La Piterne

  • Passé sa première stupeur, elle observe les cinq doigts de la main cramponnée au rideau ; les doigts sont noueux et crochus comme les pinces d'un crabe. Le pouce, écarté des autres, d'une longueur démesurée, se termine par un ongle recourbé, comme les serres des vautours.
    À ce moment, par l'entrebâillement des deux portières, Camille voit briller une lueur qu'elle prend pour le scintillement d'une lame de poignard. - Père ! au secours ! crie-t-elle.
    À cet appel inattendu, Monistrol se retourne, mais il n'a pas le temps de se lever. D'un bond de tigre, l'homme caché dans la salle à manger saute sur lui. Sa main - la gigantesque main que Camille a vue - s'abat sur le paquet de billets de banque ; l'autre saisit à la gorge le malheureux inventeur qui, en se débattant, renverse la lampe. Camille se précipite pour défendre son père, mais le voleur la repousse d'un coup de pied qui l'envoie rouler sur le parquet...
    Ce qui surprend le plus dans ce roman c'est le rôle joué par les femmes. (Olplotard sur Babelio)

  • Les grands yeux clairs se tournaient vers le tribunal.
    - Madame Leduc, rapportez-nous ce qui s'est passé chez le guérisseur :
    La dame sortit de sa torpeur :
    - Je suis allée voir monsieur Géraud parce que, avec mon mari, ça n'allait pas fort... Il m'a écoutée. Je lui en disais un peu. Et comme je me sentais bien, je lui en ai dit davantage. Des trucs que je disais à personne. Il est venu s'asseoir à côté de moi, m'a caressé la joue, a essuyé mes larmes, m'a pris la main. Il m'a demandé où mon corps se troublait le plus...




  • La neige tombait drue et serrée. Une chouette poussait son cri lugubre, tandis que nous, blottis au coin de la cheminée, nous présidions à la cuisson de châtaignes dont nous devions nous régaler ce soir-là, veille de Noël.





    - Vilaine nuit ! dit le vieux médecin, qui m'en rappelle une autre bien lointaine, hélas ! où j'eus la plus belle peur de ma vie (...) Les corps des suppliciés sont transportés à l'amphithéâtre de médecine, afin de servir à la dissection. Mais, le garçon de salle a beau chercher, il ne peut mettre la main sur la troisième tête.

  • Le fils en désaccord avec son père sur l'entreprise familiale, l'ancien officier à la double casquette, les artistes de music-hall aux balles perdues. Autant de milieux où les pires horreurs se trament et se croisent. De plus, l'amour s'en mêle : le vieux monsieur épris de la jeune fille, le père refusant la main de sa fille.
    Au fil des 297 pages, Boissière noue l'intrigue, la déplace, la délie et nous emmène vers l'incroyable.

  • Le chemineau

    Jean-Patrick Beaufreton

    L'homme n'était pas ordinaire : les cheveux de toutes les longueurs, la barbe de plusieurs jours et le pantalon qui semblait tenir tout seul ; rien n'incitait à lui donner le bon Dieu sans confession, mais il n'avait rien non plus pour l'envoyer paître. C'était un chemineau comme on n'en trouvait plus que dans les histoires anciennes, les romans des siècles passés ; un brave type qui couche à la belle étoile ou un voleur de poules, allez savoir.

empty