Bibebook

  • Le célèbre détective Sherlock Holmes reçoit un message l'avertissant de l'assassinat d'un certain Douglas, originaire de Birlstone Manor House. Le défunt a été tué d'un coup de carabine Winchester, et est par conséquent méconnaissable. Très rapidement, Sherlock Holmes élimine de la liste des suspects l'ami et la femme du défunt et démontre finalement que le mort n'est pas Douglas. Celui-ci sort alors de sa cachette et raconte son histoire.

  • L'héritier des Baskerville est retrouvé mort. Doit-on accuser ce chien démoniaque qui rôde sur la lande, sur les terres de la famille Baskerville ? Quiconque l'aperçoit est perdu. Pour Sherlock Holmes, cette histoire n'est qu'une obscure légende. Et il le prouvera. Le voilà donc sur les traces de la bête diabolique.

  • Je n´avais pas vu Holmes depuis quelque temps. Mon mariage nous avait séparés l´un de l´autre. Le bonheur parfait dont je jouissais, les nouveaux devoirs et les occupations inséparables d´une entrée en ménage absorbaient tous mes instants. De son côté, Holmes, dont la nature bohème répugnait à tout ce qui avait l´apparence du monde, continuait à résider dans notre appartement de Baker Street, enfoui sous ses vieux bouquins, alternant de semaines en semaines la prise de cocaïne et la résolution de nouveaux cas?; en somme tantôt engourdi par le poison et tantôt dévoré par l´activité extraordinaire de son ardente nature.

    Cette édition reprend l´intégralité des illustrations de Sidney Paget dans une mise en page proche de l´édition originale du "Strand Magazine ".

  • Un trésor volé et un pacte secret entre quatre bagnards, Mary Morstan, future épouse du docteur Watson, Toby, chien au flair très développé...
    Arthur Conan Doyle commence à nous dévoiler les habitudes de Sherlock Holmes, et notamment, son utilisation des drogues pour tromper l'ennui qui l'accable entre deux enquêtes...

  • Sherlock Holmes

    Arthur Conan Doyle

    Le Dr Watson nous raconte les affaires les plus difficiles que le grand détective Sherlock Holmes a résolu avec l'aide de son compagnon de toujours. Le plus Britannique de tous les limiers procède avec méthode mais c'est toujours son intuition qui fait mouche !
    Six enquêtes trépidantes qui ont donné du fil à retordre à nos deux héros.

  • Son dernier coup d'archet est un recueil de nouvelles policières écrit par Sir Arthur Conan Doyle et mettant en scène son célèbre détective privé. Il contient sept nouvelles publiés entre 1908 et 1913. La collection portait le nom original de Reminiscences of Sherlock Holmes et ne contenait pas la nouvelle Son dernier coup d'archet (His Last Bow), qui est apparue après la publication de La Vallée de la peur. La réédition avec l'ajout de la nouvelle donna au recueil son titre définitif. Extrait : Dans mes notes, je retrouve la date : fin mars 1892. Le temps était froid et gris ; le vent soufflait. Pendant le déjeuner, Holmes avait reçu un télégramme et il avait griffonné une réponse. Sur le moment il n'avait fait aucun commentaire, mais l'affaire le préoccupait, car il s'installa devant le feu, debout, la pipe entre les dents, l'oeil méditatif dérivant parfois vers le message. Soudain, il me lança un regard chargé d'une inquiétante malice. «~Je suppose, Watson, me dit-il, que nous pouvons vous considérer comme un homme de lettres. Comment définissez-vous le mot grotesque ?

  • Un jour, Sherlock Holmes reçoit une lettre de Tobias Gregson, un des limiers de Scotland Yard, qui lui demande de l'aide dans une affaire de meurtre. Un cadavre est découvert avec plusieurs indices, et Sherlock Holmes démontre plus tard que ce sont de fausses pistes. Après de longues investigations, Holmes constate que plusieurs indices ne correspondent pas à l'apparence des faits. C'est en questionnant les inspecteurs de Scotland Yard que Holmes et Watson parviennent à identifier la victime mormone, grâce à une femme qui a hébergé la victime.

  • Lors d'un séjour dans le patriarcat de Sever Turn, l'aventurier Hubert de Lauriac dérobe le Livre des ancêtres, un document d'une valeur inestimable que se transmettent les primats de Bohème, de génération en génération... Extrait : Superstitieux, comme tout bon guardian qui se respecte, Hubert n'était jamais parvenu à oublier ce texte ! Quelquefois au moment où il s'y attendait le moins, ces lignes lui revenaient du fond de sa mémoire trop fidèle. Tantôt une force surnaturelle semblait les projeter hors de lui-même pour qu'il les vît avec plus d'éclat et elles se mettaient à danser, comme ce soir, devant ses yeux éblouis... et sa face épouvantée... car, ce soir, il avait entendu le nom de la cité maudite, il avait revu ceux de Sever-Turn, leurs faces noires, leurs yeux de jade, leurs gestes de malédiction et, ce soir, est-ce que la prophétie n'était pas en train de s'accomplir ?... Est-ce qu'il n'était pas sur le chemin du châtiment au bout duquel il y avait la mort ?...

  • Le Formidable Événement est un roman de science-fiction de Maurice Leblanc. Dans les premières années du XXe siècle, un soulèvement géologique soudain et de grande ampleur fait remonter le sol de la Manche, permettant du coup de passer d´Angleterre en France à pied sec. Les humeurs tectoniques ont fait apparaître une terre sans nation, sans loi... Extrait : Autour d'eux, il y avait peu de monde, l'affolement ayant porté davantage sur les voyageurs de première classe. Mais, hormis les deux fiancés, tous ceux qui avaient persisté trahissaient, par quelque signe, leur inquiétude secrète ou leur effroi. À droite, c'étaient deux vieux, très vieux pasteurs, qu'un troisième plus jeune accompagnait. Ces trois-là restaient impassibles, frères de ces héros qui chantaient des hymnes au naufrage du Titanic. Pourtant leurs mains étaient jointes comme pour la prière. À droite se tenait le couple français dont Simon Dubosc avait surpris les paroles douloureuses. Le père et la mère, serrés l'un contre l'autre, interrogeaient l'horizon avec des yeux de fièvre. Quatre garçons, les aînés, tous quatre forts, solides, les joues rouges de santé, allaient et venaient, en quête de renseignements qu'ils rapportaient aussitôt. Assise aux pieds de ses parents, une petite fille pleurait, sans rien dire. La mère nourrissait le sixième enfant qui, de temps en temps, se retournait vers Isabel et lui souriait.

  • Victor Hautin, « Inspecteur Victor » de la Brigade mondaine, fils d´un ancien procureur toulousain, a passé une bonne partie de sa carrière aux colonies. Il est apprécié de sa hiérarchie en dépit d´un esprit assez indépendant, d´une humeur capricieuse, et d´une manière de procéder un peu trop fantaisiste. De plus, incorrigible suborneur de femmes mariées et de filles à marier, il a vu sa promotion pour le poste d´inspecteur de la Sûreté compromise par des scandales. Aujourd´hui, plus calme et plus sage, sa renommée va bientôt atteindre le public au cours d´une affaire retentissante. Ses antécédents, sa perspicacité, sa ténacité et sa facilité au déguisement auraient pu faire penser à un des avatars de Lupin si ce récit ne l´amenait à lutter contre le célèbre aventurier qui justement recommence à faire parler de lui dans l´est du pays. Extrait : On découvrit bien l'endroit où la femme avait franchi la haie pour gagner la ruelle parallèle à la route. Et l'on découvrit aussi les empreintes laissées par les montants de l'échelle au-dessous du premier étage. Mais l'échelle, qui devait être en fer, pliante et portative, demeura introuvable. Et l'on ne sut pas comment les deux complices s'étaient rejoints et comment ils avaient quitté la région. Tout au plus put-on établir qu'une automobile avait stationné, à partir de minuit, trois cents mètres plus loin, le long du Haras de La Celle-Saint-Cloud, et qu'elle s'était remise en marche à une heure et quart, évidemment pour retourner à Paris par Bougival et les bords de la Seine. Le chien du père Lescot fut retrouvé dans sa niche, mort, empoisonné. Aucune trace de pas sur le gravier du jardin.

  • En 1924, Arsène Lupin tombe dans un piège organisé par Joséphine Balsamo avant sa mort. Il rencontre enfin son fils Jean, désormais appelé Félicien Charles, qui se trouve tout d´abord accusé d´un meurtre qu´il n´a pas commis, puis opposé à son père sous l´influence d´anciens complices de la comtesse de Cagliostro. Extrait : - Or, vous m'avez déclaré que, vers minuit trois quarts, comme vous étiez à prendre l'air à votre fenêtre, vous avez vu quelqu'un qui ramait sur l'étang et qui est venu atterrir au bout du passage. Ce quelqu'un a rapproché la barque de votre propriété et l'y a attachée à son poteau habituel. C'était la vôtre dont il s'était servi. Vous avez reconnu le promeneur, n'est-ce pas ? - Oui. Il y avait quelques nuages qui se sont écartés. La lune l'a frappé en plein visage. Alors, il s'est jeté dans la partie obscure. C'était M. Félicien Charles. Il est resté dans le passage un assez long moment. - Ensuite ? - Ensuite, je ne sais pas. Je me suis couché et endormi.

  • Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur est un recueil de neuf nouvelles, écrites par Maurice Leblanc, qui constituent les premières aventures d'Arsène Lupin. La première nouvelle du recueil, L'Arrestation d'Arsène Lupin, est publiée en juillet 1905 dans le journal Je sais tout. Il s'agit de la première nouvelle mettant en oeuvre Arsène Lupin. Celle-ci ayant rencontré un réel succès, Maurice Leblanc est encouragé à écrire la suite par son éditeur. Or, comme l'auteur est perplexe sur la façon poursuivre les aventures d'un héros qui vient d'être coffré, l'éditeur l'enjoint de le faire évader. La saga du gentleman-cambrioleur est née. Plusieurs nouvelles paraissent dans Je sais tout, à intervalles irréguliers, jusqu'en 1907, avant d'être regroupées en volume. Extrait : Au fond, je bénissais Arsène Lupin. N'était-ce pas lui qui nous rapprochait ? N'était-ce pas grâce à lui que j'avais le droit de m'abandonner aux plus beaux rêves ? Rêves d'amour et rêves moins chimériques, pourquoi ne pas le confesser ? Les Andrézy sont de bonne souche poitevine, mais leur blason est quelque peu dédoré, et il ne me paraît pas indigne d'un gentilhomme de songer à rendre à son nom le lustre perdu. Et ces rêves, je le sentais, n'offusquaient point Nelly. Ses yeux souriants m'autorisaient à les faire. La douceur de sa voix me disait d'espérer. Et jusqu'au dernier moment, accoudés au bastingage, nous restâmes l'un près de l'autre, tandis que la ligne des côtes américaines voguait au-devant de nous. On avait interrompu les perquisitions. On attendait. Depuis les premières jusqu'à l'entrepont où grouillaient les émigrants, on attendait la minute suprême où s'expliquerait enfin l'insoluble énigme. Qui était Arsène Lupin ? Sous quel nom, sous quel masque se cachait le fameux Arsène Lupin ?

  • Le triangle d´or

    Maurice Leblanc

    Un mutilé de guerre, le capitaine Patrice Belval déjoue une tentative d'enlèvement sur une infirmière connue sous le sobriquet de Maman Coralie. Amoureux de la jeune femme, il découvre bientôt que celle-ci est mariée, à l'occasion de l'assassinat sauvage de son mari. Ce crime est lié à une conjuration pour vider la France de ses réserves d'or (la 1re Guerre Mondiale bat son plein) et également à un mystère liant les deux jeunes gens. Extrait : - Un remerciement, mais pas de compliment. Saperlotte, quel mauvais gardien de prison je fais ! Et avec quelle dextérité les autres m'ont soufflé mon captif ! Comment n'ai-je pas prévu que le second de vos agresseurs, l'homme au feutre gris, irait avertir le troisième complice qui attendait dans son auto, et que tous deux ensemble viendraient au secours de leur compagnon ? Et voilà qu'ils sont venus. Et, tandis que vous et moi nous bavardions, ils ont forcé l'entrée de service, ont passé par la cuisine, sont arrivés devant la petite porte qui sépare l'office du vestibule et ont entrebâillé cette porte. Là, tout près d'eux, sur son canapé, le personnage est toujours évanoui, et solidement attaché. Comment faire ? Impossible de le tirer hors du vestibule sans donner l'éveil à Ya-Bon. Et pourtant, si on ne le délivre pas, il parlera, il vendra ses complices, il empêchera d'aboutir un plan soigneusement préparé. Alors ? Alors un des compagnons se penche furtivement, avance le bras, entoure de sa cordelette cette gorge que Ya-Bon a déjà rudement endommagée, ramène les boucles des deux extrémités, et serre, serre lentement, serre tranquillement, jusqu'à ce que mort s'ensuive. Aucun bruit. Pas un soupir. Tout cela s'opère dans le silence. On est venu, on tue, et l'on s'en va. Bonsoir. Le tour est joué, le camarade ne parlera pas.

  • L'Agence Barnett et Cie est un recueil de 8 nouvelles de Maurice Leblanc et mettant en scène Arsène Lupin. Deux nouvelles (Les Gouttes qui tombent et Les Douze Africaines de Béchoux) paraissent dans Lectures pour Tous en octobre et novembre 1927. Le hasard fait des miracles est publié dans le même mensuel en janvier 1928. Puis, le recueil complet paraît chez Pierre Lafitte en février 1928. Extrait : Valérie eut un frisson de gêne et rougit. Vraiment, M. Barnett suscitait en elle une inquiétude confuse, qui n'était point sans analogie avec les sentiments qu'on éprouve en face d'un cambrioleur. Elle pensait aussi... mon Dieu, oui... elle pensait qu'elle avait peut-être affaire à un amoureux, qui aurait choisi cette manière originale de s'introduire chez elle. Mais comment savoir ? Et, dans tous les cas, comment réagir ? Elle était intimidée et dominée, confiante en même temps, et toute disposée à se soumettre, quoi qu'il en pût advenir. Et ainsi, quand le détective l'interrogea sur les causes qui l'avaient poussée à demander le concours de l'agence Barnett, elle parla sans détours et sans préambule, comme il exigeait qu'elle parlât. L'explication ne fut pas longue : M. Barnett semblait pressé.

empty