Flamant Noir Editions

  • Paris. Avril 2014. Une série de vols d'objets d'art a lieu dans les cimetières parisiens. La police est sur le coup mais, lors d'une nuit de planque, un policier se fait assassiner. Pas de témoins. Peu d'indices. Ses collègues présents sur place n'ont rien vu. Boris Le Guenn, chef de groupe de la B.A.C. au 36 quai des Orfèvres, est saisi de l'affaire. Malgré son manque d'effectifs et plusieurs enquêtes à gérer, il devra en plus faire face à la descente aux enfers d´un de ses hommes... Le temps passe. Les vols se multiplient, les crimes aussi et les pistes sont dérisoires. Boris Le Guenn et son équipe doivent mener à bien ces affaires, non sans danger pour eux, tant sur le plan professionnel que personnel. C´est un monde désenchanté, un monde dans lequel l'histoire ne se termine ni bien ni mal, elle se termine c'est tout. Certains flics boivent pour oublier, d'autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible.
    Burnout, nuits de planques et de filoches. Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons et leur paquetage s'alourdit de quelques cauchemars...
    Le mot de l'éditeur : Bienvenue au 36 quai des Orfèvres. Ambiance, jargon, procédures... tout y est parfaitement décrit, au point que vous aurez l´impression de faire partie de cette équipe de la B.A.C. dès les premières pages. L´auteur, Didier Fossey, a fait toute sa carrière dans la Police Nationale. Il mêle fiction et réalité avec talent. Burn-out met en lumière les nombreux problèmes du métier de policier. Ces hommes, ces maris, ces pères, sont souvent mal perçus par la population, incompris de leur hiérarchie. Quand leur métier prend toute la place, devient insupportable au quotidien et leur fait tout perdre, ils trouvent parfois en leur arme de service l´ultime solution...

  • ELIJAH. C'est le prénom de mon petit frère. Celui que je lui ai choisi quand on me l'a mis dans les bras. Il est né alors que la violence était devenue une routine à la maison. Mon ivrogne de père terrorisait tout le monde et nous frappait tous les jours, ma mère et moi, sans que personne ne l'en empêche. Jusqu'à ce fameux soir... Quand j'ai eu dix-huit ans. J'ai attendu qu'il soit ivre à nouveau et je l'ai égorgé de sang-froid dans la cave. Hélas, ma mère venait de mourir sous ses coups en me laissant un petit frère pas comme les autres : ELIJAH . Aujourd'hui, il a dix ans et il est handicapé. Je m'occupe de lui depuis sa naissance, je sais mieux que quiconque ce dont il a besoin. Il est mon unique raison de vivre. Ensemble on est plus forts que tout, rien ne peut nous séparer. Mais un jour ILS sont venus chez moi pour le kidnapper.Qui sont ces hommes ? Pourquoi cet enlèvement ? C'est depuis ce moment-là que j'ai perdu toute raison. Je suis devenu un monstre. Comme eux. La traque pour retrouver ELIJAH , qui ne survivra pas longtemps sans moi, a commencé...


  • LA TRANSJURASSIENNE.


    Célèbre rendez-vous du ski de fond français.

    Tous les ans, plus de 3 500 skieurs se retrouvent sur les pistes du Haut-Jura pour braver le froid glacial, le vent et la fatigue, autour du même objectif : donner le meilleur de soi et franchir la ligne d'arrivée ! Le commissaire Morteau connaît bien cette compétition dont il suit chaque édition. Mais cette fois, l'événement lui réserve des surprises...
    Depuis quelque temps, l'organisation de la course reçoit des menaces de mort très sérieuses. Morteau, accompagné de son jeune collègue, Fabien Monceau, est appelé à se rendre sur place pour évaluer les risques. Mais lorsqu'un homme est retrouvé assassiné de plusieurs balles dans la tête en pleine montagne, la situation devient plus complexe que prévu.
    Jalousie personnelle, rivalité sportive ou jeu pervers ?

    Cette année, la neige pourrait bien prendre la couleur du sang...

  • La Rochelle.
    Le commissaire divisionnaire, Jacques Verdier, flic au pedigree irréprochable, s'apprête à prendre sa retraite dans six mois. Bien décidé à se la couler douce, il s'occupe des petits dossiers en cours, mais voilà qu'une touriste russe est retrouvée morte dans une chambre d'hôtel du centre-ville. C'est un suicide.
    Suicide tellement parfait que l'ambassade s'en mêle et classe vite l'affaire.
    Trop vite peut-être...
    Mais Verdier est de ceux à qui on ne la fait pas.
    Qui est cette femme ? Aucune idée.
    Que faisait-elle dans cet hôtel ? Pas d'information à ce sujet.
    Pourquoi a-t-elle fait ce voyage ? Les enquêteurs n'en savent rien.
    Le commissaire aimerait partir l'esprit tranquille. Il décide alors de faire appel à son vieil ami, Stan, un ex-flic aux manières peu orthodoxes. Ensemble, ils reprennent tout à zéro.
    Seules certitudes : l'enquête a été bâclée et le corps de la touriste est déjà dans un cercueil plombé en route pour Moscou...

  • Quatrième de couverture: Dans la truande, il y a des règles ! Bon, pas des masses non plus. Quand on fait carrière dans cette branche, c'est rarement pour se coltiner des contraintes. Mais il y a une règle qui passe avant toutes les autres, sans laquelle même un coup réussi peut vous faire regretter de l'avoir tenté : il faut toujours payer ses hommes. Toujours !

    Tonton parvient à monter un plan aux petits oignons. Il réussit à faucher le plus gros diamant du monde et à le rapatrier chez lui sans laisser ni témoins ni indices.

    Mais est-ce l'âge, la fatigue, ou un excès d'enthousiasme, voilà qu'il fait une erreur de débutant : il renvoie ses gars chez eux sans un sou en poche.

    Alors, c'est pas qu'ils soient méchants, les mecs, mais dès qu'on parle pognon, ils deviendraient presque pointilleux et auraient bien envie de rappeler au taulier que s'il néglige l'effet salaire, l'ambiance peut franchement se rafraîchir et signer le début des emmerdes...
    Le mot de l'éditeur: Pour cette nouvelle histoire, l'auteur a créé un ingénieux scénario. Tous les personnages sont à la fois complices, coupables et... victimes. Chacun croit tromper l'autre et tente d'être le plus malin, surtout quand il s'agit de gros sous ou de sauver sa peau... Mais c'est compter sans Tonton, le boss, qui ne manquera pas de mettre un peu d'ordre au milieu tout ce désordre... Dans ce roman policier choral, l'intrigue, le suspense et l'humour s'accordent à merveille. Samuel Sutra maîtrise le genre avec un talent indéniable. Lire les aventures de son «Tonton», c'est la garantie de passer un très bon moment de lecture. Mais attention : risque d'addiction ! On vous aura prévenus...

  • Il y a deux mille cinq cents ans, la vallée d'Uroch voyait s'éteindre l'un des plus puissants pharaons de l'Histoire. Reposant dans son tombeau, accompagné de la montagne d'or ayant fait sa légende, le grand Akhänguetnö était prêt pour cette éternité qui s'offrait à lui, bien décidé à se la couler peinard. Deux mille cinq cents ans plus tard, sur les hauteurs de Saint-Maur, un autre grand homme s'apprêtait à passer une nuit tranquille. Tonton, baron de premier rang et truand légendaire, dormait de ce sommeil léger propre aux grands esprits, lui aussi bien décidé à se la couler peinard. Mais quel est le rapport entre ces deux histoires ? Attends, j'y arrive. Avant cette fameuse nuit, Tonton n'avait jamais entendu parler d'Akhänguetnö. Mais il a décidé de se mettre sacrément à niveau et de devenir incollable sur l'Égypte et son folklore. Tout ça pour répondre à la plus mystérieuse question de tous les temps : comment peut-on se retrouver avec un pharaon dans son jardin ? Si tu lis cette aventure, toi aussi tu deviendras incollable, je te le garantis !Le mot de l'éditrice : Pour ce troisième opus de la série, l'auteur nous offre un cours magistral d'égyptologie ! Tonton, son héros, va être confronté au passé de son défunt père mais, pour toucher son héritage, il va devoir se cultiver - tout comme son équipe - et se montrer encore plus malin qu'il ne l'est d'habitude. De la Pyramide du Louvre à Saint-Maur en région parisienne, il n'y a qu'un pas. Mais lorsqu'il faut passer par l'Egypte, c'est là que tout se complique... Une aventure pleine de suspense, d'humour et de rebondissements, que Flamant Noir vous incite vivement à lire !

  • * La première enquête du commissaire MORTEAU ! * Besançon, mai 2008. Pierre-Jean Montfort, adjoint à la culture, donne une conférence pour promouvoir la candidature des sites historiques de Vauban au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le lendemain, il est retrouvé mort au pied de la citadelle. Meurtre ou suicide ? Affaire privée ou coup porté à la candidature de la ville ? Fabien Monceau, jeune lieutenant parisien, fraîchement nommé à Besançon, va mener l'enquête aux côtés du commissaire Morteau, un Franc-Comtois chevronné et bourru. Une enquête difficile menée de main de maître par un duo explosif ! --------------------------------------------------------------------------------- Merde à Vauban, un roman lauréat du PRIX VSD POLAR - 5ème édition - Coup de coeur des Lecteurs !

  • Extrait : " Un flic. Le môme, un flic. Nan, mais tu mords l´affront, lecteur ? À cet instant, Tonton repassait en boucle son adage fétiche, rappelant que les conneries, on les paie toujours, dans cette vie ou la suivante. Il avait déjà eu quelques doutes, en observant son équipe à l´oeuvre. Il avait fini par admettre que son précédent tour de manège s´était forcément vu émailler de conneries plus grosses que lui et qu´on lui présentait l´addition dans cette existence. Mais là, non ! Le Vieux s´était gouré dans la note, avait croisé les numéros de table. Tonton payait l´addition de la chambre d´à côté. Celle où un goret avait vidé le minibar, s´était abonné pour la nuit à toutes les chaînes câblées. Ou bien, on lui faisait un prix de gros, un à-valoir sur ses sorties de route suivantes, peut-être ? L´humeur du Boss lui avait coulé dans les pompes et le pedigree de son flic de fils, rapidement survolé par sa mère, avait fini de l´achever. Au dire de sa môman, l´Antoine était un flic d´élite, un pur et dur, qui depuis son plus jeune âge avait manifesté les symptômes d´une carrière naissante de représentant de l´ordre. Tonton venait de recevoir un choc à double détente dont il ne se remettait pas. Il avait un fils flic, soit, mais non content d´être flic, le marmot avait décidé de coffrer son daron..." - Je ne veux pas t'en dévoiler trop sur cette histoire, mais j'en sais assez long pour te dire que le plus rebelle des deux n'est pas celui qu'on croit et que le roi de la truande est bien décidé à rappeler au fiston qu'à la maison, c'est Tonton qui commande ! Entre un fils policier et un père truand, les retrouvailles seront musclées !
    Humour, action et suspens, Tonton & sa bande sont de retour ! UN LIVRE À DECOUVRIR EN URGENCE !

  • Bourganeuf, petite commune isolée dans la Creuse.
    Arnaud Vallaud, jeune taxidermiste asocial et cynique, impose le respect par sa verve et sa mauvaise foi.
    Accompagné de Pascalin, le brave du village, il tient une boutique et mène une vie très monotone jusqu'au jour où une armoire normande écrase son chien.
    Son quotidien se transforme alors en une série d'aventures burlesques et tragiques.
    Hasard, accident ou vengeance ?
    On n'est jamais aussi seul qu'on le croit...

  • Coupable(s)

    Samuel Sutra

    Un jeune flic. Quatre meurtres. Une île qui relie les victimes entre elles : Haïti. Et une course contre la montre pour trouver l'assassin de ces quatre hommes sans scrupules. Il est des coupables qu'on ne veut parfois pas retrouver...

    HAÏTI. 12 janvier 2010 - 16 h 50.

    Le pays est frappé par le plus meurtrier
    tremblement de terre de son histoire.
    L'aide humanitaire afflue de partout.

    PARIS. Aujourd'hui.

    Quatre personnes sont retrouvées sauvagement assassinées.
    Toutes sont liées à un projet baptisé « Kenscoff ».
    Un cinquième individu est recherché.
    Pour prêter main-forte à la Brigade criminelle dans cette enquête particulière, un jeune policier rejoint l'équipe. Haïti, il connaît bien. Il y est né.


  • LA NOUVELLE ENQUÊTE DU COMMANDANT LE GUENN.

    Avril 2013, Hôpital psychiatrique de Cadillac.
    Après trois années d'internement, un tueur en série est autorisé à quitter sa cellule, sous haute surveillance, pour des sorties régulières dans le parc...
    Deux ans plus tard... Forêt de Rambouillet.
    Un corps est retrouvé ligoté à un arbre, sauvagement mutilé par des feux d'artifices. La violence du crime est sans précédent. L'enquête est confiée à Boris Le Guenn, commandant au 36 quai des Orfèvres. Une experte en explosifs vient l'épauler dans cette affaire.
    Tandis que d'autres meurtres se succèdent sur le même mode opératoire, un inconnu s'introduit au domicile du commandant Le Guenn et se met à le harceler par téléphone. Il semble en savoir long sur lui...
    Qui peut bien lui en vouloir ? Et si le passé de chacun était un premier indice...?

    PAR L'AUTEUR DU BEST-SELLER BURN OUT, LAURÉAT DU PRIX POLAR du 10e salon du livre de Romilly.

  • Cross

    Marc S. Masse

    Éric Milan, ex-policier devenu détective privé, boucle péniblement ses fins de mois quand un client lui propose une mission singulière : participer au « Grand Cross » - une course de l'extrême - pour identifier un coureur chevronné et le tuer. Milan n'a rien d'un tueur à gages ni d'un athlète de haut niveau, mais la contrepartie financière est alléchante.
    Neuf mois plus tard.
    Le détective s'élance, incognito, parmi les nombreux participants. Malgré l'effort intense, il parvient à garder la cadence.
    Sa mission va prendre une nouvelle tournure lorsqu'un coureur est retrouvé mort sur le bord de la route. Étrange coïncidence : la victime semble être l'homme qu'il recherchait.
    La compétition se poursuit, mais quand un second athlète est découvert dans un ravin, le crâne défoncé, Milan veut mettre fin au contrat. La menace est palpable.
    Pourtant son client insiste : il doit continuer...

    Franchira-t-il la ligne ?

  • Ce polar philosophique renferme le troublant témoignage d'un homme qui découvre, par hasard, qu'il est surdoué.
    Dopé, voire grisé par son imposant Q.I, il s'autorise alors à donner son avis sur tout. Y compris sur la vie privée de son voisin, Édouard de Padirac (rez-de-chaussée ; porte de gauche.) Gentil voisin, mais un peu inquiétant tout de même... surtout lorsqu'il l'implique dans un meurtre.
    En effet, un individu est retrouvé inanimé chez de Padirac, une balle entre les deux yeux. En tant qu'agent du SORG, notre « surdoué » croit pouvoir gérer rapidement la situation, mais il se trompe. Cette fois, il éprouvera beaucoup de difficultés à éclaircir l'affaire.
    Mais que s'est-il passé ?!



  • Juillet 1936.

    Corbigny, dans la Nièvre.
    Paul Perrin, alias « Le Bredin », un paysan, sillonne la campagne en quête de femmes qu'il agresse et tue. Peu cultivé, mais rusé, il échappe aux enquêtes de gendarmerie. La mobilisation de 1939 va lui éviter beaucoup d'ennuis...

    Juillet 2006.

    Un couple de randonneurs est retrouvé décapité sur un chemin, près de Clamecy, dans la Nièvre. L'une des victimes est le fils d'un magnat de la presse parisienne. Une autre femme disparait peu de temps après.
    L'affaire est confiée au commandant, Boris le Guenn, de la BAC parisienne, qui se rend sur place. Mais après quelques jours l'enquête ralentit. Les éléments trouvés ne correspondent à rien.
    C'est alors que Boris rencontre Fernand, l'ancien du village, celui qui perd la tête. Le vieil homme lui assure que « Le Bredin » est revenu et qu'il est le meurtrier.
    Le commandant va tenter d'établir un lien entre le passé sombre de la France de 1940 et l'affaire actuelle, sans imaginer jusqu'où cette enquête hors de Paris le mènera.

    Et si les propos du vieillard avaient un sens ?

  • "Une toile de Gustave Courbet volée dans un musée, un peintre qui meurt avant même d'être interrogé par la police, un trafic de faux tableaux, une veuve troublante à bien des égards... Mensonges et faux-semblants, ce n'est plus une enquête, c'est un casse-tête ! C'est en boitillant que le fameux commissaire Morteau, aidé de son jeune collègue, tentera de remonter à l'origine du monde, non loin de la source de la Loue, pour essayer d'y découvrir l'origine du crime..." Le mot de l'éditrice : Sébastien Lepetit, dévoile ici la nouvelle enquête de son commissaire Morteau, personnage atypique et policier à l'ancienne. Il mêle avec talent l'univers du polar à la culture, l'art et la gastronomie. Une intrigue captivante qui nous fait (re)découvrir la région Franche-Comté. Avec ce savoir-faire qui lui est propre, l'auteur nous offre un livre d'un genre singulier. Flamant Noir le recommande aux amateurs de bonnes tables et de belle littérature ! Par l'auteur de "Merde à Vauban" (Coup de coeur des lecteurs - PRIX VSD 2013)

  • J. est détective privé au rabais. Il aime les femmes... enquête pour elles. Elles défilent dans sa vie, cannibales, schizophrènes, musicales... Pour elles, il se met en danger, tutoie l'absurde, et tout ça pour quel résultat ? De la pornographie éhontée, entre un kidnapping et une fusillade... Mais J. a besoin d'un boulot. Maintenant. N'importe lequel. Et pour cela, il est prêt à tout accepter...
    EXTRAIT : "Je fouille la poubelle et débusque une vieille bouteille de Jack Daniel's. Une bouteille vide. Enfin, vide... façon de parler... Une petite corolle d'or brun clapote encore au fond du culot. Je l'ai jetée trop tôt. La femme qui vient d'entrer dans mon bureau, elle, ne doit pas avoir été jetée souvent. Elle a d'ailleurs ce regard en coin des femmes qui ont beaucoup séduit. Je ne connais pas son nom. Quant au mien, il achève de disparaître sur la porte, dans un vieux lettrage de peinture qui s'écaille. On n'en distingue plus que le J." Un polar NOIR, PULP & ORIGINAL, en hommage aux grands auteurs du noir ! Flamant Noir Éditions vous invite à tourner la première page et, pour la suite, laissez-vous guider...

  • Paris, février 2011. Le froid, la neige, le verglas. Une nouvelle victime est retrouvée pendue, les mains attachées, avec une inscription latine gravée sur le front : « AD UNUM », qui signifie « jusqu'au dernier ». Deux autres victimes ont déjà été découvertes dans les mêmes conditions. Le commandant Boris le Guenn, chef de groupe de la B.A.C. au 36 Quai des Orfèvres, et son équipe ont affaire à un redoutable psychopathe qui agit de façon méthodique et discrète. Quelles sont ses véritables motivations ? L'enquête se révèle difficile, le tueur n'hésitant pas à impliquer personnellement les policiers dans son projet machiavélique pour parvenir à ses fins. Mais tout rouage est capable de se gripper... Le mot de l'éditrice : L'auteur nous plonge en immersion au 36 Quai des Orfèvres, à la recherche d'un tueur en série hors du commun. Le scénario est habilement imaginé et la tension s'accroît au fil des pages. L'écriture brute et sans fioritures de Didier Fossey, policier à la retraite, crée une atmosphère très réaliste. Flamant Noir le recommande aux amateurs de romans policiers à la française !

  • C'est étrange comme le fait d'enterrer un proche peut exhumer les plus profonds secrets d'une famille. Chaque pelletée de terre lève le voile sur les fantômes du passé. Mais quand plusieurs personnes partagent un même secret, chacun peut le faire resurgir au grand jour, éclaboussant des vies jusque là irréprochables... Lorsque tout n'est qu'apparence, il y a certains secrets que l'on devrait taire à jamais...
    Extrait : " Papa est mort. Depuis une semaine, ce n'étaient que des mots sans réelle consistance qu'elle s'empêchait de ressentir vraiment. Pour se protéger. Avant que la douleur de l'absence ne la saisisse à la gorge. Avant que la réalité ne la terrasse. Ne pas réfléchir, ne pas perdre pied. S'anesthésier la tête par n'importe quel moyen pour ne pas penser que c'était le corps de son père, sa chair, son cerveau qu'on allait mettre tout au fond d'un trou, tout seul dans le noir, pour toujours. Elle se disait finalement que l'humanité était prête à tout accepter, que la condition de l'être humain était tout aussi étrange qu'absurde : s'autoriser à aimer des gens plus que tout, se reproduire même, tout en sachant que l'on peut perdre cet amour d'un coup, pour rien. " Pour son deuxième roman, Ellen Guillemain raconte l'histoire d'une famille qui pourrait être la nôtre. Son écriture vive, incisive, franche, et épurée lui permet d'aborder des thèmes de la vie ordinaire, tout en conservant la capacité de surprendre le lecteur. Dans ce roman, les personnages sont très humains et attachants. De la région parisienne, au Sud de la France, et même le Cambodge, le lecteur partage leur vie aussi touchante que violente. Un roman que Flamant Noir est ravi de vous faire découvrir !

  • PUTEAUX, région parisienne.
    Elena Vassiliev, jeune et brillante géologue, est retrouvée morte dans son appartement, le visage couvert d'ecchymoses, la tête dans une flaque de sang.
    Le commandant Gignac du SRPJ, policier solitaire et bourru, arrive sur place. Aucune trace d'effraction n'est relevée, mais une fouille rapide lui permet de trouver un carnet contenant des photos et des pages manuscrites, certaines écrites en langue étrangère, mélangées à des croquis et autres éléments ; un objet suspect qu'il va devoir décrypter.
    Des bureaux feutrés de la Défense, aux vallées oubliées de l'Isère, en passant par une plateforme pétrolière norvégienne, le commandant Gignac tentera d'en savoir davantage sur la victime et ses relations.
    Mais l'histoire de cette femme, qui fait écho à sa vie personnelle, risque de troubler sa vigilance.

    Un visage peut en cacher un autre...

  • Que le peintre le plus insignifiant de l'histoire de l'art ait pu enfanter le tableau le plus convoité au monde suffit parfois à faire naître des vocations.
    La nouvelle passion de Tonton ? L'art en général, et CE tableau en particulier. Ça l'a pris d'un coup, comme ça.
    Il faut dire qu'au moment où il a appris le prix de la revente, ça a été une révélation pour lui. Mais il y a un petit problème...
    Le tableau en question n'est pas dans un musée, ni dans un coffre, ni même au fond de l'eau dans un costume étanche. C'est bien pire que ça : il est sagement pendu à son clou, chez une noble tout ce qu'il y a de sang-bleu.
    Tonton et son équipe chez les nobles ?
    Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ça risque de coincer sur les manières...

  • Léo et son fils, Thomas. Esther et sa fille, Morgane. Ils décident de passer des vacances ensemble. Les premières pour cette famille recomposée. L'endroit : une maison isolée, en bord de mer dans un coin perdu de Bretagne. Seulement, Thomas déteste son père. Il lui en veut de refaire sa vie après "le drame"... Il déteste aussi Esther, déteste ces vacances et déteste cet endroit. C'est vide. Dépeuplé. Il n'y a rien à faire ici... Il voudrait aussi détester Morgane. Il n'aime pas ses attitudes, ni la façon qu'elle a de le regarder fixement ou de toujours sourire quand il ne faut pas. Malgré cela, elle a des tas d'idées originales pour faire passer le temps. Elle le lui a dit, " On va bien s'amuser..." Un jeu? NON.
    Des intuitions, des rumeurs. Des lettres anonymes, des objets qui disparaissent. Des bruits dans les murs, une maison au loin... Thomas DOUTE. Thomas COMPREND. Thomas SAIT... Mais à son âge, comment peut-il empêcher le pire d'arriver ? Léo en est sûr, tout se passera bien. Mais il a oublié un détail : ils ne se connaissent que depuis 6 mois...
    ******** MENACE vous invite à la rencontre d'une famille. Flamant Noir Editions vous ouvre leur porte mais... Oserez-vous rester chez eux ?

  • Nous Autres les Surdoués sommes des guerriers redoutables lorsque les cibles sont clairement désignées. Et elles le sont : les sectes et mafias de toute nature. Cette lutte est ma seule raison de vivre, que dis-je, de survivre... Mon arsenal : - Mon étonnante super-efficience mentale. - La précision diabolique de mes tirs. - Mon imparable pouvoir de séduction. Trois atouts sublimés par mon talent reconnu de guitariste. Mon adjoint, Basile Duglandier, souffre un peu de l'ombre que je lui porte mais je le rassure en lui disant, en toute modestie, que « l'ombre d'un génie c'est encore du soleil ». Nous formons donc, à nous deux, une équipe d'une stupéfiante efficacité comme le prouvent les deux incroyables enquêtes que je relate dans ce livre... Le mot de l'éditrice : Grégoire Lacroix est connu pour ses mots d'esprit à travers ses « Euphorismes », un régal. Cette fois, c'est au profit du roman qu'il reprend la plume. Il vous offre ici deux fabuleuses enquêtes de Jazz Band, un agent secret pour le moins... hors du commun. L'auteur vous embarque dans un univers subtilement décalé et original. Jouer avec les mots n'a pas de secret pour lui, et son génie hisse à travers ces pages l'humour au rang d'art.

  • A Paris, rue Saint-Benoît, il y a quelques années. Ce soir-là, le Night Tavern affiche complet. Ce temple parisien du jazz, club incontournable où les plus grands se sont déjà produits, annonce un concert étonnant. Sarah Davis, diva incontestée du milieu et star montante d'un important label américain, vient se produire avec Stan Meursault, l'un des pianistes virtuoses les plus doués de sa génération. L'affiche est idéale et le moment suffisamment rare pour attirer la presse. Tout le monde s'attend à une soirée exceptionnelle. Personne ne sera déçu. Sarah Davis ne sait pas encore qu'elle vient en France pour la dernière fois, et qu'elle ne chantera plus jamais. Le Night Tavern sera le dernier club où elle aura été vue vivante. Stan Meursault ne sait pas, lui, qu'il va rencontrer son admirateur le plus inattendu : le flic chargé de l'enquête. Ensemble, ils lèveront le voile sur ce meurtre étonnant. Et cette affaire leur rappellera que si le jazz est une musique improvisée, certaines fins sont écrites d'avance...
    - POLAR VAINQUEUR DU "PRIX DU BALAI D'OR 2014" -

  • Mai 1981 - soir de l'élection présidentielle.

    Toutes les polices de France et les journalistes sont sur les dents, accaparés par cet évènement national. Une aubaine pour Tonton - truand émérite - qui a une idée de génie !
    Il décide de profiter de cette grande kermesse pour monter le casse du siècle avec l'équipe qu'il vient d'embaucher. Ils ont huit heures, pas une de plus, pour s'enrichir.
    Mais, il y a un problème...
    Sur le papier, le plan est infaillible.
    En réalité, cette idée géniale, Tonton n'est pas le seul à l'avoir eue...

    "Samuel Sutra a du talent (...) Il maîtrise les ingrédients du genre et les accommode à sa sauce. Un écrivain brillant ne fait jamais d'ombre à ses confrères. Il les illumine." -
    Patrice Dard

empty