Finitude

  • Derrière les panneaux, il y a des hommes Nouv.

    Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l'autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois.Il observe, il surveille, il est patient.Parmi tous ceux qu'il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s'agite dans un monde clos, quelqu'un sait, forcément.Week-end du 15 août, caniculaire, les vacanciers se pressent, s'agacent, se disputent. Sous l'asphalte, lisse et rassurant, la terre est chaude, comme les désirs des hommes.Soudain ça recommence, les sirènes, les uniformes.L'urgence.Pierre n'a jamais été aussi proche de celui qu'il cherche.Joseph Incardona mêle les genres avec habileté et réussit un roman profond et ambitieux. Son style puissant et son art très cinématographique de la narration font mouche.

    Joseph Incardona : 45 ans, suisse d'origine italienne. Auteur de neuf romans, scénariste de BD & de films, vient de réaliser son premier long-métrage. « Derrière les panneaux, il y a des hommes » est son roman le plus singulier, le plus ambitieux, le plus abouti.

  • Un chemin sur la berge d'un fleuve. Ils sont nombreux à l'emprunter chaque matin : une jeune femme y promène son chien, un couple de lycéens s'y cache pour sécher les cours, un clochard y traîne sa folie, un jeune boulanger aime y méditer.
    Mais ce jour-là, au bord de l'eau, une femme aux escarpins rouges est allongée. Morte.
    Tous passeront devant elle, tous la verront, aucun n'interviendra. Personne n'appellera la police, personne n'en parlera. Ils ont tous d'excellentes raisons de l'ignorer et de tenter de se convaincre qu'un autre s'en chargera.
    Mais il n'est pas si facile de vivre avec cette lâcheté, cette indifférence, cet égoïsme. Chez chacun d'eux, la confrontation avec la belle morte causera un séisme intime. Et leur vie s'en trouvera radicalement changée.
    Un roman efficace et malin, qui mêle avec naturel réflexion sociologique et comédie à l'italienne.

empty