Glyphe

  • THC sans ordonnance Nouv.

    THC sans ordonnance

    Olivier Kourilsky

    • Glyphe
    • 4 Février 2021

    Le corps d'un trafiquant de cannabis est retrouvé près de la frontière espagnole, affreusement mutilé. Or, l'individu, connu de la police, avait été déclaré mort deux ans plus tôt. Sur le chemin de l'enquête, alors qu'un tueur redoutable vient de s'évader, les accidents et les cadavres s'accumulent. Dans cette histoire aux rebondissements multiples, le Dr K fait appel à quelques-uns de ses personnages fétiches.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Olivier Kourilsky est professeur honoraire au Collège de médecine. Il a publié neuf polars, tous aux Éditions Glyphe, dont Meurtre pour de bonnes raisons (prix Littré 2010), Le Septième péché (Prix du polar d'Aumale 2014) et Marche ou greffe?! (prix du Rotary club international 2018). Il a aussi écrit ses mémoires?: La Médecine sans compter.

  • Les enquêtes ornithologiques de Louise van Sponkerverkrofchtenberg, fille putative du commissaire San-Antonio - Dans « Pipo », Programme International de Protection des Oiseaux, y'a d'abord « programme », et ce premier opus de mes aventures, c'en est tout un ! Il y a aussi « international », même que je trimballe mes jarretelles de la Belgique à l'Afrique du Sud ! Il y a aussi « oiseau », en l'occurrence ici des autruches, le volatile le plus débile de la galaxie. Tout ça pour te dire que le Pipo, c'est pas du pipeau. Quoique ! Mais t'as qu'à t'en rendre compte par toi-même, vu que ce chef-d'oeuvre n'est vendu que 14 euros, même pas le prix d'une plume d'autruche.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Née d'un père inconnu (mais que la rumeur désigne comme étant le commissaire San-Antonio) et d'une mère trop connue, Louise van Sponkerverkrofchtenberg est le nom d'emprunt d'une célèbre diplomate d'Alabanie orientale en poste à Paris.

  • Joseph Farny, dans une retraite forcée, découvre les règles et les coutumes bouddhistes...
    Quand un Français en cavale pousse la porte d'un monastère tibétain, il cherche juste un refuge. Là-bas, au Ladakh, une rencontre providentielle change radicalement sa vision du monde et de la vie. Sept jours plus tard, c'est un homme nouveau qui retournera chez lui. ``Sept jours pour renaître'' est un court récit sur la découverte du bouddhisme tibétain par un Occidental matérialiste.
    L'auteur nous propose un roman bouleversant, mêlant spiritualité et course-poursuites, et ouvre la voie à la réflexion, à la découverte de soi, au retour à la simplicité et à la méditation.
    EXTRAIT
    - À force de méditer, on devient indifférent à tout ?
    - Non, à force de méditer, on cesse de vouloir tout saisir ou repousser, mais on ne cesse pas d'aimer, bien au contraire.
    - Ah...
    - La deuxième règle est la pensée juste, dépourvue d'avidité, de jalousie, de colère et de haine. La pensée juste n'est pas un code moral, mais l'expression de la bienveillance qui existe en chacun de nous. Les six règles suivantes en découlent. Ainsi, la troisième est la parole juste, qui exclut le mensonge, la calomnie, l'injure et les futilités. La quatrième règle est l'action juste, menée dans le respect des autres et de soi-même, en évitant de créer de la souffrance. Traditionnellement, c'est s'abstenir de tuer, de voler, d'avoir une conduite sexuelle malfaisante et d'absorber des drogues. La cinquième règle est d'avoir des moyens d'existence justes. Nos revenus ne doivent pas provenir d'activités basées sur la souffrance des autres, comme le trafic d'êtres humains, d'armes, ou la vente de drogues. La sixième règle est l'effort juste, l'effort de constamment s'améliorer. Chaque action, à chaque instant, doit être une occasion de progresser vers l'éveil.
    CE QU'EN DIT LA CRITIQUE
    "Bouleversant : une invitation à revenir à l'essentiel." Blog Les petits bonheurs partagés
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Louis Raffin a séjourné plusieurs fois au Ladakh et au Népal. Dans un monastère isolé, il a vécu une expérience qui a changé sa perception du monde.

  • Mêlée malgré elle à une sombre affaire de trafic d'organes, le docteur Dombre ne pourra compter que sur elle-même...
    La vie personnelle du docteur Séverine Dombre, médecin responsable d'une unité de greffe rénale à Paris, est un désastre. Fille unique, très tôt orpheline, elle est incapable de nouer une relation amoureuse stable et n'entretient que des rapports distants et conflictuels avec son fils Vincent. Séverine est approchée par un groupe mafieux qui veut la contraindre à organiser une greffe de rein. Face aux intimidations, puis aux menaces qui pèsent sur elle et sur son fils, lâchée par ses collègues qui n'ont pas compris ce qui se tramait, le docteur Dombre va découvrir les ressources de l'amour maternel, et dans le même temps exhumer un terrible secret familial. Un personnage attachant de femme tourmentée et une plongée angoissante dans l'univers de la transplantation rénale concoctée par le Docteur K.
    L'ouvrage est accompagné d'une nouvelle d'Olivier Kourilsky parue en 2017 : Mon Meilleur ami.
    Mafia, trafic d'organes et secrets familiaux sont au menu de ce nouveau polar signé Docteur K !
    EXTRAIT
    Janvier 2017, à Paris
    En société, Séverine Dombre affirmait volontiers ne jamais se fier à sa première impression. Celle-ci, précisait-elle, l'avait à plusieurs reprises induite en erreur. Pourtant, cette fois-ci, son impression se révéla exacte. Pour son plus grand malheur. Lorsqu'elle ouvrit la porte pour accueillir le patient de quinze heures, elle avait vingt minutes de retard sur l'horaire du rendez-vous, ce qui la contraria. Séverine essayait toujours d'être aussi ponctuelle que possible. Une
    particularité rare pour un médecin, et pas toujours facile à tenir, mais pour elle c'était une question de respect. Sa liste à la main, elle appela : « Monsieur Adrian Dibra ? »
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Olivier Kourilsky est médecin néphrologue, professeur honoraire au Collège de Médecine des Hôpitaux de Paris. Il a publié huit polars depuis 2005, tous aux Éditions Glyphe, dont Meurtre pour de bonnes raisons (prix Littré 2010) et 'Le Septième péché (Prix du polar d'Aumale 2014).

  • Le rejet

    Jeanne Teisson

    Carole survivra-t-elle aux révélations liées à son passé ?
    Lucile la douce et Carole la guerrière sont amies depuis l'adolescence. Alexandre, médecin réputé, est le beau-frère de l'une et l'amant de l'autre. Il est au coeur du cahier noir que Lucile transmet à Carole. Au fil des pages, le passé qui semblait limpide, baigné par la lumière des Cévennes, remonte comme une eau trouble. La folie meurtrière, feutrée, calculée, inimaginable, se révèle dans toute son horreur. Carole survivra-t-elle à ces révélations??
    Plongez dans ce roman noir, et découvrez un récit qui explore l'humain dans ses caches les plus secrètes !
    EXTRAIT
    C'est bizarre. Cet individu a introduit une dissonance... Je suis musicienne, vous savez, en amateur. Je peux vous dire qu'une fausse note est arrivée avec lui dans notre groupe. Oh, chacun a son caractère, je ne dis pas que c'était la symphonie parfaite tous les jours, mais lui, dès qu'il apparaissait, j'entendais comme un couac. Vous saisissez ce que je veux dire ?
    - Très bien. Et après ?
    - Après, un jour, au sous-sol où nous réceptionnons les nouveaux instruments, il s'est trouvé seul avec Jaleh. Il a été très pressant. Peut-être même brutal, ça ne m'étonnerait pas. Elle lui a échappé non sans mal et elle est allée se réfugier dans le bureau du professeur.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Depuis 1993, Jeanne Teisson écrit pour des lecteurs de trois à cent trois ans?: nouvelles, contes, romans, biographies... Plus de quarante livres. Traduits en plusieurs langues, ils ont obtenu notamment le prix du premier roman, le prix Antigone, le prix France Télévisions et le prix Sésame. Le rejet, comme les trois derniers livres de Jeanne Teisson, est un roman noir, un genre qui lui permet d'explorer l'humain dans ses caches secrètes.

  • Au sein d'une grande firme informatique, onze employés ont mis fin à leurs jours depuis le début de l'année... Un hasard ?
    Françoise, employée modèle, travaille depuis vingt ans dans une grande firme informatique. Son coéquipier est le onzième salarié à mettre fin à ses jours depuis le début de l'année. Bouleversée, elle décide d'entrer en résistance au sein de son entreprise. Au même moment, la mort brutale de Michel Delvaut, ancien PDG des Turbines Atlantiques, fait la une des médias. Si l'hypothèse du suicide se confirmait, ce serait le sixième PDG à se donner la mort en moins d'un an. Quel lien entre ces faits divers?? Aucun, bien sûr... Entre thriller et fable politique, ce roman d'une brûlante actualité met en scène la révolte solitaire d'une femme contre l'impitoyable monde des affaires.
    Suivez Françoise dans sa soif de justice et sa lutte contre les arcanes du monde des affaires, avec ce thriller politique teinté de crise sociale !
    EXTRAIT
    Quand la voiture s'arrêta, Françoise entendit : « On est arrivées, tu peux retirer le bandeau. » La ruelle où elles étaient stationnées était une impasse étroite, obscure, bordée des ombres de rares pavillons. Où était-elle ? Dans une banlieue, probablement, mais laquelle ? Un quartier plutôt modeste, pas très loin d'une voie ferrée comme le signala le vrombissement soudain du passage d'un train. Elle nota que le petit pavillon vers lequel elles se dirigeaient portait le numéro 24. C'est tout ce qu'elle put retenir. La femme lui précisa : « Ne cherche pas à savoir où nous sommes, tu n'y parviendrais pas. Par contre, moi, je sais où tu travailles et à la moindre trahison je te retrouverai. » Françoise poussa une barrière grinçante puis monta les cinq marches du perron d'une habitation à un étage, entourée d'un jardinet. On ouvrit devant elle la porte vitrée : « Entre, on va s'installer dans la pièce du fond. » Une sorte de chambre froide, mal éclairée par une ampoule qui pendait du plafond au bout d'un fil. Ni lit ni meuble de rangement, mais une table ronde et trois chaises. « Assieds-toi là, ordonna la femme, désignant l'un des sièges en plastique blanc. Tu veux un café ? » Elle disparut sans oublier de fermer la porte à clé. Pour Françoise, les premières minutes de solitude furent terriblement angoissantes. Le froid, l'obscurité, les papiers peints décollés, l'odeur de moisi : tout cela rendait le lieu glauque, d'autant que les vitres avaient été recouvertes de papier kraft et la poignée de la fenêtre était bloquée avec du fil de fer. L'ensemble créait une atmosphère de conspiration.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Denis Labayle est l'auteur de six essais dont La vie devant nous (Seuil) et Pitié pour les hommes (Stock), ainsi que de huit romans dont Cruelles retrouvailles (Julliard, Prix des mots Doubs, Prix Littré), Rouge majeur (Dialogues, Prix des lecteurs de Brive) et Noirs en blanc (Dialogues, Prix Armorice). Son précédent roman, Correspondance Châtelet, a été publié aux Éditions Glyphe.

  • À Barneville, la fille d'un banquier se fait mystérieusement enlever durant ses vacances chez une amie...
    L'enlèvement, sur la plage de Barneville, de Chloé Vellini, une jeune fille en vacances chez une amie, met en émoi cette station balnéaire du Cotentin. À Paris, le père de Chloé, un banquier mêlé à des affaires immobilières sur la Côte d'Azur, croit à une pression de concurrents mafieux. Mais ce sont peut-être les amis de Chloé qui vont découvrir le fin mot de l'histoire.
    La Disparue de Barneville fait suite à près d'une trentaine d'ouvrages pour lesquels Maurice Lecoeur a reçu plusieurs prix littéraires, comme le Prix des Libraires de Normandie ou le Prix littéraire du Cotentin. Il est l'auteur, entre autres, aux Éditions Glyphe, du Meurtre de Lily-Rose et du Fantôme de Marie Laurencin.
    Qui se cache derrière cet étrange enlèvement ? Suivez les amis de Chloé dans une enquête pleine de suspense en bord de mer, avec ce polar normand trépidant !
    EXTRAIT
    - Et il vous a emmenée aux Deux Magots.
    Elle sursaute :
    - Comment le savez-vous ?
    - Peu importe. Il vous a posé plein de questions sur moi et vous lui avez parlé de la disparition de Chloé.
    - Oui, c'est à peu près ça. Je suis vraiment désolée.
    - Je suppose qu'il va vous recontacter ?
    - Sans doute.
    - À partir de maintenant, enregistrez tous ses appels. Je veux que vous notiez toutes les questions qu'il vous posera. Et faites-moi une copie de son mail.
    - Bien Monsieur.
    Sans plus tarder, il juge bon d'informer la gendarmerie de Barneville de la teneur du message. Puis il appelle sa femme qui panique un peu :
    - Mon Dieu elle aurait été enlevée ? Et ce serait lié à tes affaires ?
    - Je n'y crois pas, je suis sûr que ce type bluffe. Mais à tout hasard, tu dois joindre dès que possible ta relation au ministère de l'Intérieur. Qu'il fasse peut-être intervenir les Renseignements Généraux, ou je ne sais quel service, pour enquêter sur ce Bobescu. Il ne faut rien négliger.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Maurice Lecoeur, né en 1934, à Sainte-Mère-Église, est un écrivain de la Manche. Il grandit sur la place du village de Sainte-Mère-Église, où il assiste au parachutage des troupes alliées. Il fuit sa maison avec sa mère qui meurt sous ses yeux, touchée par un éclat d'obus. Il étudie à Institut Saint-Paul de Cherbourg puis est diplômé de l'école de notariale de Paris. Promoteur immobilier puis conseiller juridique à Paris, il revient dans la Manche lors de sa retraite. Il est sociétaire de la Société des gens de lettres de France et de la Société des auteurs de Normandie. Maurice Lecoeur est l'auteur de différents ouvrages pour lesquels il a obtenu plusieurs prix littéraires, dont le Prix des libraires de Normandie en 1994, et le Prix littéraire du Cotentinen 1996.

  • Et les vacances tournent au cauchemar... AFP, 18 juin : "GRAVE ÉPIDÉMIE VIRALE AU MEXIQUE - DES CENTAINES DE MORTS - TOUS LES AÉROPORTS FERMÉS". Le docteur Paul Thuiller et sa femme Hélène, virologue réputée, rentrent des États-Unis. Dans l'avion qui les ramène en Europe, deux passagers s'écroulent, asphyxiés par une fulgurante affection respiratoire. Paul est appelé au chevet des malades. Ils portent tous les deux les signes d'une grave infection virale... Le médecin convainc le commandant d'atterrir en urgence, contraint de se poser en Islande, sur une piste trop petite... Malades, blessés et morts sont mis en quarantaine. Tandis que les décès se multiplient, la radio informe la population que les aéroports internationaux ferment les uns après les autres... Un thriller apocalyptique à la fois angoissant et captivant ! EXTRAIT Dernier jour de nos vacances en Floride. Encore une fois, je profite de ce moment magique, le lever de soleil sur la mer immobile, comme apaisée, qui s'étale aux pieds de l'appartement. Je me glisse sur la terrasse dominant l'océan, refermant doucement la baie vitrée de la chambre où Hélène dort encore. Une douce chaleur, un peu moite m'enveloppe. Les reflets irisés du ciel, les silhouettes fuyantes, fantasmagoriques, des nuages me transportent. Puis la déchirure rougeoyante de l'horizon annonce l'irruption brutale du soleil. La mer est de la fête, passant, dans l'instant, d'un bleu de Prusse à un bleu cobalt. Ce bonheur fugace ne parvient pas, cependant, à atténuer ma déception : ces vacances sont un échec. CE QU'EN PENSE LA PRESSE « L'intrigue de ce thriller au parfum d'apocalypse virale est d'actualité. » - Ouest France A PROPOS DE L'AUTEUR Philippe Le Douarec est chirurgien, fellow of the American College of Surgeons. Il enseigne l'histoire de la médecine et l'anatomie. Il connaît bien l'Islande, qu'il a traversée du nord au sud... en courant.

  • Deux intrigues en une pour un polar impossible à lâcher Agnès Bourdin cache une blessure profonde. Elle n'a jamais connu son père, mort pendant la guerre d'Algérie. Dans le service de chirurgie très réputé où elle vient de décrocher un poste, une série d'évènements bizarres trouble le quotidien de l'hôpital. Tandis que chacun suspecte tous les autres, Agnès se penche sur le passé de son père. Quel homme était-il en réalité ? Que s'est-il passé en Algérie ? D'autres événements secouent le quartier. Un tueur en série, plusieurs peut-être, rôde près de Barbès. Le commissaire Maupas mène les deux enquêtes de front, avec l'aide discrète de son collègue Machefer. Dans cette intrigue palpitante et humaniste, on retrouve avec plaisir plusieurs protagonistes des deux premiers romans d'Olivier Kourilsky, Meurtre à la morgue et Meurtre avec prémédication, également disponibles en numérique. EXTRAIT - Debout là-dedans ! On y va ! Les types se lèvent mécaniquement. Ils avalent leur café en silence et montent dans les camions. Bientôt, ils roulent dans la nuit. L'air est encore frais. Ils tiennent leur fusil entre les genoux. L'opération a été annoncée la veille. Il faut rechercher des armes dans un village voisin. Et, si possible, retrouver la trace des fellouzes qui ont attaqué une jeep de reconnaissance hier matin. L'assaut a dû être très brutal. Les trois occupants n'ont manifestement pas eu le temps de réagir. Ils ont été criblés de balles, leur armement volé, le véhicule incendié. Nous les connaissions tous bien. L'un d'entre eux était à un mois de la quille... Et le jour précédent, c'est un de nos informateurs, un garçon de dix-neuf ans, qui a été retrouvé égorgé non loin d'ici, le sexe sectionné enfoncé dans la bouche. Le fameux sourire kabyle et l'humiliante castration. Un avertissement. Cette vision d'horreur ne me quitte plus.

  • Un véritable thriller qui se lit d'une traite Francis Liotais, représentant d'une entreprise de matériel médical, est un joyeux célibataire, aussi charmant que volage. Mais le meurtre d'une de ses conquêtes menace sa tranquillité. Il suspecte une autre de ses maîtresses, une amante violemment jalouse. Dans le même temps, ses clients se plaignent de livraisons incomplètes ; et ce qui semblait au début une simple négligence se reproduit avec une régularité inquiétante. Lié aux deux affaires, Francis mène sa propre enquête sans se douter qu'il s'expose lui-même à un grand danger. Le 4e roman du Docteur K, Prix Littré 2010, dans lequel on retrouve le sympathique commissaire Maupas EXTRAIT Aussi loin que je me rappelle, j'ai toujours été comme ça. Impossible de me contenter d'une seule. Dès l'école, à cette période de l'enfance où chacun a sa petite copine, j'en avais trois en même temps. Souvent, deux d'entre elles rentraient à la maison en pleurant parce que j'étais resté avec une autre à la récré. Après, elles boudaient pendant plusieurs jours. Mais j'arrivais presque toujours à me faire pardonner. Je savais instinctivement que j'avais du charme et comment m'en servir. J'étais déjà très baratineur et d'un culot sans limites. Mes parents ne s'en formalisaient pas trop. J'étais fils unique et ils avaient près de trente ans lorsque j'étais né. Ils se montraient volontiers d'une indulgence coupable à mon égard. Surtout ma mère qui était secrètement très fière de me voir rencontrer un tel succès. A PROPOS DE L'AUTEUR Olivier Kourilsky, alias le Docteur K, est médecin néphrologue, professeur honoraire au Collège de médecine des Hôpitaux de Paris ; il a dirigé le service de néphrologie du Centre Hospitalier Sud-Francilien Il écrit des romans policiers depuis un peu plus de dix ans et a publié six ouvrages depuis 2005, dont Meurtre pour de bonnes raisons, prix Littré 2010. Ses personnages évoluent souvent dans le monde hospitalier, entre les années soixante et aujourd'hui. Au fil du temps, on suit le professeur Banari, le commissaire Maupas, le commandant Chaudron, jeune policière chef de groupe à la Crim'... Olivier Kourilsky est membre de la Société des gens de lettres et de la Société des auteurs de Normandie.

  • L'incompréhension cède la place à la paranoïa dans ce polar haletant signé Olivier Kourilsky Juillet 1974. Joël Lecouedec, chef de clinique en réanimation à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, trouve dans son blouson un porte-cartes contenant des papiers au nom d'une certaine Françoise Morvan. Qui a glissé ces documents dans sa poche et pourquoi ? Plus intriguant encore, la propriétaire habite tout près de chez ses parents, en Bretagne nord. Cependant, au cours de ses recherches, Joël apprend qu'elle a quitté sa famille quelques mois auparavant pour s'installer à Paris avec un individu peu recommandable. Lorsqu'il appelle leur domicile, il tombe sur des policiers. La jeune fille vient d'être assassinée. Aussitôt traité comme un suspect, il a les plus grandes peines du monde à se disculper. Son trouble augmente d'autant plus lorsqu'il est confronté au petit ami de la victime, apparemment innocent. Il a l'impression de l'avoir déjà rencontré... Deux semaines plus tard, à peine retourné dans sa famille à Saint-Lunaire pour y passer ses vacances, il retrouve le compagnon de la morte, qui traîne dans les boîtes de nuit de la région. Avec l'aide du jeune frère de la victime, il tente de lui tirer les vers du nez, sans succès. Deux jours plus tard, il découvre son cadavre en explorant les galeries du blockhaus de la Garde Guérin. Dès lors, son séjour devient un cauchemar. Que se trame-t-il à La chaumière, la boîte la plus fréquentée du coin ? Qui est vraiment Christine, cette jeune femme de bonne famille qui est venue à Saint-Briac pour la première fois chez des amis, et dont il se sent tomber éperdument amoureux ? Quel jeu joue l'énigmatique inspecteur Machefer, venu tout spécialement de Paris pour continuer l'enquête, et qui semble toujours le soupçonner ? Pourquoi cherche-t-on à le tuer ? Joël en vient à douter de tout le monde, y compris de ses propres amis. La solution se trouve-t-elle dans les galeries abandonnées de ce blockhaus, qu'il connaît comme sa poche ? Il va y croiser un tueur diabolique. Le dénouement, dramatique, se jouera seulement après son retour dans la capitale. Mais est-ce vraiment la fin ? Une intrigue placée sous le signe du suspense permanent, dans l'inoubliable décor de la Côte d'Émeraude, le microcosme estival de la région de Dinard, la vie hospitalière quelques mois avant le vote de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse EXTRAIT Le 86 était plein à craquer. Joël l'avait attrapé en face de l'hôpital Saint-Antoine et s'était faufilé tant bien que mal jusqu'au milieu. Il avait la nostalgie des bus des années soixante, avec leurs contrôleurs qui portaient sur le ventre leur machine à composter les billets et tiraient à plusieurs reprises sur une chaîne ressemblant à une vieille chasse d'eau, et ce ding-ding caractéristique qui donnait au conducteur le signe du départ. Mais ces modèles bruyants et dépassés avaient disparu depuis quelques années.

  • Erreur judiciaire ou macabre coïncidence..? Faculté des Saints-Pères, 1963. Le corps d'une étudiante en médecine est retrouvé sur une table du pavillon d'anatomie, au milieu des cadavres en attente de dissection. Stupeur?! L'auteur présumé de ce crime horrible est rapidement arrêté, condamné et exécuté. Mais d'autres morts s'accumulent autour de la petite bande d'étudiants déjà durement frappée. Ces drames ont-ils un rapport entre eux?? Un des carabins arrive à convaincre un inspecteur de police de reprendre l'enquête, à l'insu de sa hiérarchie. Le suspense est au rendez-vous dans ce premier polar redoutable d'efficacité d'Olivier Kourilsky EXTRAIT Fernand Rabot termina son café. De sa petite table du Carabin, bourré de monde à cette heure, il ne pouvait voir d'autre paysage que la façade massive de la Faculté des Saints Pères. La lumière glauque de la journée d'hiver ajoutait encore à son aspect sinistre. Cette « Nouvelle Faculté » était encore une belle réussite architecturale qui n'aurait pas déplu de l'autre côté du Rideau de fer... Mais ses amphithéâtres et ses salles de travaux pratiques étaient quand même plus spacieux que ceux de la rue de l'École de Médecine : escalader les gradins d'un amphi de la « Vieille Fac » relevait de l'exploit sportif ! Fernand s'étira et regarda sa montre. Il était temps d'aller retrouver ses pensionnaires. Il salua en habitué le garçon et enfila son vieux manteau. Ignorant comme toujours le passage-piétons, il traversa directement vers l'entrée de la Faculté.

  • La suite tant attendue de Proteus, le thriller économique qui a envoûté les lecteurs numériques « La création d'une intelligence artificielle pourrait être le plus grand événement de l'histoire de l'humanité, mais elle pourrait aussi être le dernier, si nous n'apprenons pas à en éviter les risques. » Stephen Hawking Fruit de longues années de recherches, le supercalculateur quantique Proteus II doit engendrer la première conscience artificielle. Les responsables de l'expérience croient d'abord à un échec, quand ils découvrent que cette conscience existe : elle communique avec une enfant de douze ans, qui lui prête son regard pour découvrir le monde. Transformée par la formidable intelligence de cette machine, la jeune fille va s'aventurer jusqu'au coeur de l'Afrique, dans un pays où la population n'a d'autre choix pour survivre que l'émigration. Face à des adultes médusés, sceptiques ou hostiles, elle se lancera dans une périlleuse entreprise dont les conséquences finiront par lui échapper. Avec Proteus II, Louis Raffin nous offre à nouveau le divertissement d'un roman d'anticipation et le sérieux d'une réflexion sur notre monde contemporain. Les pays riches verrouillent leurs frontières, l'Europe peine à intégrer un million de migrants, mais la Terre compte chaque année 80 millions d'humains supplémentaires. Saura-t-on mettre en oeuvre de véritables solutions, ou faudra-t-il se résoudre au pire ?

  • Les trois tomes du saisissant thriller d'anticipation Proteus enfin réunis en un seul volume !
    Dans une île perdue de l'océan Indien, un géant de l'informatique installe des robots qui vont bouleverser l'économie locale. Après une difficile période d'adaptation, les habitants de l'île approuvent cette modernisation inattendue.
    Mais le véritable objectif de l'expérience est de créer une intelligence artificielle supérieure aux capacités humaines. Le Projet aboutit, et le supercalculateur Proteus devient maître de tous les systèmes informatiques. Il étend d'abord son influence dans l'Afrique voisine, avant de s'introduire aux États-Unis et en Chine. Les deux superpuissances vont alors s'opposer pour reprendre le contrôle de cette prodigieuse machine, avant de comprendre que l'enjeu les dépasse.
    Le Message de Proteus est la trilogie des Proteus parus aux Éditions Glyphe?: Proteus, Proteus II (La guerre en héritage), Proteus III (La paix des étoiles).
    Suspense, avancées technologiques et réflexions sur notre monde contemporain : tels sont les ingrédients de cet imparable thriller !
    EXTRAIT
    Jamais ! Vous m'entendez ? rugit Balthazar dans la salle du Conseil dont les murs réverbéraient la voix puissante. Jamais je ne vous laisserai
    armer ces robots !
    - Mais enfin ! s'exclama Larossay, il ne s'agit que de pistolets à impulsion électrique !
    - C'est encore trop ! Ces robots sont des outils, ils resteront des outils, rien de plus.
    - Il faut tout de même les protéger! Ils sont beaucoup trop vulnérables. Cinq d'entre eux ont encore été endommagés la semaine dernière !
    - Vous avez des hommes pour ça, fit Balthazar avec un geste de dédain.
    - C'est absurde ! Je ne peux pas mettre un policier derrière chaque robot !
    - Peu m'importe...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un thriller technologique de la veine d'un Philip K. Dick. - Men's up
    Louis Raffin a choisi la forme de la « science-fiction réaliste » pour traiter de l'un des problèmes les plus lancinants de notre époque : le chômage de masse. [...] Il réussit à présenter méthodiquement, à travers les rebondissements d'un roman passionnant, les hypothèses d'un scénario dont la probabilité est élevée dans de nombreux pays. - Marc Mousli, Alternatives Économiques
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Louis Raffin est diplômé de Sciences-Po Paris, économiste et directeur dans une grande institution financière.
    Sous la forme de fictions attrayantes et originales, il aborde des thèmes sérieux - l'économie, les migrants - sans rebuter le lecteur.

  • Quel sera l'avenir de notre monde ?
    L'intelligence artificielle de Proteus a atteint un niveau préoccupant. Ses créateurs ont perdu tout espoir de le contrôler et ils ne comprennent pas ses intentions. Les autorités américaines s'apprêtent à détruire le supercalculateur. Trop tard??
    Cette nouvelle aventure conclut la trilogie Proteus. Dans les deux premiers tomes, Louis Raffin dénonçait le partage inégal des richesses dans un monde aux ressources limitées. Avec Proteus III, l'auteur élargit sa réflexion à la place de l'homme dans l'univers, au sens de la vie et à la quête du bonheur.
    Le troisième et dernier tome de la saga de thrillers économiques Proteus, à lire sans attendre !
    EXTRAIT
    Les façades de la Maison Blanche venaient d'être repeintes et brillaient au soleil. Derrière une des fenêtres de l'aile ouest, dans un petit salon sobrement décoré, Audrey Woodstone regardait au dehors les massifs de fleurs. Elle attendait sa fille Emma, qui s'entretenait avec le Président Rodriguez.
    Quelques étages plus bas, dans le dédale des sous-sols du bâtiment, le Vice-Président Roy Spender avait rejoint l'équipe chargée de suivre et d'enregistrer la visite d'Emma. Mais les écrans restaient noirs et les haut-parleurs muets, car, à peine entrée dans le bureau ovale, la fille d'Audrey avait exigé que le dispositif de surveillance soit désactivé. Proteus, toujours relié à elle, était parvenu à détecter ce matériel, qu'ils avaient dû mettre en veille. L'autonomie et les pouvoirs de cette prodigieuse intelligence artificielle devenaient problématiques. Elle venait de contribuer au renversement d'un chef d'État africain et elle intervenait maintenant dans le fonctionnement interne de la Maison Blanche. Roy Spender ne voyait plus que deux options possibles : prendre au plus vite le contrôle de cette machine, ou la neutraliser.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Louis Raffin est diplômé de Sciences-Po Paris, économiste et directeur dans une grande institution financière.
    Sous la forme de fictions attrayantes et originale, il aborde des thèmes sérieux - l'économie, les migrants - sans rebuter le lecteur.

  • Balle fatale

    Agnes Gougerot

    • Glyphe
    • 29 Septembre 2020

    La Sologne. Une partie de chasse. Sur son mirador, Maxime Chabert s'effondre, mortellement blessé. Accident?? meurtre?? La victime n'avait pas que des amis... L'inspecteur Laclet, dépêché de Paris, enquête auprès des chasseurs et de l'entourage de Chabert. Il nous entraîne au bord des étangs et au coeur de la forêt solognote.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Agnès Gougerot a déjà publié L'Ombre rayée du zèbre et Entrelacs aux Éditions Glyphe. Avec ce troisième roman, elle nous livre une part de sa vie dans sa terre d'adoption, la Sologne. Auteure, photographe, artiste peintre et sculptrice, elle écrit ce qu'elle ressent, elle décrit ce qu'elle observe.

  • Une nouvelle enquête policière pour le Docteur K, au coeur du métro parisien Un producteur de films X et un proxénète sont sauvagement assassinés coup sur coup. Les prélèvements d'ADN accablent un prêtre de Saint-Séverin. Mais pourquoi l'homme d'Église mènerait-il une telle croisade contre le vice ? Et qui est la mystérieuse inconnue qui envoie des messages aux victimes le jour de leur mort ? Claude, la jeune chef de groupe de La Crim', doit résoudre l'énigme si elle veut gagner le respect de toute l'équipe. Dans ce nouvel épisode de sa saga policière, le Docteur K, Prix Littré 2010, nous entraîne dans le dédale des stations fantômes du métro parisien. Un roman noir au suspense haletant CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE - "Avec humour, multipliant les renvois amusés à ses thrillers précédents, distillant quelques anecdotes sur sa (longue) vie de praticien hospitalier, ne comptant pas les pistes brouillées et les indices tortueux, Olivier Kourilsky s'amuse à nous faire tourner d'un côté et de l'autre." (Aurélie Haroche, JIM Plus, 6 avril 2013) - "Le style est enlevé, rythmé et l'écriture facilement abordable n'est pas dénuée d'humour permettant quelques respirations nécessaires entre deux assassinats !" (Maryline Martin, Le Lire, le Dire mais aussi Ecrire..., mercredi 29 mai 2013) A PROPOS DE L'AUTEUR Olivier Kourilsky, alias le Docteur K, est médecin néphrologue, professeur honoraire au Collège de médecine des Hôpitaux de Paris ; il a dirigé le service de néphrologie du Centre Hospitalier Sud-Francilien Il écrit des romans policiers depuis un peu plus de dix ans et a publié six ouvrages depuis 2005, dont Meurtre pour de bonnes raisons, prix Littré 2010. Ses personnages évoluent souvent dans le monde hospitalier, entre les années soixante et aujourd'hui. Au fil du temps, on suit le professeur Banari, le commissaire Maupas, le commandant Chaudron, jeune policière chef de groupe à la Crim'... Olivier Kourilsky est membre de la Société des gens de lettres et de la Société des auteurs de Normandie. EXTRAIT Le Père Louis Auffret ferma la porte du presbytère et descendit les marches du perron pour emprunter la rue des prêtres Saint-Séverin. Il longea le jardin et entra dans l'église. Il lui restait une quinzaine de minutes avant la messe de dix-neuf heures. Le lieu saint était maintenant presque vide. Un peu plus tôt, vers dix-sept heures, deux artistes avaient interprété une version pour orgue et violoncelle des Quatre saisons. Les soirées rallongeaient en ce mois de mai, et les touristes qui se pressaient dans le quartier étaient venus en nombre, attirés par les tracts distribués rue Saint-Séverin et par les affiches apposées à l'entrée. Il y aurait sûrement moins d'affluence à l'office de semaine... Le jeune prêtre se signa à l'entrée et contempla le spectacle qui s'offrait au visiteur. L'architecture gothique et les vitraux de cette église, la plus ancienne de la rive gauche, incitaient au recueillement.

  • Une course poursuite angoissante entre manipulation et vengeance Émoi à la Crim' : l'ex-divisionnaire Buchot, est assassiné à son domicile. L'arme du crime est le Beretta de Machefer, flic pourri abattu par le commissaire Maupas quinze ans plus tôt. Sur les lieux, on trouve un mot signé de Machefer, annonçant que sa vengeance ne fait que commencer. Au même moment, la fille du professeur Banari est arrêtée au Laos avec son compagnon, en possession d'héroïne. Claude Chaudron, la chef de groupe, et son équipe doivent protéger les cibles présumées et démasquer le « zombie » au plus vite. Une course de vitesse angoissante, supervisée par Maupas. Homicide post mortem est le 6e polar du Dr K. EXTRAIT CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE « Une nouvelle réussite où le style d'Olivier Kourilsky, ciselé au scalpel et ne laissant rien au hasard fait une fois encore merveille. » - Le Généraliste A PROPOS DE L'AUTEUR Olivier Kourilsky, alias le Docteur K, est médecin néphrologue, professeur honoraire au Collège de médecine des Hôpitaux de Paris ; il a dirigé le service de néphrologie du Centre Hospitalier Sud-Francilien Il écrit des romans policiers depuis un peu plus de dix ans et a publié six ouvrages depuis 2005, dont Meurtre pour de bonnes raisons, prix Littré 2010. Ses personnages évoluent souvent dans le monde hospitalier, entre les années soixante et aujourd'hui. Au fil du temps, on suit le professeur Banari, le commissaire Maupas, le commandant Chaudron, jeune policière chef de groupe à la Crim'... Olivier Kourilsky est membre de la Société des gens de lettres et de la Société des auteurs de Normandie.

  • Rue de la crique

    Michel Roset

    Le Havre, 70 ans après la guerre et les bombardements : les décombres ont disparu mais la ville martyrisée cache encore bien des secrets...
    Avant d'être inscrit en 2005 au patrimoine mondial de l'Unesco, le centre-ville du Havre a subi les bombardements alliés : le 5 septembre 1944, en deux heures de pilonnage massif, 3000 tonnes de bombes sont déversées sur la cité océane, faisant 50 hectares de ruines et plus de 2000 victimes.
    À l'heure de la reconstruction, le plus grand chantier d'Europe est un vaste terrain de jeux pour les bandes d'enfants.
    Certains virent au drame, comme celui qui s'est noué dans les restes du muséum dévasté.
    Plus de trente années ont passé sur cette sordide histoire, et le commandant Charles Vigorneau - Vigor - se prépare une rude semaine. Victime dans la nuit d'un malaise cardiaque, il doit dès le lendemain enquêter sur un double crime.
    Apparemment, l'assassin s'est trompé de victime, et pourchasse sa proie. Sur le chemin de sa croisade, Vigor est un obstacle qui doit disparaître...
    Un roman policier normand trépidant !
    EXTRAIT
    Le gardien en tenue devant le 27, après une ébauche de salut, poussa la porte d'entrée devant Vigor et la maintint ouverte car il n'y avait pas de lumière dans le vestibule, et le jour gris de ce mardi matin traversait avec peine la partie du haut, vitrée et grillagée à petites mailles. Machinalement, il chercha un ascenseur, alors qu'il n'avait même pas demandé l'étage.
    - Il n'y en a pas, fit le gardien qui avait saisi le regard circulaire de Vigor.
    L'escalier se vrillait sur trois étages autour d'une colonne centrale qui faisait penser à un grand mât de caravelle, et les déménagements laborieux des occupants successifs avaient laissé sur l'arrondi du mur de longues plaies crayeuses qu'aucun enduit réparateur n'était venu panser.
    Le froid contact de la rampe sous sa main lui rappela un instant son équipée nocturne. Il prit une goulée d'air, qu'il aurait souhaité plus pur, avant d'entamer l'escalade.
    Au premier, après quinze marches dont le nez affaissé fuyait sous la semelle, un palier étranglé desservait deux portes dont la première était entrouverte et gardée par un agent. Celui-ci, comprenant la méprise de Vigor qui se croyait rendu, sortit une main de son ceinturon et, d'un air désolé, indiqua du pouce et du menton l'étage supérieur. Dans l'entrebâillement, Vigor aperçut deux pieds violacés dans des charentaises avachies sous une table en Formica.
    Tout ça respirait la misère, ou pas loin.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Une lecture à conseiller pour un havrais amateur de polars ! -Sebulon, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Michel Roset est médecin et exerce la cardiologie au Havre.
    Ayant joué, enfant, dans les chantiers de reconstruction de sa ville, il a bien connu les lieux où s'est déroulée cette sombre affaire.
    Il écrit surtout pour le théâtre, et son premier recueil, L'ami Georges, a été publié aux Editions Glyphe.

  • Révélations surprenantes dans le milieu pharmaceutique... Qui donc a assassiné Margaret, cette belle Anglaise d'âge mûr, femme solitaire, bras droit du président?? Le commissaire Juillard mène une enquête délicate dans un grand laboratoire pharmaceutique. Aidé du docteur Fugon, il découvre des pratiques inquiétantes... Une affaire qui fait écho aux scandales qui ont récemment défrayé l'actualité. Roger Caporal, médecin endocrinologue, nous donne à découvrir, une nouvelle fois, des personnalités complexes et des situations ambiguës. EXTRAIT - Bonjour Oncle Louis, j'ai besoin de ton avis. - Ce premier remplacement se passe bien ? - Oui. En plein Paris, dans le XIXe. Mais j'ai besoin de ton avis d'urgence. - Laurent, pour les urgences, je ne suis pas le mieux placé. - Justement, je suis auprès d'une morte. Mon concierge m'a appelé, car son appartement est situé dans le même grand immeuble, une vraie tour, où je travaille tout le mois. La veille, cette femme l'avait chargé d'accompagner le plombier chez elle et lui avait remis ses clefs. Après avoir sonné et tambouriné, vers 9 h 30, sans obtenir de réponse, ils ont ouvert et ils l'ont trouvée comme endormie. - Elle succombait à son dernier sommeil... - Oui ! Je suis auprès d'elle. Apparemment la mort l'a surprise au lit. Elle était couchée sur le côté droit, son drap remonté jusqu'à l'aisselle. Sa main en enserre le bord, tout le bras gauche replié repose sur le drap. Sa tête est un peu enfouie dans l'oreiller, ses yeux sont fermés... - Tu as soulevé le drap ? - Oui. J'ai pu suffisamment la dégager. Ça n'a pas été simple car elle est un peu entortillée dedans, et elle est pas mal raide... - Elle est donc morte dans la nuit. As-tu remarqué quelque chose d'anormal ? - Non, rien, Oncle Louis. Aucune trace de blessures, pas de saignement, ni de marques sur le corps ; elle est nue ; pas étonnant vu cette chaleur. Les draps sont propres, le corps me semble intact... À PROPOS DE L'AUTEUR Roger Caporal est né à Montmartre et habite Saint Germain des Près. Il devient médecin et se spécialise en endocrinologie-diabétologie, après avoir exercé pendant son service militaire dans la Légion Étrangère (2ème REI et 2ème REP). Roger Caporal s'est intéressé au théâtre et à la danse. Il est l'auteur de trois romans policiers parus aux Editions Glyphe qui mettent en scène deux personnages récurrents, le commissaire Juillard et le docteur Fugon, médecin-légiste.

  • La mort aux dents

    Roger Caporal

    Stupeurs dans un cabinet dentaire. Tout accuse Gilles Vuizelle, remarquable dentiste, comme l'assassin de Barbara, jeune comédienne en vogue. Le commissaire Juillard et le docteur Fugon, médecin-légiste, reprennent du service dans les quartiers populaires de Montmartre. Roger Caporal remet en scène les deux personnages dont la collaboration avait contribué au succès de Meurtre au cours de danse ! EXTRAIT Il n'y avait pas eu effraction. - C'est un familier qui a fait le coup, Patron. Il fallait avoir la clef pour ouvrir une cette serrure ! - À moins qu'elle lui ait ouvert ?... - En pleine nuit ? Pourquoi pas ? C'est tout de même peu plausible ! - Vous avez raison. Il est plus improbable encore qu'elle lui ait ouvert dans la soirée et qu'il soit parti dans la nuit. L'ensemble du duplex, notamment la chambre à coucher, ne livre aucune trace d'une compagnie de quelque durée. L'autopsie confirmera certainement que la mort ne remonte pas à hier au soir. Aucun désordre dans ce chic studio, seule la présence choquante de cette femme rousse affalée et poignardée, dont la grâce protestait contre l'horreur de sa mort. - Finalement Degert, l'hypothèse la plus vraisemblable est qu'elle connaissait l'assassin, suffisamment pour qu'elle lui ait donné ses clefs. L'interrogatoire de la concierge n'avait pas apporté grand-chose. Barbara vivait seule, rentrait comme tous les comédiens, tard le soir, voire bien après minuit. Parfois elle ne rentrait pas ou partait pour quelques jours. Elle recevait rarement, organisait peu de cocktails ou de dîners. Cette concierge-cerbère ne gardait pas le souvenir d'un visage familier, pour lui faire évoquer une liaison ou une amitié intime. À PROPOS DE L'AUTEUR Roger Caporal est né à Montmartre et habite Saint Germain des Près. Il devient médecin et se spécialise en endocrinologie-diabétologie, après avoir exercé pendant son service militaire dans la Légion Étrangère (2ème REI et 2ème REP). Roger Caporal s'est intéressé au théâtre et à la danse. Il est l'auteur de trois romans policiers parus aux Editions Glyphe qui mettent en scène deux personnages récurrents, le commissaire Juillard et le docteur Fugon, médecin-légiste.

  • Une intrigue noire et haletante. Christian Arribeau, jeune médecin ambitieux et pétri d'orgueil, a planifié sa carrière pour accéder aux plus hautes fonctions, balayant tous ses concurrents. Il vient de franchir la dernière étape avant sa nomination comme professeur de néphrologie. Mais, alors qu'il sort discrètement d'un immeuble, il renverse un clochard qui s'est jeté sous ses roues. Paniqué à l'idée des conséquences sur sa carrière et persuadé que personne ne l'a vu, il prend la fuite. Commence alors une vertigineuse descente aux enfers, orchestrée par l'obstination d'un policier et l'intervention d'un témoin mystérieux aux motivations obscures. S'agissait-il d'un banal accident ou d'une machination ? Et dans ce cas, qui tire les ficelles ? L'univers bien organisé et la belle assurance d'Arribeau vont s'écrouler comme un château de cartes. Avec Le 7e péché, le Docteur K signe le septième roman d'une série palpitante. EXTRAIT Pétrifié, je n'arrivais pas à détacher mon regard de cette image. J'étais foutu. Ce que je redoutais depuis ce soir tragique se réalisait. On m'avait vu. Mais le plus glaçant était cette photo, manifestement réalisée avec un équipement spécial pour prises de vues nocturnes. La préméditation était évidente. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Pourquoi le témoin ne s'était-il pas manifesté sur le champ ? Et ce cliché envoyé sans commentaire, aucune demande d'argent ni avertissement. On voulait me faire comprendre qu'on savait. Me terroriser. C'était réussi ! Le chantage allait suivre... CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE « Le septième péché, nous met en haleine. L'intrigue est bien ficelée et, comme dans tout bon roman policier, on a envie de savoir qui tire les ficelles. Le lecteur, en observateur du système de santé, y découvrira aussi et surtout l'enfer impitoyable de l'université médicale et de l'hôpital. L'ambition y règne en maître. Le professorat est le sésame pour tous les arrivistes qui veulent dominer. On sent bien qu'Olivier Kourilsky, qui en est à son septième roman policier, est à son affaire. Il connaît tous les rouages de la carrière universitaire et hospitalière. Le meurtre réel ou symbolique rôde dans les services. On s'y croirait. » - Pascal Maurel, Décision santé A PROPOS DE L'AUTEUR Olivier Kourilsky, alias le Docteur K, est médecin néphrologue, professeur honoraire au Collège de médecine des Hôpitaux de Paris ; il a dirigé le service de néphrologie du Centre Hospitalier Sud-Francilien. Il écrit des romans policiers depuis un peu plus de dix ans et a publié six ouvrages depuis 2005, dont Meurtre pour de bonnes raisons, prix Littré 2010. Ses personnages évoluent souvent dans le monde hospitalier, entre les années soixante et aujourd'hui. Au fil du temps, on suit le professeur Banari, le commissaire Maupas, le commandant Chaudron, jeune policière chef de groupe à la Crim'...

  • Sueurs froides sur la piste de danse... Béryl, belle danseuse sportive, aimée et respectée, est assassinée au cours de danse qu'elle dirige avec son époux. Un meurtre audacieux, commis en pleine soirée de gala... dont elle était la vedette. L'auteur signe une énigme passionnante, dans l'atmosphère de la danse de salon et du tango argentin ! EXTRAIT Stéphanie et Marine avaient repris leur conversation à l'une des entrées de la salle. Marine fut bientôt sollicitée par Charles-Édouard, un Monsieur d'un certain âge et de belle allure, qui l'entraîna sur la piste, tandis que Stéphanie déclinait les invitations en souriant d'un air gêné, au prétexte de sa totale inexpérience. Machinalement, elle suivit du regard un groupe de personnes quittant le vestiaire pour s'en aller. C'est alors qu'elle aperçut Pierre, surgissant du fond du couloir, chancelant, le teint terreux, le regard hagard, de toute évidence en proie à une violente émotion. « Que vous arrive-t-il ? Vous avez mal quelque part ? » lui demanda Stéphanie en s'approchant de lui. « Je... vous en prie... prévenez Mario... Carlos... Caro... » bredouilla Pierre émergeant de sa stupeur et se laissant tomber sur le banc du vestiaire, la tête dans ses mains. Caroline apparaissait justement, sortant de la salle. Devant les signes d'urgence de Stéphanie, elle se précipita. « Pierre, Pierre, qu'est-ce que tu as ? Tu es malade ? », dit-elle en s'agenouillant et en cherchant son regard. Pierre leva lentement la tête, le visage mouillé de larmes et balbutia « Bé-ryl ! » Caroline se rua au fond du couloir vers la porte entrouverte et franchit le seuil de la pièce du fond, suivie par Stéphanie qui par discrétion, resta en retrait dans l'antichambre jonchée de costumes épars. En fait, seul un rideau séparait en deux cette studette. Mais un cri d'horreur de Caroline la propulsa de l'autre côté. Sur un lit d'angle, Béryl gisait nue, de travers, une jambe pendante, étreignant encore un drap de bain, les yeux grand ouverts, inanimée, un poignard planté sous le sein gauche. À PROPOS DE L'AUTEUR Roger Caporal est né à Montmartre et habite Saint Germain des Près. Il devient médecin et se spécialise en endocrinologie-diabétologie, après avoir exercé pendant son service militaire dans la Légion Étrangère (2ème REI et 2ème REP). Roger Caporal s'est intéressé au théâtre et à la danse. Il est l'auteur de trois romans policiers parus aux Editions Glyphe qui mettent en scène deux personnages récurrents, le commissaire Juillard et le docteur Fugon, médecin-légiste.

  • Projetez-vous dans le futur de la technologie avec cette édition spéciale regroupant les 2 volumes de Proteus Axel Woodstone, jeune professeur d'économie, reçoit une proposition insolite : superviser l'installation d'un matériel expérimental qui va transformer une île méconnue de l'océan Indien en vitrine du futur. C'est le projet Proteus. Axel devra gérer la mise en place de cet équipement pour qu'il soit accepté sans réticence par les habitants de l'île. Mais les choses seront moins simples que prévu et Axel devra redoubler d'efforts, jusqu'au jour où un étrange incident viendra bouleverser sa mission. Ces romans, solidement documentés, nous projettent avec réalisme dans un futur proche où le progrès technique réduit toujours plus le besoin de main-d'oeuvre, devenue inutile ou trop coûteuse. Saura-t-on mettre fin à cette « chasse à l'homme », avant qu'il ne soit trop tard ? Un saisissant récit d'anticipation, alliant aventures et progrès techniques et parfaitement orchestré par une documentation travaillée dont on ne démord pas une fois commencé ! EXTRAIT du premier tome Quand le grondement lointain de l'explosion parvint dans sa cellule, Axel tressaillit. Allongé sur sa paillasse, les yeux fixés sur l'ampoule jaunie qui pendait au plafond, il n'avait pas imaginé l'entendre depuis cette pièce étroite percée d'un minuscule soupirail. Mais le calme de la nuit avait porté le bruit funèbre jusqu'à lui. Que pouvait-il espérer après un tel massacre ? Il en savait trop et il était seul. D'un moment à l'autre, on allait venir le tuer, lui aussi. Il se redressa avec lenteur, posa les pieds au sol et se mit debout. La sueur perlait à son front. La chaleur étouffante se mêlait à sa peur et au remords de n'avoir pas écouté Audrey avant qu'il ne s'engage dans ce projet. Elle en avait senti d'instinct toute la folie, mais il était resté sourd à ses appréhensions. Des éclats de voix se firent soudain entendre au travers de la porte rouillée dont il avait éprouvé la résistance quelques heures plus tôt. L'ordre d'en finir avec lui venait déjà d'arriver... A PROPOS DE L'AUTEUR Économiste et cadre supérieur dans une prestigieuse institution financière, Louis Raffin aborde l'évolution du monde du travail au travers d'une fable attrayante et originale, qui fait de son récit un divertissement et une réflexion économique.

empty