Editions L'Harmattan

  • Sartre et la praxis - ontologie de la liberte et praxis dans la pensee de jean-paul sartre

    Arno Münster

    • Editions l'harmattan
    • 9 Octobre 2015

    Ce livre s'efforce d'analyser le tournant sartrien, s'effectuant en plusieurs étapes; de la phénoménologie vers le matérialisme, et de l'existentialisme phénoménologique vers l'existentialo-marxisme qui caractérise la Critique de la Raison dialectique. Ce tournant est analysé par l'auteur à partir de l'évolution philosophique du concept de "praxis", dans l'oeuvre philosophique sartrienne.

  • S'inscrivant dans la démarche de l'École de Francfort, s'efforçant d'unir la dialectique matérialiste du marxisme avec la psychanalyse, dans le cadre d'un projet visant l'émancipation totale de l'homme, la philosophie sociale critique du « Grand Refus » esquissée par Herbert Marcuse est caractérisée par une lecture radicale des écrits de Freud, par l'effort de dépasser son fatalisme et la tentative de s'interroger sur le visage particulier que prennent la répression, la sublimation de la sexualité, le refoulement et l'agressivité dans nos sociétés modernes industrielles très avancées. Ainsi appelle-t-il « surrépression » la répression inutile et irrationnelle qui les caractérise. Cet ouvrage s'efforce de reconstruire l'itinéraire intellectuel et politique de ce grand penseur germano-américain incarnant le désir d'une société future non-répressive, dont l'oeuvre avait atteint, à l'époque de la révolte étudiante et de la Guerre du Vietnam, un rayonnement mondial.

  • L'art contemporain à l'épreuve de l'animal

    Vincent Lecomte

    • Editions l'harmattan
    • 24 Juin 2021

    Conçu comme une enquête, cet ouvrage invite à la traversée de quelques oeuvres où l'animal tient un rôle central. En menant des études de cas, à la croisée des champs de recherche, Vincent Lecomte analyse la manière dont l'art contemporain contribue à interroger et à réinventer les rapports et la distribution des places entre l'homme et les autres animaux. Par ses moyens et procédés, la création contemporaine éclaire la relation parfois trouble entre l'humain et les autres vivants. Mais elle révèle aussi une époque qui s'engage dans une investigation critique de ses modalités de pensée et d'existence. En mettant en scène l'animal, les artistes offrent un portrait indulgent, ironique ou acerbe d'une humanité en quête de redéfinition.

  • Le désert, un visage, une trace : la vie. Pour remonter la trace invisible vers ce visage aperçu quarante ans plus tôt, l'auteure entreprend une double analyse de la relation, phénoménologique puis herméneutique, afin d'en désigner les contours et d'en chercher le sens. Les apories laissées béantes par le visage levinassien sont autant de défis jetés à l'éthique : peut-on penser une relation qui préserverait les absolus en présence ? Si connaître autrui est toujours le méconnaître, y a-t-il une place disponible pour la reconnaissance ? Le sujet-otage toujours à l'accusatif chez Levinas, la fuite indéfinie du visage d'autrui, fragilisent la relation elle-même : qui reste-t-il en présence dans ce désert relationnel ? Si la relation est toujours réduction de l'autre au même, quel sens peut-elle encore avoir ? La rencontre entre sujets ne peut faire l'économie de la traversée du non-sens - le mal sous toutes ses formes : c'est alors au coeur même de la différence entre l'un et l'autre que sera cherchée la source du sens lui-même.

  • La philosophie de Georges Bataille peut-elle ouvrir des voies nouvelles pour le théâtre ? Bataille affirme que le but de toute entreprise humaine est la perte définitive dans l'instant futile. Un spectacle peut-il projeter le spectateur hors du projet et du calcul ? Le philosophe déclare que seule une communauté régie par l'intérêt général peut répondre à l'insatiable désir humain d'être relié à ses semblables. Un spectacle peut-il arracher le spectateur du monde des choses pour le reconnecter à l'exubérance de la vie ? Au fil des pages, le théâtre s'affirme comme un art de la dépense improductive. La scène, comme une voie pour accéder au non-savoir. Il s'agit de réaccorder l'homme à la connaissance en le plaçant à la mesure de lui-même.

  • René Guénon et le guénonisme ; enjeux et questionnements

    Jean Borella

    • Editions l'harmattan
    • 7 Octobre 2020

    « Figure inclassable de l'histoire intellectuelle du XXe siècle », René Guénon a beaucoup écrit sur la métaphysique, le symbolisme, l'ésotérisme et sur le monde moderne. Il a influencé de nombreux auteurs comme Artaud, Breton, Queneau, ou encore Mircea Eliade et Simone Weil. Sont rassemblés ici les textes que Jean Borella a consacrés à Guénon, à l'exception de ceux déjà parus. Leur rédaction s'étend sur plus d'un demi-siècle, reflétant l'évolution d'une pensée qui s'est à certains égards éloignée de celle du maître. Cet éloignement ne concerne pas l'intégralité des doctrines métaphysiques exposées par Guénon, ni ses apports majeurs à la compréhension du symbolisme universel et à la critique du monde moderne. En revanche, sa conception de l'initiation et de l'ésotérisme paraît aujourd'hui incompatible avec la vérité et la spécificité du christianisme.

  • Gilles Deleuze et Antonin Artaud ; l'impossibilité de penser

    Anne Bouillon

    • Editions l'harmattan
    • 1 Décembre 2016

    Artaud fut pour Deleuze la "profondeur absolue en littérature". Tous deux partagent justement une conception de la pensée originale, tout à la fois impossible et imprévisible, jumelle de la folie. Les voyages d'Artaud au Mexique, solaire et merveilleux, puis en Irlande, tragique, le condamnèrent à neuf années d'enfermement asilaire. Seul Artaud a, aux yeux de Deleuze, traversé le "mur du sens" : il serait le seul à avoir sondé la puissance de la pensée et du corps. Quels plateaux de la pensée et du corps pouvons-nous à notre tour arpenter ? Quelle pensée pouvons-nous élaborer à partir de la rencontre du philosophe avec le poète ?

  • Le récit de soi ; une pratique éthique d'émancipation

    Isabelle Galichon

    • Editions l'harmattan
    • 1 Janvier 2018

    Les derniers travaux de Michel Foucault sont une nouvelle grille de lecture pour l'analyse des pratiques d'écriture personnelle. Dans ses cours au Collège de France sur les pratiques de soi antiques, Foucault ébauche une généalogie de l'écriture de soi. Cette pratique, dès lors qu'elle renonce au psychologique et s'ouvre à une altérité, devient une « pratique de liberté ». Face à une épreuve existentielle, aux agressions de l'histoire, à un contexte répressif, le récit de soi offre un cheminement vers une forme d'émancipation.

  • Rosa, Lénin et la révolution

    Alessia Magliacane

    • Editions l'harmattan
    • 25 Mars 2019

    La figure de Rosa Luxemburg a souvent été placée au centre des dilemmes "révolution ou réforme sociale" et "socialisme ou barbarie", tout comme une partie importante de sa contribution politique a été développée entre les deux pôles de la révolution des conseils et la critique de l'expérience révolutionnaire bolchevique. Il reste toujours à développer ses apports au regard de thématiques toujours contemporaines (Classes et Crise) qui relancent l'actualité de la pensée et de la pratique de Rosa Luxemburg.

  • Vivre sur terre ; comment dépasser le nihilisme contemporain

    Julien Lebrun

    • Editions l'harmattan
    • 5 Février 2019

    En ce début de 21e siècle, malgré les catastrophes écologiques annoncées, aucun changement majeur n'a été mis en place. Nous semblons incapables de prendre en compte ce que les scientifiques ne cessent de nous répéter. Cette inertie ne s'explique pas par l'absence de solutions. Cette passivité repose en réalité sur notre conception du monde. Depuis l'avènement de la science moderne, nous percevons notre environnement comme un support inerte, taillable et corvéable à merci. Notre modèle social repose ainsi sur le déni d'une réalité pourtant évidente : nous n'existons pas sans environnement. Reprendre conscience de ce que nous sommes - comme du monde dans lequel nous vivons - constitue donc l'enjeu majeur de ce siècle. Il est temps de réapprendre à vivre sur terre.

  • Une esthétique japonaise ; l'art et le gout en mode flottant

    Dominique Château

    • Editions l'harmattan
    • 10 Octobre 2019

    Intrigant, excitant, contrasté : tel apparaît le Japon au regard étranger. Telle est aussi son esthétique. Elle s'étend entre le kitsch et le zen, le grotesque et le minimal, et décline toutes sortes de formes et de valeurs. La peinture à l'encre ravit par ses taches évanescentes, le kawaii par sa joyeuse provocation. Le monde est conquis, au-delà du succès des mangas. Récemment, au Petit Palais, les oiseaux de Jakuchû ont impressionné, et le mot kawaii est entré au Petit Robert. Ce livre à la fois personnel, historique et philosophique propose une méditation sur l'esthétique japonaise en « mode flottant », conçue comme un jeu complexe et nuancé entre tradition résistante et désir d'invention.

  • Si les termes « rite » et « rituel » demeurent des mots fort répandus et souvent décriés, au risque d'en perdre aujourd'hui leur sens initial et leur efficience sémantique, il est une formule qui fleurit dans notre société de manière récurrente et dans tous les domaines : celle de performance. Le monde performe sans cesse. Mais la performance interroge l'art et, par ce biais, des rituels contemporains fort étonnants. Cet ouvrage consacre une possible réponse à de nombreux écrits qui considèrent que, dans les champs de l'action artistique, du théâtre, de la chorégraphie et/ou de la vidéo-performance, tout est la même chose, et donc que tout a la même pertinence, sans distinction aucune. Il nous paraît donc nécessaire de cadrer cet espace singulier qu'est la performance-action.

  • Cet ouvrage passe l'idéalisme philosophique qui a dominé notre histoire intellectuelle, de l'Antiquité à nos jours, au crible du matérialisme. Il fait apparaître son enracinement général dans le faible développement des sciences et des techniques, et sa persistance anachronique aujourd'hui. Critiquant l'influence que la religion a eue sur l'idéalisme, il en montre le rôle néfaste dans l'histoire, en se mettant souvent au service des pouvoirs en place et de leur idéologie. Yvon Quiniou en appelle donc, pour finir, à un réveil de la philosophie : un matérialisme accordé aux sciences et motivé par l'idéal progressiste d'une humanité émancipée, dont Marx nous a fourni l'idée.

  • Kant et le chemin vers Dieu

    Pascal Gaudet

    • Editions l'harmattan
    • 23 Décembre 2021

    On interprète généralement la philosophie morale de Kant à partir d'un certain nombre de thèses devenues classiques et qui demeurent souvent ininterrogées. Il est ainsi entendu que la morale chez Kant ne se fonde pas sur la religion et qu'elle ne présuppose pas l'existence de Dieu, que la liberté constitue la clé de voûte du système et que l'autonomie du sujet moral en est le coeur. Mais ces thèses, qui sont exactes, ne peuvent être pleinement comprises qu'en rapport avec la question de Dieu. La liberté de l'homme et l'absolu même de la loi morale renvoient au mystère insondable de l'existence de Dieu et de la présence du divin en l'homme. Dieu, et non sa seule idée, est même reconnu dans les derniers écrits comme le principe suprême de la philosophie. Il est alors possible d'interpréter la pensée kantienne tout entière comme un chemin vers Dieu et même, à un certain point de vue, comme une phénoménologie du divin.

  • Nietzsche l'exorbitant , Nietzsche philosophe du XXI siècle t.2

    Yves Le Gal

    • Editions l'harmattan
    • 17 Décembre 2021

    Nietzsche est bien connu pour sa critique impitoyable de notre culture occidentale marquée, à la suite de Socrate, par l'omnipotence de la conscience et l'exclusion du corps désirant, marquée aussi par le christianisme, sa morale et ses peurs. Mais on oublie trop que Nietzsche se veut ce philosophe-convalescent, ce nouveau Christophe Colomb, nous appelant à arpenter notre futur. La pensée après Nietzsche ? Entamée, certes, mais surtout entamante - tentative, ébauche, merveilleusement espérantes. Peut-être alors pouvons-nous, aujourd'hui, lire Nietzsche, comme si la lumière de cette étoile lointaine nous parvenait enfin. A nous autres, nés comme lui de l'avenir et de la mer, Nietzsche nous crie de sa grande voix, joyeuse et matinale : « Courage, tenons ferme la barre, nous allons d'un seul coup dépasser » le vieux monde !

  • Nietzsche l'éclatant : Nietzsche philosophe du XXIe siècle t.1

    Le Gal Yves

    • Editions l'harmattan
    • 17 Décembre 2021

    Cet ouvrage est une introduction à Nietzsche. Désireux de se démarquer des approches universitaires, il s'adresse à tous ceux que la pensée intéresse, à ceux à qui la philosophie appartient : tout le monde. Loin d'une philosophie de chaire, Nietzsche nous fait entrer dans une philosophie de chair - la sienne, la nôtre peut-être ? Nietzsche inaugure une nouvelle manière de philosopher, non un énième arsenal de doctrines, aussi vite caduques qu'énoncées. Il est un regard à l'état natif, une perspective formidablement nouvelle. Risquez-vous : j'espère, je souhaite, je voudrais que, comme pour moi, l'entrée dans l'univers de Nietzsche constitue pour vous un choc, l'une des grandes heures de votre vie.

  • La laïcité, défi du XXIe siècle

    Gérard Delfau

    • Editions l'harmattan
    • 15 Novembre 2015

    Cet ouvrage renouvelle la réflexion sur la laïcité en explorant son histoire depuis 1789. Elle ne se limite pas à la neutralité de l'État, ni à la nécessaire fermeté face à l'islamisme. C'est un processus de longue durée, multiforme, et par nature inachevé, comme le montrent les débats sur l'IVG, le "mariage pour tous", ou la Fin de vie. L'enjeu principal, c'est l'égalité des droits pour les femmes et les minorités sexuelles, que contestent tous les intégrismes. Et l'horizon, c'est la liberté absolue de conscience.

  • Ce livre retrace le parcours de Cheikh Ahmadou Bamba depuis sa naissance jusqu'à sa disparition, en passant par ses exils au Gabon et en Mauritanie. Il expose sa vision de la pensée soufie en insistant sur ses positions théologiques, jurisprudentielles et mystiques. Il tente enfin d'explorer l'impact de la confrérie du saint homme sur les plans social, éducatif et économique. Voici une vulgarisation de l'enseignement et de la réflexion mystique du marabout de Touba.

  • AFRIQUE LIBERTE ; pour un consensus entre foi et raison face à l'angoisse du mal

    Hippolyte Yomafou

    • Editions l'harmattan
    • 1 Janvier 2016

    N'étant plus soumis au pouvoir d'un Dieu suprême créateur, l'homme peut tout faire car il a le dernier mot sur tout. Et pourtant cette liberté de l'homme aura révélé l'autre face tragique de la révolte contre l'idée d'un Dieu bon et puissant. Une révolte qui aura conduit au pire mal absolu : le meurtre de son semblable. La mort a donc perdu de son caractère naturel mais elle est devenue un fait imposé par l'homme à l'homme.

  • Deleuze et la mort ; chemins dans l'Anti-Oedipe

    Fabrice Jambois

    • Editions l'harmattan
    • 1 Octobre 2016

    Cet essai aborde la théorie de l'inconscient élaborée par Deleuze et Guattari en 1972 dans L'Anti-Oedipe. Il met en évidence le rôle central de la pulsion de mort dans ce livre emblématique des « philosophies du désir » des années 70. A la lumière de textes psychanalytiques et philosophiques, le projet deleuzo-guattarien est ici présenté dans toute sa cohérence, avec les principales transformations conceptuelles qu'il mobilise.

  • Lumières de la théologie mystique

    Jean Borella

    • Editions l'harmattan
    • 1 Décembre 2015

    Entre la nécessaire abstraction de la scolastique, aujourd'hui assez injustement récusée, et le goût de notre temps pour une spiritualité fondée sur l'expérience concrète, ce livre tente d'ouvrir une autre perspective, celle de la théologie comme voie spirituelle, comme theognôsis, par la sanctification de l'intelligence. L'auteur pense en trouver la clé dans l'oeuvre énigmatique et fondatrice de "Denys L'Aréopagite", dont le hiéronyme renvoie au converti de S. Paul. Il en poursuit les traces chez ses lointains continuateurs, Maître Eckhart et les mystiques rhénans.

  • Histoire et théorie du symbole

    Jean Borella

    • Editions l'harmattan
    • 1 Décembre 2015

    Ce livre est considéré comme le texte fondateur d'une nouvelle épistémologie. On y trouvera, en introduction à La crise du symbolisme religieux, une théorie du symbole qui entend renouer intelligiblement, par-delà les déconstructions contemporaines, avec les doctrines anciennes d'Orient et d'Occident. Point nodal du discours métaphysique, le signe symbolique est le lieu où nature et culture se convertissent l'une à l'autre, c'est-à-dire où, sans se confondre, être et sens sont réconciliés.

  • Marxisme et sens chrétien de l'histoire

    Jean Borella

    • Editions l'harmattan
    • 1 Juin 2016

    La doctrine de Marx continue, alors même qu'elle n'a cessé d'être critiquée, de susciter l'intérêt voir l'adhésion d'un nombre croissant d'intellectuels. L'idée d'un "sens de l'Histoire", notamment, nourrit une littérature de recherche et un combat politique importants. Mais qu'en est-il réellement ? A-t-on bien lu Marx ? Jean Borella, qui cherche à tisser des liens entre philosophie et foi chrétienne, travaille dans cet ouvrage à sortir des sentiers battus du marxisme orthodoxe pour mettre en regard les conceptions matérialistes et christiques de l'Histoire.

  • "Ce fut un merveilleux lever de soleil", avait dit Hegel à propos de la Révolution française. L'expression fut également utilisée pour qualifier Mai 68 et le dernier assaut prolétarien des années 1960-70 qui tendait à abolir le capitalisme. Ni traité philosophique, ni leçon politique, cet ouvrage cherche à tester la validité théorique de certains concepts hégéliens et marxiens au regard des bouleversements de ce qu'on peut désormais nommer "la révolution du capital". Il cherche aussi à dégager des possibles pour un devenir autre.

empty