Casterman

  • 1990. Un présentateur télé français, un peu sur la touche, veut relancer sa carrière en retournant sur le terrain faire du grand reportage d'investigation.
    Il choisit l'Algérie d'où sa famille est issue (il est le fils d'Octave et Samia, les héros du 2e cycle des Carnets d'Orient). Là-bas, les élections sont menacées par la montée en force des islamistes. Il va vite découvrir que le pays est au bord de la guerre civile et que le passé y a la vie dure !
    Ce troisième cycle de la série fleuve de Ferrandez sur l'Algérie, abordera les difficultés rencontrées depuis l'indépendance en 1962, de la victoire confisquée par le FLN aux années de plomb de la guerre civile et jusqu'à la révolte populaire de 2019.

  • Après la guerre

    Jacques Tardi

    À son retour de captivité en 1946, René Tardi et sa femme ont un fils, Jacques. N'ayant pas trouvé de travail, René reste dans l'armée et est envoyé dans la zone d'occupation française... en Allemagne ! Bientôt, Jacques et sa mère l'y rejoignent et découvrent un pays en ruines, mais déjà en pleine reconstruction grâce à l'aide américaine.
    De Valence à Coblence, Tardi achève dans ce troisième tome le récit du périple de son père, du début à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et ouvre pour la première fois une porte sur son enfance.

  • Fin 2012, Tardi entreprenait avec Moi René Tardi prisonnier de guerre au stalag II B la publication de l'un de ses projets les plus personnels, mûri de longue date : l'adaptation en bande dessinée des carnets de guerre de son père, où celui-ci tenait la chronique minutieuse de ses années de captivité dans un camp de Poméranie en Pologne, presque cinq années durant. Une manière touchante et pudique pour le dessinateur, qui se met lui-même en scène dans ce récit sous les traits d'un enfant, de renouer le dialogue avec ce père ombrageux aujourd'hui disparu, profondément meurtri par cette longue épreuve. Le premier volet de cette histoire s'achevait sur le départ des prisonniers de leur stalag fin janvier 1945, toujours encadrés par leurs geôliers, sous la menace de l'armée rouge soviétique lancée à l'assaut de l'Allemagne nazie alors en pleine débâcle.Le second volume de ce grand récit de guerre reprend là où le premier s'était arrêté, toujours sous le regard attentif de l'alter ego enfantin de Tardi : la longue marche des prisonniers dans un dénuement total et sous des températures extrêmes, la violence des garde-chiourme, la peur que suscitent les troupes russes toutes proches, les expédients pour s'assurer les meilleures chances de survie, les velléités d'évasion et ici et là quelques rares moments de récupération, comme la miraculeuse douche chaude négociée dans les locaux d'une ancienne brasserie...Autant de péripéties authentiques directement inspirées du carnet tenu au fil des jours à la mine de plomb sur « un cahier d'écolier coupé en quatre » par René Tardi, que l'on suit avec ses compagnons d'infortune tout au long de leur marche harassante à travers l'Europe dévastée, en direction de la France et de leurs foyers si longtemps espérés.Un témoignage d'une force exceptionnelle, et toujours le brio sans équivalent de l'un des plus grands auteurs de la bande dessinée contemporaine.

  • Avec Moi, René Tardi, prisonnier au stalag 2B, Jacques Tardi concrétise un projet mûri de très longue date : transposer en bande dessinée les carnets de son propre père, rédigés des années durant sur des cahiers d'écolier, où celui-ci tient par le menu la chronique de sa jeunesse, en grande partie centrée sur ses années de guerre et de captivité en Allemagne.

  • Une autrice de BD, Zoé Thouron, et un sociologue, Frédéric Godart, se prennent la tête pour comprendre la mode dans tous ses paradoxes. Entre amour, frustrations et défis éthiques plus qu'indispensables à relever aujourd'hui, cette enquête vous fera voyager dans le temps et l'espace pour vous aider à mieux appréhender cette industrie créative complexe. Si vous voulez tout savoir sur la tendance claquettes-chaussettes, la différence entre mode et style, la manière dont Platon et Aristote pensaient la mode, la garde-robe de Marie-Antoinette, la mode éco-responsable ou encore la petite robe noire, ce livre est fait pour vous !

  • La série Carnets d'Orient, commencée en 1987 dans (A Suivre) et couronnée de prix, retrace les deux derniers siècles de l'histoire de l'Algérie, de sa conquête par la France en 1830 jusqu'au début du XXIe siècle.
    Une oeuvre sur une période majeure de notre histoire récente, dont les échos résonnent avec force dans notre actualité. Cette série est aussi une manière pour Jacques Ferrandez, lui-même né en Algérie, de redécouvrir ses propres origines. Après un premier cycle consacré à la colonisation (de 1830 à 1954), ce deuxième cycle commence à la veille de l'insurrection pour se conclure à l'indépendance, en 1962.

    Il réunit en un volume unique les cinq tomes :
    - La Guerre Fantôme
    - Rue de la bombe
    - La Fille du Djebbel Amour
    - Dernière demeure
    - Terre Fatale

  • Décembre 1944 La bataille des Ardennes fait rage depuis plusieurs jours. Dans une forêt figée par la neige et le gel, d'ultimes détonations parviennent encore aux oreilles d'un GI Airborne abattu dans la neige. Face à lui, deux enfants impuissants tentent de l'empêcher de mourir. Mais dans son dos, une tache de sang s'agrandit inexorablement...

  • Lumière rouge. Bassins. Agrandisseur. Photos qui sèchent sur un fil... Dans la pièce où son frère développait ses photos avant la guerre, Gabrielle Osterlin regarde apparaître des visages de femmes et d'enfants, de corps dénudés face à des fusils et des fosses au milieu de nulle part.

  • Dans le prolongement de la tétralogie d'Airborne 44, le premier volet d'un nouveau diptyque, mené avec brio sur fond de Seconde Guerre mondiale.Décembre 1944. Alors que dans les Ardennes, l'Allemagne nazie acculée vient de lancer une spectaculaire contre-offensive, tous les avions disponibles sont requis pour aller sur place soutenir les troupes alliées, durement combattues. Y compris les appareils civils de l'Air Transport Auxiliary, une organisation britannique qui a pour particularité d'intégrer des pilotes féminins. C'est l'une de ces opérations de convoyage entre l'Angleterre et la Belgique qu'assure la jeune Tessa, pilote américaine émérite engagée de longue date cette unité de soutien. Mais cette fois, elle joue de malchance. À la suite d'un duel aérien, la jeune femme fait un atterrissage d'urgence en forêt juste derrière les lignes allemandes. Tout près de Bastogne, là où les combats sont les plus durs... Une seule issue pour tenter de la récupérer : parachuter sur place un commando de secours. Une mission que vont prendre en charge Sebastian Leder et Tom De Witt. L'un et l'autre sont considérés comme des éclaireurs d'élite. Mais ils ont aussi pour point commun de bien connaître Tessa depuis leurs jeunes années, là-bas en Amérique...Consacré par les lecteurs et la critique pour les deux diptyques d'Airborne 44 signé chez Casterman depuis 2009, Philippe Jarbinet en amorce un troisième dont voici le premier volume, S'il faut survivre. Moins qu'une véritable suite, il s'agit d'une histoire distincte, qui entretient néanmoins certaines correspondances avec les personnages et les situations rencontrés au fil des précédents albums.

  • Le 21 décembre 1944, Tessa Johansson, pilote dans l'Air Transport Auxiliary anglais, s'est crashée aux commandes d'un P-51 Mustang dans la forêt au nord de Bastogne, quelque part derrières les lignes allemandes. Recueillie par un vieil homme et son petit-fils, elle a été obligée de fuir en leur compagnie la chaleur rassurante de leur ferme assiégée par des soldats allemands. Deux jours plus tard, tandis que l'armée allemande continue d'exercer une pression meurtrière sur la ville, les éclaireurs Tom deWitt et Sebastian Leder y atterrissent en parachute pour installer des balises destinées à guider les avions ravitailleurs alliés. Légèrement commotionné lors de l'opération, Tom retrouve Seb qui lui apprend leur mutation au sein du service de renseignement de la 101e Airborne Division. Envoyés sur le front pour y repérer les positions ennemies, les deux amis vont être confrontés à la dureté des combats et aux nuits interminables passées dans un froid extrême.Tous ne survivront pas à cet ultime affrontement auquel la misère des années 30 les a conduits.

  • En 1938, un jeune franco-américain de 17 ans, Gavin, est en vacances avec ses parents sur la côte normande. Il y tombe amoureux d'une séduisante jeune française, Joanne, et va vivre sur place, l'espace de quelques semaines, le plus bel été de son existence. Six ans plus tard, le 6 juin 1944, dans la ligne de mire des batteries allemandes, Gavin s'apprête à remettre les pieds sur le sol normand, au sein de la première vague d'assaut en passe de débarquer à Omaha Beach. Son esprit est plein du souvenir de Joanne, avec qui il a correspondu des années durant. Mais depuis avril 1944, Joanne n'a plu écrit....

  • Alors que les Américain et les Russes avancent vers Berlin, le IIIe Reich touche à sa fin et les soldats allemands envisagent la désertion.

  • Horreur ! Gavin vient de découvrir la tombe de sa bien-aimée Joanne dans le village même où ils se sont rencontrés. Le pauvre en a perdu toute ardeur combattive, d'autant que le pire est peut-être à venir... Pensant avoir connu l'enfer sur les plages de Normandie, les GI américains progressent dans les terres françaises sous le feu d'Allemands que la rage du désespoir a rendu plus redoutables que jamais. La libération est proche, mais elle ne se fera pas sans heurts. Consacré par les lecteurs et la critique pour son diptyque Airborne 44 publié chez Casterman en 2009 (Là où tombent les hommes, suivi de Demain sera sans nous), Philippe Jarbinet donne un prolongement à cette oeuvre forte avec un nouveau récit en deux volets. Ce tome 4, Destins croisés, clot cette histoire pour assurer finalement le lien avec les personnages et les situations rencontrés au fil des deux albums initiaux.

  • Le dernier printemps est avant tout un roman d'amour. Martin Mahner, le héros, est un soldat de l'armée nazie posté dans le Sud de la France. Très vite on s'aperçoit qu'il est l'amant d'une "Française", Catherine, venue s'installer en ex-zone libre avec son mari Xavier Gance, quelques années auparavant. Notre héros narre son histoire. Redémarrant sur un flash-back, le récit nous plante à Berlin, dans le décor sinistre de l'Allemagne de la crise et de la montée du nazisme. Mahler est un lycéen brillant, féru de littérature et plutôt timide avec les filles. Son père est sympathisant des SS, quelques uns de ses camarades de classe aussi. Romantique et solitaire, Martin s'inscrit en faux contre les dérives politiques malsaines auxquelles s'abandonne son entourage. Le docteur Braun et sa famille viennent s'installer dans la maison d'en face. Martin remarque immédiatement Katarina Braun, la fille du docteur.

  • Paris, décembre 1938. Martin, le jeune étudiant en littérature du Dernier printemps (le volume 1 d'Amours Fragiles) vit désormais à Paris. Il y est devenu une sorte de réfugié politique, fuyant un régime nazi qu'il exècre sans toutefois avoir jamais osé le combattre ouvertement. Menacé par la précarité qui touche la plupart des Allemands réfugiés en France, sous la pression constante des événements qui préfigurent la guerre à venir, le jeune homme s'efforce jour après jour de préserver une situation incertaine, sans trop savoir ce qu'il convient de faire de son existence. C'est dans ces circonstances troubles qu'il retrouve dans la capitale française son ancienne voisine d'autrefois, Katarina, jeune juive allemande elle aussi arrivée en France quelques années auparavant, à la mort de ses parents...

  • 1943. Après avoir tenté en vain de fuir le régime nazi, Martin, autrefois jeune étudiant en littérature en rébellion et en rupture de ban, sert l'Allemagne sous l'uniforme d'officier de la Wehrmacht, dans le sud-est de la France. Son affectation lui permet de continuer à protéger Katarina, son ancienne voisine d'autrefois, juive allemande réfugiée à qui il a fourni de faux papiers. Contraint de rejoindre l'Allemagne pour y enterrer son père, Martin découvre que la situation s'y est considérablement tendue. Déjà aux abois, pressentant les signes avantcoureurs d'une défaite annoncée, le régime nazi, de plus en plus paranoïaque et totalitaire, fait peser une pression considérable sur toutes les consciences, obsédé par la traque de l'ennemi de l'intérieur...

  • Le tout nouvel épisode de la grande série de Beuriot et Richelle. Été 1943. Les craintes de Martin Mahner s'avèrent fondées : il est réquisitionné, comme tant d'autres soldats allemands, pour renforcer le front de l'Est. Alors que Katarina devenue Catherine entre à la même époque dans un groupe de résistants au sud de la France, il est expédié dans une petite ville à l'est de l'Ukraine. Làbas, miné par sa propre lâcheté, le jeune lieutenant observe, impuissant, les dégâts infligés par l'occupant allemand et les massacres perpétrés en parallèle par l'Armée rouge, dont les coups de boutoirs sont de plus en plus sanglants. Progressivement, Martin se lie d'amitié avec son camarade de chambrée, le lieutenant Stefan Paetz, un jeune homme beaucoup plus pragmatique...

  • Octobre 1940. Caserné dans la région de Cologne où il s'ennuie ferme, Martin s'efforce d'obtenir sa mutation à Paris, espérant secrètement pouvoir y retrouver Katarina, son ancienne voisine d'autrefois, juive allemande réfugiée dans la capitale française. Pendant ce temps, à Paris justement, Katarina est devenue Catherine. Très discrète sur la question de ses origines, la jeune femme y est témoin du durcissement accéléré des dispositions antijuives orchestrées par le régime de Vichy. En ligne de mire, parmi tant d'autres, son oncle Pierre, petit industriel patriote et ancien combattant de 14-18, qui va se voir brusquement dépossédé de l'entreprise qu'il dirige au seul motif qu'il est israélite... Quatrième volet, très attendu, de la série Amours fragiles. Beuriot et Richelle y perpétuent avec brio le registre réaliste où ils excellent. Elégance et finesse, avec un très grand sens de la véracité historique, du jeu subtil des relations humaines et du détail qui sonne juste.

  • Printemps 1943, sud-est de la France. Martin est revenu occuper son poste d'officier allemand après être allé enterrer son père en Allemagne. Très vite, il cherche à retrouver Katarina, devenue Catherine. Mais celle-ci a quitté les lieux pour Lyon, où elle a rejoint André-Louis, passé depuis peu dans la clandestinité. Tandis que Martin s'interroge sur son avenir ? on soupçonne un général récemment arrivé de Berlin de vouloir réduire les effectifs de la Wehrmacht en France pour renforcer le front de l'Est ?, Catherine saute le pas et décide de s'engager dans la Résistance...

  • Martin a été blessé sur le front de l'Est. Après sa convalescence, et grâce à quelques appuis, il est caserné en Allemagne, loin des combats. Se croyant à l'abri, il ignore qu'un danger encore plus grand le menace : il se trouve au sein d'un nid d'opposants au Führer qui préparent la funeste opération Walkyrie... Bien que son petit grade ne lui confère aucune importance dans cette conspiration de hauts gradés, il ne pourra éviter la compromission et donc une possible issue létale.

  • Wannsee

    Fabrice Le Hénanff

    Wannsee, faubourg huppé de la capitale Allemande, le 20 janvier 1942. Quinze hommes parmi les plus hauts fonctionnaires du Reich et de la SS sont conviés à une conférence organisée par Eichmann et présidée par Heydrich. Cette réunion est brève (moins d'une heure trente) mais va constituer une étape décisive dans l'organisation et la réalisation de la Shoa, et par la même occasion sceller le sort de millions de personnes en Europe.

  • Duel

    Renaud Farace

    En adaptant cette nouvelle de Joseph Conrad, Renaud Farace narre l'affrontement homérique de deux hussards de la Grande Armée.

  • Mai 1945.
    Lienz, Autriche. Edward et Nicolas, soldats britanniques, sont affectés à la surveillance de prisonniers allemands.
    Allemands ? Pas si sûr...
    Ralliés à Hitler, voués à la haine et à la mort par Staline, les derniers héritiers de la nation cosaque ont remis leur destin entre les mains des vainqueurs, nourrissant l'espoir de trouver refuge à l'Ouest.
    Les Britanniques exauceront-ils leur prière ? C'est compter sans l'implacable machine
    de guerre stalinienne...

  • Avec la série Carnets d'Orient, Jacques Fernandez raconte l'histoire de l'Algérie, depuis sa conquête en 1836, jusqu'à son indépendance à la fin des années 50. Dans L'année de feu, nous suivons le lieutenant Victor Barthélémy, qui après la guerre contre les prussiens, se retrouve propriétaire d'un domaine en Algérie. Il quitte alors la France avec sa femme pour prendre possession de ses nouvelles terres. Depuis longtemps, sa femme rêves de ce pays, son soleil, ses paysages, son exotisme... Malheureusement pour eux, leur vie sur place sera surtout marquée par la révolte, le feu et le sang.

empty