Le Verger éditeur

  • Meurtres païens

    Max Genève

    L'an 2000 a vingt ans. C'était une période agitée. En Europe, la prise de conscience écologique cohabitait avec les premiers grands succès électoraux de l'extrême-droite. En Alsace commençait le projet Stocamine, pour ensevelir des déchets dangereux sous terre, dans les anciennes mines de potasse. Et partout, les sectes les plus étranges annonçaient une sorte de fin du monde. Rien d'étonnant alors que le détective Simon Rose, venu simplement dédicacer un livre à Strasbourg, ait été rapidement mêlé aux crimes violents d'une secte extrémiste internationale. Du bassin potassique au mur païen, de Strasbourg à Mulhouse, Simon Rose a frôlé la mort, avancé de crime en crime, démêlé le vrai du faux, et partagé cette aventure aux multiples rebondissements avec la belle et énigmatique Delphine.
    Un polar de l'an 2000 qui n'a pas pris une ride.

  • Juillet 1928. Le détective Jules Meyer, qui entre deux enquêtes corrige les épreuves des Neueste Nachrichten de Strasbourg, est intrigué par un sombre faits-divers. Une jeune fille de dix-sept ans s'est jetée du haut de la tour du Climont, dans les Vosges.
    Dès le lendemain, le père de la jeune fille arrive dans le bureau du détective. Pour lui, sa fille ne peut s'être suicidée. Elle a été assassinée.
    Est-ce le déni d'un père ravagé par le chagrin ? Ou le meurtre d'un tueur particulièrement sournois ? Aucune des deux hypothèses ne peut raisonnablement être écartée sans enquête : Jules accepte cette nouvelle affaire.

    Au fil de nombreux rebondissements et retournements de situation, Jules devra jouer de toute sa sagacité face à un adversaire machiavélique et sans pitié.

  • C'est un crime bien médiéval qui risque de déstabiliser le royaume de France, en cet automne 1226 : un livret traîne dans la boue la reine Blanche de Castille, cette étrangère venue d'un pays où l'on parle arabe, "la langue du démon" !
    En l'absence du roi, ses grands conseillers décident de désamorcer la crise politique en confiant l'enquête à un personnage non officiel, un solitaire dévoué à la reine : Josseran, surnommé le "Grammairien". Aventurier et érudit, il est l'homme de la situation. Et très vite, au long des berges de la Seine, il découvre des cadavres...
    « Alchimie, bateleur, querelles religieuses, croisade contre les Albigeois, concurrence acharnée entre les moines soldats Hospitaliers et Ordre des Templiers, tout se bouscule et se mêle dans cette enquête mais dans un ordre logique et historiquement véridique. Difficile enquête de ce Sherlock Holmes de l'époque, à la fois lettré et bateleur mais jamais une déception ou des longueurs. » - Babelio

  • Mars 1847. Floréal Krattz, qui se remet de la traque du redoutable Cogneur, se réjouit de retrouver, à son Casino littéraire, son vieil ami Thomas, devenu instituteur à Bellefontaine, dans les Vosges.
    Thomas a le projet d'écrire un roman historique dont l'action se déroule en 1814, après la désastreuse campagne de Russie. À cette époque les armées hostiles à Napoléon ont passé le Rhin et des Cosaques errent dans les vallées vosgiennes.
    Le roman de Thomas est basé sur une histoire vraie qu'il a recueillie à Bellefontaine. Il invite Floréal à y passer quelques jours avec lui, sur les traces de ce drame ancien.
    Ce séjour sera mouvementé. Les braises couvent toujours sous la cendre...
    Après Les mystères de Strasbourg et Le cadavre dans le canal, Floréal Krattz nous entraîne une nouvelle fois dans le XIXe siècle rhénan haut en couleur, avec toute la finesse de plume de François Hoff.

  • Elle s'appelait Asfaneh et elle débarquait de Téhéran avec une seule idée en tête : faucher le trésor de guerre de son oncle.
    Facile... sauf qu'avant de faire le rentier à Nice, le tonton faisait boucher en Iran pour le compte de sa majesté le Shah et que c'était pas du pognon qu'il planquait sous son bureau...

    Patrick Raynal a été le directeur de la Série Noire.

  • Quelque part en Alsace, en 1967. Un chauffard jette une femme sur le bord de la route et l'abat d'une balle dans la tête. Contre toute attente, recueillie par une joyeuse bande de marginaux, elle survit, non sans séquelle pour sa mémoire.
    Pour l'inspecteur général Cédric Mann, l'énigme de cette miraculée sans identité s'annonce complexe. Pour quelle raison a-t-on voulu l'abattre ? À quel milieu est-elle liée ?
    Mais un mystère ne vient jamais seul, et très rapidement les incendies se multiplient à travers Strasbourg. La ville est manifestement la proie d'un pyromane méthodique.
    L'inspecteur et son équipe vont avoir fort à faire...

    Après Meurtre aux Arts déco, la première enquête de Cédric Mann, Emmanuel Honegger mêle avec jubilation la tendresse, l'excentricité artistique et le grondement des flammes, pour notre plus grand bonheur.


  • Strasbourg, dimanche 7 février 1926.

    Dans une imprimerie clandestine, cinq dirigeants autonomistes tiennent une réunion secrète. De droite, du centre, de gauche, croyants ou athées, ils négocient âprement le « programme commun » qui scellera leur alliance électorale. Leurs buts : exprimer haut et fort le « malaise alsacien » nourri par les maladresses de l'administration française après la Grande Guerre et revendiquer davantage de droits et de libertés pour l'Alsace.
    À quelques centaines de mètres, dans une petite église sur les quais de l'Ill, on donne le Requiem de Verdi. Le jeune détective Jules Meyer a d'horribles soupçons : un meurtre se prépare. La cible : un célèbre écrivain britannique, de passage à Strasbourg, qui assiste au concert.
    Jules arrivera-t-il à déjouer cette tentative d'attentat ? Quel lien y a-t-il entre l'union sacrée des autonomistes et le macabre complot de Saint-Guillaume ? Et quel rôle joue donc ce mystérieux « agent K » qui tire dans l'ombre les ficelles d'une machination machiavélique ?

    Un roman haletant dans cette étonnante période d'entre deux-guerres en Alsace, quand l'autonomisme n'était pas un gros mot.

  • Soigneuse dans le parc zoologique de Mulhouse, Sonja a vu sa vie détruite par un terrible coup du sort. Elle décide quinze ans après de se venger en incarnant un destin implacable. Car ce n'est pas elle qui choisit de tuer des innocents mais le hasard lui-même à travers les numéros gagnants du loto. Elle va croiser la route d'un jeune commissaire de police dont la vie va se mettre à vaciller.
    «La mort est un jeu de hasard» est un roman noir et à suspense. C'est une histoire cruelle et sombre qui explore les zones d'ombre de l'âme humaine. La question n'y est pas qui a tué qui ? Mais qui va tuer qui ?

  • Le premier soir de la fête de pessa'h, Nadine et Adrien Blum sont invités chez les Edelmann. Le vieux Salomom Edelmann dirige d'une main de fer l'une des deux grandes fabriques de matsot de la région - les pains azymes, non levés, consommés à la Pâque. Contre toute attente, et contre toute tradition, Salomon Edelmann profite de la fête pour annoncer à toute sa famille ses dispositions pour l'avenir de la fabrique.
    Aussi, lorsqu'on trouve le vieux Salomon mort empoisonné, Adrien Blum et le commissaire Schweitzer n'ont pas d'autre choix que de démêler les lourds secrets de la famille Edelmann.

    On retrouve ici avec une joie certaine les deux enquêteurs de Fais ta prière, Shimon Lévy. Leur nouvelle enquête nous invite à nouveau à suivre les rites, les fêtes et la vie de la communauté juive de Strasbourg.

  • En ce mois de mai 1921, le jeune Jules Meyer a réalisé son rêve : il a fondé sa petite agence de détective à Strasbourg.
    Quand on lui propose d'enquêter sur des cambriolages étranges dans la vallée de Munster, sur le flanc alsacien des Vosges, il ignore encore qu'il va y croiser la route d'une bête sanguinaire...
    Le loup, disparu d'Alsace en 1908, y serait-il revenu ? Dans cette affaire qui va le mener de l'agitation strasbourgeoise aux paisibles lacs vosgiens, et lui faire arpenter une vallée meurtrie par la Première guerre mondiale, Jules va devoir user de toute sa sagacité pour démêler le vrai du faux.
    Il sera aidé par un nouvel ami, un tout jeune militaire en garnison à Strasbourg où il apprend à piloter un avion. Un jeune homme original et séduisant.
    Un certain Antoine de Saint-Exupéry.


  • La première affaire du commissaire Hunkeler.
    Numéro 1 en Allemagne

    Un convoyeur libanais se trouve à bord d'un train entre Francfort à Bâle pour effectuer une livraison de diamants. Durant le voyage, il comprend qu'il va se faire épingler par la police à l'arrivée. Il parvient de justesse à s'enfuir dans les toilettes où il n'a pas d'autre choix que de tirer la chasse d'eau sur les diamants enfermés dans un préservatif. Appréhendé par Hunkeler et ses collègues, il est relâché faute de preuves.
    Qui retrouvera les diamants ? Police, malfrats ou... tierce personne ?

    Un grand roman noir où le commissaire Hunkeler, policier atypique, se place volontiers du côté des modestes, victimes faciles d'un système répressif face auquel les gros poissons ont les moyens d'échapper à la justice.

  • Juliette Witzel quitte Paris après une rupture sentimentale. De retour en Alsace, la jeune détective privée retrouve rapidement un travail dans une agence strasbourgeoise.
    On lui confie l'enquête sur la disparition d'Olympe Adler, prof de lettres à la retraite, qui s'est littéralement évaporée dans la nature.
    Juliette s'installe au domicile de l'enseignante et commence à fouiller sa vie apparemment respectable et rangée. De découverte en découverte, elle soulèvera beaucoup plus de questions que de réponses...

    La part d'ombre des Lumières est un court roman dont l'apparente légèreté permet à Sylvie de Mathuisieulx d'explorer les dessous des dérives sectaires, le respect de la femme, l'éducation, la justice privée...

  • « Mademoiselle Wilhelmina Pierron, institutrice, se rendait à l'école Saint-Thomas, rue des Cordonniers, au petit matin, en longeant le bras de l'Ill sur le chemin de halage.
    En passant sous le pont Saint-Martin, il lui sembla apercevoir, dans l'eau, sortant d'un bouquet d'algues, « à un pied de la berge, quelque chose comme une main ». Elle poussa un cri, mais nul ne l'entendit, car elle était seule. En arrivant à son école, elle informa sa directrice, qui haussa les épaules. »
    En cet hiver 1846, Floréal Krattz, le héros (malgré lui) des Mystères de Strasbourg, va devoir reprendre du service. Pris en étau entre Mina l'institutrice et le commissaire Engelberger, le jeune pion du collège royal va se faire correcteur d'imprimerie pour enquêter sur l'assassinat d'Alphonse Decker, imprimeur d'almanachs. Est-ce un vol commis par des tortionnaires sans vergogne ? Un règlement de compte lié à ce trafic d'almanachs ? Ou, pire encore, cette affaire annonce-t-elle le retour du "Cogneur", ce malfrat de l'ombre qui avait mis sous sa coupe toute la pègre de Strasbourg ?

  • Le dossier Stork

    Joël Henry

    Journal TV BBC News / Flash spécial -17 août
    « L'affreuse nouvelle tombe à l'instant : Bob Dickens, le chanteur, guitariste et leader de Stork est mort. Il était huit heures trente ce matin quand son secrétaire particulier a découvert son corps sans vie dans son manoir, une merveille du onzième siècle nichée dans les collines du Dorset à quelques miles de Dorchester. »
    Quand les vieilles gloires du rock mondial sont assassinées, la police anglaise fouille intensément leurs finances, leurs relations, leur passé... qui peut très bien la mener à appeler à l'aide l'équipe du commissaire Yacine Belkala, dit Pénélope, à Strasbourg.

    Une plongée haute en couleurs dans le monde de la musique et du rock progressif des années 70.

  • Vendredi 2 octobre 1846. Minuit.

    « J'allais souffler ma chandelle et me coucher. J'ai jeté un dernier regard par la fenêtre avant de la fermer. La lumière lointaine brillait toujours. La jeune fille a réapparu.

    Elle se protège le visage du bras gauche, et tend l'autre en avant. Elle recule. Un homme surgit à gauche, noir, le bras levé. Il lui prend le poignet d'une main. Il lève l'autre bras. Un éclair d'acier. Une sorte de couperet. Il la frappe sur le bras ; la lame se relève, sanglante, puis s'abat sur la tête. La lampe tombe et s'éteint. La nuit.

    J'en suis atterré. Je ne rêve pas, mais je suis dans un cauchemar. Que puis-je y faire ? À cette heure ? »

    Floréal Krattz, le doux poète, devient enquêteur malgré lui, à la poursuite d'un tueur fou. Le commissaire Engelberger, Théophile le carabin, Massiot le détective, Helmuth l'ancien bagnard et sa compagne Barbara lui offrent leur aide.

    Ce thriller historique nous replonge avec brio dans les bas-fonds du Strasbourg du XIXe siècle. Un hommage aux grands romans de crime et de mystère de cette période fameuse, à Balzac, Sue, Féval, Dumas...

  • Le jour où son client d'un soir meurt dans ses bras, Rolande est condamnée à mort par l'organisation qui a fait d'elle une call-girl... Mais qui se cache derrière cette "Organisation" ?
    Traquée par les tueurs, elle doit laisser derrière elle sa petite fille de six ans, Sylvie. L'enfant et son petit chien deviennent l'enjeu d'une chasse implacable. Les cadavres s'accumulent...

    Un thriller brillant, entre victimes innocentes et flics bourrus, qui nous replonge dans le Strasbourg des années 80.

    « Un autre mérite du roman, et qui n'est pas le moindre : l'humanisme de son auteur. Chaque personnage a sa biographie, parfois tracée en quelques mots ; bon ou méchant, flic ou voyou, chacun a droit à un portrait nuancé, qualités et défauts, souffrances secrètes, ratages, rêves et regrets... Et l'on n'oubliera pas la lumineuse figure de Sylvie et son petit chien Tarzan. » - François Hoff (extrait de l'introduction)

    Publié pour la première fois en 1982, Morte fontaine a été porté au cinéma en 1989 avec notamment Clémentine Célarié.


  • Hunkeler : la série policière la plus lue dans le monde germanophone !



    Dans cet opus, le commissaire Peter Hunkeler enquête sur un meurtre en apparence crapuleux dans les faubourgs de Bâle. Le jour de l'an, un homme est abattu, puis suspendu à un croc de boucher aux solives de son cabanon de jardin, comme un quartier de viande. Au fur et à mesure de l'enquête, la personnalité de la victime se précise. Son passé se révèle même extrêmement noir.
    L'inspecteur Hunkeler est un personnage célèbre en Suisse et en Allemagne. Ses enquêtes figurent régulièrement dans les listes de best-sellers outre-Rhin.
    Hunkeler et l'affaire Livius a été porté à l'écran avec Mathias Gnädinger dans le rôle de l'inspecteur Hunkeler. C'est la première fois que HJ Schneider, le "Simenon suisse" est traduit en français.

  • Dans le microcosme strasbourgeois, nul ne peut échapper au regard d'autrui.
    Elsa la blonde forme un couple magique avec Bertrand : c'est en tout cas ce que pense Ira, jeune journaliste qui trouve son ami Daniel bien éloigné de la splendeur de cette riche et arrogante famille d'industriels alsaciens. Chargée par son journal de couvrir l'enquête sur un cadavre congelé émergeant d'un étang du Fuchs am Buckel, Ira est amenée à découvrir et à observer la famille Koenig : le Roi Marc, puissant chef d'entreprise, Elsa, son épouse, la Reine, qui se dérobe sans cesse, et leur neveu Bertrand, le Fou de cet échiquier dangereux. Dans un roman policier, ces jeux de miroir n'ont rien d'innocent : les personnages n'en sortiront pas indemnes.

  • Hiver 1899.
    Sherlock Holmes et le docteur Watson reçoivent un appel au secours. À Saverne, en Alsace, dans les ruines du château du Haut-Barr, un frère et une soeur sont morts tous les deux, à quinze jours d'intervalle, de la même étonnante manière. Ils sont tombés de la passerelle qui relie deux rochers dans la haute ruine, qu'on appelle le Pont du Diable. Une mystérieuse lettre anonyme affirme qu'ils ont été assassinés.
    Holmes et Watson ne sont pas au bout de leurs surprises. Leur enquête dans la cité alsacienne va les amener à croiser un mystérieux chevalier d'opérette, un séducteur invétéré, un aubergiste plein de ressources, un cordonnier irascible, un industriel, une couturière...
    Les intrigues se multiplient à l'ombre du Pont du Diable pour la plus grande joie du détective, qui prend un évident plaisir à les démêler.

  • Bobby est un artiste en coffres-forts. C'est aussi le seul rescapé d'un règlement de comptes sanglant après un vol de diamants qui a mal touné.
    Laura est une artiste qui chante le blues dans une boîte à la mode. C'est aussi la soeur d'un caïd de la pègre. Et le frère de Laura a juré de tuer Bobby...
    Strasbourg City Blues, c'est comme une chanson à deux voix. Celle de Bobby imprime le tempo des règlements de compte, des coups de poker et des coups fourrés. Celle de Laura est tendue par l'urgence et le désir de vivre.
    Tour à tour, l'un après l'autre, on se laisse emporter par cette histoire à deux voix, jusqu'à leur unisson... explosif !

  • Le commissaire Yacine Belkala - que ses collègues appellent toujours "Pénélope" - enquête avec ses adjoints Bernard et Bérangère sur la disparition d'une jeune femme quand leur hiérarchie les interrompt pour une mission ultra prioritaire : des indics fiables ont annoncé que deux caïds de la pègre lyonnaise ont pris la route de Strasbourg pour une raison inconnue. L'objectif de Pénélope et de ses "Berbères" : découvrir ce qu'ils sont venus faire dans la capitale européenne, et bien entendu les en empêcher.
    Contrariés de devoir abandonner leur travail en cours, le commissaire et son équipe doivent chaperonner deux malabars dangereux et armés qui semblent passer toutes leurs journées dans les nombreux musées de la ville entre deux repas au Mac-Do.

    C'est le point de départ de cette nouvelle aventure de Pénélope, où Joël Henry nous régale de situations drôles et décalées, de personnages attachants, et de son sens aigu de l'observation. Sans perdre le rythme du polar, il alterne légèreté et gravité, et pointe du doigt nos petits et grands travers.

  • Bruxelles, 1891. Pour échapper au professeur Moriarty qui a juré leur perte, Sherlock Holmes et le docteur Watson sautent dans le premier train en partance - celui de Strasbourg. Ils y retrouveront une vieille connaissance...
    Roger Seiter utilise ici le point de départ du Dernier problème de Sir Arthur Conan Doyle pour expliquer à sa manière le « Grand hiatus », cette période sombre de la vie de Holmes entre sa mort officielle dans les chutes du Reichenbach et sa réapparition miraculeuse.

    Après avoir rencontré un beau succès avec cette histoire originale sous forme de bande dessinée, le scénariste Roger Seiter nous propose une expérience rarement tentée : novéliser un album de BD.


    Il en résulte un récit très vivant, débordant d'action. En véritable roman, Retrouvailles à Strasbourg donne la part belle aux personnages, explore leur passé, et prend le temps de l'émotion.

  • À la fin de l'hiver de l'année 1898, l'Alsace a accueilli deux touristes très particuliers, en la personne de Sherlock Holmes et de son fidèle ami et biographe, le docteur Watson. Mais, dans ce périple tout voué à la détente et à la visite de cette belle région aux charmes pittoresques autant que gastronomiques, la seule présence du plus grand détective du monde a suffi à faire surgir les meurtres les plus étranges... Ce petit volume raconte, en 8 nouvelles qui se suivent, l'intégralité de ce voyage d'agrément... au pays du crime ! D'une grande fidélité au "canon" holmésien, ces Aventures alsaciennes de Sherlock Holmes se dégustent avec autant de plaisir que Christine Muller en a manifestement eu à nous les offrir.

  • En compagnie du Capitaine Meister, dit le "Cow-Boy", Claude Lemmy, Conseiller Principal d'Education, accourt à Mulhouse, au secours de son ex-femme, Lisa, qui a reçu d'étranges menaces.
    Dès leur arrivée, ils sont confrontés à une mystérieuse série de cadavres qui jalonnent les musées de la ville. Quels liens autres que fortuits y a-t-il entre le cheminot mort sur les rails du Musée du Chemin de Fer, la femme électrocutée à Electropolis, la SDF du Musée du Papier Peint ?.... Et la liste n'est pas terminée. Qui est ce criminel aussi odieux que génial ? Quels sont ses mobiles ? Toute la police de Mulhouse, capitale européenne des musées techniques, est sur les dents. D'autant qu'on est à la veille de l'ouverture du 7e Festival Automobile et qu'on attend de voir défiler la Rolls de Lénine.

empty