Seuil

  • Quand les parents se separent

    Françoise Dolto

    • Seuil
    • 31 Janvier 2014

    Quand les parents se séparent
    Ce livre n'est pas un essai de technique analytique et ne contient pas de cas cliniques ; mais tout ce que j'y avance est fondé sur mon expérience clinique.
    Des parents, dont certains avaient gâché leur vie conjugale [...], ont pu analyser avec moi le retour de refoulement de leur enfance, lié à la séparation de leurs propres parents et au silence imposé à ces épreuves. C'est pourquoi ce livre est écrit et pour les parents et pour leurs enfants.
    C'est en quelque sorte un livre de citoyenne, psychanalyste de métier qui, on le sait, s'intéresse à ce que peut être la prévention des difficultés dues aux souffrances inconscientes des enfants ; souffrances toujours articulées au non-dit ou à un mensonge implicite, fussent-ils maintenus au nom du " bien " de l'enfant.
    F.D.
    Françoise Dolto (1908-1988)
    Médecin psychanalyste, elle est une des figures marquantes de l'histoire du mouvement psychanalytique en France. Sa pensée et ses travaux ont profondément renouvelé le regard des adultes sur les enfants.

  • Enfances

    Françoise Dolto

    • Seuil
    • 26 Février 2016

    Ce dialogue mère-fille retrace les premières années de la vie de Françoise Dolto. La célèbre psychanalyste lève le voile sur sa vocation précoce, partage ses réflexions sur ce qui peut construire ou détruire un enfant. Les interrogations de Dolto petite fille, tour à tour douloureuses et enjouées, ont une portée universelle. Un témoignage autobiographique unique et bouleversant.
    Françoise Dolto (1908-1988), pédiatre de formation, a été la pionnière de la psychanalyse des enfants en France. Ayant accepté de communiquer son expérience aux éducateurs et aux parents, elle a bénéficié de son vivant d'une grande notoriété. L'essentiel de son œuvre, dont Le Cas Dominique, est disponible en Points.
    " Avec Enfances, on s'approche de cette zone de turbulences où demeurait en elle l'enfance : entre bricolage et déraison, entre création de tous les possibles, et éparpillement de soi. On est ému. "
    La Quinzaine littéraire

  • Autoportrait d'une psychanalyste, 1934-1988

    Françoise Dolto

    • Seuil
    • 25 Juillet 2019

    A quelques semaines de sa mort, Françoise Dolto évoque avec un entrain peu commun les traits saillants de son histoire personnelle. Et ce qui est capital ici, c'est qu'il s'agit d'un dialogue avec un psychanalyste, d'un échange entre psychanalystes.
    On retrouvera, bien sûr, les parents de Françoise, ceux qu'au fil des temps elle a aimés ou éconduits, ses grandes rencontres (Laforgue, Alain Cuny, Rostand, Lacan et surtout Boris Dolto). On la verra traiter des questions techniques de son métier, proposer une interprétation originale de la psychose et exposer quelques cas cliniques extrêmes. On l'entendra aussi conter ses intérêts extra-psychanalytiques : notamment la peinture et la révélation que fut pour elle la liturgie orthodoxe.
    Au fil de ses associations en étoiles, ce qui se dessine, c'est la singularité du sujet Françoise Dolto.

  • Parier sur l'enfant

    Aldo Naouri

    • Seuil
    • 28 Octobre 2016

    C'est tellement facile, aujourd'hui, de plaider l'innocence et de mettre ce qui nous arrive au compte du hasard, de la malchance ou d'une conjonction de facteurs qui échappent à notre emprise.
    Comme si en voyant les choses autrement nous craignions de rencontrer notre culpabilité !
    Alors, qu'un enfant aille mal, que sa famille éclate, que des couples se défassent, que la violence se généralise ou que la natalité s'effrite, nous l'enregistrons, le déplorons et le subissons sans même entrevoir ce que nous pourrions y faire. La dérive de nos sociétés nous sidère et semble nous condamner à devoir nous adapter ou nous démettre.
    Or, il s'avère que l'enfant, lui, demeure obstinément rétif à ce nivellement et s'évertue à égrener ses exigences, en refusant la fatalité à laquelle notre passivité voudrait le soumettre.
    A le suivre et à entendre ce qu'il ne cesse pas de dire, autant par son corps que par ses comportements, nous découvrons que notre responsabilité n'est pas un vain mot et que nous continuons d'avoir, à notre portée, autant les moyens de comprendre que ceux d'agir...
    Jusqu'à parvenir à définir le véritable statut de cet enfant et à prendre acte de ce que la fonction dévolue au couple de ses parents à une portée insoupçonnée et considérable.
    Un parcours vif, sinueux, alerte et inattendu. Un parcours captivant et généreux aussi...

  • L'enfant porté

    Aldo Naouri

    • Seuil
    • 28 Octobre 2016

    Comment se déroule un acte médical ? Qu'est-ce donc qu'une psychanalyse, par-delà l'idée qu'on croit pouvoir s'en faire ? D'où vient le malaise de la relation soignant-soigné ? Comment l'aborder, le circonscrire ou le comprendre ?
    Au fil des cas exposé, les solutions imaginées ou les réponses proposées semblent devoir céder le pas à ce qu'enseigne l'observation de la relation du parent et de son enfant.
    L'enfant est porté dans ses bras qui le secourent et le limitent, lui font promesse et obstacle ; des bras où la sollicitude côtoie la maladresse, comme l'ambition voisine l'échec. Chaque humain gardera de cette étape, enfouie au fin fond de sa mémoire, une trace indélébile. Trace qu'on retrouvera subrepticement à l'œuvre dans les conduites les plus diverses : elle permettra de comprendre le pathétique de l'appel du parent aussi bien que la tentation du soignant, la fonction pédagogique tout autant que la recherche du pouvoir.

  • " On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille "... on connaît la chanson !
    Tout comme est familier l'incomparable air de famille, cette étrange ressemblance qui fait que ces autres sont aussi les miens...
    C'est vrai. Alors, la famille serait subie comme un destin indépassable. Est-ce aussi sûr pourtant ?
    L'expérience de l'adoption n'affirme-t-elle pas, haut et fort, que la famille est choisie ?
    Qu'il n'y a pas de parents naturels ?
    Que toute naissance est une reconnaissance ?

  • Là-bas, la vie ; des enfants face à la maladie

    Daniel Oppenheim

    • Seuil
    • 26 Octobre 2010

    Dans ces récits, Daniel Oppenheim raconte l'expérience intense qu'ont traversée, avec leurs parents, les enfants et les adolescents atteints d'un cancer qu'il a accompagnés dans le service d'oncologie pédiatrique où il exerce en tant que psychanalyste. Comment les uns et les autres résistent-ils à cette épreuve et à la confrontation avec l'éventualité de la mort ? Sur qui et sur quoi s'appuient-ils pour leur faire face ? Quelles traces en gardent-ils ?
    Au rythme de leurs dialogues avec lui, le psychanalyste souligne la complexité des émotions et des questions que la maladie grave révèle et exacerbe : révolte ou découragement, culpabilité ou déni, mais aussi fierté de supporter ou de grandir dans l'adversité, et de lui donner un sens.
    Les histoires de vie de ces enfants et de leurs parents nourrissent une réflexion profonde sur l'expérience extrême que constitue la maladie grave qui, au-delà de l'imaginaire spécifique qu'elle véhicule, fait écho à d'autres situations paroxystiques. Les récits n'en font pas des modèles exemplaires mais prouvent qu'il est possible de traverser de telles épreuves sans s'y perdre, voire en découvrant des espaces intérieurs et des capacités jusque-là inconnus.
    Daniel Oppenheim, psychiatre et psychanalyste, a travaillé pendant 24 ans à l'Institut de cancérologie Gustave-Roussy de Villejuif. Membre du comité Éthique et cancer de la Ligue contre le cancer, il a publié, en France et à l'étranger, de nombreux travaux portant sur l'expérience limite, le transgénérationnel et la pratique psychanalytique dans le champ médical, parmi lesquels : Dialogues avec les enfants sur la vie et la mort (Seuil, 2008).

empty