Robert Laffont

  • Un père pour grandir ; essai sur la paternité

    Jean Le Camus

    • Robert laffont
    • 10 Février 2011

    Dépassons les discours éculés sur la fonction symbolique du père et cette vision étriquée mais tenace de celui qui dit non à tout ! Il est temps d'entrer dans l'ère de "la paternité positive ". Répondre oui pour un père, c'est d'abord s'impliquer en tant que parent au côté de la mère et assumer le partage des responsabilités. C'est ensuite et surtout avoir le souci de l'intérêt supérieur de l'enfant et s'investir dans une position d'ouvreur, de stimulateur, de catalyseur, de donneur de rêves. Le père n'est pas celui qui met des barrières, c'est celui qui allume des feux... À lui de s'engager le plus tôt possible auprès de son enfant dans les soins et les jeux du premier âge, les activités d'éveil, la compétition sportive simulée, l'ouverture à l'environnement et au monde des autres, la confrontation aux épreuves de la vie... C'est en occupant le terrain émotionnel et éducatif à deux, en toute conscience et dans le plaisir, que les parents permettront à leur enfant de bien grandir.

  • Pour convaincre tous ceux qui pensent encore qu'une bonne fessée n'a jamais fait de mal, qu'il faut légiférer contre toutes les violences éducatives ordinaires. Toutes les études l'attestent : 90 % des enfants dans le monde sont frappés. La France, avec un chiffre de 84 %, n'est pas en reste : fessées, gifles, calottes, tapes... autant de gestes agressifs qu'Olivier Maurel a choisi de rassembler sous le terme de " violence éducative ordinaire ". Pour lui, les choses sont claires : il n'y a pas de " petite fessée " car le seul fait de lever la main sur nos enfants nous fait admettre le principe qu'on a le droit de frapper. Or, on le sait, derrière une première " petite fessée ", il y a souvent un risque d'escalade qui peut entraîner une gifle, des secousses violentes, des coups de pieds... jusqu'à la maltraitance. Contrairement aux partisans de Freud qui, s'appuyant sur la théorie des pulsions, présentent volontiers l'enfant comme dangereux dans sa volonté de toute-puissance, Olivier Maurel défend l'idée de tabler dans ses choix éducatifs sur ce qu'il y a d'excellent chez l'enfant de façon innée ? à savoir des compétences comme l'attachement, l'empathie et l'imitation. Plutôt que de choisir pour éduquer la voie de la punition corporelle qui peut perturber durablement ces compétences, l'auteur invite à favoriser le développement de l'enfant en établissant une relation de confiance, d'empathie et de bienveillance avec lui, ce qui n'exclut pas de savoir dire non quand c'est nécessaire.

  • Dolto en héritage ; tout comprendre, pas tout permettre

    Edwige Antier

    • Robert laffont
    • 3 Janvier 2013

    Françoise Dolto a révolutionné le discours sur l'enfance dans les années 1970-1980. Que disait-elle exactement sur l'éducation ? Comment juger son oeuvre et son impact aujourd'hui ? Depuis une vingtaine d'années, Edwige Antier a pris une place centrale dans les débats autour de l'enfance. De nouvelles problématiques sont apparues dans notre société. Nous assistons à une perte de repères et à l'éclatement du schéma familial classique... En reprenant les questions soulevées par Françoise Dolto, Edwige Antier s'interroge ici sur les bouleversements survenus dans le couple et la manière d'élever un enfant. Au-delà de Dolto, nous dit-elle, il est temps de réévaluer la question de l'autorité et de prendre conscience que le respect de l'enfance ne peut aller sans le respect des parents. Livre après livre, c'est une nouvelle ligne éducative que s'attache à tracer Edwige Antier.

  • Après le très beau succès du premier tome, Dolto en héritageII s'attaque à l'épineuse question de l'identité sexuelle. Comme le premier, ce livre s'appuie sur la série d'émissions d'Edwige Antier sur France Inter qui interroge l'héritage de Françoise Dolto et son discours sur l'enfance. Grande figure de la psychologie des enfants dans les années 1970-1980, privilégiant le rôle du désir et du langage, Françoise Dolto a connu une influence considérable auprès des psychothérapeutes, puis des parents. Trente après, Edwige Antier discute et actualise le message de Dolto pour nous aider à le saisir dans toute sa profondeur. Quelle est la part de la génétique, quelle est celle de l'éducation dans la construction de notre identité sexuelle ? À quel âge l'enfant sait-il qu'il est garçon ou fille ? L'enfant peut-il dormir dans le lit de ses parents ? Faut-il parler de sexualité aux petits ? À quel modèle masculin doit se référer un enfant élevé par deux femmes ? Quels sont ces monstres dont rêvent nos enfants ? Autant de questions décisives qui trouvent des réponses fort convaincantes sous la plume d'Edwige Antier.

  • Vers l'âge de 5 ans, votre enfant s'apprête à vivre une seconde naissance. C'est l'envol de la conscience, ce passage fascinant et essentiel durant lequel il devient capable de prendre conscience de soi et des autres, du bien et du mal, du bonheur, de sa mortalité, et de se projeter dans l'avenir. Pour lui, cette expérience est aussi importante qu'imperceptible. La construction de son identité va alors considérablement s'enrichir, c'est le prélude à un développement de toute une vie. Philippe Presles vous fait découvrir ces moments uniques et précieux, qui façonneront la personnalité de votre enfant, autant qu'ils embelliront la vôtre.
    Réflexion pratique, conseils concrets... Ce livre donne à chacun toutes les clés pour comprendre sa propre histoire et, surtout, accompagner son enfant à travers ce parcours exceptionnel qui lui permettra de devenir un être pleinement libre et heureux.

  • Il est où mon papa ? l'enfant, le couple et la séparation

    Edwige Antier

    • Robert laffont
    • 24 Mai 2012

    Aujourd'hui, les couples se séparent de plus en tôt, avec des enfants de plus en plus jeunes. Forte de ses quarante-cinq ans d'expérience, la pédiatre Edwige Antier choisit dans ce nouveau livre d'alerter sur la souffrance de ces jeunes enfants qui n'ont parfois pas encore la possibilité de dire avec des mots " Il est où mon papa ? ". Elle propose aux parents de les accompagner dans ce qu'il convient de dire et de faire avec leurs petits de façon personnalisée, en fonction de leur schéma familial. Un livre-outil pour tous les parents qui souhaitent assumer leur responsabilité parentale et protéger leur enfant. En écho à cet ouvrage, Edwige Antier, députée, a déposé une proposition de loi à l'Assemblée nationale pour que toute demande de divorce de parents ayant des enfants de moins de 16 ans soit précédée d'un entretien avec un médiateur familial.

  • Sois poli, dis merci

    Edwige Antier

    • Robert laffont
    • 11 Septembre 2014

    Comme nos jardins ou notre culture, l'éducation " à la française " demeure un must - tant chez nous qu'à l'étranger. De fait, à la naissance de leurs enfants, tous les parents français se promettent de " bien les élever ". Mais quels sont les principes de cette fameuse éducation à la française, ses qualités, ses défauts ? Politesse, respect de l'autre, tenue à table, sommeil, propreté, habillement... Au fil d'un abécédaire ultracomplet, la célèbre pédiatre Edwige Antier couvre tous les aspects de l'éducation et nous offre aussi un florilège des mille et une anecdotes que lui racontent les parents de ses patients. Celles-ci illustrent la façon dont les Français se cramponnent à des fondamentaux qu'ils jugent obligatoires pour avoir un enfant " bien élevé ". Dans ce livre unique, Edwige Antier compare cette approche à celles d'autres cultures (américaine, asiatique, africaine, esquimaude ou océanienne...), et y ajoute son avis de pédiatre. Elle nous aide ainsi à faire le tri, et nous montre pourquoi toute pratique doit impérativement s'adapter à chaque enfant et à chaque étape de son développement afin de lui promettre une sociabilisation heureuse.


  • J'aide mon enfant à se concentrer, L'Enfant de l'autre, Éloge des mères... Au fil de ses ouvrages, Edwige Antier, dont la présence dans les médias est de plus en plus marquante, s'est imposée comme la référence dans le domaine des relations parents-enfant. Ce nouveau livre, Confidences de parents, se présente comme un jeu de questions-réponses, un dialogue entre les parents et la spécialiste, où sont abordés les grands thèmes de la vie de nos petits. Depuis une dizaine d'années, les connaissances sur le développement psychologique des enfants ont été révolutionnées de fond en comble. Ce sont les résultats de cette " nouvelle psychologie " qu'Edwige Antier met à la disposition de tous les parents. On retrouve ici tous les ingrédients du succès des ouvrages précédents d'Edwige Antier. Une langue claire et accessible, une véritable empathie pour les préoccupations des parents, un souci de clarification et de déculpabilisation.

  • Ces derniers temps, à force de dogmes et contre-dogmes, tout concourt à brouiller l'esprit des parents soucieux d'éducation: d'un côté, on leur parle d'" autonomie indispensable ", de l'autre, on leur reproche de ne pas accompagner le travail scolaire. D'un côté, on met en garde contre l'absence des parents, de l'autre, contre sur la surprotection. Et on leur conseille les activités extrascolaires avant de crier au surmenage... Edwige Antier analyse dans son nouvel ouvrage les tabous et les freins qui entravent l'action des parents. Dans un souci de déculpabilisation, elle remet en question les pratiques des éducateurs, des enseignants et des politiques. Avec simplicité et clarté, elle propose des solutions nouvelles et rend hommage à la capacité de jugement des pères et des mères.

  • - 62%

    Des femmes d'exception évoquent la figure paternelle. Autoportraits en creux ou en ombre chinoise : en brossant le portrait de leurs pères, elles dessinent aussi le leur.
    Le premier homme de ma vie ? Mon père ! De cet homme, il faut pouvoir se délivrer. Non pas en le tuant, mais en lui attribuant sa juste place.Olivia Benhamou s'est entretenue avec onze femmes célèbres ou de père célèbre, qui ont pour points communs leur forte personnalité, leur engagement, leur détermination : Michèle Bernier, Mâkhi Xenakis, Héloïse d'Ormesson, Francine Deroudille (fille de Robert Doisneau), Anne Goscinny, Françoise Héritier, Valérie Laurent-Pavlovsky, Camille Laurens, Roselyne Bachelot, Malka Braun, Brigitte Lahaie.Par la pertinence de ses questions et la finesse de son analyse, Olivia Benhamou explore avec talent cette relation si particulière. L'auteur a su instaurer un climat de grande confiance : pas une de ses interlocutrices qui ne se soit mise à nu. Sans tabou ni complexe, dans les rires ou dans les pleurs, toutes ont livré un témoignage unique et émouvant sur leur père ? qu'il fût papa poule ou père fouettard.

empty