Michel de Maule

  • Paris, 2006. Une cartomancienne réputée reçoit une révélation de choc en tirant les cartes à une cliente : elles lui prédisent sa propre mort. La prédiction s'avère exacte puisque l'on retrouve le lendemain le corps de la voyante cruellement mutilé. Un fait divers parmi d'autres sans la découverte d'un deuxième cadavre, mutilé à l'identique. Le meurtrier a donc signé son crime. Quel est son mobile ? Et quel est le lien entre les victimes ?

    Pressé de résoudre l'enquête, Duverger, lieutenant à la Criminelle, fait appel à une amie détective privé, Morgane de Sancerre. Ils ne seront pas trop de deux dans la sinistre course contre la montre qui s'engage. Ni même de trois, puisqu'ils reçoivent une aide inattendue en la personne de Quentin Lecuyer un médium qui a déjà collaboré avec la police. D'abord sceptiques, les deux enquêteurs se laissent convaincre par ses méthodes originales. Ses visions, hélas !, ne lui permettent pas d'identifier l'assassin : les meurtres s'enchaînent, toujours accompagnés de leur rituel macabre...

    Isabelle Polin a été distinguée lors de nombreux concours de nouvelles. Pourquoi ce soir-là ?, son premier roman, met en avant le personnage de Morgane de San cerre qui deviendra récurrent dans les prochains romans...

  • Ce livre est une descente dans les enfers de la ville, dans ses profondeurs noires, dans ses espaces glauques. Car la ville, qui se veut ordre et lumière, n'est que boues et impasses. Les archives de justice léguées par les présidents de la cour d'assises de la Seine entre 1817 et 1885 en témoignent largement. Au XIXe siècle, Paris est blême et les corps sont avariés. Le taudis occupe les littératures médicales et philanthropiques, mais aussi les romanciers : comment comprendre Fourier sans lire Les Mystères de Paris d'Eugène Sue, En famille d'Hector Malot ou Le Travail de Zola ?
    Qui sont ces Parisiens au XIXe siècle ? Tourangeaux, Limousins, Auvergnats, ce sont des provinciaux attirés par cercles concentriques vers la capitale, où ils viennent louer leur force de travail ? ou cacher, pour les femmes, le fruit de leur honte. Mais ces Parisiens sont aussi des Lombards, des juifs polonais chassés par l'occupation russe ou encore des gitanes voleuses de fichus?. Avec eux, les bistrots, les bals, les lieux de plaisirs et de vices, les chambrées aux planches disjointes?. Les « crimes », et donc les « criminels », naîtront de ce petit peuple-là. Toute une matière qui permet à Yves Lemoine, magistrat et historien, de dresser une subtile et captivante histoire du crime à Paris au XIXe siècle.

  • L´improbable peut-il exister ?
    Deux chiens, une vieille dame, un flic susceptible, un mec ravagé et un rat intelligent : ils n´auraient jamais dû se rencontrer. Chacun marche sur une route, une droite. Des droites parallèles.
    Soudain, tout ce beau monde va se retrouver dans un même et seul univers, les droites vont se croiser en un seul et unique point de convergence, une seule et unique fois. Une rencontre improbable et tragique.
    Cette histoire est vraie, elle existe puisqu´elle est écrite. Les choses sont vraies, quand elles sont déjà écrites.
    Un polar glaçant.

    André Gabella, 51 ans, est commandant de police à la Brigade criminelle de la Police Judiciaire. Né en Corse, il a vécu jusqu´à 11 ans en Mauritanie, dans le désert du Sahara, puis il a fait ses études et son droit à Grenoble. Il a ensuite travaillé dans le privé puis a passé à 30 ans le concours d´inspecteur de police. Il a été affecté en région parisienne puis à Ajaccio en 2002.

empty