Le passeur

  • Retex

    Vincent Crouzet


    Un roman à suspense haletant au coeur de la DGSE, dans un labyrinthe de jeux d'ombres et de manipulations.

    À la fin des années 2000, Laure de Beauregard, agent au Service Action de la DGSE, le service extérieur de renseignement français, est envoyée en mission de reconnaissance dans les montagnes afghanes. Quelques jours plus tard, Laure et son binôme, Serge, sont portés disparus. Le colonel Michel Montserrat, chef du Service Action, met tous les moyens à sa disposition pour retrouver ses deux agents manquants. Seule Laure sera récupérée, en vie, mais murée dans un silence qui ne lui permet pas d'effectuer son retour d'expérience et laisse planer une zone d'ombre sur ce qui s'est passé.
    Plutôt que de la radier de ses effectifs, le colonel Montserrat donne à Laure une dernière chance, en lui confiant la responsabilité de la sécurité de la station d'interceptions électroniques de la DGSE sur le plateau d'Albion, en Provence. Il espère que cette nouvelle affectation permettra à Laure de recouvrer la mémoire et la parole. Mais il ne se doute pas qu'il a projeté Laure sur un territoire très particulier, marqué par des disparitions inquiétantes et ciblé par des menaces exceptionnelles. Sur le plateau d'Albion rôdent un tueur impitoyable, une louve furtive et des espions perdus. De quoi provoquer le retour d'expérience ?
    Un roman à suspense rythmé et haletant dans les coulisses de la DGSE, qui dévoile les facettes les plus sombres de l'âme humaine.

  • Une immersion menée tambour battant dans les rouages des scandales humanitaires, où chacun est un pion au service d'intérêts troubles. Un roman à suspense haletant. France, 2007. L'opération "Urgence Darfour' bat son plein à grand renfort de médias. Dantzig, un journaliste hollandais, enquête sur les rouages cachés de ces campagnes caritatives brassant des millions de dollars. Ses investigations le conduisent au Soudan où il rencontre Claire, une jeune humanitaire déboussolée qui a perdu toute illusion sur sa mission. Cette femme lui livre la vérité trouble sur la réalité des organisationssur place. Quelque temps plus tard, elle disparaît mystérieusement puis refait surface au Tchad d'où elle lance un appel au secours à Dantzig. Elle semble être en danger, mais dit-elle la vérité ? Dantzig en doute. Ses investigations l'ont amené à découvrir les facettes sordides des passionarias de l'humanitaire, aveuglées par leurs utopies, devenues de simples pions au service d'enjeux stratégiques et financiers des grandes puissances pour lesquelles la vie humaine importe peu. Petit à petit, l'étau de la machination politique internationale se resserre autour de Claire et Dantzig. Ils en paieront le prix... Un roman à suspense dans la tradition des livres de John Le Carré, dans lequel les frustrations des travailleurs humanitaires et les enjeux de realpolitik se conjuguent dans un mélange explosif.

  • Quatre heures, le temps du délibéré de la cour d'assises qui juge Baptiste Chauvalet pour avoir assassiné le tortionnaire de son fils de 7 ans. Quatre heures de la vie d'un homme à la fois victime et bourreau, peut-être en route vers la perpétuité. « Le procès de la légitime vengeance », titre la presse.
    Sous le poids de l'attente silencieuse, la mémoire se met à parler. Les événements qui ont mené à l'enlèvement de son fils reviennent à Baptiste avec violence. Histoires dans l'histoire, il rapporte à son propre drame ses souvenirs de procès bouleversants auxquels il a assisté en tant que dessinateur judiciaire : l'affaire du petit Grégory, François Besse, les bébés congelés, Outreau... Dans ce palpitant roman puzzle, Christian Bindner brouille avec adresse les lignes de son récit. Il fait ressurgir les bribes du passé tourmenté de son héros, ses contradictions d'honnête homme devenu meurtrier par amour de son enfant. Il révèle aussi les coulisses de ce grand théâtre qu'est un procès d'assises et trace d'une écriture enlevée la mince frontière entre le bien et le mal.

  • Le corps sanguinolent de Jennifer, dépecée vivante, se balance au bout d'une corde. Après un dernier murmure, elle succombe à ses blessures dans les bras du lieutenant Marco Benjamin. Hanté par le fantôme de la jeune fille, Marco traque le tueur sans répit. Mais les indices sont minces et le lieutenant, dévasté par un divorce douloureux, sombre dans la dépression et l'alcool.
    L'enquête piétine, Marco se retrouve avec une mineure désaxée sur les bras, l'IGS qui lui colle aux basques à cause de ses méthodes peu orthodoxes et sa fille Chloé dont le principal défaut est d'avoir quinze ans. Désespéré, il s'invente alors un alter ego du nom de Suicide-Man, super héros suicidaire, et parvient à pénétrer les zones interlopes où frayent les potentielles victimes de l'assassin. Une piste plus crédible que celle d'Ismaël, adoubé par les notables de la région, « sosie officiel de Jésus » et gourou d'une secte, qui prétend pouvoir retrouver les victimes du tueur grâce à ses visions. Cependant, les prédictions de l'illuminé trouvent un étrange écho dans la réalité... Un polar haletant, baroque et déjanté aux personnages attachants. Un bijou d'humour noir.

  • Été 2013. Un père tue sa femme et ses enfants de sang-froid avant de disparaître dans la nature. Après des semaines d'enquête infructueuse, la police contacte François Holzer, ex-flic au passé tourmenté et aux méthodes peu orthodoxes.
    « Voici la transcription exacte des enregistrements volés, effectués tout au long de mon enquête. Vous serez soumis à la même épreuve que moi, n'en saurez ni plus ni moins. Ce que j'ai entendu, vous l'entendrez. Ce que ces gens m'ont tu vous sera tu. Pas de narration bidon.
    Un flic n'est que l'archéologue de l'âme d'un assassin. Il lui faut creuser au plus profond, parfois jusqu'à une absurdité plus insaisissable que la folie. J'ai creusé, à en déchirer mes ongles jusqu'au sang, dans les bassesses les plus répugnantes.
    Cette enquête est de celles que j'aurais préféré ne jamais avoir vécu et enregistré. Elle m'a obligé à saisir aussi ma propre voix et à descendre, terrifié, jusqu'aux tréfonds de moi-même. Je vous invite à m'y accompagner et à décrypter ces voix. » Fr. Holzer.

empty