amené à voyager dans la plupart des continents. Sa vision de la géographie n'a rien de touristique. Sa passion : lécriture. Il a publié 6 romans du genre "thriller" (L'entreprise, Milieu hippique, Pays lointains) puis Enquête sous les galets (2019), suspense historique se déroulant à Dieppe, publié par les Editions des Falaises.

empty