180° éditions

  • Après Les Dessous de la Cambre, Van Kroetsch est de retour pour une enquête complètement déjantée dans les ruelles de l´Îlot Sacré Un pendu a été vu dans un bistrot du quartier de l´Îlot Sacré, en plein coeur de Bruxelles. Le temps que les secours arrivent... le corps a disparu. Pour régler cette affaire, Rinaldi, l´inspecteur en chef de la zone de police Bruxelles-Ixelles, reprend contact avec une vieille connaissance : Van Kroetsch, un chômeur longue durée jouant au détective, à moins que ce ne soit l´inverse.
    Décor de Noël et ambiance de fin d´année. Les deux hommes mènent leurs investigations au fond des impasses et des bars du centre-ville. Un parcours rock `n´ roll jalonné de scènes alcoolisées.
    /> Une virée surréaliste à la découverte d´un Bruxelles face B !
    À PROPOS DE L'AUTEUR Marc Meganck a déjà signé quatre romans (Génération Raider, Deux fois par an, Port-au-Persil, Une vie belge) et un recueil de nouvelles. Des textes qui décrivent avec cynisme et tendresse le quotidien de sa génération, des hommes et des femmes nés au milieu des années 1970. Le Pendu de l´Îlot Sacré est son deuxième polar en collaboration avec 180° éditions, une enquête déjantée à travers les ruelles et les impasses de Bruxelles.
    EXTRAIT "J´ai cru un moment qu´ils allaient me demander ce que je faisais là. Mais ils se sont contentés de me regarder sortir les poubelles en se foutant de ma gueule. Ces jeunes gars postés sur le trottoir me faisaient penser à des videurs triant le vilain monde débarquant à une soirée. Ils buvaient de la vodka et du vin dans le froid de décembre. Ils avaient deux chiens agressifs, sans muselière. Ils parlaient très fort. Certains d´entre eux étaient assis sur le capot des voitures en stationnement. Ils étaient là depuis le début d´après-midi. Sept. Moyenne : vingt-cinq ans. Je n´osais pas les questionner sur leur présence devant l´immeuble. Ils semblaient capables de tout, surtout du pire. On aurait dit des étudiants attardés, un peu crasseux, hésitant entre chômage et pré-clochardisation, pour faire cool ou que sais-je. Non, ils ne m´ont pas dit un mot quand j´ai balancé mes sacs-poubelles le long de la façade. Ils sont restés amorphes en fumant leur joint, puis ils se sont marrés en me reluquant de la tête aux pieds."

  • Un cadavre a été découvert au pied de la cathédrale de Lausanne, pendant les préparatifs du 50e anniversaire du Festival de la Cité.
    Tiraillé entre cette affaire chargée de secrets et la dépression de son meilleur ami, l'inspecteur Sauge devra user de toute sa patience et de son intuition pour résoudre le mystère.
    Au fil de l'enquête, que l'on suit pas à pas dans les vieux quartiers de Lausanne, des vies à l'apparence banale se voient bouleversées à jamais. Quand justice et mensonge dansent main dans la main, il suffit d'un rien pour basculer dans les sombres méandres de l'âme humaine...
    La cire et le feu souligne les dérives de la société lausannoise sur fond d'enquête policière. Prostitution, immigration et aide aux minorités : autant de thèmes qui se mêlent aux émotions intenses des protagonistes.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Habitant à Lausanne, Sandrine Spycher est journaliste et blogueuse. Grande lectrice et fan de polars en tout genre, son blog Je lis des polars lui a donné envie de passer de l'autre côté du miroir. Le 2e Prix RomandNoir lui offre l'opportunité de se confronter aux lecteurs et de publier son premier livre, "La cire et le feu".

  • Dans la torpeur du mois d'août, trois meurtres sont commis à Bruxelles à une semaine d'intervalle...
    Le premier a eu lieu dans la basilique de Koekelberg, le deuxième dans une maison de passe (l'Espérance, située à deux pas de la rue Neuve) et le troisième au Palais des Beaux-Arts. A chaque fois, le meurtrier dépose une carte de jeu représentant un As.
    Lien entre les meurtres ? Aucun. Sinon qu'ils ont pour cadre un lieu datant des années 20-30.
    Profil du meurtrier ? Impossible à cerner. Sinon qu'il aime tuer dans des lieux Art Déco.
    Afin de sauver « l´As de coeur », un flic, un journaliste, une guide vont se livrer à une véritable course contre la montre.
    Leur plongée dans l'entre-deux-guerres, cette période mythique qui englobe l´exubérance des années vingt et l´effondrement des années trente, les renverra à leurs propres fêlures...
    Enfin un polar qui met Bruxelles et son patrimoine Art Déco en scène !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE - "Un roman pour le plaisir d´en apprendre davantage sur l´Art Déco" - Christine Pinchart À PROPOS DE L'AUTEUR Kate Milie n´est pas une inconnue dans le petit monde des romancières belges. Elle a effectivement publié en 2009 son premier roman Une belle époque. En 2012, la voici revenue avec un polar passionnant qui se déroule de nos jours mais dans des endroits du passé emblématique de Bruxelles : des lieux uniquement Art Déco, où le lecteur se mettra à la poursuite d´un mystérieux et dangereux meurtrier...
    EXTRAIT Le réveil était programmé pour 6h. Cinq minutes plus tôt, Marie se réveilla, sortit une main maladroite du lit, ouvrit péniblement un oeil, vérifia l´heure. Vite, éviter l´agression. Elle coupa la sonnerie et se réfugia sous les draps. « Je ne peux pas me rendormir, je ne peux pas me rendormir, je ne peux pas... » La visite de la Basilique était prévue pour 9h. D´habitude, elle ne guidait pas avant 10h, mais là, exception, elle commencerait à 9h. Le temps de passer au bureau, relever son courrier, répondre aux courriels, donner quelques coups de fil, elle arriverait tranquille avant l´arrivée du groupe. « Je ne maîtrise pas mon sujet, je n´aime pas le lieu, je ne l´aime pas, je ne l´aime pas... »

  • Noire jonction

    Kate Milie

    Après L'Assassin aime l'Art déco, la pétillante guide Marie n'en a pas encore fini avec les meurtriers bruxellois...
    A Bruxelles, des poupées sanguinolentes sont retrouvées dans plusieurs gares.
    Les faits ont lieu alors que l´on commémore l´anniversaire de la jonction Nord-Midi, saignée ferroviaire traversant le coeur de la capitale.
    A cette occasion, le Collectif Art/Jonction mène une réflexion sur la ville à travers des actions littéraires et artistiques. L´animation de bars à textes a été confiée à Gunnar Berg, un écrivain en résidence.
    Marie organise des visites sur le trajet de la jonction.
    Rien n´ébranle le Collectif. Jusqu´à ce que des participantes aux bars à textes soient assassinées...
    Ce polar ressuscite les somptueuses gares du XIXème siècle et le bouillonnement culturel de la Belle Epoque.
    L´auteure lie à nouveau avec brio polar et patrimoine bruxellois. La jonction Nord-Midi et ses arcanes n´auront désormais plus aucun secret pour vous !
    À PROPOS DE L'AUTEUR Kate Milie n´est pas une inconnue dans le petit monde des romancières belges. Elle a effectivement publié en 2009 son premier roman Une belle époque. Après le succès de L'Assassin aime l'Art déco , Kate Millie nous livre une suite tout aussi passionnante.
    EXTRAIT C´est cool Google Street, on peut mater les peep-shows et les vitrines de la rue d´Aerschot sans sortir de son fauteuil. Dommage que ce joli monde ait été photographié en été et en plein jour. Les néons ne donnent pas du tonnerre, mais on voit bien les filles avec leurs jambes douces, leurs bikinis fluos, leurs gestes : « Viens, oui, toi, viens, suis à toi, toute à toi, rien qu´à toi. » Ma vitrine préférée ? C´est celle où les filles sont tellement floutées qu´on les confond avec des poupées en plastique. Mais ce que j´aime avant tout dans le coin, c´est la statue de l´ange qui surplombe le grand peep show au bout de la rue. Du grand art ! Même qu´on la voit très bien depuis les trains qui passent à côté, sur le viaduc. Une statue qui vous donne le frisson. Un ange féminin avec une longue robe moulante, une couronne et des ailes immenses. C´est d´un majestueux ! J´ai jamais réussi à comprendre pourquoi on l´a foutue là. Ni à savoir depuis quand elle est là. Cette rue, elle est vraiment top, les vitrines d´un côté et de l´autre le mur de la gare du Nord qui fait au moins un kilomètre de long. Pas de vis-à-vis. Quand tu mates, y a personne derrière toi.

empty