Policier & Thriller

  • "Toujours campé sur ses rollers, le jeune Grégoire Braban et son ami Vincent s'adonnent avec plus au moins de bonheur au vol à la tire. Ce jour-là, à Saint-Michel, ils arrachent la sacoche d'un vieux. Trente mille balles. Le gros lot. Mais la sacoche est lourde de bien autre chose.
    « Autre chose d'assez dégueulasse. Le sac du vieux, Grégoire, c'est la boîte de Pandore. Il y a tous les péchés du monde là-dedans. » Au soir, Vincent est assassiné, la cuisse lacérée de quatre coups de lame. Le commissaire Adamsberg s'inquiète de cet étrange dessin. Le tueur à la serpe, celui que la rumeur a surnommé Le Bélier vient-il de signer son quatrième meurtre ?
    "

  • Cher directeur Cole,
    Conformément aux directives que vous m'avez adressées l'année dernière suite à mon enquête sur le " Dossier de l'Archiviste ", je vous remets mon rapport de suivi par le présent document.
    Ce dossier - qui se termine brutalement à la date du 28 mars 1989, avec la disparition soudaine et la mort présumée du Major - nous a laissés face à de multiples orientations possibles pour notre enquête. Comme vous me l'avez suggéré à l'époque, j'ai depuis mené mes propres investigations " dans tous les terriers de lapins et à la cime de tous les pommiers ", en quête de réponses. Pour l'exprimer de façon plus simple, je suis devenue " l'Archiviste ".
    Contrairement au dossier précédent, dans lequel les documents sont pour la plupart présentés dans leur intégralité, comme l'exige la procédure au sein du Bureau, j'ai cette fois pris le temps de regrouper les éléments pertinents que j'ai découverts, de façon à former un récit continu.
    Comme vous me l'avez également demandé, j'ai entamé ce projet dans la ville de Twin Peaks, afin de découvrir l'historique de nombreux habitants - que vous avez personnellement connus, pour beaucoup d'entre eux - sur les dernières décennies. J'ai ainsi appris quantité d'éléments surprenants - votre expression : " Ces bois sont remplis de secrets " fait figure d'euphémisme - et d'autres choses reflétant la vitesse stupéfiante à laquelle toute communauté, quelle que soit sa taille, évolue en un quart de siècle.
    Si ce phénomène est extrêmement difficile à percevoir sans recul - il est quasiment invisible au jour le jour -, il est aussi vif que la foudre dès lors qu'on l'observe de loin. J'en conclus que les épreuves et futilités quotidiennes ont un effet anesthésique sur l'esprit, qu'elles engourdissent et empêchent de saisir le passage et les ravages continuels du temps. J'ai également appris à voir dans cet effet une forme de miséricorde, ce qui incite à n'en pas douter à l'humilité.


  • Roman noir illustré !

    Dans ce roman en mots et en images, c'est Didier Daeninckx en personne qui mène l'enquête...
    Lors de travaux consécutifs à l'incendie criminel de sa maison, il retrouve une encre de Chine qu'il a acquise à Port-Vila (Vanuatu) et qui est signée d'un peintre expressionniste allemand méconnu : Heinz von Furlau.
    Aidé par un universitaire berlinois, Dietrich Krüger, Daeninckx se lance sur les traces de von Furlau. Ses investigations le ramènent en 1912 dans les possessions allemandes de Papouasie-Nouvelle-Guinée, puis au Chemin des Dames, lors du conflit européen de 1914-1918. Elles le conduisent aussi à Munich au printemps 1919 : von Furlau s'y trouve aux côtés de Rainer Maria Rilke pendant l'épisode sanglant de la République des conseils. Le voilà en pleine révolution...
    L'essentiel de l'oeuvre de Heinz von Furlau ayant été dispersée, le peintre liégeois Joe G. Pinelli la restitue de façon saisissante.

empty