L'Atelier de l'Égrégore

  • Les séides du maréchal Mobutu Sese Seko placèrent la chambre occupée par maître Patrick de Lavigerie, l'avocat porté disparu que le détective devait retrouver, sous très haute surveillance. Les instructions furent données au directeur de l'hôtel Intercontinental de signaler la présence de tout ressortissant français qui y descendrait à l'avenir. Le responsable du complexe hôtelier perdrait son emploi, voire sa vie, au cas où il ne se conformerait pas aux directives et aux exigences d'agents des services de renseignements. Le détective était, dorénavant, dans l'oeil du léopard. Au Zaïre du maréchal Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga, surnommé le grand léopard, on ne badinait pas du tout avec ce qui touchait à la présidence de la République. Tout le monde, y compris les politiciens, était sous la botte de la Division spéciale présidentielle, de l'Agence nationale de documentation et du Centre national de recherches et d'investigations.

  • La charmante Malienne vida d'une traite, la tristesse dans l'âme, le verre de whisky que l'on venait de lui tendre. Elle remercia ensuite l'employé de l'Évasion, l'un des dancings mythiques de la capitale malienne, et sortit après avoir posé le contenant sur le comptoir. Une fois dehors, l'air chaud fouetta brutalement le visage de la Bamakoise qui eut l'im­pression d'avoir la tête lourde. Le malaise s'accentuait au fur et à mesure qu'elle marchait. À un moment donné, elle fut en proie au vertige. La nausée l'indisposa. Le whisky était-il empoisonné ? Tout à coup, le vide s'installa dans son esprit et ses jambes la lâchèrent. Elle s'écroula. Non loin de là, les derniers fêtards eurent l'impression qu'une très forte lumière s'extirpa de la masse corporelle qui était allongée à même le sol et se dirigea, en tourbillonnant, vers le haut pour dispa­raître dans le ciel noir et très étoilé. Ainsi Aïssata Camara rendit-elle l'âme. Elle ne danserait plus jamais au Calao, au Mandingo ou au Yanga. Adieu l'artiste !
    Pendant ce temps, dans la villa du quartier huppé de l'Hippodrome, François Piantoni et Aminata Dembélé furent très surpris de revoir l'Homme Noir, en pleine forme, et l'un de ses acolytes que l'on avait pourtant enfermés, bien ligotés, dans la cave. La Malienne et le Corse tentèrent de s'enfuir, mais ils n'eurent pas le temps d'ouvrir la porte...
    Quelque chose lui avait échappé, se dit Roger Dercky. La dan­seuse de Bamako était-elle l'un des maillons de cette chaîne infer­nale ? Était-il manipulé, depuis le début ? Dans l'affirma­tive, pour quelle finalité ? Mamadou Diawoura était-il réellement kidnappé ?

  • La trilogie des Grands Lacs est un ensemble de trois ouvrages relatifs aux investigations du détective privé Cicéron Boku Ngoi dans deux pays d'Afrique, plus précisément la République du Zaïre, de nos jours la République Démocratique du Congo, ainsi que le Rwanda. Ces enquêtes - à savoir Dans l'oeil du léopard, La chasse au léopard et Au pays des mille collines - sont donc connectées et peuvent être considérées comme une oeuvre unique ou bien comme trois oeuvres distinctes. Sans conteste, au-delà de l'aspect imaginaire soutenant la trame de différentes investigations de Cicéron Boku Ngoi dans ces deux pays, le lecteur éveillé peut aisément percevoir la géopolitique en cours en Afrique centrale et dans la région des Grands Lacs africains. Ainsi la stratégie interplanétaire se développe-t-elle en Afrique, au détriment des autochtones, dans l'optique - surtout pour les Occidentaux, la Russie et la Chine - de s'imposer comme la puissance militaire et économique du vingt-et-unième siècle.

  • Après qu'il eut commis ces deux forfaits, l'inconnu aux cheveux blonds se mit à fouiller de fond en comble l'appartement dans lequel venait de se dérouler la double scène macabre. N'ayant pas découvert ce qu'il cherchait désespérément, il déserta à regret les lieux, prenant néanmoins le soin de tirer la porte derrière lui. Pourquoi ces deux meurtres sous le toit de Roger Dercky ? Pourquoi cette tuerie, dans son appartement, en son absence ? Était-ce une façon délibérée de lui créer des ennuis ? S'était-il agi d'un acte prémédité ? Voulait-on mettre ces deux crimes sur son dos ? Qui était le meurtrier ? Le ressortissant zaïrois se mit de nouveau à la recherche d'éventuels indices. À quoi diantre serviraient-ils, si leur absence renforçait l'esprit de sa conviction initiale ? La seule manière pour Roger Dercky de mettre vraiment à l'épreuve son mental fut de mesurer sa capacité à supporter l'accumulation des questions sans l'ombre d'une réponse. Dans cet ouvrage, en plus d'une époustouflante enquête policière, l'auteur ouvre une perspective à travers laquelle le lecteur pourra voir les âmes parcourir l'au-delà dans l'optique de baguenauder avec les entités célestes et les esprits de l'Enfer...

  • Certes, le renard est un animal très rusé. Pour mener à bien l'expédition que le Quai d'Orsay envisageait sur le sol zaïrois, il fallait un chasseur expérimenté. De plus, il n'était nullement question de s'introduire dans un poulailler, mais d'opérer dans la jungle africaine. Il s'agissait plutôt de la chasse au léopard. Ainsi fallait-il recourir aux services d'un spécialiste de l'enlèvement dans le but de capturer le maréchal Mobutu vivant et de l'exfiltrer vers la France. Il devait neutraliser le léopard dès la première tentative, au risque de s'exposer aux pires représailles de la part de ses zélateurs. L'opération que s'apprêtait à mettre en place la France comportait, à n'en pas douter, beaucoup de risques.

  • Dans toutes les officines occidentales, le général Paul Kagamé, cet ex-chef des services secrets ougandais et proche conseiller du très cynique président ougandais Yoweri Kaguta Museveni, était considéré comme le vainqueur et le probable futur homme fort du Rwanda. Pourtant, il avait gardé un mauvais souvenir à cause de la spectaculaire débandade, en 1990, des rebelles rwandais basés en Ouganda face aux éléments des Forces armées zaïroises conduits par le général Mahele Lieko Bokungu. Ce dernier, en l'occurrence Donatien, était un ancien gamin de la zone de Ngiri-Ngiri que les Zaïrois avaient affectueusement surnommé « le tigre ». En tout cas, après l'attentat en avril 1994 contre l'avion du général Juvénal Habyarimana, la responsabilité de l'acte ayant provoqué les massacres de plusieurs centaines de milliers de Rwandais demeurait inconnue. Aucune investigation n'avait été sérieusement menée sur le terrain.

empty